Navigation – Plan du site

Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique

Benjamin Mai
Des soviets au communisme bureaucratique
Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d'une subversion, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2017, 352 p., 1ère éd. 1980, avant-propos inédit, ISBN : 978-2-07-273462-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferro Marc, La Révolution de 1917, Paris, Aubier, 1967.
  • 2 Renouvin Pierre, Duroselle Jean-Baptiste, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)

1Connu du grand public pour son Histoire parallèle, où il commentait chaque semaine, à la télévision, des archives cinématographiques portant sur les grands protagonistes de la Seconde Guerre mondiale, Marc Ferro est aussi un spécialiste de l’histoire de l’URSS. Il s’engagea dans cette voie dans les années 1960, sur les conseils de Pierre Renouvin, qui l’orienta vers une thèse de doctorat sur la révolution de 19171. Particulièrement intéressé par le poids des « forces profondes » dans le développement des relations internationales2, Pierre Renouvin fit école auprès de son élève, puisque c’est par la même approche que Marc Ferro construisit ses histoires de la révolution russe. Nommé par Fernand Braudel secrétaire de rédaction des Annales, dont il devint ensuite le co-directeur, Marc Ferro est bien un historien des structures. Ainsi, dans son ouvrage, paru en 1980 et republié en 2017 à l’occasion du centenaire de la révolution, il explique le passage de la démocratie au communisme bureaucratique en URSS par l’existence de pratiques qui, loin d’être propres aux Bolcheviks ou à Staline, étaient endogènes à la société russe du début du XXe siècle.

2Au seuil de son ouvrage, l’historien explique qu’il souhaite en finir avec trois légendes : d’abord, celle « qui veut dater de l’époque de Staline, pas d’avant, la subversion de l’idéal socialiste » ; ensuite, celle qui impute l’existence du totalitarisme bureaucratique de type soviétique « au léninisme, au parti communiste, à eux seuls » (p. 19) ; enfin, celle qui limite l’explication de la révolution à un affrontement entre partis ou entre classes, et qui néglige ainsi les luttes que se vouèrent d’autres types d’organisations, comme les syndicats, les soviets de comités d’usine ou de quartier, la Garde Rouge, ou encore les organisations nationales.

  • 3 Studer Brigitte, « Totalitarisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 20 (...)
  • 4 Werth Nicolas, « Le Stalinisme au pouvoir. Mise en perspective historiographique », Vingtième Siècl (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir notamment : Leopold Haimson, « The Problem of Social Stability in Urban Russia, 1905-1917 », S (...)

3Grâce à une approche sociale par le bas, l’auteur, en 1980, apportait un renouveau à la vision qui avait dominé dans les années 1950-1960, dans le contexte du début de la guerre froide et des procès de Nuremberg. Jugé trop « positiviste, descripti[f] et anhistorique »3, comme le rappelle Brigitte Studer, le cadre d’analyse de référence de l’école totalitariste, proposé par Carl Joachim Friedrich, conduisait à une approche trop générale et homogène du totalitarisme, qui avait pour défaut d’évacuer le contenu anthropologique de la notion. Au moment de sa parution, l’intérêt de l’ouvrage résidait donc dans l’analyse de la spécificité des pratiques politiques en URSS, analyse qui dévoilait « la façon dont s’institue un totalitarisme particulier » (p. 20). Son autre point fort se trouvait dans l’étude du caractère extrêmement complexe des affrontements de 1917, grâce à laquelle l’auteur déconstruisait la lecture simpliste d’une révolution réduite à une lutte entre les seuls partis, dont auraient triomphé les Bolcheviks, taxés de tous les maux à l’heure des tensions Est-Ouest. Marc Ferro prenait alors position contre l’école totalitariste – qui affirmait « la primauté de l’idéologique et du politique sur le social et l’économique »4 – pour asseoir le régime soviétique sur les forces sociales profondes chères à ses maîtres. De ce fait, il se plaçait dans le sillage de l’école révisionniste5, fondée par Leopold Haimson en 19646.

  • 7 Collection dans laquelle a été publiée la première édition de l’ouvrage, en 1980.

4Fidèle à l’esprit de la collection « Archives » des éditions Gallimard7, l’ouvrage est essentiellement composé de documents issus de diverses institutions et organisations, que l’auteur commente au fil des pages : témoignages, règlements, comptes rendus d’assemblées, appels au peuple. De cette manière, il entend « cède[r] la parole à la société » (p. 18), tout en quantifiant régulièrement certains contenus dans de précieux tableaux. Les thèses de l’auteur sont développées le long de six chapitres, qui proposent un plan aussi bien progressif dans le temps de la Révolution que dans l’argumentation, celle-ci avançant pas à pas jusqu’à la théorisation finale, à savoir l’exposition des « voies et des sources du totalitarisme » soviétique (p. 278). Après avoir présenté dans le chapitre 1 la multiplicité et l’imbrication complexe des centres de pouvoir apparus lors de la révolution, l’auteur souligne dans le chapitre 2 les divergences entre les grandes institutions (Douma, Soviet des députés, syndicats) et les petites organisations (soviets d’usines, soviets de quartier, Garde Rouge), ces dernières constituant des « pouvoirs autonomes » (p. 86) issus du peuple lui-même.

