Navigation – Plan du site

Benito Bermejo, Le photographe de Mauthausen. L’histoire de Francisco Boix et des photos dérobées aux SS

Jean Bernatchez
Le photographe de Mauthausen
Benito Bermejo, Le photographe de Mauthausen. L’histoire de Francisco Boix et des photos dérobées aux SS, Liège, Les Territoires de la mémoire, coll. « Points d'encrage », 2017, 296 p., préfaces de Anne Hidalgo et Daniel Simon, ISBN : 9782930408378.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage retrace le parcours de Francisco Boix, un photographe républicain espagnol exilé en France en 1939, déporté au camp de concentration de Mauthausen en Autriche en 1941 où il avait la responsabilité du laboratoire de photographie, rescapé de ce camp en 1945, puis mort en France en 1951 à l’âge de 31 ans. L’année 2017 marque le moment où sa dépouille est transférée au cimetière du Père Lachaise. En préface du livre, Anne Hidalgo, maire de Paris, rend hommage au jeune homme dans le contexte de cet événement.

2L’historien Benito Bermejo a signé en 2002 une première édition de ce livre, enrichi et actualisé avec l’édition de 2017. Il présente les résultats d’une enquête historique sérieuse et approfondie, certes marquée par une admiration pour le jeune Boix, mais sans complaisance. Des centaines de photos illustrent le volume ; elles ne heurtent pas la sensibilité du lecteur, sauf quelques-unes qui rendent compte sans artifice des atrocités commises. Plusieurs portraits représentent les victimes et les bourreaux avec une troublante banalité : certains détenus adressent un sourire au photographe, comme si cela pouvait adoucir le sort qui leur est réservé ; les bourreaux posent dans un uniforme orné de symboles SS. Hormis les vêtements, rien ne permet de distinguer les victimes des bourreaux puisque les premiers ne sont pas encore amaigris par les sévices qu’ils subiront, et que les seconds semblent poser pour une photo de passeport.

3Les photos ont été prises par des SS au camp de Mauthausen, puis volées par Francisco Boix et cachées dans une maison du village. C’est là un « acte de foi dans un avenir au-delà du camp », écrit en préface du livre Daniel Simon, président de l’Amicale de Mauthausen. Francisco Boix est un « révélateur du visible » et son action contribue à documenter le procès de Nuremberg : « Quelle certitude dans la défaite des nazis ces hommes n’ont-ils pas portée en eux, et quelle intelligence dans la force de témoignage que recelaient les images SS volées ! » (Daniel Simon, p. 15). D’autres photos du livre ont été prises par Boix après la libération du camp et plusieurs clichés illustrant sa vie ont été réalisés par des photographes anonymes.

  • 1 Levi Primo, Si c’est un homme, Paris, Pocket, 1988.

4L’introduction relate les circonstances qui ont incité l’historien à s’intéresser à son sujet. En 1991, alors qu’il discute avec un exilé de la guerre d’Espagne, il voit des photos dérobées par Boix et s’étonne que ce témoin important au procès de Nuremberg (il identifie et commente les photos prises par les SS) soit si peu connu. S’ensuit une enquête qui le mène à la rencontre de témoins espagnols, français et allemands, entre autres un SS qui garde en 2001 un souvenir vivace de l’homme : « Boix était bavard, blagueur, dynamique, un peu exalté et il ne cachait pas ses opinions politiques, tout en se présentant comme un éternel rebelle » (p. 34). Comment un rebelle a-t-il pu survivre dans un camp de concentration nazi ? « Il a su faire », en déduit Daniel Simon. L’enquête de Bermejo montre que Boix n’appartient pas à la « zone grise » décrite par Primo Levi1 : celle des détenus qui, pour survivre, exercent des fonctions de compromission avec les SS. Des ressentiments de certains camarades de détention rencontrés par l’historien « préservent de penser que la société du camp pouvait produire des héros lisses et transparents » (p. 19). Les compétences de Boix en photographie (non pour la prise de vue mais pour le développement, en laboratoire) sont un atout pour lui et une occasion que les SS vont exploiter.

5Le premier chapitre met en scène le jeune Francisco Boix de Barcelone, enfant d’une famille aux convictions catalanistes affirmées, militant dès l’âge de 16 ans au sein des Jeunesses socialistes unifiées. Durant la guerre d’Espagne, il est photographe pour la revue du Parti. Il offre ses services à titre gracieux, ce qui lui permet de disposer de pellicules, de flashes et de produits de développement des photos, un matériel pratiquement impossible à se procurer à cette époque. Boix est davantage passionné par la photographie que par la politique : « il possédait un Leica de fabrication allemande considéré alors comme le meilleur dans son genre et qui jouit encore aujourd’hui d’une aura mythique parmi les passionnés de la photo » (p. 46).

6Le chapitre deux trace son parcours en France. En 1939, lors de la prise de Barcelone par le général Franco, Boix est parmi les 500 000 Espagnols à traverser la frontière et il est logé dans un camp de réfugiés. Les « rouges espagnols » sont craints par les populations locales, mais le conflit contre l’Allemagne nazie se profilant, les réfugiés peuvent contribuer à l’effort de guerre. Boix rejoint alors une Compagnie de travailleurs étrangers (CTE). En 1940, il est emprisonné en France par les Allemands avec d’autres républicains espagnols. En 1941, il est conduit au Stalag XI-B de Fallingbostel en Allemagne puis au camp de Mauthausen avec 1 500 autres républicains espagnols. Les « combattants de l’Espagne rouge » sont déchus de leur condition de prisonniers de guerre et ils portent le triangle bleu avec la lettre S correspondant à leur condition d’Espagnols.

