Navigation – Plan du site

Sophia Stavrou, L’université au diapason du marché. Une sociologie du changement curriculaire dans les universités françaises

Sidonie Rancon
L'université au diapason du marché
Sophia Stavrou, L'université au diapason du marché. Une sociologie du changement curriculaire dans les universités françaises, Louvain-la-Neuve, Academia/L'Harmattan, coll. « Thélème », 2017, 322 p., préf. Nicole Ramognino, ISBN : 978-2-8061-0325-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage aborde un sujet qui ne manquera pas de susciter l’intérêt d’un large public, des enseignants-chercheurs aux étudiants en parcours de professionnalisation et autres personnels des universités vivant de l’intérieur les mutations que connaît l’institution depuis plusieurs années. Issu d’un travail de thèse, soutenu en 2012 à l’Université d’Aix-Marseille sous la direction de Nicole Ramognino, l’ouvrage rend compte d’une enquête de terrain réalisée au cours de la période 2006-2012, juste après la création de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) et la mise en place de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU, 2007). Il interroge les processus de réforme de l’université qui engagent une redéfinition de son fonctionnement et du rôle de l’enseignement qu’elle dispense, notamment par la modification des programmes d’études.

  • 1 L’auteure prend appui sur l’analyse curriculaire d’un corpus de 14 formations et d’entretiens auprè (...)

2L’auteure s’est intéressée aux changements curriculaires à l’œuvre dans l’institution universitaire. Comment s’effectuent-t-ils, quels sont les éléments de leur fabrique et que donnent-t-ils à voir du rapport aux savoirs ainsi produit ? L’étude a été conduite à partir du cas des formations en sciences humaines et sociales à visée professionnalisante. Les objets de ces formations, se situant à l’interface des discours scientifiques et des activités professionnelles dans le champ socio-économique1, permettent à l’auteure d’y voir un révélateur singulier des enjeux des changements curriculaires.

  • 2 Rationalisation du rôle de l’université dans la société et rationalisation des activités sociales a (...)

3Sophia Stavrou cherche à démontrer que les réformes universitaires engagent un double processus de rationalisation2 qui concourt à la mise en place d’un modèle pédagogique de projection dans le marché. Pour en rendre compte, elle articule au moins trois éléments d’analyse interagissant dans la production curriculaire : l’introduction de nouvelles modalités de gouvernance de l’institution (notamment les instruments d’évaluation), la transformation des pratiques professionnelles – ce que l’auteure, en référence aux concepts bernsteiniens, appelle les « bases sociales du modèle pédagogique » – et l’évolution des contenus d’enseignement, observable dans les caractéristiques internes des formations. L’analyse de la production des contenus d’enseignement – « dont le processus s’élabore à différents étages », comme le rappelle Nicole Ramognino en préface – conduit ainsi l’auteure à s’intéresser à une pluralité d’acteurs qui, à différents niveaux, participent aux changements curriculaires. Des discours officiels nationaux et supranationaux (chapitre 1), retraduits « à l’épreuve de l’expertise » dans le contexte des établissements et des pratiques (chapitre 2), aux caractéristiques mêmes des formes curriculaires proposées dans les formations (chapitre 3), se déploie une description réaliste de la dépendance des modèles pédagogiques vis-à-vis des transformations organisationnelles des universités.

