Navigation – Plan du site

Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la nation

Sofia Aouani
Loyautés radicales
Fabien Truong, Loyautés radicales. L'islam et les « mauvais garçons » de la Nation, Paris, La Découverte, 2017, 236 p., ISBN : 978-2-7071-9629-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte français actuel, qui voit les attentats islamistes et les départs pour la Syrie et l’Irak se multiplier et alimenter les discussions sur la compatibilité entre modèle républicain et religion musulmane, Fabien Truong prend le parti d’analyser et de comprendre les conditions de vie susceptibles de conduire certains garçons à commettre de tels actes. Il s’attache à distinguer différentes pratiques communément considérées comme relevant d’un même phénomène de « radicalisation » et d’« islamisation » : le terrorisme intérieur produit par des individus contre leur pays, la pratique rigoriste de la religion et enfin le départ en Syrie, expression d’une attirance pour une religion de combat à l’étranger. C’est aux deux premiers modes d’engagement, pour lesquels il dispose d’un matériau plus conséquent, que l’auteur s’intéresse principalement. Le profil type des « terroristes maison » - des garçons ayant investi la religion tardivement, passés par la délinquance, descendants d’immigrés, issus de milieux populaires et habitant dans des quartiers relégués – conduit Fabien Truong à s’interroger sur les raisons qui font que ces caractéristiques sociales favorisent l’émergence d’un terrorisme intérieur. Pourquoi par ailleurs, à profils sociologiques similaires, certains jeunes passent à l’acte tandis que d’autres non ? L’introduction met en évidence la spécificité de l’analyse sociologique de ce phénomène. Fabien Truong se pose ainsi en faux par rapport à l’usage récurrent des termes de « radicalisation » ou d’« islamisation » qui tendent à réduire l’acte terroriste à « une affaire d’individus à la dérive, le fruit d’une succession d’un parcours biographique » (p. 14) et le terroriste à un « loup solitaire », psychologiquement instable, agissant par le biais d’un « réseau islamiste ». Selon l’auteur, en se focalisation sur l’idéologie, les médias, intellectuels et acteurs politiques produisent une opposition binaire entre un mode de vie libéral fondé sur le divertissement et un monde rigoriste, fermé sur lui-même, ce qui tend à ériger l’islam en tant que cause collective imaginée dont se saisissent des jeunes garçons qui accumulent les échecs sociaux. L’explication du terrorisme par l’idéologie est tautologique et le phénomène doit donc être replacé dans le temps long de l’histoire sociale et des trajectoires individuelles ordinaires.

2Cette enquête s’appuie sur différents types de données. Elle se fonde d’abord sur un travail ethnographique qui s’organise autour de six enquêtés principaux, Tarik, Radouane, Hassan, Marley, Adama et, à travers eux, un mort, Amédy Coulibaly, auteur de l’attentat de l’Hyper Cacher du 13 novembre 2015 à Paris. Le terrain du sociologue se partage ainsi entre le département de Seine-Saint-Denis où il retrouve Tarik et Radouane, deux de ses anciens élèves lorsqu’il enseignait en lycée, et la ville de Grigny, dont est originaire Amédy Coulibaly et où il rencontre Hassan, Adama et Marley. À partir des témoignages d’amis, de connaissances et d’avocats d’Amédy Coulibaly, croisés avec des documentaires et des coupures de presse, l’auteur s’engage ensuite dans une reconstruction biographique et émotionnelle, à la manière des historiens, de la trajectoire du jeune homme afin de saisir les disponibilités biographiques qui l’ont conduit à choisir le « spectacle de la rupture » (p. 116, souligné par l’auteur), c’est-à-dire à transformer une pratique religieuse intime en une pratique politique. Enfin, l’auteur utilise des récits, des propos rapportés et des rencontres de membres de familles concernées pour fonder une analyse du phénomène de départ en Syrie ou en Irak.

  • 1 Nous respectons ici le choix de l’auteur de n’utiliser que le prénom d’Amédy Coulibaly pour nommer (...)

3Un des apports de cette recherche, dont nous ne pourrons pas évoquer toutes les dimensions dans ce résumé, est de montrer comment les différents systèmes de valeurs auxquels les garçons enquêtés tentent de se conformer vis-à-vis des membres de leur entourage induisent des conflits de loyautés qui imprègnent tous les domaines de leur existence. Dans le premier chapitre, Fabien Truong retrace les effets des contextes géopolitiques, de la relégation urbaine et de la croissance des inégalités sur les rapports que ces garçons entretiennent entre eux, avec leur famille ou avec les animateurs et les représentants des institutions. La seule règle qui semble être admise par tous est celle de l’exigence de discrétion quelque soit les difficultés rencontrées. Ainsi les actes d’Amédy1 peuvent être compris comme un reniement vis-à-vis de l’exigence de discrétion et de maintien des apparences qui relit les générations, y compris dans le cas de la participation à des activités illégales. En même temps, Adama refuse de rejeter son ancien ami, en dépit de la prise d’otages, en souvenir de leur relation et des valeurs sur lesquelles celle-ci reposait. La fidélité aux amitiés, au quartier, à la famille, plus largement aux origines, conduit à des injonctions paradoxales dans la mesure où la réussite, qui passe parfois par le fait de partir, doit se faire sans trahison.

