Navigation – Plan du site

Samuel Lézé, Freud Wars. Un siècle de scandales

Yannis Gansel
Freud Wars
Samuel Lézé, Freud Wars. Un siècle de scandales, Paris, Presses universitaires de France, 2017, 180 p., ISBN : 978-2-13-079245-1.
Haut de page

Texte intégral

1Comment expliquer que, depuis plus de cent ans, Freud ne cesse d’être annoncé comme mort et bientôt enterré ? Cent ans et plus car c’est en effet en 1912, avec la lecture critique de L’interprétation des rêves publiée par Frederic L. Wells, que Samuel Lézé fait débuter sa « chronologie biographique » des attaques « anti freudiennes ». Suivront ensuite les réfutations en règle de Pierre Janet puis les vagues de critiques, ou plutôt les cycles successifs de polémiques, composant peu à peu le corps hétérogène des anti-freudiens. Si le titre Freud wars ne renvoie qu’à un de ces épisodes, situé aux États-Unis durant les années 1990, c’est l’ensemble de ces émergences critiques, parfois devenues célèbres mais souvent tombées depuis dans l’oubli, qui constitue l’objet de ce livre.

  • 1 The walking dead est une série télévisée américaine, diffusée depuis 2010 par AMC, et adaptée par F (...)

2Ce court essai de 130 pages est rédigé dans un style ramassé, imagé, souvent empreint d’ironie, et puisant ses bonnes phrases tout autant dans la culture populaire (The walking dead, V comme Vendetta1) que les auteurs classiques (Flaubert, Byron). Samuel Lézé y décrit le « débat immobile » et la « cérémonie de dégradation » sans fin opérés par les anti-freudiens (p. 98). Le mouvement comporte en effet ces deux facettes : celle d’une critique rationnelle (un débat) et celle d’une dénonciation morale (une dégradation). Lézé affine les nuances dans l’agencement de ces deux facettes.

3Les premières nuances sont d’ordre temporel. C’est ainsi la critique rationnelle qui se déploie en premier, procédant arguments contre arguments (années 1920) puis par « totalisation » de l’œuvre freudienne (années 1940). Un changement de ton s’opère ensuite (années 1950), les attaques prenant de plus en plus la forme du pamphlet, alors que se déploie le second volet, non plus seulement rationnel mais moral, des critiques anti-freudiennes. Si les premières s’appuient sur un résumé des arguments freudiens pour les contester et en démontrer les lacunes et les incohérences, les secondes usent, elles, de la biographie. Il s’agit de repérer les « vices » (années 1960) puis les traumatismes et les névroses du père de la psychanalyse (années 1970), tout en dévoilant des événements de vie cachés ou méconnus. D’abord isolées, ces critiques s’agrègent et prennent une dimension de plus en plus collective (années 1970 et 1980) avant de se « routiniser » (années 1990).

  • 2 Abbott Andrew, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Univer (...)

4Les secondes nuances qu’aborde l’ouvrage ont trait aux différentes formes du mouvement anti-freudien suivant les contextes nationaux. Aux États-Unis, où l’emprise religieuse et la construction de la juridiction médicale sur les « problèmes personnels »2 contiennent la psychanalyse dans la sphère clinique, c’est un « Freud scientifique » que les critiques visent. En France, elles s’en prennent à un « Freud philosophe », qui a fait sa place parmi les intellectuels des milieux catholiques et marxistes. Bref, dans chacun de ces contextes nationaux, les anti-freudiens marquent les freudiens à la culotte.

5C’est justement là toute l’originalité du livre : montrer à quel point la critique dépend de l’icône qu’elle entend enterrer. Vaine opération, puisque les « tentatives nécrologiques sont sans effet sur l’icône » et que, pour paraphraser Flaubert, mieux vaut ne pas y toucher car les dorures pourraient vous rester sur les mains. Ainsi, les anti-freudiens ne font que reproduire symétriquement l’œuvre qu’ils entendent détruire, formulant une « histoire anhistorique et une critique acritique ou sans réflexivité. […] L’anti-freudisme est donc contaminé ou prédéterminé par le freudisme » (p. 106). Outre l’inefficacité de ces critiques, l’analyse de Lézé montre aussi le « paradoxe des conséquences » weberien qu’engendrent les anti-freudiens. La critique rationaliste, en procédant avec rigueur intellectuelle, formule une synthèse et une totalisation des théories freudiennes complexes, contradictoires et disparates, et, paradoxalement, elle promeut la diffusion de ces théories. Les critiques morales, en « retournant l’arme » biographique contre son auteur, valident l’analyse affective et psychologique de la posture contestataire portée par les freudiens (p. 125). Pis, leur style pamphlétaire et l’ambiance de scandale qu’elles diffusent renforcent la posture prophétique de ces derniers.

