Navigation – Plan du site

Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C.)

Cindy Pichon
Les Amazones
Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle avant J-C-Ier siècle après J-C), Paris, La Découverte, 2017, 560 p., traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Pignarre, préface de Violaine Sebillotte Cuchet, ISBN : 978-2-7071-9466-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Concernant l’étude des Amazones, voir aussi : Pierre Samuel, Amazones, Guerrières et Gaillardes, Ed (...)
  • 2 L'ouvrage a été publié en 2017 sous le titre original : The Amazons. Lives and Legends of Warrior W (...)

1Depuis l’Antiquité, les Amazones sont une source d’inspiration grâce aux récits d’auteurs grecs tels que Homère, auteur épique du VIIIe siècle avant J.-C., le premier à évoquer des femmes guerrières ayant vécu à l’époque de la guerre de Troie en Asie Mineure. Les Amazones demeurent des femmes mystérieuses et fascinantes qui ont été l’objet de nombreuses études1. Cependant, dans son nouvel ouvrage2, Adrienne Mayor réalise une véritable « encyclopedia Amazonica », retraçant les mythes et les légendes autour de la figure des Amazones, dont le but est de reconstituer la trace des « femmes guerrières de l’Antiquité » (p. 14). Pour cela, l’auteure privilégie une aire géographique très large s’étendant du pourtour méditerranéen jusqu’aux territoires méconnus de la Chine ancienne sur une période qui se veut aussi très longue, depuis l’époque d’Homère jusqu’au début de l’ère chrétienne.

2L’ouvrage, traduit en français par Philippe Pignarre, commence par la préface de Violaine Sebillote Cuchet, spécialiste de l’histoire des femmes et du genre dans la Grèce archaïque et classique. Elle relève le fait qu’Adrienne Mayor mette en exergue la question du genre, la conception de la femme dans l’Antiquité, et l’aspect érotique intrinsèque à la figure de l’Amazone, faisant d’elle une véritable « femme fatale » (p. 19).

3Les propos de l’auteure sont structurés autour d’un prologue et de quatre grandes parties, suivies d’un index des noms d’Amazones et des guerrières connues dans le monde antique. L’essai s’ouvre sur le mythe d’Atalante, figure ambiguë et atypique de la femme libre, comme le sont les Amazones. Cette introduction montre la volonté de l’auteure de relater des récits mettant à égalité des femmes et des hommes dans les sociétés antiques.

4La première partie est consacrée aux origines historiques et géographiques des Amazones, à partir des récits d’auteurs anciens mais également des écrits d’époques plus tardives, basés sur des croyances populaires. En effet, l’essai repose sur une étude ethnographique permettant de comprendre l’histoire des Amazones dans le monde antique. L’auteure les situe en Scythie, région de l’actuel Caucase, s’appuyant sur des preuves matérielles qui attestent de la présence de femmes guerrières dans cette région. Cette image de femmes combattantes contraste avec celle, plus traditionnelle, des femmes réduites au statut d’« épouses grecques, dociles et enfermées » (p. 60). Au contraire, ces femmes vivaient « comme des hommes » pratiquant des activités liées aux techniques de la guerre. Adrienne Mayor présente ensuite les Scythes, peuple nomade des hauts plateaux caucasiens, et évoque les relations commerciales entretenues avec les Grecs qui ont ainsi forgé les légendes sur les Amazones en côtoyant les femmes scythes. Enfin, le dernier chapitre est consacré aux Sarmates, groupe constitué des Amazones du Pont et des Scythes installés dans les steppes, d’après les dires d’Hérodote. Les Amazones appartiendraient donc à des peuples nomades, connus pour être des guerriers hors normes, et vivant sur un équilibre paritaire entre les femmes et les hommes.

5La seconde partie, plus longue que la précédente, est consacrée à la figure de la femme guerrière dans l’Antiquité, en se basant sur les caractéristiques légendaires des Amazones. Effectivement, l’auteure souligne la difficulté de dissocier les faits réels de la fiction dans les nombreux récits. C’est en exploitant les sources archéologiques, iconographiques et ethnographiques, croisées avec les données littéraires, qu’elle tente de retracer « la réalité des femmes saces-scythes-sarmates » (p. 82). Elle relève notamment que des tombes de femmes guerrières scythes richement équipées ont été exhumées en Europe et en Asie centrales mais aussi en Grande-Bretagne romaine. Elle met ensuite en avant ce qui caractérise les Amazones et fonde leur mythe. L’auteure part donc à la chasse aux preuves. Grâce à l’apport de l’ethnographie, elle montre les pratiques et les coutumes de ces femmes : l’ablation des seins, les tatouages, la nudité, les relations amoureuses avec les hommes, l’usage de la drogue, la pratique de la danse et la musique, la vie familiale et religieuse. Adrienne Mayor relève la ténacité de certains clichés qui représentent les Amazones comme des tueuses de nouveau-nés mâles. Or, les études menées sur les Scythes n’ont pas démontré de telles pratiques à l’égard des hommes en général. Les Amazones sont bel et bien des combattantes au côté des hommes, mais aussi leurs égales.

