Navigation – Plan du site

Romain Badouard, Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande.

Antoine Larribeau
Le désenchantement de l'internet
Romain Badouard, Le désenchantement de l'internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP éditions, coll. « Présence/Questions de société », 2017, 180 p., ISBN : 978-2-36405-157-7.
Haut de page

Texte intégral

1Comment rendre compte de l’ampleur des changements opérés par le raccordement massif des foyers à internet ? Le « réseau-des-réseaux » n’a pas seulement modifié les manières de nous informer et de communiquer : il a permis le prolongement d’un « espace public » de discussion et s’est accompagné de nombreuses interrogations sur les possibilités de renouvellement de la démocratie. Pour autant, nous nous serions bien éloignés de l’idéal libertaire des fondateurs d’internet et du web ; c’est en tous cas la thèse centrale de cet essai, qui fait la synthèse d’un certain nombre de travaux sur les enjeux politiques d’internet.

2Romain Badouard reprend donc à son compte le célèbre concept du « désenchantement » introduit par Max Weber, soulignant le basculement d’un monde vers l’autre. Des promesses d’émancipation et de transformation via l’outil numérique il ne reste désormais qu’un « véritable champ de bataille » (p. 12), entre rumeurs et fausses informations, harcèlement et guerre de la visibilité. Pour souligner cette idée, l’auteur insiste sur l’importance croissante d’Internet dans de nombreuses questions politiques. C’est pourquoi il centre son propos sur la « nouvelle guerre de l’information », c’est-à-dire sur les enjeux de la participation au débat en ligne, caractérisés par une multiplication des « registres d’intervention » (p. 23). Il propose ainsi de comprendre les nouveaux modes de communication sur internet et la manière dont différents participants et acteurs (citoyens, États, entreprises privées) tentent d’occuper cet espace social dérégulé.

3Le premier chapitre met en évidence la place d’internet dans les importantes modifications du rôle des médias traditionnels. L’avènement du « web 2.0 » se caractérise par de nouveaux usages à travers la création et le partage de contenus par les internautes (essentiellement via les blogs et réseaux sociaux). Rappelant l’augmentation massive et rapide du nombre de personnes connectées depuis les années 2000, l’auteur souligne la menace d’un « enfermement idéologique » (p. 26) qui s’opère, par exemple, à travers la manière dont les lecteurs d’un blog politique s’entre-référencent. Les liens que l’on trouve sur une page donnée renvoient à d’autres sites aux opinions assez proches. La multiplication des sources journalistiques sur internet ne signifie pas pour autant que, dans les pratiques, les individus cherchent à se confronter à des points de vue différents ou contradictoires. Hors ligne ou en ligne, nous privilégions la formation de liens avec des personnes plus ou moins homogènes socialement. Ce phénomène, précise l’auteur, est renforcé par la hiérarchisation de l’information opérée par les moteurs de recherche. Avant l’adoption massive d’internet, les médias traditionnels jouaient un rôle de sélection des informations qu’ils jugeaient pertinentes pour leur public (ce que l’on nomme le « gatekeeping »). Désormais, les internautes sont libres de produire et de diffuser leurs propres contenus. De fait, les informations qui rentrent dans le champ public ne sont plus filtrées par des journalistes professionnels.

4Le deuxième chapitre de l’ouvrage constitue une réflexion sur ce que Romain Badouard nomme la « brutalisation du débat » dans les commentaires d’articles de presse ou sur les réseaux sociaux. Il analyse les raisons et les effets du ton généralement agressif employé dans les controverses politiques, qui nuit à la « qualité du débat en ligne » (p. 66). Dans ces échanges la norme serait donc celle d’une confrontation souvent violente, largement favorisée par les possibilités d’anonymat qui favorisent une prise de parole véhémente. La provocation serait également un des moyens dont usent certains internautes pour se faire entendre, par exemple en publiant un tweet volontairement polémique. Craignant de se retrouver engagés dans des conversations trop engageantes politiquement, de nombreux internautes préféreraient se tenir à l’écart de ces discussions, favorisant ce que l’auteur nomme un « phénomène d’évitement » (p. 80).

  • 1 Ces programmes informatiques sont en effet conçus en accord avec les valeurs et les intérêts économ (...)

5Le troisième chapitre procède d’un questionnement plus global sur le rôle des grands opérateurs et firmes du numérique et de l’internet. Le web s’est en effet construit sur « la rencontre entre la contre-culture libertaire des pionniers de l’internet et le capitalisme libéral » (p. 93). Le volume d’information sur la toile ne cesse de croître et, par conséquent, internautes comme publicitaires cherchent constamment de nouveaux moyens afin de capter l’attention. Pour gagner en visibilité, les entreprises doivent s’adapter au fonctionnement des algorithmes tel que le « PageRank » de Google, chargé de hiérarchiser le positionnement des sites dans le résultat des recherches. Si la plupart des services proposés par les plateformes numériques sont gratuits, cette gratuité masque la réalité d’une « économie du clic » (p. 105) basée sur la récolte et la commercialisation des données produites par les utilisateurs. Malgré leur invisibilité et leur apparente neutralité, les algorithmes sont en réalité le reflet d’un véritable « projet politique »1. Les actualités n’y échappent pas et font l’objet d’un tri par le biais des « infomédiaires » tels que Yahoo News ou Google News, sites dont la fonction est de centraliser les éditions numériques des principaux médias. Le propos de l’auteur est alors de montrer que nous sommes moins bien informés, malgré l’apparente pluralité des informations accessibles : la bataille frénétique autour de la quête du clic et de l’attention s’opère systématiquement en faveur d’une « standardisation des contenus » (p. 101). Sur les sites de « news », on observe ainsi un très grand nombre d’articles de presse traitant des mêmes sujets, au détriment des articles de fond ou consacrés à des thèmes plus rares.

