Navigation – Plan du site

Robert J. Gordon, The Rise and Fall of American Growth: the US standard of living since the civil war

Alexandre Chirat
The Rise and Fall of American Growth
Robert J. Gordon, The Rise and Fall of American Growth. The U.S. Standard of Living since the Civil War, Princeton, Princeton University Press, coll. « The Princeton Economic History of the Western World », 2016, 768 p., ISBN : 978-0-691-17580-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Robert J. Gordon, « US economic growth since 1870: one big wave? », The American (...)

1Le thème de recherche du livre de Gordon s’inscrit dans la lignée de ses précédents travaux sur la productivité et la croissance économique aux États-Unis1. Le but du livre est de fournir une explication « exhaustive et unifiée » de la forte croissance de la productivité depuis les années vingt jusqu’aux années soixante-dix et de son ralentissement sur la période postérieure (préface). La thèse de l’auteur se résume ainsi : les années 1870-1970 constituent un « siècle spécial » au cours duquel s’est produite « une révolution économique » qui est « unique dans l’histoire humaine » (p. 1). Pour la démontrer, Gordon fait un usage critique des statistiques. Afin d’améliorer la représentation conventionnelle du niveau de vie des ménages que fournit le PIB par habitant, il tente par exemple d’intégrer les richesses non marchandes et de corriger les indices de prix qui surestiment l’inflation (en négligeant les améliorations qualitatives). Le sous-titre du livre rend compte de l’angle d’approche de Gordon, qui se concentre sur les effets de la seconde révolution industrielle (RI) sur le bien-être des ménages plutôt que sur le fonctionnement des entreprises.

2L’exposition s’effectue en trois temps. La première partie est consacrée à la période qui court de la fin de la guerre civile au début de la Seconde Guerre mondiale (1870-1940). Les innovations de la seconde RI ont alors fait passer les États-Unis d’un pays agricole et rural à un pays essentiellement industriel et urbain. La seconde partie traite des années 1940 à nos jours. Dans la continuité des décennies précédentes, les Américains connaissent une amélioration notoire de leur niveau de vie entre 1940 et 1970. La progression des niveaux de vie s’atténue ensuite du fait du ralentissement des gains de productivités. La troisième partie vise à fournir une interprétation du « grand bond en avant » des années 1920-1950 et des faibles perspectives de croissance future que l’auteur prédit (p. 535). Dans cette optique, il recense les principaux « vents contraires » qui inhibent la croissance américaine depuis 1970. Nous présentons et discutons les principaux arguments de chaque partie.

3Dans la première partie, l’auteur commence par dresser un état des lieux de l’Amérique « à l’aube de sa modernité ». Les trois quarts de la population travaillent alors dans l’agriculture et la vie économique est essentiellement rythmée par la lumière du soleil et les variations climatiques saisonnières. Il traite ensuite des transformations engendrées par les innovations productives et commerciales de la seconde RI. Les améliorations dans l’habillement et la nourriture sont lentes et graduelles. À l’inverse, le secteur de l’habitat est celui où les innovations se diffusent le plus rapidement. Les logements sont rapidement connectés aux réseaux d’eau courante, d’électricité et bénéficient du chauffage centralisé. Dans le domaine des transports, les chemins de fer puis les services publics urbains et l’automobile permettent de désenclaver en partie les populations rurales. En 1940, plus de la moitié de la population vit désormais dans des villes dont « l’échelle, les dimensions et la texture » ont irrémédiablement changé. C’est cette « transition d’une Amérique rurale vers une société urbaine » qui ne peut se produire « qu’une seule et unique fois » dans l’histoire (p. 170). Les principales améliorations des conditions de vie concernent également les télécommunications, la santé, les conditions de travail et l’éducation. Le dernier chapitre de cette première partie revient finalement sur le mythe selon lequel la fin du XIXe siècle est « une ère de laissez-faire ». Gordon montre que la puissance publique fédérale, par un ensemble de régulations, a favorisé le développement économique et accompagné le processus d’innovation, tout en tentant de freiner certains effets pervers. Cette première partie est selon nous la plus convaincante de l’ouvrage dans la mesure où l’auteur arrive à faire ressentir les effets révolutionnaires induits par différentes innovations dans le quotidien des Américains, tout en illustrant statistiquement leurs rythmes de diffusion.

  • 2 Gordon profite de ces réflexions pour souligner que ces innovations ont engendré un problème majeur (...)

4La deuxième partie de l’ouvrage traite de la période 1940-2015. Gordon explique que les grandes améliorations dans l’habillement, la nourriture et le logement intervenues entre 1940 et 1970 prennent racine dans la période précédente et sont renforcées par l’élargissement de l’accès aux supermarchés, aux réfrigérateurs, à la télévision ou à l’air conditionné. Les gains de productivité permis par les innovations de la seconde RI s’épuisent peu à peu. Gordon considère que les innovations postérieures aux années 1970 sont de nature incrémentale plutôt que radicale. Dans le domaine des transports, l’industrie automobile continue de croître quantitativement et de gagner en sécurité et en performance, notamment grâce à la mise en place du système autoroutier. L’aviation civile, qui effectue ses premiers balbutiements à la fin des années vingt, se développe grâce à une réduction de ses prix relativement aux prix des autres moyens de transport au cours des années quarante à soixante-dix2. Les seuls domaines où des progrès notables ont été effectués à partir des années 1970 sont ceux des télécommunications et de l’industrie du loisir, avec les diffusions successives et massives de la télévision, de l’ordinateur, de l’Internet et du smartphone. Cependant, ces innovations n’ont selon lui pas permis d’améliorer les niveaux de vie car elles n’augmentent pas les gains de productivité. En termes d’amélioration des conditions de vie, il y a une différence de nature entre l’invention récente de la voiture sans pilote et l’invention de l’automobile elle-même. Gordon concède toutefois que les innovations de la troisième RI ont bouleversé les modes de vie. Sur ce point, son analyse nous semble cependant aussi sommaire que conventionnelle. Concernant la santé, il explique que les innovations sont confinées à des sphères étroites et qu’elles se diffusent lentement. Il souligne, relativement à son coût, la faible performance du système de santé américain comparé à ceux des autres pays occidentaux, et ce malgré l’Obamacare. Concernant l’éducation, la progression du nombre de diplômés du secondaire et du supérieur continue jusqu’aux années 1970 puis connaît un fort ralentissement depuis, auquel s’ajoute le phénomène d’inflation scolaire. Le départ à la retraite massif des baby-boomers fait quant à lui craindre pour la viabilité du système de sécurité sociale américain mis en place dans les années trente. Depuis les années quatre-vingt, le niveau de vie des retraités est en outre de plus en plus variable et non sécurisé puisque les entreprises américaines sont passées d’un système de pensions à montants garantis à un système où les montants des pensions varient en fonction des gains financiers des fonds qui les récoltent.