6Après avoir présenté l’origine géographique des Amazones et leurs particularités, l’auteure explore dans la troisième partie les mythes, les légendes grecques et les récits historiques dans lesquels elles apparaissent. De ce fait, elle relate « la quête de la ceinture d’Hippolyte » dans laquelle le héros troyen Thésée remporte la victoire sur les Amazones. Adrienne Mayor raconte également la conquête des Amazones durant la bataille d’Athènes mentionnée par Plutarque. En effet, cet auteur grec du Ier siècle de notre ère croyait que les Amazones avaient envahi la cité athénienne à l’époque de Thésée après avoir été vaincues par les Grecs. Dans la célèbre guerre de Troie, nous assistons au combat sulfureux entre Penthésilée, la reine des Amazones, et Achille, héros grec. L’auteure démontre aussi que les Amazones étaient des femmes de la mer, en s’appuyant sur des ;données numismatiques les représentant avec une ancre marine. Outre le fait qu’elles étaient des cavalières remarquables, les Amazones étaient aussi des marins allant d’île en île et combattant notamment Dionysos, dieu du vin, à Samos. Dans les faits, Adrienne Mayor explique qu’il existait pareillement des femmes de la mer à l’image de « l’amirale perse qui ressemblait à une Amazone », ou encore Teuta, reine pirate d’Illyrie. Cependant, les mythes s’entremêlent aux faits grâce aux récits des Anciens. Diodore de Sicile et Quinte-Curce, auteurs latins du Ier siècle de notre ère, relatent de manière très différente un épisode dans lequel Alexandre le Grand rencontre la belle Thalestris, reine des Amazones mardes. Dans la version de Diodore, la reine marde ,propose de lui donner un fils, lors d’une rencontre qui se déroula en Hyrcanie en 330 avant J.-C. Quant à Quinte-Curce, il évoque une simple visite de courtoisie de la reine.

7La dernière partie est une invitation au voyage « au-delà du monde grec ». L’auteure explore des territoires connus par les anciens Grecs, tels que l’Égypte, la Perse et le Caucase, mais aussi méconnus, au-delà de l’Hyphase, puisqu’elle relate des légendes d’Asie centrale, d’Arabie et de Chine. Sur tous ces territoires, ce sont des femmes guerrières et redoutables qui sont décrites dans les légendes transmises depuis la haute Antiquité. Pour la Perse, le Caucase et l’Égypte, l’influence des Grecs anciens sur les légendes de femmes combattantes demeure importante. Pour des contrées plus lointaines situées entre l’Asie centrale et l’Extrême-Orient, Adrienne Mayor retrace les parcours légendaires de femmes courageuses et hors norme telles que « Dame Amezam de Circassie », la reine Serpot, ou encore Saikal une « héroïne kalmouk ». Pour la Géorgie ou encore le Caucase, en dehors des mythes, des récits d’Européens des  XVIIe et XVIIIe siècles viennent, semblerait-il, attester l’existence de femmes faisant la guerre comme au temps des Grecs anciens. Mais les histoires de ces femmes héroïques n’en demeurent pas moins légendaires.

  • 3 L’histoire globale ou World Story est un courant d’étude historique issu de l’histoire culturelle q (...)
  • 4 La Collection des Universités de France.
  • 5 La référence demeure l’édition Les Belles Lettres pour l’établissement, les traductions et les comm (...)

8Cette partie s’achève sur une conclusion réduite à un paragraphe de quelques lignes qui laisse une impression d’inachevé. Or, un bilan aurait été bienvenu concernant cette étude sur les Amazones et sa place dans l’historiographie, car cet ouvrage s’inscrit dans la mouvance actuelle de l’histoire globale3. En effet, dans son propos, Adrienne Mayor met en parallèle des légendes et des histoires de femmes issues de civilisations différentes mais ayant en commun les caractères des Amazones. Cet essai s’inscrit aussi dans l’histoire du genre c’est-à-dire l’histoire des femmes et de leurs relations avec le sexe opposé dans des sociétés traditionnellement dominées par les hommes. Néanmoins, l’auteure valorise l’étude des traditions orales qui demeurent des sources incontestables pour l’historien. Concernant les sources, nous pouvons regretter le choix du traducteur qui s’est référé aux traductions anciennes du site remacle.org. Il aurait été plus intéressant de se référer à une collection4 qui fait date en la matière et qui présente des éditions beaucoup plus récentes5. Pour conclure, l’ouvrage est particulièrement bien illustré, permettant de bien situer et représenter ces femmes combattantes. Les lacunes évoquées n’enlèvent rien à la rigueur et à la qualité de cet essai complet et bien documenté, le premier du genre sur le thème des femmes combattantes dans l’Antiquité.

Haut de page

Notes

1 Concernant l’étude des Amazones, voir aussi : Pierre Samuel, Amazones, Guerrières et Gaillardes, Ed. Complexe et Presses Universitaire de Grenoble, 1976 ; Henri Metzer, « Les Amazones dans l’art grec », Revue des études grecques, vol. 71, n° 334, 1958, p. 429-432 ; Thérèse David, « Amazones et femmes de nomades. À propos de quelques représentations réalistes dans l’iconographie antique », Arts asiatique, vol. 32, n° 1, 1976, p. 203-231.

2 L'ouvrage a été publié en 2017 sous le titre original : The Amazons. Lives and Legends of Warrior Women across the Ancient World, Princeton, Princeton University Press.

3 L’histoire globale ou World Story est un courant d’étude historique issu de l’histoire culturelle qui se développe d’abord aux États-Unis dans les années 1980-1990 avant de se diffuser en Europe. À ce sujet, voir plus spécifiquement : Philippe Norel, Laurent Testot, Une histoire du monde global, Paris, Sciences humaines, 2012.

4 La Collection des Universités de France.

5 La référence demeure l’édition Les Belles Lettres pour l’établissement, les traductions et les commentaires des textes des auteurs latins et grecs anciens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Pichon, « Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C.) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23866

Haut de page

Rédacteur

Cindy Pichon

Doctorante en histoire ancienne à l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3 et membre du CRISES EA 4424. Sa thèse porte sur Les fleurs et les couronnes de feuillages dans les cérémonies publiques en Méditerranéen orientale, sous la direction d’Éric Perrin-Saminadayar.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page