5Dans le chapitre suivant, l’historien explique alors comment les membres des partis, lorsqu’ils virent leur légitimité représentative contestée, eurent recours à la procédure du contrôle bureaucratique, c’est-à-dire à la « colonisation d’une organisation par le contrôle de son bureau » (p. 135). L’une des spécificités de la genèse du régime communiste a alors été l’existence, en parallèle de cette bureaucratisation par le haut, d’une bureaucratisation par le bas, liée à la possibilité des militants des soviets d’usines ou de quartiers de cesser leur travail pour devenir des « permanents » (p. 150). Émergea ainsi une nouvelle classe sociale qui devait tout au régime, les apparatchiks, rapidement insérés dans l’appareil d’État par les Bolcheviks ; c’est ce que Ferro appelle « la greffe » (p. 132). Pour l’auteur, celle-ci a été soutenue par la radicalisation des masses, liée à la peur de voir la révolution leur échapper au profit des bourgeois et à celle de la répression blanche. Dans le chapitre 4, Marc Ferro rappelle que c’est précisément dans cette radicalisation des masses que réside ce qu’il appelle « l’absolutisme populaire », qui poussa les ouvriers à prendre les armes pour défendre la ligne politique qu’ils estimaient la plus juste. Ainsi, sans chercher à dédouaner les Bolcheviks de leur violence politique, à laquelle est consacré le chapitre 5, l’auteur émet l’hypothèse selon laquelle la violence caractéristique du régime communiste aurait émergé de manière spontanée avant d’être légalisée et légitimée par le Parti : « la terreur politique […] fonctionne à la base des institutions avant même que le pouvoir bolchevik ne déclare illégaux les autres partis socialistes » (p. 215). C’est dans la fusion de ces deux absolutismes – l’absolutisme communiste (des Bolcheviks) et l’absolutisme soviétique (des masses) – que se trouvent « les voies et les sources du totalitarisme » (titre du chapitre 6). De ce fait, pour Marc Ferro, l’histoire de la soviétisation russe est celle d’un large consensus.

6En toute fin d’ouvrage, l’auteur achève sa démonstration par une analyse de la structure sociale du pouvoir de la société communiste. Cette dernière fut à l’origine formée par la fusion des premiers dirigeants bolcheviks « nourris par les valeurs de la ville, de l’Europe éclairée, des Lumières de la Raison » (p. 286) et des apparatchiks, issus des classes populaires et plus particulièrement des campagnes. Mais elle se modifia dans les années 1920, au cours desquelles les apparatchiks remplacèrent les dirigeants de la première heure. Cette transformation des structures sociales du Parti eut pour conséquence une « plébéianisation » et une « ruralisation » (p. 287) du pouvoir, qui se traduisirent par un retour aux valeurs traditionnelles, notamment perceptible dans la modification des politiques familiales (retour de lois conservatrices) et artistiques (retour des formes académiques), dans la montée de l’antisémitisme et du racisme, de même que dans la perpétuation de pratiques politiques violentes et antidémocratiques, dans lesquelles les nouveaux dirigeants avaient été éduqués.

7Dans son livre, Marc Ferro montre ainsi en quoi les pratiques du Parti communiste, de la bureaucratisation à la violence politique, doivent être expliquées par des mécanismes de pouvoir propres à la société russe du début du XXe siècle plutôt qu’à la seule action des Bolcheviks. En explicitant les mécanismes qui présidèrent au déroulement de la révolution russe et à la prise de pouvoir des Bolcheviks, il éclaira d’un jour nouveau l’histoire du Parti communiste, de l’URSS, et des modalités de son totalitarisme.

  • 8 Parmi les historiens qui ont défendu cette thèse, outre Marc Ferro, on peut citer Nicolas Werth, av (...)
  • 9 Werth Nicolas, op. cit.
  • 10 Ferro Marc, « Révolution d’Octobre : que doit-on commémorer ? », Le Débat, vol. 196, n° 4, 2017, p. (...)

8Qu’en est-il aujourd’hui de la place de l’ouvrage de Marc Ferro au sein de l’historiographie de l’URSS ? L’ouverture partielle des archives soviétiques en 1991, en faisant rejaillir les formes multiples et variées de résistance d’une société réfractaire, a amené les historiens à nuancer la thèse du consensus, sans pour autant l’invalider8. En outre, comme l’écrit Nicolas Werth en 2017, si la révolution documentaire a été suivie d’un dépouillement massif des archives des grandes institutions, celles des organisations de base du parti n’ont guère été mises à contribution9. Ainsi, les débats sur la nature et la genèse du totalitarisme soviétique demeurent, et la recherche doit encore poursuivre son travail, notamment au moment où la Russie, dans le cadre des commémorations de la révolution, semble tout faire pour arrondir les angles des débats liés à celle-ci10. De ce fait, la réédition du travail de Marc Ferro, à l’heure du centenaire de la révolution russe, permet de prendre la mesure de nos connaissances sur le sujet et d’entrevoir de nouveaux horizons de recherche.

Haut de page

Notes

1 Ferro Marc, La Révolution de 1917, Paris, Aubier, 1967.

2 Renouvin Pierre, Duroselle Jean-Baptiste, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1991 [1954].

3 Studer Brigitte, « Totalitarisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2017 : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/totalitarisme/.

4 Werth Nicolas, « Le Stalinisme au pouvoir. Mise en perspective historiographique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 69, 2001, p. 126.

5 Ibid.

6 Voir notamment : Leopold Haimson, « The Problem of Social Stability in Urban Russia, 1905-1917 », Slavic Review, n° 23, décembre 1964, p. 619-642, et n° 24, janvier 1965, p. 2-22.

7 Collection dans laquelle a été publiée la première édition de l’ouvrage, en 1980.

8 Parmi les historiens qui ont défendu cette thèse, outre Marc Ferro, on peut citer Nicolas Werth, avec notamment : Être communiste en URSS sous Staline, Paris, Gallimard, 2017 [1981] ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/23772.

9 Werth Nicolas, op. cit.

10 Ferro Marc, « Révolution d’Octobre : que doit-on commémorer ? », Le Débat, vol. 196, n° 4, 2017, p. 133-139.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Mai, « Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23859

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Mai

Étudiant en histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page