  • 3 Ce terme désigne la part de la croissance du produit intérieur brut qui ne s’explique ni par l’augm (...)
  • 4 Le terme peut être trompeur. On aurait tendance à parler de « pessimistes » eu égard aux effets nég (...)

5La troisième partie de l’ouvrage fournit la clé de compréhension de la deuxième. Le premier chapitre traite du « grand bond en avant » de la productivité entre 1920 et 1950. L’auteur affirme premièrement que les innovations de la seconde RI parviennent à maturité au cours de cette époque et dans un cadre économique propice, forgé par le New Deal notamment, qui favorise les gains de productivité, leur partage et par conséquent la hausse des salaires réels. Il estime deuxièmement que la Seconde Guerre mondiale est le « contributeur le plus important » de la croissance de la productivité d’après-guerre. On peut regretter qu’il n’étaye pas son affirmation par une étude précise, du côté de l’offre, des réquisits de la production de guerre en termes de rationalisation, de planification et de coordination industrielle. Selon Gordon, les effets de la troisième RI sur la productivité globale des facteurs3 (PGF) sont concentrés sur une très courte période. Entre 1920 et 1970, le taux de croissance annuel moyen de la PGF est de 1,89%. Au cours de la période suivante, il avoisine les 0,5%. Entre 1994 et 2004, alors qu’il est au plus haut depuis 1970 et que les effets de la troisième révolution se font enfin ressentir, il n’est que de 1%. L’auteur rappelle que les nouvelles technologies n’ont que peu d’effets sur la productivité dans le domaine des services. De plus, l’amélioration de la qualité de l’équipement numérique se fait à taux décroissant. Gordon conteste donc l’idée des « techno-optimistes »4 selon laquelle l’ère de l’ordinateur serait celle du « chômage de masse ». Le dernier chapitre présente pour finir « les vents contraires » qui empêcheront à l’avenir de connaître des taux de croissance de la productivité et des salaires réels comparables à ceux des années 1870-1970. Le premier obstacle à l’élévation des niveaux de vie est constitué par les inégalités économiques croissantes. La faiblesse des syndicats, la mondialisation et l’immigration ont abouti à un partage des gains de productivité au profit exclusif des plus aisés, laminant ainsi la classe moyenne américaine. Parmi les autres vents contraires, Gordon recense le vieillissement de la population, les rendements décroissants de l’éducation, le niveau élevé des dettes publiques ainsi que les problèmes environnementaux.

6L’auteur conclut son livre par quelques propositions politiques qui permettraient de limiter les effets négatifs de ces vents contraires. Il mentionne brièvement une fiscalité plus progressive, un salaire minimum, un crédit d’impôt négatif, la légalisation des drogues5, l’investissement dans l’éducation maternelle et l’immigration choisie. Cette incursion dans la résolution de problèmes pratiques est de loin la partie qui nous semble la plus décevante, au regard de sa banalité, de la rapidité de son traitement et de l’absence de « vision du monde » dont elle témoigne. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage dans son ensemble constitue une contribution majeure dans le domaine de l’histoire économique des États-Unis et du XXe siècle. Il a été salué par la critique, de Bill Gates à Paul Krugman6, et considéré par la presse anglo-saxonne comme un des livres d’économie les plus importants de l’année 2016.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Robert J. Gordon, « US economic growth since 1870: one big wave? », The American Economic Review, vol. 2, n° 89, 1999.

2 Gordon profite de ces réflexions pour souligner que ces innovations ont engendré un problème majeur de pollution, qu’il n’intègre toutefois que très peu dans sa perspective qualitative de réexamen des niveaux de vie.

3 Ce terme désigne la part de la croissance du produit intérieur brut qui ne s’explique ni par l’augmentation du facteur capital ni par l’augmentation du facteur travail. On considère depuis les travaux de Robert Solow que la PGF est une mesure du « progrès technique ».

4 Le terme peut être trompeur. On aurait tendance à parler de « pessimistes » eu égard aux effets négatifs de l’informatique sur l’emploi. Gordon parle de techno-optimisme car ces personnes, selon lui, surestiment la capacité productive de ces nouvelles technologies.

5 Selon Gordon, la légalisation des drogues permettrait de réduire le nombre de jeunes déscolarisés du fait qu’ils sont en prison, et incidemment faiblement employables. Cela permettrait aussi de réduire le coût public de fonctionnement du système carcéral.

6 https://www.nytimes.com/2016/01/31/books/review/the-powers-that-were.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chirat, « Robert J. Gordon, The Rise and Fall of American Growth: the US standard of living since the civil war », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23846

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page