Navigation – Plan du site

Manuel Boucher, Geoffrey Pleyers, Paola Rebughini (dir.), Subjectivation et désubjectivation. Penser le sujet dans la globalisation

Yali Chen
Subjectivation et désubjectivation
Manuel Boucher, Geoffrey Pleyers, Paola Rebughini (dir.), Subjectivation et désubjectivation. Penser le sujet dans la globalisation, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « 54 », 2017, 300 p., préface de Michel Wieviorka, ISBN : 978-2-7351-2350-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre codirigé par Manuel Boucher, Geoffrey Pleyers et Paola Rebughini propose une réflexion sociologique autour du « sujet » ou du processus du « devenir sujet », défini comme subjectivation à l’époque de la globalisation. L’objet principal est de comprendre comment le processus de subjectivation et de désubjectivation de « l’être individu » émerge dans un monde globalisé où les différences socio-culturelles, les inégalités et la violence questionnent ensemble la notion de l’État-nation moderne. Cet ouvrage collecte les travaux des anciens étudiants de Michel Wieviorka en s’inspirant de sa sociologie, qui tient compte de la globalisation, de la construction individuelle et de la subjectivité des acteurs, avec l’étude des phénomènes du racisme et de la violence. En se fondant sur des recherches sociologiques et anthropologiques (entretiens, observations et analyses des discours) relatives aux enjeux sociaux problématiques d’actualité, l’ensemble des travaux analyse l’antagonisme entre l’individu et les institutions sociales ou politiques, antagonisme dans lequel l’individu pourrait perdre le sens de soi mais deviendrait capable de se (re)constituer. Le livre questionne dès lors la manière dont l’individu se (dé)subjectivise dans des situations où les rapports sociaux de pouvoir s’entremêlent.

  • 1 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 286.

2L’un des intérêts majeurs du livre est de démontrer que le sujet se produit dans des contextes sociaux, historiques, relationnels et culturels. Le processus par lequel l’être individu cherche à « devenir sujet » est alors interprété comme une subjectivation qui se réalise progressivement et continument, et qui le mène à « sa [propre] construction, à une logique d’acteur, à la création et à l’extension d’un espace qui lui permet de se manifester » (p. 15). Les auteurs mettent bien au cœur de cet ouvrage le processus de subjectivation ainsi que le processus inverse de désubjectivation. Sur le plan théorique, l’ensemble des travaux défend l’idée de subjectivation proposée par Michel Wieviorka, définie comme « la possibilité de se construire comme individu, comme être singulier capable de formuler ses choix et donc de résister aux logiques dominantes, qu’elles soient économiques, communautaires, technologiques ou autres […]. C’est d’abord la possibilité de se constituer soi-même comme principe de sens, de se poser en être libre et de produire sa propre trajectoire »1 (p. 14). Cette notion de subjectivation permet aux auteurs d’analyser la façon dont les individus résistent et luttent contre toutes les formes de domination possibles dans leur expérience vécue.

3L’ouvrage se décline en trois grandes thématiques, totalisant dix-huit chapitres dans lesquels les auteurs interrogent le processus de subjectivation et de désubjectivation sous différents aspects sociaux, à l’échelle de la France métropolitaine et des Outre-mer. Les thématiques abordées visent la compréhension des enjeux de l’émancipation et des droits, de l’égalité et de l’autonomie, de l’intégration et de la différence culturelle, de la dignité personnelle et de la justice sociale dans les perspectives de la violence, de la globalisation et de la différence culturelle.

