Navigation – Plan du site

Willy Beauvallet et Sébastien Michon (dir.), Dans l’ombre des élus. Sociologie des collaborateurs politiques

Maud Navarre
Dans l'ombre des élus
Willy Beauvallet, Sébastien Michon (dir.), Dans l'ombre des élus. Une sociologie des collaborateurs politiques, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2017, 258 p., ISBN : 978-2-7574-1804-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple l’ouvrage : Eymeri-Douzans Jean-Michel, Bloy Xavier et Mouton Stéphane (dir.), Le (...)
  • 2 Boelaert Julien, Michon Sébastien et Ollion Étienne, Métier : député. Enquête sur la professionnali (...)

1Les collaborateurs d’élus, objet de ce livre, bénéficient d’une double visibilité aujourd’hui : non seulement les recherches sur ce personnel politique se développent, comme en témoignent des publications récentes1, mais ce statut interpelle de surcroît l’opinion publique, notamment lorsqu’il est suspecté de dissimuler de faux emplois. Pourtant, les collaborateurs politiques constituent un groupe professionnel restreint à quelques milliers de personnes (environ 7 500 collaborateurs de groupes et de cabinets financés par des collectivités locales à la fin des années 2000 ; un peu plus de 2 000 collaborateurs à l’Assemblée nationale en 2017 ; un peu moins de 1 000 au Sénat en 2014 ; 3,7 collaborateurs en moyenne par député européen). Leur nombre augmente de manière constante depuis les années 1980, avec l’accroissement du nombre de positions électives disponibles en France. Cette dernière évolution a rendu le travail politique des élus plus complexe en multipliant les interlocuteurs, d’où leur recours à des collaborateurs. Par ailleurs, le recrutement des parlementaires, notamment des députés, tend à s’effectuer de plus en plus parmi cet entourage politique, comme l’a montré un récent ouvrage de Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion2.

2L’ouvrage dirigé par Sébastien Michon et Willy Beauvallet regroupe une dizaine de contributions qui dressent un portrait des collaborateurs d’élus, en renouvelant le regard sur ces derniers : plutôt que d’étudier les « entourages » politiques, notion aux frontières floues tant ceux qui gravitent autour des élus sont nombreux et disposent d’un pouvoir d’influence variable, les deux politistes proposent de centrer l’analyse sur les collaborateurs d’élus et de les étudier comme un groupe professionnel. Il s’agit alors de saisir les modalités de recrutement, les contours des tâches à accomplir et les perspectives d’évolution professionnelle. Dans ce but, le livre collectif s’organise autour de trois parties représentant chacune des questions classiques de la sociologie des professions : le recrutement des collaborateurs ; les spécificités de leurs activités, notamment leur position intermédiaire entre les techniciens et les politiques ; les trajectoires professionnelles, notamment la bifurcation du rôle de collaborateur vers celui d’élu. La postface de Delphine Dulong souligne l’intérêt qu’il y a à étudier le « marché des emplois en lien avec les activités politiques » (p. 244) : en décentrant les analyses de l’opposition classique entre, d’une part, les militants et, d’autre part, les experts et autres techniciens professionnels, il est possible de distinguer d’autres logiques à l’œuvre. L’une d’entre elles consiste en un clivage structurant entre ceux qui se destinent durablement à ces métiers de soutien envers l’activité des élus et ceux qui ne sont que de passage, attirés par d’autres perspectives professionnelles. Investissement dans les tâches, fidélité à l’élu ou encore motivation varient selon que le collaborateur veuille conserver ou quitter cette fonction.

3L’ouvrage identifie trois caractéristiques principales des collaborateurs d’élus. En premier lieu, ils constituent un groupe professionnel marqué par la diversité. Christelle Gris présente quelques résultats de sa thèse sur les conjointes d’élus, collaboratrices « malgré elles ». En effet, les épouses sont sollicitées pour transmettre à leur conjoint des messages des administrés et participer aux cérémonies diverses dans lesquelles il leur faut apprendre à être présentes sans faire la « potiche ». Illustrant la diversité des collaborateurs, l’ouvrage se penche ensuite sur le cas des directeurs généraux des services des collectivités. Jean-Yves Robin et Hélène Desfontaines montrent que ces derniers sont confrontés à des problèmes résultant de leur position spécifique dans la hiérarchie de la prise de décision : bien qu’ils dirigent des services de collectivités, ils restent subordonnés à la volonté politique des élus. Cette caractéristique donne à leur métier une nature éminemment relationnelle. Ils mettent de l’huile dans les rouages politico-administratifs et participent à la même entreprise que les élus : la conquête ou la conservation du pouvoir politique.

