Navigation – Plan du site

Brigitte Esteve-Bellebeau et Mathieu Touzeil-Divina, « Laï-Cités et discrimination(s) », Les cahiers de la LCD, n° 3, 2017

Laetitia Guilloud-Colliat
Laï-Cités et discrimination(s)
Brigitte Esteve-Bellebeau, Mathieu Touzeil-Divina (dir.), « Laï-Cités et discrimination(s) », Les cahiers de la LCD, n° 3, 2017, 183 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343116457.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce numéro a fait l’objet d’une collaboration avec le Journal du droit administratif qui a publié pl (...)
  • 2 Cf. notamment Clément Benelbaz, Le principe de la laïcité en droit public français, Paris, L’Harmat (...)
  • 3 Voir par exemple l’enquête de Martine Barthélemy et Guy Michelat. « Dimensions de la laïcité dans l (...)
  • 4 On peut se référer, sur ces deux disciplines, aux multiples ouvrages de Jean Baubérot.

1Dans un contexte propice marqué par de nombreuses polémiques – on évoquera par exemple les débats récents suscités par l’installation de crèches dans les lieux publics ou par le port du burkini sur les plages –, le troisième numéro des Cahiers de la LCD, co-dirigé par Brigitte Esteve-Bellebeau et Mathieu Touzeil-Divina, entreprend d’apporter un nouvel éclairage scientifique sur la notion de laïcité1. Le pari est audacieux, tant la laïcité a fait l’objet de réflexions approfondies dans les différentes disciplines du droit2, de la science politique3, de l’histoire et de la sociologie4, sans même parler de la philosophie. Pourtant, on n’hésitera pas à affirmer que le défi est relevé. En effet, réunissant les contributions d’auteurs provenant d’horizons différents : universitaire (la plupart des contributeurs sont des enseignants-chercheurs, principalement mais pas exclusivement en droit), politique (Marik Fetouh est adjoint au maire de Bordeaux), ou administratif (Vincent Lorius est chef d’établissement scolaire), ce numéro des Cahiers de la LCD parvient, selon les ambitions de ses coordinateurs, à donner un éclairage « pluriel [et] contemporain » (p. 13) de la laïcité.

2Dès l’introduction, Esteve-Bellebeau et Touzeil-Divina présentent les diverses déclinaisons de la laïcité – « républicaine » en ce qu’elle consacre l’autonomie du pouvoir politique à l’égard du religieux, « antalgique » lorsqu’on lui demande de résoudre les difficultés auxquelles la société est confrontée, « globalisée » dès lors qu’elle revêt différentes acceptations selon les États, « de combat » ou « apaisée », selon qu’on estime nécessaire de remettre en cause l’influence du religieux ou que l’on juge satisfaisant l’équilibre actuel – pour mieux en souligner en définitive sa dimension « latitudinaire », c'est-à-dire à géométrie variable, « ambigüe et malheureusement [...] pleine de contradictions » (p. 16). Revenir sur les débats entourant la notion n’est cependant pas l’ultime ambition des auteurs qui souhaitent également illustrer comment cette dernière « est confrontée aux religions et aux discriminations dans la Cité » (p. 17).

3La première partie réunit ainsi quatre contributions, lesquelles visent à inscrire « les laïcité(s) plurielles au cœur de la Cité », et à éclairer la manière dont certaines acceptions de la notion conduisent en définitive à légitimer les discriminations exercées à l’égard de minorités en raison de leur appartenance religieuse. À cet égard et sans surprise, les rapports entre laïcité et islam en France sont plus particulièrement explorés, même si l’article d’Alexandre Ciaudo sur « les crèches de Noël dans les bâtiments publics » s’intéresse pour sa part à la jurisprudence du Conseil d’État sur les crèches installées soit dans les bâtiments publics, soit en dehors de ces derniers par des personnes publiques, jurisprudence dans laquelle il perçoit la manifestation d’une laïcité « apaisée ». La contribution de Mathieu Touzeil-Divina, intitulée « Voile(s) de la laïcité », illustre ainsi autour de quatre exemples emblématiques (l’autorisation du voile à l’Université, son interdiction à l’école, les polémiques autour de la burqa et du « burkini »), la manière dont les débats juridiques autour du voile en France sont menés « contre les expressions de la religion musulmane » (p. 21). Volontairement malicieux, voire provocateur, l’auteur n’hésite pas à interpeller les lecteurs sur le paradoxe consistant à interdire le port du voile intégral dans l’espace public au nom de préoccupations sécuritaires (pouvoir identifier tout citoyen dans l’espace public), tout en imposant au nom de la sécurité routière le port d’un casque de moto qui peut cacher le visage. Dans le même sens, Marik Fetouh, dans sa contribution intitulée « La laïcité : d’un principe cohésif à une légitimation du rejet », déplore que « d’un principe fondamentalement intégrateur, la laïcité devien[ne] aujourd’hui un principe qui vise à restreindre la liberté de conscience » (p. 45), plus particulièrement – pourrait-on ajouter – celle des femmes musulmanes. Plus général, l’article de Valérie Orange (« Laïcité dans le monde et approches plurielles des discriminations ») vise pour sa part à mettre en perspective le modèle de laïcité « à la française ». S’il contribue effectivement à souligner la « variété de modèles laïques, dont aucun ne peut se prévaloir d’être le “vrai” », on regrettera néanmoins que la description l’emporte quelque peu ici sur l’analyse comparatiste, en dépit de l’effort de synthèse intervenant en conclusion.