4La première partie cherche à montrer comment la capacité ou l’incapacité du sujet se manifeste dans différentes situations de violence. Cette partie s’ouvre avec la réflexion théorique de Paola Rebughini sur l’analyse de la relation entre subjectivation et violence. Elle défend l’idée de mettre en relation les concepts de subjectivité et de violence dans leur contexte. Selon le contexte, il n’y a donc pas un sujet absolu, mais plutôt un sujet en situation, il n’y a pas de violence abstraite, mais des acteurs de violence se trouvant dans des rapports de force établis par le contexte. À travers une analyse du suicide altruiste des Anciens, dans des circonstances extrêmes violentes, Jean-Michel Chaumont montre comment le dévergondage, la culpabilisation et le déshonneur frappent les victimes de la violence et secouent leur subjectivation. La violence extrême produit forcément la désubjectivation mais elle peut n’être que temporaire. La recherche de Claude Juin sur les témoignages des anciens soldats de guerre d’Algérie et l’analyse des traumatismes des victimes de violence dans le cadre du post-génocide au Rwanda, proposée par Andrea Grieder, montrent que toutes les personnes, civiles ou militaires, peuvent être des victimes. La peur, la frustration, la vengeance, les blessures physiques et les traumatismes psychiques provoquent progressivement la déstructuration de la conscience. Si l’individu se laisse ensevelir par une situation désastreuse, il vit alors une désubjectivation. Pourtant, il est capable d’en sortir. Une fois qu’il a pris conscience de l’expérience douloureuse qu’il a vécue, par le biais de sa mise en paroles, on considère qu’il atteint une phase de subjectivation. Pour Claude Juin, la délivrance de sa mémoire grâce à la mise en récit individuelle de blessures intérieures ou corporelles est une voie efficace par laquelle le sujet peut se (re)construire. Il en va de même de la résistance exprimée au moyen de la danse, de la poésie ou d’autres pratiques artistiques, confirme Andrea Grieder. Les personnes physiquement vulnérables doivent considérer le problème physique comme faisant partie d’eux-mêmes, à travers un travail sur soi ; elles doivent également lutter contre les stigmatisations sociales et médicales. En s’intéressant aux parcours de soins des malades du cancer à l’hôpital et dans des réseaux de santé, Sandrine Bretonnière explique comment le malade exprime sa capacité de s’autodéterminer et développe une « autonomie performative ». Sylvain Kerbourc’h montre quant à lui, à travers une série de cas français et internationaux, que les handicapés se mobilisent en tant qu’acteurs collectifs pour demander leur reconnaissance sociale et lutter contre la désubjectivation.

  • 2 L’appellation Chicanos désigne les migrants et descendants de migrants qui se construisent entre le (...)

5La deuxième partie se focalise sur la construction de soi des individus dans des rapports interactifs avec l’État social. Pour comprendre les processus de subjectivation, il faut aussi considérer, comme Geoffrey Pleyers le souligne, « les conditions matérielles et les questions de la justice sociale, des inégalités, des discriminations ou de la précarité, le rapport entre les individus et les institutions » (p. 115). Les travaux de cette partie nous interrogent sur le pouvoir de l’État et des institutions qui exacerbent les inégalités et les injustices en déstabilisant le sujet. Régis Pierret, en s’intéressant à la recherche du sujet des travailleurs sociaux, décrit comment le sujet précaire domine le paysage. Il distingue le sujet et l’individu en se focalisant sur le fait que le sujet apparaît tridimensionnel : one est sujet par soi, par l’autre, contre l’autre. Nous recourons à l’anti-sujet, au non-sujet, à l’hyper-sujet et au sujet en survie. Dans le chapitre suivant, Pascal Noblet étudie la façon dont les politiques publiques et les acteurs institutionnalisés et associatifs nient la capacité d’être sujet chez des personnes vulnérables comme les personnes sans domicile fixe. Pour lui, ces acteurs institutionnels désubjectivisent les personnes dont ils ont la charge. Quand les fonctions de l’État social sont absentes ou insuffisantes, ce sont les citoyens qui entreprennent les actions sociales, comme le montre Sandra Geelhoed dans le contexte des Pays-Bas, après la transformation de l’État social. Évoquant la réintégration sociale dans un centre social évangéliste à El Bordo, Olga Odgers Ortiz observe que les individus s’auto-organisent par des gestes religieux pour échapper à la désubjectivation ; ils se reconstruisent une autre image de soi afin de retrouver une place dans la société. S’intéressant à l’intégration des minorités, Mario Constantino Toto cherche à comprendre le désir d’être sujet des Chicanos2 aux États-Unis et rappelle que la différence culturelle fait partie intégrante de la nation, et qu’elle fournit des supports à la subjectivation et à la créativité des acteurs.

  • 3 En l’occurrence la population d’origine étrangère.