4Les collaborateurs se caractérisent en outre par le fait que leur activité s’exerce à la frontière, voire en concurrence, avec celle d’autres acteurs comme les politiques et les techniciens. Ni parfaitement techniciens, car impliqués dans la logique de conquête du pouvoir aux côtés des élus pour lesquels ils travaillent, ni vraiment politiques puisqu’ils ne sont pas directement confrontés au suffrage électoral, les collaborateurs ont une place d’intermédiaire, de facilitateur. Ainsi, comme le montre Willy Beauvallet dans son étude des collaborateurs de groupe politique à l’Assemblée nationale, ceux qui travaillent pour des groupes d’opposition font littéralement vivre le débat politique en trouvant pour les parlementaires de leur groupe les failles dans les projets de loi proposés ou encore en mettant le gouvernement en place face à ses incohérences. L’étude de Julien Fragnon précise le rôle des membres et des directeurs des cabinets municipaux : ils assurent pour le maire et son équipe la cohérence des arbitrages politiques en fournissant les éléments de langage qui permettent d’affirmer la ligne politique suivie. La dernière caractéristique concerne les trajectoires professionnelles, et plus particulièrement les possibilités de passer du statut de collaborateur à celui d’élu. De ce point de vue, rien ne semble systématique : la reconversion dans les fonctions électives dépend des conjonctures politiques. Par exemple, Rémi Lefebvre montre les « effets cliquets » qui verrouillent les carrières des collaborateurs et les empêchent d’accéder aux fonctions de parlementaire. La bifurcation peut cependant s’opérer grâce au patronage d’un parlementaire sur le départ. En désignant le collaborateur comme successeur, le parlementaire transfère symboliquement son capital de notabilité au collaborateur, pour peu que ce dernier se soit montré un fidèle inconditionnel.

5D’autres formes de collaborations sont aussi analysées comme celles des administrateurs du Parlement, des assistants d’élus dans les conseils départementaux, des collaborateurs du groupe écologiste à l’Assemblée nationale ou encore des auxiliaires locaux du Parti socialiste. Certaines contributions reposent sur des études encore en cours tandis que d’autres sont déjà achevées. Conséquence directe, les matériaux sur lesquels elles reposent ne sont pas forcément exhaustifs. Par exemple, l’étude des directeurs généraux des services ne repose que sur onze entretiens avec ces derniers, tandis que ce sont plus d’une soixantaine de conjointes d’élus qui ont été interrogées. Des études quantitatives permettraient d’identifier plus clairement les origines sociologiques saillantes des collaborateurs ou encore leurs orientations professionnelles une fois ce statut acquis. Cette limite n’ôte rien au fait que l’ouvrage apporte d’utiles précisions sur le profil et les activités des collaborateurs, par exemple le fait que cette fonction ne conduise pas nécessairement à des mandats d’élu, ou encore la position intermédiaire des collaborateurs dans la hiérarchie politico-administrative des collectivités. En renseignant les caractéristiques de ce groupe professionnel particulier que constituent les collaborateurs d’élus, auxquels ces derniers délèguent les prérogatives moins stimulantes, l’ouvrage apporte une sérieuse contribution à la connaissance de l’activité d’élu et donc à la sociologie du travail politique.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’ouvrage : Eymeri-Douzans Jean-Michel, Bloy Xavier et Mouton Stéphane (dir.), Le Règne des entourages. Cabinets et conseillers de l’exécutif, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015.

2 Boelaert Julien, Michon Sébastien et Ollion Étienne, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d’agir, 2017 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/22656.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Willy Beauvallet et Sébastien Michon (dir.), Dans l’ombre des élus. Sociologie des collaborateurs politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23896

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page