Navigation – Plan du site

Dominique Marchetti (dir.), La circulation des productions culturelles. Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans

Jamal Afghane
La circulation des productions culturelles
Dominique Marchetti (dir.), La circulation des productions culturelles. Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans, Rabat, Istanbul, Centre Jacques-Berque, coll. « Description du Maghreb », 2017, ISBN : 9791092046328, URL : http://books.openedition.org/cjb/1201.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage analyse les différents enjeux de la circulation des productions culturelles dans le monde arabe et musulman. Ouvrage collectif, il se présente en quinze chapitres organisés en trois parties. La première partie, dont l’objet est les récentes transformations des flux transnationaux de l’information et des usages journalistiques, s’ouvre sur un premier chapitre de Tourya Guaaybess qui fait office de synthèse des changements qui ont affecté les champs médiatiques dans la région arabe. L’auteure souligne un changement de paradigme dans la prise en compte de la question des inégalités dans l’accès aux moyens d’information. Ce changement se traduit par la fin du paradigme d’impérialisme culturel, l’obsolescence des notions de « centre » et de « périphérie », ainsi que l’inutilité d’évoquer l’idée de « pays dominants/dominés » en matière d’information : le concept de globalisation de l’information est le nouveau cadre théorique pour appréhender les changements survenus. Nicolas Dot-Pouillard traite ensuite du journalisme militant à travers une comparaison des chaînes Al Jazeera et Al Mayadeen. L’auteur présente leurs origines et met en exergue les circonstances de leur constitution pour comprendre leurs actions, mais aussi leurs contradictions, en particulier dans le traitement de certains événements majeurs qui ont secoué la région. À cet égard, le discours D’Al Mayadeen, vu la particularité de sa naissance, pousse à parler plutôt d’un néo-tiers-mondisme centré sur des thèmes « anti-impérialistes » sans visée développementaliste. Le développement du numérique aidant, Al Mayadeen et Al Jazzera sont créateurs de valeurs politiques en plus de leur idéologisation.

2Quel est l’effet de ces nouvelles technologies sur la circulation de l’information transnationale ? Telle est la question à laquelle s’attache à réponde Enrico De Angelis qui précise que l’expression « transnationale » est employée dans le sens de la production, mais aussi de la distribution. En réalité, les bases de la production journalistique sont chamboulées, étant donnée la participation accrue du public dans les processus de production et de distribution de l’information via de multiples plates-formes et à large échelle. Cette situation crée une confusion de genre entre le journaliste, l’activiste ou le simple citoyen.

  • 1 Agences de presse

3Dominique Marchetti analyse, à partir du cas marocain, les mécanismes qui président à la circulation transnationale des produits culturels, plus spécialement l’information internationale. L’exemple marocain est très éloquent à propos du poids des grossistes de l’information1 dans le processus de circulation. Sa position de dominé fait que le Maroc n’est pas dans la ligne de mire des producteurs de l’actualité internationale et demeure plutôt un « espace de consommation » tout comme les autres pays du Maghreb. Ce cas éclaire le mécanisme de transnationalisation de l’information, explique l’auteur, qui implique différents espaces. D’abord, l’espace local, source de production des informations, ensuite celui des récepteurs et enfin l’international.

4La première partie de l’ouvrage se termine par un chapitre sur la restructuration du journalisme en Tunisie à travers l’implantation par des organismes internationaux de nouvelles pratiques, en particulier dans le journalisme d’investigation. Olivier Koch analyse les conditions de changement des pratiques journalistiques dans un contexte de transition démocratique. Les programmes de formation organisés par des agences européennes de développement, des organisations non-gouvernementales et des organisations internationales sont de deux types. Un premier porte sur les pratiques professionnelles et le développement des capacités professionnelles, un second concerne les organisations médiatiques. L’auteur constate aussi que le climat d’autonomie créé après le départ de Ben Ali a engendré une crise d’identité chez les journalistes.

5Dans la deuxième partie, Romain Leclerc et Jean-François Polo évoquent le transfert des modèles d’organisation et de gestion des politiques cinématographiques. Les auteurs retracent les péripéties d’établissement du modèle français en matière de financement du cinéma en Turquie, dans le cadre d’une diplomatie culturelle française. Cependant, le processus n’a pas abouti en fin de compte à l’implantation du modèle en raison des particularités du secteur cinématographique turc, notamment d’une certaine méfiance à l’égard des pouvoirs publics.