4Le pari de cet ouvrage est d’interroger les mutations en cours avec la posture théorique d’une sociologie du changement curriculaire : « il s’agit de questionner […] la nature de ces transformations curriculaires, les programmes et les savoirs et en même temps les acteurs, les discours et les pratiques de la réforme qui les produisent » (p. 17). Dans le cadre de cette approche, l’auteure envisage le curriculum comme un élément central des transformations à l’œuvre à l’université, lesquelles sont autant le produit du discours officiel que des compromis que les agents pédagogiques font avec ce dernier. Cette approche praxéologique du social permet à Sophia Stavrou de questionner simultanément l’organisation interne des contenus d’enseignement et les aménagements qu’opèrent les acteurs vis-à-vis des orientations officielles vers la professionnalisation : « l’analyse descriptive des objets qui est privilégiée vise à mettre en lumière à la fois les clôtures et les ouvertures que présente le procès curriculaire, dans ses enjeux cognitifs, sociaux et pragmatiques » (p. 24). Il est à noter, comme le rappelle l’auteure, que cette approche orientée vers l’étude des curricula est assez rare dans les travaux de recherche sur l’enseignement supérieur, ceux-ci mettant davantage la focale sur les organisations, le rôle de l’État, le poids des processus européens ou encore la question des inégalités d’accès aux formations universitaires. En cela, l’analyse revêt un intérêt fondamental par l’approche sociologique qu’elle revendique pour traiter son objet.

  • 3 L’auteure mêle également trois approches théoriques rarement mobilisées ensemble dans les travaux d (...)
  • 4 Bernstein met l’accent sur le procès social d’élaboration des textes pédagogiques en vue de la form (...)

5L’originalité et l’intérêt de l’analyse portée par Sophia Stavrou est alors au moins double. D’une part, son approche rend compte d’un travail audacieux qui mêle trois niveaux d’analyse3. D’autre part, elle permet l’opérationnalisation des concepts bernsteiniens – encore faiblement mobilisés en France – autour de la « recontextualisation des savoirs »4. L’auteure propose à ce titre une approche « social-réaliste » des savoirs (p. 42), qu’elle considère du point de vue de leur intérêt interne (leur valeur cognitive) mais aussi par rapport à leurs intérêts externes : sociaux, économiques, ou encore politiques. Elle parvient ainsi à poser la question des savoirs et la construction des curricula comme un enjeu non seulement pédagogique mais aussi social et politique, contribuant à construire le « vivre ensemble » dans ses actualisations historiques et ses potentiels changements.

  • 5 Ogien Albert, L’esprit gestionnaire. Une analyse de l’air du temps, Paris, Éditions de l’EHESS, 199 (...)

6Trois éléments de résultat peuvent être ici développés. D’une part, l’émergence d’une nouvelle « gouvernance universitaire », au travers des responsables universitaires locaux notamment. Pour l’auteure, ces acteurs traduisent les orientations ministérielles par une mise en forme « gestionnaire »5 des enjeux de professionnalisation – où domine la dimension procédurale et technocratique caractéristique de ce que Sophia Stavrou appelle une logique de rationalisation socio-économique des curricula. Le champ de l’expertise, dans lequel se redéfinit le travail de ces acteurs à l’université, devient un facteur nouveau de ces processus de rationalisation. Il se révèle être à ce titre un moteur essentiel du changement profond des ambitions culturelles et savantes des universités qui « non seulement transforment les missions de ses acteurs mais aussi la place même de l’université dans l’ensemble social » (Nicole Ramognino, en préface de l’ouvrage).

7Le deuxième résultat de l’enquête concerne l’invention de nouvelles professions au sein de l’institution universitaire. D’un côté, la redéfinition des « identités professionnelles » des enseignants-chercheurs – devenus « des experts et des évaluateurs du changement nécessaire » (p. 109) – s’accompagne d’une hybridation et d’une recomposition des normes d’action. Elle déplace et redessine notamment les frontières entre pratiques académiques et pratiques managériales, entre savoirs scientifiques et savoirs experts, entre enjeux de connaissance et enjeux gestionnaires. De l’autre côté, le processus de professionnalisation promeut de nouvelles orientations pédagogiques vis-à-vis du public universitaire autour des compétences à acquérir, compétences elles-mêmes réifiées dans leur valeur d’échange et soumises au principe d’efficience porté par les dispositifs d’évaluation.

