Navegación – Mapa del sitio

Brigitte Le Grignou, Erik Neveu, Sociologie de la télévision

François-Ronan Dubois
Sociologie de la télévision
Brigitte Le Grignou, Erik Neveu, Sociologie de la télévision, Paris, La Découverte, col. « Repères », 2017, 128 p., ISBN : 978-2-7071-5064-6.
Inicio de página

Texto completo

1Voilà plus de cinquante ans désormais que le monde universitaire s’intéresse à la télévision, cinquante années occupées par la sociologie et les sciences politiques, les sciences de l’information et de la communication, la sémiologie, les études de civilisation, la psychologie et bien d’autres encore. Brigitte Le Grignou et Erik Neveu proposent un état des lieux de ces recherches, sous l’angle de la sociologie d’abord, certes, mais sans s’interdire d’embrasser l’ensemble des apports des autres disciplines. L’entreprise n’a cependant rien d’évident puisque les universitaires, comme les intellectuels médiatiques, ont parfois tenu sur la télévision un discours vague et imprécis, fait de généralités morales peu en rapport avec les résultats empiriques. Et ces résultats, produits par des instances non scientifiques – quand par exemple les chaînes tentent de connaître leurs publics et d’en évaluer les pratiques, demandent à leur tour à être examinés avec un regard critique. Le projet des deux auteurs ne se limite donc pas à proposer un résumé : il implique également la discussion des partis pris méthodologiques.

2L’ouvrage est organisé en cinq sections. La première, « Professionnels de la télévision. Star Academy », revient sur les parcours des acteurs des industries culturelles. Elle met en évidence la transformation des instances directrices, où les cadres issus des écoles de commerce et d’ingénieurs se substituent peu à peu aux professionnels de l’audiovisuel. La télévision est de plus en plus gérée comme n’importe quelle entreprise et il n’est pas indifférent à ce titre que les chaînes se trouvent intégrées à des groupes plus vastes, dont l’activité médiatique n’est qu’une parmi un panel diversifié. Cette situation s’accompagne d’une précarité toujours plus importante des créateurs artistiques et des journalistes d’investigation, ainsi que d’une hiérarchie sans cesse plus affirmée entre celles et ceux qui travaillent en permanence au siège et celles et ceux qui, sur le terrain, contractants ou permanents, subissent des contraintes opérationnelles importantes.

3La deuxième section, « Le sens du flux. La caméra explore le temps », se consacre aux questions de programmation et de composition de l’offre médiatique. La mutation de la grille des programmes est corrélée à la mutation des moyens technologiques à la disposition des téléspectateurs, et par conséquent de leurs pratiques. Conçue d’abord pour offrir une lisibilité à l’offre, la grille des programmes s’affine pour identifier des cases horaires stratégiques. Les programmes se spécialisent en fonction du cœur de cible qu’ils pressentent. Cette spécialisation se produit en même temps qu’un passage de la logique populicultrice, qui voit dans la télévision un moyen d’éduquer le téléspectateur et la société dans son ensemble, à une logique d’efficacité commerciale, qui laisserait moins de place aux expérimentations, par son désir de s’en tenir à des produits éprouvés, dont le succès est facile à anticiper. Ces anticipations sont néanmoins constamment déjouées par le caractère de plus en plus concurrentiel de l’offre télévisuelle, puisque non seulement les chaînes se multiplient mais les écrans se diversifient et créent des modalités d’accès nouvelles. La capacité de la télévision à éduquer un public pensé comme une communauté, ou même simplement à satisfaire les attentes d’un groupe bien identifié, se heurte à l’individualisation croissante des pratiques de consommation.