6Nilgün Tutal-Cheviron et Aydin Çam examinent la question des rapports qu’entretiendraient les produits de l’industrie culturelle diffusés par la Turquie dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nordet de l’Afrique subsaharienne avec ses actions économiques et politiques dans cette zone. Tout en réfutant l’idée d’une politique néo-ottomane, les auteurs démontrent comment les médias et la culture, outils de diplomatie culturelle, constituent un cheval de bataille de la politique étrangère turque, contribuant à la naissance d’une conception propre du soft power. Par la suite, ils montrent les limites de cette stratégie devant l’argument de la conformité à la culture et à la foi musulmanes. Dans cet ordre d’idées, Julien Paris examine le rôle de la morale au sein du système médiatique turc qui fait office de principe de régulation de la production médiatique. La régulation par la morale agit aux premiers stades de la production, influençant par là sa circulation au niveau international. Aussi, la libéralisation économique internationale n’a pas permis de desserrer le contrôle moral sur le plan national. Michel Tabet questionne l’éclosion de l’industrie documentaire dans le monde arabe comme conséquence du progrès des technologies numériques donnant lieu à la naissance des « arabités numériques ». À cet égard, Al Jazeera Documentary est un exemple édifiant d’une nouvelle forme de production médiatique qui, dans le flux globalisé, propose une représentation renouvelée de l’espace culturel arabo-musulman articulant discours mythologique et discours rationnel. Par cette démarche, Al Jazeera Documentary contribue à l’instauration d’un marché et d’une industrie du documentaire en jonglant entre deux modèles, celui de la production télévisuelle et celui de la production documentaire proprement dite.

7Sur un autre registre, Gonzalez-Quijano soulève une question des plus épineuses, à savoir la représentation des figures saintes dans l’islam, surtout dans le cadre des luttes d’influence auxquelles se livrent l’Arabie Saoudite et l’Iran. D’ailleurs, la première s’est arrogé la tutelle du dogme sunnite interdisant toute représentation, et la seconde use des figures saintes dans son action diplomatique en effet, chez les Chiites, la représentation du sacré et ses figures ne se posent pas dans des termes controversés. De même, le développement technologique en matière de diffusion catalyse la résurgence de cette question, tant l’accessibilité aux images devient difficile à contrôler.

8Par ailleurs, dans le contexte de crise larvée que connaît le cinéma, notamment l’accès aux salles et la raréfaction des spectateurs, vient l’implantation de la société indienne Yash Raj en Émirats Arabes Unis qui fait l’objet du chapitre de Némésis Srour. Le choix de Dubaï s’inscrit dans l’optique d’exploration du marché au Proche-Orient et dans le défi de la domination hollywoodienne.

9La circulation des produits médiatiques, du point de vue des marchés nationaux, est l’objet de la troisième partie de l’ouvrage. C’est ainsi que la contribution de Catherine Miller s’intéresse à la programmation télévisuelle marocaine et concentre son étude sur les séries étrangères doublées en arabe marocain. Avançant l’argument de la proximité, 2M s’est engagée dès 2006 dans une stratégie de concrétisation de cet argument par le lancement d’un programme de développement de la production nationale et, surtout, par l’usage de la langue vernaculaire. L’auteure souligne que les deux types de produits contribuent à l’émergence d’une nouvelle forme de langage considéré comme « urbain » et « moderne », tout en recelant un enjeu culturel et économique.

10La circulation des produits médiatiques, du point de vue de la distribution des films étrangers en France, fait l’objet du chapitre d’Abdelfettah Benchenna. L’auteur avance une hypothèse générale selon laquelle la distribution obéit à une méthode particulière qu’il faut appréhender sur trois niveaux : un niveau macro qui implique la diplomatie culturelle, les relations internationales et les politiques de production et de distribution dans chaque pays; un niveau intermédiaire avec les protagonistes du secteur et les conditions d’exercice de leur activité ; un niveau micro, où l’on trouve le spectateur en tant que consommateur souverain dans ses choix.

11Dans un autre registre, les changements intervenus dans leur paysage audiovisuel ont été l’occasion pour les États du Maghreb de modifier leur stratégie en créant des instances spécialisées. Par un examen comparatif des pratiques marocaines et tunisiennes dans le champ audiovisuel, Enrique Klaus se penche sur les conditions de mise en place de nouveaux instruments juridiques pour encadrer l’activité médiatique dans un contexte de transition démocratique. La particularité de ces dispositifs est leur fondement contractuel au cœur duquel se trouve un cahier des charges destiné aux exploitants privés ou publics.

12La postface de Tristan Mattelart souligne l’audace de l’étude en raison du risque de glissement vers un travail de généralisation qui écarte les stratégies des acteurs et la réalité des flux informationnels. Mattelart met en valeur les apports du livre et surtout le fondement de sa démarche qui appréhende les produits médiatiques sous leurs deux composantes, à savoir l’information et le divertissement. Sans glorification des acteurs locaux et rompant avec la conception occidentalo-centrique des études sur l’internationalisation des médias, l’ouvrage contribue à la domestication des recherches sur ces derniers. En plus des enjeux géopolitiques, la permanence de certaines formes de domination rappelle que la circulation des biens médiatiques est aussi vectrice de propagation des modèles culturels occidentaux.

Haut de page

Notes

1 Agences de presse

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jamal Afghane, « Dominique Marchetti (dir.), La circulation des productions culturelles. Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23901

Haut de page

Rédacteur

Jamal Afghane

Département d’information et de communication, Université Laval, Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page