Navigation – Plan du site

Pascal Durand, Christine Servais (dir.), L’intervention du support. Médiation esthétique et énonciation éditoriale

Corinne Delmas
L'intervention du support
Pascal Durand, Christine Servais (dir.), L'intervention du support. Médiation esthétique et énonciation éditoriale, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Série information et communication », 2017, 183 p., ISBN : 978-2-87562-141-2.
Haut de page

Texte intégral

1« Pas d’œuvre sans support… ». Cette assertion reprise dans leur préambule par les deux coordinateurs, Pascal Durand et Christine Servais, pourrait résumer le propos de cet ouvrage collectif : saisir les liens noués entre des productions culturelles et leurs « supports », « qui ne peuvent être considérés comme de purs objets inertes » (p. 20). Dans une perspective centrée sur la « médiation esthétique », il s’agit « de comprendre ce que le support technique fait au sens […] et comment il configure notre rapport au monde et à autrui » (p. 20). Son « intervention » se diversifierait dans un contexte marqué par le renouvellement des technologies esthétiques, la labilité des frontières au sein de l’univers numérique, la circulation accrue des contenus d’un média à l’autre, « l’extension du domaine de l’art » (p. 12)… Composé de trois parties, l’ouvrage regroupe une douzaine de textes traitant de différents domaines de l’art, des lettres, du jeu et du numérique : poésie, architecture, littérature romanesque, théâtre, spectacles de marionnettes, jeux vidéo ludiques…

2Une première partie associe quatre chapitres traitant des médiations esthétiques, de l’œuvre et de « ses espaces ». Guy Lelong y évoque la double « révolution mallarméenne » en vertu de laquelle l’écriture acquiert son autonomie par rapport à la notion de contenu, tout en dépendant plus étroitement de son support. Les meilleurs héritiers de Stéphane Mallarmé auraient « pour point commun de ne l’avoir pas lu » (p. 32), l’auteur ciblant Daniel Buren et son utilisation du contexte comme médium dans ses œuvres plastiques, mais aussi Philip Rahm et Daniel Rizey, dans les domaines de la musique spectacle et de l’architecture météorologique. Didier Plassard traite pour sa part des évolutions d’un théâtre de marionnettes en cours de légitimation. Son chapitre retrace l’évolution de cet « art mutant » ; cet artisanat, confronté au XXe siècle à la désertion de son public familial et populaire, se transforme alors en théâtre miniature pour les enfants de la bourgeoisie. À partir de l’analyse stimulante de la diversification de ses supports, l’auteur met en évidence les mutations contemporaines de ce domaine qui tend à se rapprocher du théâtre d’acteur en raison, entre autres, de la montée en force de l’artiste-interprète endossant le rôle de conteur ou du bonimenteur, de l’usage de figures non articulées obligeant les marionnettistes à sortir de leur réserve traditionnelle, ou encore de l’hybridation de l’acteur et de la marionnette… Cette première partie se clôt sur la question de l’insertion de l’œuvre dans l’espace urbain, Christine Servais ciblant le cinéma des frères Lumière qui aurait donné sens à l’espace et l’aurait rendu « susceptible d’appropriation par les spectateurs » (p. 58), tandis que Bernard Lamizet s’intéresse aux liens entre espace urbain et sublimation esthétique.