  • 3 Gauchet Marcel et Swain Gladys, La pratique de l’esprit humain. L’institution asilaire et la révolu (...)
  • 4 Gansel Yannis, « La bipolarité épistémologique de la psychiatrie française », L’Évolution psychiatr (...)
  • 5 Martuccelli Danilo, « Néolibéralisme », in Philippe Zawieja et Franck Guarenir (dir.), Dictionnaire (...)

6Alors qu’arrive le moment obligé où le commentateur doit évaluer l’ouvrage, me vient une question : mais quelle drôle de mouche m’a piqué pour que je propose de faire la lecture d’un collègue et collaborateur avec qui je travaille au sein l’équipe DSM (Dire la santé mentale) de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités ? « La névrose » répondrait sans doute Freud… Dans tous les cas, ne pouvant être juge et partie et conscient du risque d’être lu comme un auto-promoteur, je propose, plutôt que de soupeser ce travail à l’aune d’un critère qui ne peut m’être extérieur, d’en ouvrir les perspectives. Plus précisément, le livre de Lézé pose trois questions. Premièrement, que dit ce débat immobile sur ceux qui sont les usagers de la santé mentale aujourd’hui ? S’y joue la confrontation incessante, jamais totalement levée, entre l’homme rationnel, acteur de son propre destin, transparent à sa propre volonté, et le sujet déterminé, objet de forces invisibles. Cette division du sujet, conçue avec des termes pathologiques comme la « diplopie »3 ou la « bipolarité »4, organise depuis 200 ans la psychiatrie. Les pratiques de la santé mentale, inscrites dans la communauté, pré ou infra diagnostiques, indépendantes de l’espace asilaire et de ses taxinomies, vont-elles reconduire ces tensions ? Ou bien vont-elles disparaître sous l’ombre de l’individu souverain, « entrepreneur de lui-même »5 ?

  • 6 Blanchard Véronique et Gardet Mathias, Mauvaise Graine. Deux siècles d’histoire de la justice des e (...)

7Deuxièmement, que vient montrer le scandale comme organisateur moral ? Dans le cas de Freud, il n’a cessé, contre le gré voire à l’insu des anti-freudiens, d’entretenir la position iconique du psychanalyste viennois. Pour autant, dans d’autres scènes sociales, le scandale a servi des transformations. On pense par exemple à celui des « bagnes d’enfants », initié par Alexis Danan6 et d’autres journalistes durant l’entre deux-guerres, qui a bien contribué à la fermeture des colonies pénitentiaires et préparé la réforme des institutions disciplinaires quelques décennies plus tard. Qu’en sera-t-il, par exemple, du scandale du « retard de la France » en matière d’autisme ? Ou plutôt, quelles sont les conditions d’acteurs, de lieu et d’époque pour qu’un scandale organise un changement et non une répétition à l’identique ? Enfin, ces deux questions en croisent une troisième : comment dire la santé mentale aujourd’hui ? Qui peut parler de ces troubles, devenus de plus en plus diffus, dilués dans la souffrance psychique, et de ceux qui en souffrent, sortis des murs bien visibles de l’asile ? Quelle voix est la plus légitime, la plus entendable, la plus à même de parler d’un monde en changement ? Celle du psychiatre, de son patient, du biologiste, de l’anthropologue ? Qu’est-il encore visible et dicible de cette psychiatrie que Foucault a tout à la fois décrite et contribué à transformer il y a bientôt 50 ans ? Autant de questions que laisse entrevoir Freud wars et qu’il nous faut continuer à mettre au travail de l’enquête historique et ethnographique.

Haut de page

Notes

1 The walking dead est une série télévisée américaine, diffusée depuis 2010 par AMC, et adaptée par Frank Darabont et Robert Kirkman, créateur de la bande dessinée éponyme. V pour Vendetta est un film américain réalisé en 2005 par James McTeigue avec Natalie Portman et Hugo Weaving.

2 Abbott Andrew, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press, 1988.

3 Gauchet Marcel et Swain Gladys, La pratique de l’esprit humain. L’institution asilaire et la révolution démocratique, Paris, Gallimard, 1980, p. 309.

4 Gansel Yannis, « La bipolarité épistémologique de la psychiatrie française », L’Évolution psychiatrique, vol. 79, n° 1, janvier 2014, p. 134–141, disponible en ligne : https://doi.org/10.1016/j.evopsy.2012.08.002.

5 Martuccelli Danilo, « Néolibéralisme », in Philippe Zawieja et Franck Guarenir (dir.), Dictionnaire des risques psycho-sociaux, Paris, Seuil, 2014, p. 501-503.

6 Blanchard Véronique et Gardet Mathias, Mauvaise Graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants, Paris, Textuel, 2017 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/23729.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Gansel, « Samuel Lézé, Freud Wars. Un siècle de scandales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23903

Haut de page

Rédacteur

Yannis Gansel

Psychiatre et chercheur en sciences sociales. Hospices civils de Lyon et Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page