Navigation – Plan du site

Grégory Daho, La transformation des armées. Enquête sur les relations civilo-militaires en France

Maxime Launay
La transformation des armées
Grégory Daho, La transformation des armées. Enquête sur les relations civilo-militaires en France, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2016, 406 p., ISBN : 978-2-7351-2264-6.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin de la Guerre froide, dans le cadre de multiples interventions internationales dans lesquelles sont engagées les armées françaises, l’aspect civil des opérations de maintien de la paix est jugé comme l’une des conditions essentielles de leur réussite durable. Si une armée peut faire la démonstration en quelques semaines de sa capacité à gagner la guerre, comme ce fut le cas en Afghanistan ou en Irak pour l’armée américaine, c’est son aptitude à gagner la paix, autrement dit à bâtir un gouvernement et un environnement stable et pacifié, qui est mise en question. Face aux renouvellements des modes d'interventions extérieures, comment les armées françaises ont-elles développé des actions civilo-militaires en complément des opérations d’interposition armée ? Telle est la question au centre de cet ouvrage.

  • 1 Daho Grégory, « Une revanche des généraux. L'institutionnalisation de la coopération civilo-militai (...)

2Maître de conférences en science politique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Grégory Daho propose dans cet ouvrage tiré de sa thèse1 une étude sur l’institutionnalisation des actions civilo-militaires (ACM). Les ACM (ou CIMIC pour Civil-Military Cooperation) désignent l’ensemble des activités menées par des forces armées visant à coordonner les relations entre les organisations militaires et les acteurs civils sur une zone d’intervention extérieure. Elles consistent à faciliter l’acceptation de la présence des forces militaires auprès des populations locales et à accélérer le transfert des responsabilités vers les autorités civiles, afin de rétablir ou de maintenir la paix. Les ACM se caractérisent par la pluralité des acteurs qui y concourent, à l’image de la diversité des domaines d’intervention : sécuritaire, humanitaire, financier, industriel, agricole, administratif, social et culturel.

3Après avoir consacré une première partie aux mobilisations collectives qui ont permis l’émergence du projet civilo-militaire entre 1989 et 1994, au sein des forces spéciales (le COS, Commandement des opérations spéciales) puis au sein de l’armée de Terre, l’auteur analyse dans un second temps les logiques d’arbitrage qui ont généré entre 1994 et 2005 une doctrine de compromis, fruit de tensions au sein des armées dans un contexte de réformes et de contraintes budgétaires. Il propose enfin, dans une troisième partie, de comprendre comment cette doctrine s’est matérialisée entre 2005 et 2012 en une fonction opérationnelle, autrement dit comment une routinisation des organisations peut s’observer en Afghanistan après les expériences précédentes en ex-Yougoslavie.

4L’objectif de l’ouvrage est d’interroger la construction conflictuelle au sein des armées des concepts et doctrines stratégiques de l’après Guerre froide. Pour ce faire, mobilisant les outils des sciences sociales appliqués au champ de la défense, croisant sociologie politique des relations internationales et sociologie des organisations, ce travail se fonde sur l’analyse de plusieurs interventions françaises entre 1992 et 2012 : en Bosnie, au Kosovo et en Afghanistan. L’auteur s’est livré à une lecture attentive de sources primaires, publiques ou non, produites par l’institution militaire ou des autorités publiques : Livres blancs sur la défense, rapports parlementaires, directives, concepts et doctrines, archives RETEX (« retours d’expérience » qui sont produits par les armées après les opérations extérieures). Grégory Daho a également mené une campagne d’entretiens auprès de quarante-trois officiers, diplomates, industriels, humanitaires et hauts fonctionnaires, facilitée par son rattachement institutionnel auprès de la direction générale de l’Armement (DGA) et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) ; ce matériau lui offre l’occasion de citer abondamment les acteurs des actions civilo-militaires.

