Navigation – Plan du site

Laurence Dubois, L’asile de Hanwell. Un modèle utopique dans l’histoire de la psychiatrie anglaise ?

Alexandre Klein
L'asile de Hanwell
Laurence Dubois, L'asile de Hanwell. Un modèle utopique dans l'hisoire de la psychiatrie anglaise ?, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017, 315 p., ISBN : 9782878549256.
Haut de page

Texte intégral

1Désormais maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris Nanterre, Laurence Dubois a enseigné plusieurs années dans une structure de soins psychiatriques, avant de soutenir, l’année dernière, une thèse de doctorat en études anglophones. Cette dernière, qui lui a valu le prix de thèse des Presses Sorbonne Nouvelle et qui paraît donc aujourd’hui chez ce même éditeur, porte sur la psychiatrie anglaise. Elle aborde plus précisément l’histoire de l’asile de Hanwell, près de Londres, connu dans le monde entier pour avoir généralisé, dès la première moitié du XIXe siècle, une politique du non-restraint. En effet, entre 1839 et 1852, sous l’impulsion de son directeur médical le Dr. John Conolly, l’asile bannit toutes les contentions physiques et mécaniques au profit de l’instauration d’un moral management fondé sur le divertissement, le loisir et l’éducation des aliénés. C’est sur cet épisode singulier de l’histoire psychiatrique, sur les conditions de son avènement comme sur les limites de sa poursuite, que Dubois se propose de revenir dans cet ouvrage.

2Dans une introduction claire et détaillée, l’auteure précise tout d’abord sa position historiographique nuancée ainsi que son attachement à lutter contre l’image négative que les asiles continuent à avoir dans l’imaginaire commun. Elle présente ensuite son projet qui cherche, selon ses mots, « à rassembler des preuves tangibles visant à établir les conditions de la vie quotidienne dans un asile victorien, et à définir le projet qui sous-tend la prise en charge des patients, dans sa dimension tant sociale que médicale » (p. 18). Pour ce faire, elle a dépouillé, sur plus de soixante ans, les archives institutionnelles de l’asile, ainsi que les journaux locaux et nationaux, tout en consultant une large littérature secondaire déjà existante tant sur la période et le pays que sur l’institution en question. Le résultat de son analyse est présenté dans les 240 pages qui suivent, en quatre grandes parties distinctes.

  • 1 Forme de relation thérapeutique faisant appel à l’intellect et aux émotions (passions), le traiteme (...)

3La première porte sur le contexte médical, social et législatif de prise en charge des aliénés dans l’Angleterre du XIXe siècle. Dubois y revient d’abord sur l’émergence de la profession psychiatrique outre-Manche et sur la figure « emblématique » de John Conolly (1794-1866) qui, après des débuts de carrière difficiles, est embauché comme surintendant de Hanwell en 1839, avant de démissionner en 1852 face aux difficultés qu’il rencontre, notamment avec les magistrats en charge de l’institution. Elle retrace ensuite les conditions de la création de l’asile d’Hanwell en 1831, qui fait suite à l’adoption de nouvelles lois en faveur de la prise en charge des aliénés. Elle s’attarde enfin sur la philosophie du non-restraint prônée et mise en place par Conolly dans cette institution, et en particulier sur ses liens étroits avec le traitement moral1 inauguré en France par Pinel et en Angleterre par Tuke. S’il n’est pas le premier à libérer les malades de leurs contentions, Conolly est néanmoins reconnu comme le père du non-restraint, parce qu’il va réussir à l’imposer, de manière plutôt efficace, à une communauté de près d’un millier de patients. Son moral management, forme plus pragmatique du moral treatment, dépasse néanmoins le simple abandon des contentions. Il vise plus largement à offrir des conditions de vie agréables aux patients de son asile, que ce soit en leur fournissant une nourriture suffisante et agréable ou des occupations nombreuses et variées. Ainsi, les loisirs et les festivités sont légion à Hanwell où les malades profitent d’une liberté certes accrue par rapport à d’autres institutions, mais néanmoins strictement encadrée.