4L’approche ethnographique permet ensuite à l’auteur de mettre au jour les variations interindividuelles entre les jeunes enquêtés dans leurs rapports à l’école, à la pratique délinquante ou encore à la religion, aux chapitres II et III. Compenser le manque de reconnaissance sociale éprouvé à l’école et les difficultés d’obtention d’un emploi stable et valorisant qui en découlent incite les enquêtés à recourir à l’illégalité. La délinquance leur offre alors les moyens de gagner de l’argent et de s’assurer un statut alternatif quand les espoirs familiaux de mobilité sociale sont déçus. Cependant, le « business » présente une certaine incomplétude puisqu’il les empêche de se projeter dans le long terme. En effet, mis à part Hassan, tous les enquêtés se sont, à travers la délinquance, engagés dans un système de reconnaissances et de dettes (économiques, de fidélité ou de sang) qui les oblige à enfreindre les règles morales telles que définies par l’islam. En s’engageant dans la petite et moyenne délinquance, les enquêtés apprennent à « faire du sale » (p. 74) afin de payer et de faire payer leurs dettes. Les passages répétés par la prison accentuent la mise à l’écart par rapport aux sphères de la légalité, mais c’est la longueur de la peine qui conduit à ce que les enquêtés s’installent ou non, de manière prolongée, dans l’illégalité. Ainsi, Amédy voit se succéder les peines de courtes durées avant de s’enraciner dans l’illégalité ; c’est à ce moment-là seulement qu’il entreprend des actes de nature terroriste et que la religion commence à occuper une place croissante dans son quotidien pénitentiaire. À l’inverse, l’expérience longue de la prison produit des effets contraires chez Adama, qui dispose de ressources sociales au sein et en dehors du cadre pénitentiaire lui permettant d’assurer sa protection financière et physique contre la précarité du monde carcéral. Face aux difficultés scolaires, financières et carcérales, la religion est susceptible de constituer un refuge fonctionnant comme levier de reconnaissance symbolique en donnant sens à des évènements intimes. L’entrée dans la religion est mise en scène par les enquêtés car elle leur permet d’agir contre la stigmatisation vécue et un manque de représentation politique en réhabilitant une langue (l’arabe), leurs capacités intellectuelles à travers la lecture d’un livre (le Coran), et l’environnement du quartier proche décrit par sa saleté et sa laideur. Finalement, les modalités de pratique de la religion se distinguent selon les capacités et les possibilités pour les enquêtés de transformer leur conversion à l’islam, marquée par de leur intolérance vis-à-vis des non convertis, en une reconversion, c’est-à-dire en une pratique qui conduirait à réorganiser l’ensemble de leur vie à partir des préceptes religieux. Cela se traduit par la mise en place d’une « comptabilité des fautes et des mérites […] pour des garçons qui cherchent à se racheter, à s’absoudre du “sale” pour se reconvertir dans le légal » (p. 129). Dans les faits, ils respectent les préceptes religieux selon un continuum de positions : depuis la fréquentation assidue des lieux prière et la lecture quotidienne du Coran, pour Radouane, jusqu’à une pratique plus intermittente pour Hassan. C’est plus généralement par la routinisation de leur pratique religieuse, quel que soit son degré d’intensité, à travers le respect de règles relatives aux modes de vie (manières de se vêtir, de manger, d’organiser son temps, d’organiser son temps, d’interagir avec d’autres), que ces garçons se défont de leur intransigeance vis-à-vis des non-croyants.

5La dernière partie se centre sur l’analyse de ce qui, dans la reconversion, distingue la construction de la foi et de la pratique dans le temps long de la rupture spectaculaire et violente que constitue la conversion publiquement mise en scène. L’entrée sur le marché du travail, la mise en couple (hétérosexuel) et l’accession au logement individuel sont, dans cette optique, des étapes importantes au sens où elles déterminent la manière dont les enquêtés conçoivent leur trajectoire passée, présente et future. Pour les jeunes qui parviennent à franchir ces étapes, il est possible de se projet dans le futur tandis que les autres s’enferment dans l’immédiateté. À sa sortie de prison, Adama reprend ainsi des études et se met en couple. En ascension sociale, il devient alors animateur de quartier et accède à la propriété d’un pavillon. Au contraire, Marley comme Amédy, sont enfermés dans une impasse. Marley explique par exemple se savoir condamné à une mort imminente : sans diplôme ou expérience, il dispose de peu d’alternative au système de dettes dans lequel il est impliqué. Radouane oscille entre les deux pôles : son parcours scolaire lui offre la possibilité d’envisager une mobilité sociale mais l’ennui des cours, le dégoût de la politique, l’absence de relation amoureuse et les difficultés observées dans son entourage s’additionnent au point qu’il envisage la possibilité du départ en Syrie. Selon l’auteur, cette pratique s’appuie sur un sentiment d’inhospitalité : en envisageant de partir, l’enquêté fantasme la possibilité de « jouir des gains immédiats de la conversion sans subir les coûts inévitables de la reconversion » (p. 177) en échappant au stigmate qu’il subit en France, lié aux banlieues et à l’islam.

6Finalement, l’analyse de Fabien Truong remet en cause les amalgames auxquels aboutissent les catégories d’analyse simplistes du phénomène de conversion à l’islam. Il montre que le rapport à la religion de ces « mauvais garçons » ne peut pas être compris sans qu’il soit réinséré dans un ensemble de relations et d’expériences qui orientent leurs pratiques religieuses mais plus généralement l’ensemble de leur trajectoire. Comme le dit l’auteur, les conditions de vie de ces garçons au profil identifié conjuguées à la stigmatisation et à l’absence de perspective future « nourrissent des imaginaires, produisent des “disponibilités biographiques” et une appétence au combat synchrones » (p. 200).

Haut de page

Notes

1 Nous respectons ici le choix de l’auteur de n’utiliser que le prénom d’Amédy Coulibaly pour nommer ce dernier. Cet usage permet, selon l’auteur, de se distancier des représentations médiatiques véhiculées par ce nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofia Aouani, « Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la nation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23940

Haut de page

Rédacteur

Sofia Aouani

Étudiante à l’ENS, agrégée de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page