4La troisième section, « En quête du public. Secret Story », s’attache justement plus en détail à cette question. Elle montre que l’appréhension du public télévisuel a longtemps souffert de deux biais : la domination des approches quantitatives, peu à même d’explorer la diversité des pratiques, et des discours généralistes étrangers aux études empiriques. Les recherches ont pu cependant établir un certain nombre de constantes, notamment la faible consommation télévisuelle des plus jeunes, la part essentielle du public de plus de soixante ans et la volatilité des téléspectateurs, dont la fidélité à un programme ou même à une seule séquence est loin d’être acquise. Le tournant ethnographique des recherches, qui propose des études qualitatives et complète les données fournies par des analyses d’audience et des estimations démographiques, montre en effet que le public, loin d’être le récepteur passif et docile des flux télévisuels, sélectionne ses programmes, les sectionne pour vaquer à d’autres activités, les critique et les commente. Les études ne permettent donc guère d’entretenir l’idée d’un public d’adolescents passivement abrutis par des flux reçus sans la moindre distance critique.

5Il est à ce titre naturel que la quatrième section, « Une arme de persuasion massive. Ça se discute », s’interroge sur les effets concrets de la télévision sur ses téléspectateurs. Force est de constater que les résultats sont maigres. Les deux auteurs montrent qu’il est difficile d’établir que la télévision ait une influence par exemple sur les résultats électoraux ou bien la violence. La télévision peut difficilement être envisagée comme un moyen de persuasion univoque, malgré les fantasmes de certains spécialistes en communication. En réalité, l’effet d’un programme est plutôt la conséquence de l’activité de commentaire déployée à son sujet par les chroniqueurs et les éditorialistes que celle du programme lui-même. C’est par exemple a posteriori, par le jeu de ces avis censément autorisés, que tel débat politique se transforme en victoire de l’un ou de l’autre, alors que les téléspectateurs interrogés par les enquêtes ethnographiques se montrent singulièrement divisés sur ces questions. Le véritable effet que les auteurs concèdent à la télévision est celui de donner au téléspectateur la capacité de voir ce qui lui est ordinairement caché du fait de sa situation sociale et géographique, et par conséquent de prendre conscience de ce qui se dérobe à lui. Ce serait ainsi que les femmes auraient eu accès, dès le début de la télévision, au spectacle d’activités masculines dont elles étaient le plus souvent exclues, comme la politique ou les compétitions sportives.

6Examiner l’emprise politique de la télévision, comme se le propose la cinquième et dernière section, « Le monde sous l’empire de la télévision. Game of Thrones », n’a rien d’évident. Il est indéniable que la télévision a considérablement changé les pratiques de la communication politique, en faisant peser deux exigences nouvelles sur les professionnels du milieu : celle d’être toujours présents et disponibles au regard des autres et celle de s’exprimer familièrement, en dehors des codes de la rhétorique politique, sans être toutefois en mesure de s’en affranchir tout à fait. Il en va de même par exemple pour les télévangélistes, qui développent pour la télévision de nouvelles pratiques cérémonielles. Si la télévision est indubitablement un média de grande écoute, elle n’en domine pas pour autant tous les aspects de la vie culturelle : ainsi les auteurs rappellent que la légitimité des acteurs économiques s’obtient d’abord par les commentaires d’une presse écrite spécialisée et que celle des universitaires est souvent inversement proportionnelle à leur exposition médiatique. La télévision ne saurait ainsi être considérée comme l’alpha et l’oméga de la communication et des univers médiatiques, et son analyse appelle une approche nuancée.

7La centaine de pages de cette Sociologie de la télévision peut être tenue pour une lecture essentielle et la vivacité de son style ajoute encore à son intérêt. C’est un travail de synthèse, ni catastrophiste, ni « télé-béat », à la fois remarquable et salutaire, que Brigitte Le Grignou et Erik Neveu proposent ici, et il est à souhaiter que ce petit ouvrage devienne une référence largement consultée. Cette Sociologie de la télévision doit nourrir les réflexions des sociologues comme des spécialistes de la télévision, des professionnels comme des universitaires, mais encore de celles et ceux qui espèrent pouvoir se former sur cette réalité contemporaine un avis qui ne se cantonne pas aux imprécations faciles sans cesse recyclées.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

François-Ronan Dubois, « Brigitte Le Grignou, Erik Neveu, Sociologie de la télévision », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 06 diciembre 2017, consultado el 16 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23914

Inicio de página

Redactor

François-Ronan Dubois

Docteur en lettres & arts, agrégé de lettres modernes. Chercheur au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página