4La seconde partie de l’ouvrage détaille le rôle de ces divertissements dans le dispositif de soin établi par Conolly. Les distractions sont en effet considérées par l’aliéniste comme partie intégrante de la thérapie qu’il entend mener. Celles-ci incluent tant un cadre de vie agréable que des exercices physiques, des soins aux animaux ou des passe-temps comme l’écriture, le dessin ou la musique. Les fêtes et autres évènements publics sont également au cœur de cette stratégie de moral management. Elles sont donc nombreuses à Hanwell, que ce soit pour la fin de l’année, où des centaines d’aliénés se réunissent autour d’un bon repas, ou au cours de l’été où ils profitent d’une tasse de thé en écoutant du piano. Le rôle des infirmières et de la surveillante générale est ici essentiel, car ce sont elles qui organisent et gèrent l’ensemble de ces manifestations, ainsi que la mise en place des kermesses au cours desquelles l’asile accueille des visiteurs venus de l’extérieur, afin d’assurer tant sa bonne réputation qu’une partie de son financement. Mais au quotidien, les loisirs sont également très présents entre les murs de l’institution, et ce afin d’éviter autant que possible le désœuvrement des malades. Ainsi, on joue aux cartes, aux dominos, aux boules, au cricket, mais aussi du piano ou de la flûte. On peint, on lit, on écrit, on brode, on jardine ou en prend le grand air dans le parc. Enfin, les visites des proches, qui ne doivent néanmoins pas excéder 30 minutes, sont aussi des divertissements encouragés par l’administration de l’asile. Cette thérapie innovante mise en place par Conolly a néanmoins des effets assez limités, puisque comme dans les autres asiles de l’époque, le taux de guérison reste très bas à Hanwell. Certes, certains malades en sortent reposés ou améliorés, mais beaucoup multiplient les séjours ou restent, comme incurables, toute leur vie entre les murs de l’institution.

5Pourtant, les divertissements ne sont pas la seule arme thérapeutique déployée par Conolly. Son plan thérapeutique s’appuie sur un second volet, qui est détaillé dans la troisième partie de l’ouvrage : l’éducation. Dès son arrivée, Conolly s’attache en effet à connaître et à améliorer l’instruction de ses pensionnaires. Pour ce faire, il ouvre, avec l’aide du révérend Burt qui fait office d’aumônier dans l’institution, une école au sein de l’asile. Cette dernière propose un enseignement religieux, mais pas seulement. On y apprend aussi à lire et à écrire, ainsi que la géographie, l’histoire naturelle ou l’arithmétique. Des conférences sur divers sujets sont également régulièrement présentées, en plus de ces classes de journée et des cours du soir. Une lanterne magique est même acquise en 1844 pour proposer des projections qui participent tant de l’instruction des patients que de leur divertissement. Cette nouvelle stratégie thérapeutique fait de l’asile de Hanwell un modèle pour le reste de l’Angleterre, et même au-delà, mais un modèle peut-être utopique, comme se le demande finalement l’auteure dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage.

6Pour juger de la portée de l’ambition et des réalisations du Dr. Conolly, Dubois revient tout d’abord sur leur dimension politique en comparant le travail du psychiatre à l’œuvre du théoricien social Robert Owen (1771-1858), inventeur de l’école primaire en Angleterre. Dubois note ainsi, sans pour autant retrouver de preuves concrètes d’influence directe, une filiation certaine entre les démarches, notamment éducatives, mises en place par Conolly et l’œuvre utopiste et sociale d’Owen. Elle note que tous deux ont établi des projets d’ingénierie sociale reposant sur un paternalisme bienveillant et un despotisme éclairé, au point que l’on puisse considérer Conolly comme « une sorte de Robert Owen de la psychiatre anglaise » (p. 210). Elle étudie ensuite comment Hanwell s’est imposé comme une institution modèle, que ce soit par le biais de certaines figures politiques ou de médias qui en vantèrent publiquement les mérites, ou grâce à un réseau de collaborateurs qui, après avoir travaillé ou s’être formés aux côtés de Conolly, appliquèrent ses méthodes et poursuivirent son œuvre dans d’autres institutions à travers l’Angleterre. Car à Hanwell, l’utopie ne résiste pas au départ de son instigateur. Dès 1853, l’école ferme, tandis que progressivement les contentions mécaniques sont réintroduites dans l’asile. Même si les administrateurs vont, un temps, lutter pour maintenir la politique du non-restraint, le décès ou le départ successif des proches collaborateurs de Conolly fait disparaitre son héritage. Certes, les sorties continuent, comme les fêtes, mais l’esprit n’est plus le même, les objectifs comme la philosophie ont changé. Moins de vingt ans après le départ de Conolly, on est déjà bien loin de son idéal, « et la récréation semble avoir pris le pas sur toute autre considération, et s’imposer en lieu et place de toute éducation » (p. 249).