6La troisième partie illustre la façon dont l’individu peut devenir sujet à travers les phénomènes de racisme, de discrimination et d’ethnicisation ainsi qu’à travers les processus d’immigration, d’intégration et de représentation des populations migrantes, en contraste avec les valeurs universelles et les différences culturelles, dans un contexte où les habitants partagent un espace social en commun. Travaillant sur le contexte corse, Marie Peretti-Ndiaye mobilise les analyses du racisme et du nationalisme et les distingue en différentes formes, soulignant qu’ils influencent la capacité de la population indigène à agir sur la logique de ségrégation ou d’exclusion de l’« Autre »3. La recherche d’Alexandra Poli, concernant les pratiques des militants syndicaux face aux traitements inégaux des individus sur des critères de discrimination ethniques, et l’étude de Manuel Boucher sur l’intervention sociale dans les quartiers ghettos et ses logiques d’ethnicisassions et racisation, posent le problème de la prise en compte de la « différence ». Tous deux montrent qu’elle peut servir un processus de (dé)subjectivation et que l’État ou l’institution participe également aux « processus de l’ethnicisation et de racisation » lors de l’intervention sociale. Notamment dans le cadre de l’immigration, la discrimination ethno-raciale et culturelle provoque une dévalorisation dans laquelle l’identité se construit négativement. Les inégalités et les contraintes sociales semblent pousser les immigrés au mépris de soi et à la désubjectivation. En se focalisant sur la subjectivation des populations migrantes issues de l’immigration marocaine à Madrid dans leur processus d’intégration, Antonio Álvarez-Benavides souligne que le « modèle » d’intégration espagnol fondé sur la « convivance » permet aux immigrés de se construire en tant que sujets égaux et différents dans des dynamiques locales et diasporiques. Lena de Botton, quant à elle, s’intéresse à l’expérience migratoire des femmes musulmanes en Catalogne, à travers des récits de vie. Elle analyse le processus par lequel ces femmes, qui se confrontent au double fardeau du conservatisme de leur communauté d’origine et au jugement négatif porté sur l’islam dans la société d’accueil, parviennent à devenir des personnes réflexives. En réfléchissant sur « le sujet islamique », Nadia Kiwan analyse les travaux et les discours des intellectuels français musulmans (ou de culture musulmane) qui affirment une « laïcité islamique ». Elle cherche à comprendre comment combattre les logiques d’instrumentalisation politique d’un islam univoque, littéraliste et conservateur sans pour autant renforcer le processus de désubjectivation des musulmans ordinaires. S’appuyant sur une étude dans quatre pays européens, Claire Schiff met en évidence l’importance de prendre en compte le bien-être des élèves issus des minorités ethnoculturelles et de reconnaitre leur appartenance et leur singularité, pour permettre leur subjectivation et leur développement de soi. Elle montre que la gestion des relations interethniques à l’école dépend des « modèles » d’intégration nationaux mais aussi de l’histoire migratoire, des choix pédagogiques et des formes d’organisation du système scolaire de chaque pays.

7Cet ouvrage constitue bien et bel une analyse sociologique de la (dé)subjectivation étayée sur divers travaux empiriques. Ces différentes recherches s’articulent entre elles en se concentrant sur le rapport entre (dé)subjectivation et globalisation, et analysent minutieusement les processus de subjectivation et désubjectivation. Le livre invite les futures recherches à s’intéresser à la (dé)subjectivation des individus dans une perspective sociologique, en se rappelant que le processus de désubjectivation est caractérisé par une perte de l’autonomie et l’incapacité, tandis que le processus de subjectivation conduit vers l’autonomie d’action et de responsabilité, vers la capacité d’assumer un conflit et de mener une négociation, et vers la recherche de marges d’émancipation par rapport aux contraintes.

Haut de page

Notes

1 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 286.

2 L’appellation Chicanos désigne les migrants et descendants de migrants qui se construisent entre les cultures mexicaine et américaine.

3 En l’occurrence la population d’origine étrangère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yali Chen, « Manuel Boucher, Geoffrey Pleyers, Paola Rebughini (dir.), Subjectivation et désubjectivation. Penser le sujet dans la globalisation  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23904

Haut de page

Rédacteur

Yali Chen

Doctorante-assistante, Institut des études genre, Université de Genève.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page