  • 5 Cette laïcité combat se manifeste notamment lors des débats, souvent virulents, opposant le père de (...)
  • 6 Ainsi, souligne l’auteur, alors qu’imposer le respect de la laïcité (en tant que valeur et de maniè (...)

4La seconde partie de ce numéro des Cahiers réunit trois contributions qui illustrent l’appréhension de la laïcité par deux services publics que sont l’école et la prison. À ce titre, il est particulièrement intéressant de constater les divergences de points de vue entre les auteurs sur la question particulière de l’école. En effet, si Jacques Viguier plaide en faveur du retour à une « laïcité-combat » au sein des établissements scolaires – celle qui s’illustre dans les Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol5 – face à l’influence qu’y exerce non plus le catholicisme mais l’islam, on remarquera que les modalités de mise en œuvre de cette dernière n’émergent pas clairement de la contribution de l’auteur. À l’inverse, Vincent Lorius soutient pour sa part que « la laïcité peut difficilement servir de cadre de régulation aux attitudes des élèves » et propose, dans le cadre d’une démarche qui nous apparaît plus pragmatique, « de promouvoir le respect de règles plutôt que de principes »6 (p. 89). Enfin, dans une contribution particulièrement éclairante sur un sujet souvent méconnu – si ce n’est dans son volet médiatique de la radicalisation en prison – Julia Schmitz évoque, quant à elle, la difficile conciliation de la laïcité et de la liberté de religion au sein de l’espace carcéral. En effet, comme le souligne l’auteur, « au sein de l’établissement pénitentiaire, la liberté de religion se transforme en droit créance dont l’État devient le débiteur » (p. 110). L’administration pénitentiaire doit ainsi permettre au détenu d’accéder au culte de son choix, voire lui fournir des menus adaptés à ses convictions religieuses, ce qui en la matière réduit à néant toute prétention de l’État de se tenir à distance du fait religieux.

5Dans une conclusion en forme d’entretien, Anne Rinnert revient sur l’actualité du principe de laïcité et propose à cette occasion une série d’autres pistes qui pourraient être explorées en relation avec cette notion : le terrorisme, les inégalités économiques et sociales, le communautarisme… Preuve que si ce troisième numéro des Cahiers de la LCD n’a pas épuisé le sujet, il a néanmoins le mérite d’en avoir ravivé la flamme.

Haut de page

Notes

1 Ce numéro a fait l’objet d’une collaboration avec le Journal du droit administratif qui a publié plusieurs contributions en ligne.

2 Cf. notamment Clément Benelbaz, Le principe de la laïcité en droit public français, Paris, L’Harmattan, 2011.

3 Voir par exemple l’enquête de Martine Barthélemy et Guy Michelat. « Dimensions de la laïcité dans la France d'aujourd'hui », Revue française de science politique, vol. 57, n° 5, 2007, p. 649-698.

4 On peut se référer, sur ces deux disciplines, aux multiples ouvrages de Jean Baubérot.

5 Cette laïcité combat se manifeste notamment lors des débats, souvent virulents, opposant le père de l’auteur, ardant défenseur de la laïcité, et son oncle, catholique pratiquant.

6 Ainsi, souligne l’auteur, alors qu’imposer le respect de la laïcité (en tant que valeur et de manière générale) dans les établissements scolaires peut être source d’ambiguïté et donc de débats, « préciser concrètement comment les signes religieux doivent être considérés et organisés dans l’enceinte scolaire permet de savoir exactement ce qui est autorisé et interdit », p. 93-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Guilloud-Colliat, « Brigitte Esteve-Bellebeau et Mathieu Touzeil-Divina, « Laï-Cités et discrimination(s) », Les cahiers de la LCD, n° 3, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23851

Haut de page

Rédacteur

Laetitia Guilloud-Colliat

Professeur de droit public, Faculté de droit, Université Grenoble-Alpes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page