  • 2 L’exemple de la société Uber, qui propose un service de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), (...)
  • 3 Anderson Chris, « The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete », Wired, (...)

6Dans le quatrième chapitre, l’auteur poursuit sa réflexion à travers l’analyse des nouvelles formes de mobilisation en ligne. Des pétitions (via des sites comme Change.org) aux hashtags « viraux » (sujets fortement relayés sur les réseaux sociaux), on observe ainsi des manières renouvelées ou totalement nouvelles d’interpeller l’opinion publique sur des préoccupations politiques. L’auteur souligne cependant que le succès de certaines mobilisations numériques peut alimenter une croyance dans un « solutionnisme technologique » (p. 127) consistant à penser que l’invention de nouveaux outils numériques serait le remède à de nombreux problèmes socio-économiques2. Or, ces difficultés sont avant tout politiques et nécessitent donc l’intervention de la puissance publique. Les données massives (big data) utilisées pour améliorer les capacités de traitement statistique des machines sont un autre exemple de ce solutionnisme. Niant le nécessaire travail de construction de l’objet de recherche et des catégories, certains discours prophétiques vont ainsi jusqu’à annoncer la « fin de la théorie »3 dans les sciences sociales, et son remplacement par des modèles algorithmiques déductifs.

  • 4 On peut citer ainsi l’exemple français de « La Quadrature du Net », association « de défense des dr (...)

7Le dernier chapitre, intitulé « Reprendre possession de l’Internet », souligne en contrepoint les résistances et les luttes menées par différents acteurs de la société civile contre les grandes entreprises responsables de cette « privatisation de l’internet » (p. 148). En effet, les débats autour de la gouvernance du web font l’objet de rapports de force à plusieurs niveaux. Entre les pouvoirs publics et les citoyens d’abord, comme l’illustre le cas des révélations d’Edward Snowden sur l’existence d’une surveillance généralisée des citoyens par le gouvernement américain, mais aussi à l’échelle internationale entre les États et les principaux acteurs de l’économie numérique. Romain Badouard rappelle avec justesse l’émergence depuis une vingtaine d’années d’une forme de contre-pouvoir, l’« hacktivisme », c’est-à-dire l’action de « pirates » informatiques militants qui défendent « les valeurs premières du réseau » (p. 161), celles des « logiciels ouverts et des architectures distribuées ». A contrario de la représentation médiatique du hacker malveillant, il insiste sur le rôle joué par les lanceurs d’alertes et ceux qui, plus généralement, s’inscrivent dans une démarche politique4.

8En conclusion Romain Badouard se demande donc comment « raviver l’idéal démocratique de l’internet » (p. 173). C’est selon lui le rôle des associations de défense des droits des internautes et des hacktivistes, mais également celui de l’État. Il exprime ainsi le souhait d’un « retour à la puissance publique » (p. 176) pour contrer l’influence croissante des multinationales de la Silicon Valley. Concernant le « débat public en ligne », l’auteur insiste sur le rôle de l’école, suggérant l’élaboration d’un programme de sensibilisation aux enjeux de la toile. De nouveaux outils pédagogiques permettraient ainsi aux futurs citoyens d’apprendre à se positionner intelligemment dans les controverses sur les réseaux sociaux, leur donnant les clés pour « expérimenter un débat constructif ».

9L’essai de Romain Badouard est un ouvrage très bien documenté qui a le mérite de réaliser une synthèse organisée de nombreux travaux de recherche récents sur les usages du Web. La thèse d’un « désenchantement » permet bien de souligner le décalage entre certains idéaux fondateurs de l’internet (créer un espace public démocratique égalitaire et auto-organisé) et la réalité de ses usages aujourd’hui, détaillés tout au long du livre. Cependant, l’emploi par l’auteur de certaines expressions comme « censure des foules » ou « propagande intérieure » nous semblent poser problème car elles s’accordent mal avec les nuances apportées dans les nombreux travaux empiriques cités. Ces termes forts, servant à accentuer le propos, peuvent paraître excessivement alarmistes et peu rigoureux scientifiquement, néanmoins Romain Badouard parvient à rendre de manière très intéressante et accessible les résultats des travaux les plus récents. En démêlant les fils de nombreux bouleversements en cours, il parvient à nous informer et nous alerter sur la multiplicité et l’importance des enjeux politiques et démocratiques de l’internet.

Haut de page

Notes

1 Ces programmes informatiques sont en effet conçus en accord avec les valeurs et les intérêts économiques des entreprises de la Silicon Valley. Qui plus est, ils sont porteurs en eux-mêmes d’un ensemble de représentations statistiques du monde social et de son organisation. Voir à ce sujet Cardon Dominique, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil ; Le République des idées, 2015 ; compte rendu de Thibault de Meyer pour Lectures : https://lectures.revues.org/20554.

2 L’exemple de la société Uber, qui propose un service de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), permet d’illustrer ce propos. En effet, l’entreprise déploie un discours sur l’utilité supposée de son application mobile pour le « développement de l’économie locale », aidant à la diminution du chômage et des problèmes de mobilité urbaine.

3 Anderson Chris, « The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete », Wired, 23 juin 2008, en ligne : https://www.wired.com/2008/06/pb-theory/.

4 On peut citer ainsi l’exemple français de « La Quadrature du Net », association « de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet ». Source : https://www.laquadrature.net/fr/qui-sommes-nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Larribeau, « Romain Badouard, Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23860

Haut de page

Rédacteur

Antoine Larribeau

Étudiant à l’ENS de Lyon en master de sociologie, parcours « Analyse des sociétés contemporaines ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page