3La deuxième partie, sur « l’œuvre support », regroupe cinq chapitres traitant de « l’énonciation éditoriale ». Celui de Marie-ève Thérenty analyse le testament éditorial, à partir du cas de Joseph Kessel qui a participé, à la fin de sa vie, à une vaste édition de l’ensemble de ses écrits, sans pour autant bénéficier de ce moment de légitimation que peut encore constituer l’œuvre complète au XXe siècle. En raison de sa position, entre journalisme et littérature, et du support de son « testament », qui fait l’objet d’une « édition de club », cette entreprise aurait contribué à le « consacrer » sans toutefois le « canoniser ». Bertrand Legendre aborde les dimensions communicationnelles des supports du livre, de poche ou de luxe, « incluant donc à la fois les options de présentation matérielle et esthétique de l’œuvre, son environnement de discours, mise en scène, espace de ventes, mais aussi les interactions entre producteurs, créateurs, objets, entreprises productrices, spectateurs, utilisateurs ou lecteurs » (p. 93). Ces supports déterminent un mode de positionnement sur un marché du livre, réputé saturé. Des exemples d’hybridation des registres (lectures, performances, mises en scènes mobilisant la danse, la musique, le théâtre…) et de croisement entre les filières du luxe et du livre (lié au développement des groupes et à leurs stratégies financières) illustrent un double mouvement, de revalorisation de la dimension matérielle du livre et de réinscription dans le registre de la rareté. Les trois textes suivants ciblent le cas d’un éditeur, Hubert Nyssen ; Tanguy Habrand s’intéresse au concepteur de la maison d’éditions Actes Sud en orientant le regard sur « l’image de marque » qui résultent des stratégies éditoriales plus ou moins consciemment orchestrées par cet ancien publicitaire. Marc-Emmanuel Mélon évoque quant à lui l’activité photographique d’Hubert Nyssen et Nancy Delhalle son rapport au théâtre.

4La dernière partie, « Horizons numériques », comprend deux articles traitant du « vidéoludique ». Julie Delbouille y présente la variété des supports ludiques « dont la frontière avec le message est elle-même floue » (p. 146). Elle détaille le rôle et les effets contrastés de leurs diverses composantes, matérielles et logicielles, étroitement mêlées : prix d’achat comme condition d’accessibilité de l’expérience, console déterminante pour la qualité et la nature de cette expérience, périphériques modulant l’interaction vidéoludique, écran entre le jeu et le joueur, effets du passage de la 2D à la 3D induit par le support matériel, interface graphique appréhendée comme un outil de gestion du jeu contribuant à l’émergence de formes d’expérience marquées par la synesthésie… L’auteure propose plusieurs analyses suggestives du cadrage exercé par ces multiples supports, qui permettent notamment de comprendre certains succès ou, au contraire, échecs commerciaux, inhérents par exemple à une architecture trop puissante limitant l’accès au contenu de l’expérience. Pierre-Yves Hurel, ciblant les créateurs de jeux vidéo amateurs, distingue plusieurs univers de pratiques. L’étude du discours d’Anna Anthropy, figure emblématique du mouvement de création queer dans le jeu vidéo, l’amène à retracer un premier positionnement appréhendant l’usine à jeux comme « symbole et vecteur de liberté et de démocratisation de la production de jeux vidéo » (p. 163). Les « fans » de la communauté de logiciels RPG Maker (logiciels de création de jeux de rôle) se positionneraient plutôt, pour leur part, « dans la continuité de l’industrie » (p. 167), avec des pratiques contrastées qui s’inscrivent dans le courant « classiciste » (utilisant RPG Maker en accord avec son but premier consistant à créer des jeux de rôle et prônant un « bon usage du logiciel »), le fangame (créant pour célébrer une œuvre culte) ou le multimaker (développant des pratiques autonomes dans le cadre d’une approche communautaire innovante).

5Bien évidemment, on ne saurait rendre compte de la totalité des textes constituant cet ouvrage collectif impressionniste par la diversité des objets et terrains, des problématiques, des grilles d’analyse et de la définition même de support, plus ou moins extensive, qu’il mobilise. Une présentation raisonnée des textes en préambule ainsi qu’un chapitre introductif et/ou un chapitre conclusif auraient, à cet égard, été bienvenus. D’autant que le lecteur peut s’interroger sur certains choix non explicités, tel celui de consacrer un quart de l’ouvrage à l’éditeur Hubert Nyssen. Est-ce lié à une recherche collective mobilisant les archives de l’éditeur d’Actes Sud déposées en 2005 au Centre d’études du livre contemporain (CELIC) de l’Université de Liège et complétées en 2012 au lendemain de sa disparition ? Nonobstant ces quelques interrogations, il faut souligner la pertinence d’un projet éditorial sur la question des supports de l’œuvre et souhaiter un essor de recherches nécessairement pluridisciplinaires sur ce point central à l’heure numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Pascal Durand, Christine Servais (dir.), L’intervention du support. Médiation esthétique et énonciation éditoriale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23895

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page