7Au final, la concrétisation de l’utopie portée par Conolly n’aura été, selon Dubois, qu’une parenthèse « enchantée » dans l’histoire de Hanwell comme de la psychiatrie anglaise. Si son modèle s’est certes imposé dans d’autres lieux, au point de faire de l’Angleterre un modèle de bienveillance pour les psychiatres d’autres pays, notamment la France où le modèle ne sera pourtant jamais vraiment repris, ce fut toujours à une moindre échelle ou dans une moindre mesure. Cette période d’optimisme thérapeutique dans laquelle s’inscrivait l’œuvre de Conolly ne dura en effet pas et à long terme l’asile victorien fut un échec tant il ressembla davantage à un mouroir sordide qu’à un idyllique lieu de traitement par l’instruction et le divertissement. L’expérience menée à Hanwell reste pourtant, comme le suggère Dubois en conclusion de son ouvrage, un modèle pour les institutions psychiatriques d’aujourd’hui qui restent, en France comme ailleurs, confrontées à des problèmes de respect de la dignité et de la liberté des patients.

8 Écrit dans un style clair et rigoureux, cet ouvrage offre au lecteur francophone une excellente vue d’ensemble de l’expérience psychiatrique menée par le Dr. Conolly à Hanwell. Il contribue en outre à détailler cet épisode pourtant bien connu de l’histoire psychiatrique anglaise tout en s’attachant à le replacer, habilement, dans son contexte social et surtout politique. Le propos est toujours mesuré et les conclusions élaborées avec nuance. Les sources primaires, nombreuses et souvent inédites, sont toujours analysées avec minutie et attention, tandis que les sources secondaires, elles aussi nombreuses, sont constamment mises en perspective à l’aune d’une véritable analyse historiographique critique. Le glossaire, la chronologie et les trois index qui figurent en annexe, aux côtés de quelques reproductions d’archives, confirment la volonté didactique de son auteure. Pour toutes ces raisons, et bien que l’ensemble reste quelque peu scolaire, cet ouvrage s’impose comme une contribution de qualité à l’historiographie francophone de la psychiatre anglaise. Le lecteur pourra néanmoins regretter que l’analyse reste en grande partie assez éloignée de l’expérience quotidienne de l’asile comme du vécu de ses pensionnaires, qui étaient pourtant clairement énoncés par l’auteure comme les objectifs centraux de son ouvrage. Il faut dire que ses sources, principalement institutionnelles, permettent difficilement d’accéder à la réalité quotidienne vécue par les aliénés ou même les soignants. Si l’auteure s’explique très clairement en introduction sur le choix de ses archives et sur la difficulté à recourir à des archives plus révélatrices sur les pratiques et la vie quotidiennes dans l’institution, comme des dossiers de patients par exemple, on peut s’étonner qu’elle maintienne néanmoins explicitement son ambition d’accéder à la vie même de l’asile d’Hanwell, parlant d’ailleurs, à cet égard, de l’adoption d’une perspective « phénoménologique » (p. 23). Car de fait, elle traite plus du contenant que du contenu, de la structure et des offres théoriques de services que de la réalité effective de la prise en charge quotidienne des patients. Mais ce léger décalage entre les objectifs annoncés et le travail réalisé n’empêche en rien cet ouvrage de s’imposer comme une excellente étude d’histoire sociale et politique de la psychiatrie, et de ce fait comme une référence de choix pour quiconque s’intéresse à la prise en charge de la folie hier comme aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Forme de relation thérapeutique faisant appel à l’intellect et aux émotions (passions), le traitement moral, qui a été théorisé par Philippe Pinel, se fonde sur le dialogue avec l’aliéné, sur une forme de bienveillance et d’écoute de la part du médecin, ainsi que sur une directivité de type pédagogique et au besoin autoritaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Laurence Dubois, L’asile de Hanwell. Un modèle utopique dans l’histoire de la psychiatrie anglaise ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 26 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23849

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page