7Le chapitre trois dresse le portrait de la vie dans le camp de Mauthausen. Y sont détenus des Espagnols et des Polonais, mais aussi des « asociaux », des homosexuels et des prisonniers de droit commun. « Il y avait un triangle létal formé de trois éléments : l’alimentation insuffisante, le travail dur sous les intempéries et une série de maladies ; chacun de ces éléments renforçait les deux autres » (p. 84). Un prisonnier recense 35 manières de mourir à Mauthausen et les principales sont le fait d’un suicide. Cependant, rien n’est pire que la mort par épuisement, lors du transport des pierres qui servent à la construction de la forteresse et de la cité-jardin (Siedlungsbau), des maisons avec jardins et piscines pour les officiers SS et leurs familles. Environ 200 000 prisonniers passent par Mauthausen entre 1938 et 1945 et la moitié y trouve la mort.

8Le chapitre quatre met en lumière le rôle de la photographie dans le camp de Mauthausen, un élément intégré dans l’appareil répressif et d’extermination. Elle a pour fonction d’enregistrer les caractéristiques des individus grâce au portrait. La plupart des prisonniers sont photographiés à leur arrivée, mais c’est aussi le cas des SS. La photographie permet également de documenter les activités du camp. Mauthausen se distingue des autres camps : les photos sont plus nombreuses et plus révélatrices des activités criminelles des SS. Le laboratoire de photographie (Erkennungsdienst) est bien équipé. Francisco Boix y occupe une position d’autorité parmi les autres détenus. Le responsable SS de l’unité lui permet d’être autonome parce qu’il le sait compétent et efficace. Il dispose d’une liberté de mouvement, ce qui explique qu’il puisse dérober des photos. Entre 1943 et 1945, ordre est donné de brûler les photos compromettantes. Cette tâche est confiée à Boix, qui vole 20 000 des 60 000 photos de la collection.

9Le chapitre cinq présente les circonstances de la libération du camp de Mauthausen en mai 1945 par l’armée des États-Unis et du travail de reporter de Boix à l’intérieur de l’enceinte, jusqu’en juin. « Boix photographia aussi bien les monceaux de cadavres à différents endroits du camp que l’air réjoui de ses compagnons détenus devant la liberté retrouvée » (p. 174). Quelques patrouilles de reconnaissance entrent dans le camp le 5 mai, mais elles se replient aussitôt. Ce que les photos montrent de la libération du camp est une reconstitution réalisée le 7 mai.

10Le chapitre six relate le rôle de témoin joué par Francesco Boix aux procès de Nuremberg (28 et 29 janvier 1946) et de Dachau (29 mars 1946). Le verbatim de ses témoignages est reproduit dans le livre. Les photos projetées à cette occasion – celles dérobées par Boix – constituent le vecteur des questions adressées au témoin. On y voit les personnalités SS qui ont visité le camp (elles ne peuvent donc nier être complices) et des photos explicites des conditions de vie et de mort des détenus.

  • 2 Pour en apprendre plus sur Francisco Boix, un film documentaire en espagnol (Mauthausen Francisco B (...)

11Le chapitre sept conclut l’ouvrage et porte sur l’après-guerre, lorsque Boix travaille en France comme reporter-photographe pour plusieurs publications proches du parti communiste français, dont L’Humanité. Il couvre tous les sujets, de la politique aux sports, notamment sur une moto lors de quelques Tours de France. On le voit même parfois dans la bande dessinée publiée dans L’Humanité, Pif le chien, clin d’œil de son ami Arnal, créateur de cette bande dessinée. De santé fragile, Boix meurt le 4 juillet 1951 à Paris. Des témoins rencontrés par l’historien Benito Bermejo disent avoir eu entre les mains les mémoires de Francesco Boix2, intitulées Spaniaker (terme méprisant utilisé par les SS pour désigner les républicains espagnols), mais le précieux manuscrit demeure introuvable.

12L’ouvrage de Benito Bermejo est d’un grand intérêt historique. Il précise sa démarche d’enquête au fil des pages, puisqu’il croise les témoignages et appuie les faits relatés grâce à plusieurs sources écrites et orales. Certains de ces témoignages se contredisent et l’historien ne manque pas de préciser qu’il s’agit là de zones d’ombre que la science historique ne permet pas d’éclairer. Le vecteur de son récit, la personne de Francisco Boix, donne une force particulière à l’ouvrage : sans être un « héros lisse et transparent », il n’en est pas moins une personne remarquable qui a risqué sa vie pour témoigner des crimes qu’il a observés. Le livre est donc une riche contribution à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Levi Primo, Si c’est un homme, Paris, Pocket, 1988.

2 Pour en apprendre plus sur Francisco Boix, un film documentaire en espagnol (Mauthausen Francisco Boix. Un Fotógrafo En El Infierno) est disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=_1Bx1L_3nvI&t=17s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Benito Bermejo, Le photographe de Mauthausen. L’histoire de Francisco Boix et des photos dérobées aux SS », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 novembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23850

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page