  • 6 Le modèle de « régionalisation du savoir » décrit par Bernstein (op. cit.) produit non plus des ide (...)
  • 7 Livet Pierre et Nef Frédéric, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, (...)

8Enfin, la plus grande originalité de cet ouvrage réside certainement dans le troisième type de résultats, autour du modèle pédagogique déployé au travers des nouvelles configurations de l’institution universitaire. En se penchant sur les logiques internes des curricula, l’auteure donne à voir les déplacements produits dans les formes pédagogiques qui passent d’une figure disciplinaire à ce que Bernstein nomme la « régionalisation du savoir »6. Cette régionalisation se caractérise par une interdisciplinarité projetée sur l’ajustement externe au marché de l’emploi, où les savoirs tendent à se transformer en « une pure fonctionnalité technique » (p. 270). Par la mobilisation d’éléments empiriques aussi riches que nombreux, Sophia Stavrou montre comment les enjeux de performance de l’enseignement déterminent de nouvelles bases normatives. Ces bases engagent alors non seulement la centralité des finalités d’intégration efficace des individus sur le marché du travail, mais aussi une conception individualisante des processus éducatifs. L’auteure montre enfin comment la procéduralisation du travail sur les curricula conduit à clôturer les débats sur la question de la professionnalisation, alors que ceux-ci pourraient justement constituer un élément important d’ouverture « d’autres possibles ». L’ouvrage développe ainsi des questionnements fondamentaux sur les finalités mêmes de l’université et les types d’individus formés depuis la transformation des figures curriculaires. Cette approche permet de ne pas limiter l’analyse des transformations de l’institution à la question des modalités de décision et des formes organisationnelles, pour la mettre plus largement au service d’une analyse dynamique du social, ouverte à l’appréhension de ses virtualités7.

9L’auteure propose au lecteur des descriptions particulièrement stimulantes, qui illustrent tout l’intérêt que revêt l’analyse curriculaire dans les recherches en sociologie de l’action publique. Alors que cet objet est encore rarement mobilisé en France, l’ouvrage démontre qu’il constitue un point d’entrée pertinent pour interroger les « changements » à l’œuvre dans les politiques universitaires. À ce titre, l’analyse curriculaire mériterait d’être développée dans d’autres domaines de l’action publique ou à d’autres niveaux du système éducatif.

Haut de page

Notes

1 L’auteure prend appui sur l’analyse curriculaire d’un corpus de 14 formations et d’entretiens auprès des agents participant à la construction des programmes. Ces données sont complétées par un corpus de documents officiels et de textes de la littérature grise, produits aux plans national et européen.

2 Rationalisation du rôle de l’université dans la société et rationalisation des activités sociales au sein et autour de l’université.

3 L’auteure mêle également trois approches théoriques rarement mobilisées ensemble dans les travaux de recherche portant sur les politiques universitaires : la sociologie des instruments d’action publique, la sociologie renouvelée des professions et la sociologie du curriculum.

4 Bernstein met l’accent sur le procès social d’élaboration des textes pédagogiques en vue de la formation des individus. Voir Bernstein Basil, Pédagogie, contrôle symbolique et identité : théorie, recherche, critique, Lévis, Les Presses de l’Université Laval, 2007.

5 Ogien Albert, L’esprit gestionnaire. Une analyse de l’air du temps, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.

6 Le modèle de « régionalisation du savoir » décrit par Bernstein (op. cit.) produit non plus des identités introjectées, fermées et tournées vers le développement interne des disciplines mais projetées, construites sur la base de projections de savoirs comme pratiques dans un contexte donné et régulées par « le futur » et la « volatilité de ce contexte » (ibid., p. 95).

7 Livet Pierre et Nef Frédéric, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Rancon, « Sophia Stavrou, L’université au diapason du marché. Une sociologie du changement curriculaire dans les universités françaises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23897

Haut de page

Rédacteur

Sidonie Rancon

Doctorante en sociologie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page