5L’intérêt premier de l’ouvrage est de documenter diachroniquement la nature des actions civilo-militaires. L’imagerie du « soldat de la paix » s’adonnant à des opérations humanitaires ou facilitant la reconstruction du pays aux côtés des organisations internationales et des ONG est ici fortement battue en brèche. Loin d’être une mission humanitaire des armées, les ACM ont des objectifs économiques et stratégiques, dont la définition donne lieu à un conflit entre les forces spéciales et l’armée de terre. Les premières, selon une vision « extensive » et « politique » (p. 18), estimaient que les armées en situation de post-confit devaient faciliter la transition et permettre aux intérêts français de prendre position dans la perspective de la reconstruction du pays ou de la région. Les expérimentations en Bosnie-Herzégovine illustrent ainsi une volonté de captation tous azimuts du marché de la rénovation, perçue comme un juste retour sur l’investissement humain et matériel de l’intervention militaire. L’armée de terre, dénonçant une dérive mercantiliste, a cherché dans un second temps à reprendre en main les ACM et a développé une vision « restrictive » et « militaro-centrée » (p. 19), fondée prioritairement sur le soutien à la force militaire afin de permettre son acceptation dans son environnement stratégique.

6Dans un second temps, un autre apport de ce travail est son attention aux acteurs, refusant la réification des institutions et la réduction des protagonistes en des agents passifs qui subissaient le changement d’environnement stratégique post-guerre froide. Par une approche biographique des acteurs militaires des ACM, via les réseaux et ressources qu’ils mobilisaient, l’auteur observe que les bricolages et improvisations ont eu un rôle fondamental dans l’institutionnalisation des ACM. Dépassant « les prénotions sur le milieu militaire […] rigide, hiérarchisé, conservateur et codifié » (p. 37), il démontre que les acteurs militaires, loin d’être réfractaires à l’innovation, ont non seulement importé des logiques et techniques civiles, mais fait de l’émergence des ACM un terrain de compétition entre groupes militaires pour la captation des ressources (moyens financiers, humains, doctrinaux) de cette nouvelle spécialité.

  • 2 Lyautey Hubert, Le rôle social de l’officier, Paris, Lavauzelle, 2004 [1982].
  • 3 Coton Christel, Officiers. Des classes en lutte sous l'uniforme, Marseille, Agone, 2017 ; notre com (...)

7Si l’auteur ne manque pas de rappeler que les ACM constituent une spécialité périphérique au sein des armées, il cherche en même temps à démontrer en quoi elles représentent un précédent, une évolution majeure par rapport au contexte stratégique antérieur. Pourtant, comme l’ouvrage le souligne à plusieurs reprises, la période étudiée voit resurgir de nombreux principes et procédés de l’époque coloniale. Ainsi « la stabilisation afghane s’inspire notamment des outils militaires hérités de la conquête coloniale et de la pacification algérienne » (p. 225). Des figures de l’armée comme Lyautey, Gallieni et Bugeaud sont réhabilitées dans les documents militaires afin de mettre en avant une filiation coloniale. La réédition en 2004 du Rôle social de l’officier, préfacée par le chef d’état-major alors en exercice, Henri Bentégeat, participe de cette volonté d’inscrire les ACM dans la culture militaire française2. Les officiers civilo-militaires citent ainsi abondamment les formules de Lyautey (« Donnez-moi un médecin, je vous rends trois compagnies ») qui, en illustrant l’intérêt des stratégies non coercitives, légitiment les ACM contemporaines. Plus encore, les expériences de la pacification en Indochine et en Afrique, puis celle de la contre-insurrection en Algérie inspirent les dispositifs déployés après la Guerre froide. Ainsi, plutôt qu’à une innovation, c’est à un retour à des pratiques anciennes que les armées françaises se sont livrées lors de ces opérations extérieures contemporaines. Dans cette institution à très fort taux de reproduction sociale3, Grégory Daho y voit une « volonté de réhabiliter non seulement les méthodes, mais aussi les figures de la génération précédente » (p. 107).

  • 4 En référence à l’ouvrage : Cohen Samy, La défaite des généraux. Le pouvoir politique et l’armée sou (...)
  • 5 Que l’on pense, sur le plan des options militaires, aux démissions du général Delaunay en 1983 et a (...)

8Enfin, le lecteur pourra regretter que l’idée force de l’ouvrage, la « revanche des généraux »4 énoncée en introduction et en conclusion, ne soit pas plus frontalement abordée au cours de la démonstration. Pour l’auteur, l’après Guerre froide ouvrirait en effet une période de rééquilibrage entre le pouvoir politique et le haut commandement militaire qui se caractériserait in fine par un « effritement majeur » (p. 347) du monopole présidentiel au profit des officiers généraux. S’il explique ne pas vouloir faire des actions civilo-militaires le point de basculement de cette évolution, c’est pourtant à partir de son enquête sur les ACM qu’il en conclut à une « revanche ». Il opère ainsi un glissement des « relations civilo-militaires » – le cœur de l’ouvrage – vers les « relations politico-militaires » alors que les sources mobilisées sont lues selon la première et non la deuxième perspective. Les exemples de contestations, mobilisés tardivement en fin d’ouvrage pour appuyer cette thèse (un article rédigé par des officiers anonymes en 2008 ou encore la mobilisation d’un officier général dans « la Manif pour tous »), suffisent-ils pour véritablement asseoir la démonstration ? La contestation – aussi limitée soit-elle – du pouvoir politique d’une part n’est pas si inédite (si l’on prend les années 1980, les démissions de généraux et des prises de position publiques ont pu être conflictuelles5), et d’autre part reste très marginale eu égard à l’ampleur des enjeux (il ne s’agit que d’officiers isolés et, somme toute, le pouvoir politique ne cède rien sur l’essentiel : la dissuasion et la subordination des militaires). L’objet ACM, qui ouvre tout au long de l’ouvrage de fertiles éclairages, trouve finalement ici sa limite en raison de sa modestie dans l’ensemble plus vaste que constituent les armées, d’autant qu’il ne représente plus dans le contexte international actuel le même enjeu que dans les années 1992-2012.

9Pour autant, le souci constant de l’auteur de restituer le contexte stratégique, sans jamais se livrer à de longues digressions, illustre le travail pédagogique effectué pour décomplexifier un sujet inédit et complexe, même s’il n’échappe pas toujours au jargon technique de la science politique employé par une minorité d’initiés. Le soin particulier apporté à l’administration de la preuve, fondée sur de nombreuses et parfois longues citations des entretiens avec les acteurs, permet de restituer finement les visions opposées des militaires quant à la définition des ACM. Au total, cet ouvrage fécond démontre – s'il en était encore besoin – la possibilité et la nécessité de la recherche en sciences sociales sur l’institution militaire contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Daho Grégory, « Une revanche des généraux. L'institutionnalisation de la coopération civilo-militaire en France », thèse de doctorat en science politique sous la direction de Michel Dobry soutenue le 12 juillet 2013 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2 Lyautey Hubert, Le rôle social de l’officier, Paris, Lavauzelle, 2004 [1982].

3 Coton Christel, Officiers. Des classes en lutte sous l'uniforme, Marseille, Agone, 2017 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/23205.

4 En référence à l’ouvrage : Cohen Samy, La défaite des généraux. Le pouvoir politique et l’armée sous la Ve République, Paris, Fayard, 1994.

5 Que l’on pense, sur le plan des options militaires, aux démissions du général Delaunay en 1983 et au général Copel en 1984, ou, sur le plan de la politique intérieure, à l’Appel des 45 généraux à voter pour Jacques Chirac en 1988 lorsque François Mitterrand s’est représenté à l’élection présidentielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Launay, « Grégory Daho, La transformation des armées. Enquête sur les relations civilo-militaires en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23913

Haut de page

Rédacteur

Maxime Launay

Doctorant en histoire contemporaine à Sorbonne Université, laboratoire SIRICE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page