Navigation – Plan du site

David Thomas, Simon Fowler, Valerie Johnson, The Silence of the Archive

Adrien Quièvre
The Silence of the Archive
David Thomas, Simon Fowler, Valerie Johnson, The Silence of the Archive, London, Facet Publishing, coll. « Principles and Practices in Records Management and Archives », 2017, 187 p., préf. Anne J. Gilliland, ISBN : 978-1-78330-155-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les ouvrages : Jean-François Bert et Marc J. Ratcliff (dir.), Frontières d’archives  (...)
  • 2 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans le compte rendu.

1Alors que la question des archives jouit d’une riche actualité dans les sciences humaines et sociales1, cet ouvrage répond au projet ambitieux d’étudier le « silence des archives ». Pour les auteurs, tous trois archivistes professionnels, les archives sont silencieuses lorsqu’elles sont « dissimulées » (p. 22), « absentes » (p. 46) ou « falsifiées »2 (p. 121), autrement dit qu’elles ne parviennent pas à renseigner sur l’histoire collective ou individuelle. Dès lors, comment composer avec une archive lacunaire, inaccessible ou altérée ? Pourquoi et comment une archive devient-elle silencieuse ? Comment le numérique transforme-t-il la création et la conservation des archives ? Autant de questions auxquelles se propose de répondre cet ouvrage, dont chacun des sept chapitres étudie le silence des archives « dans une perspective étendue, en examinant les causes, les réponses et les implications à la fois pour les chercheurs et pour les archives elles-mêmes » (p. XXV). C’est dans un ensemble très varié de contextes – de l’Angleterre shakespearienne à l’Amérique de Donald Trump – et de types de documents – rapports d’états en période de guerre ou de conflit, correspondances privées, manuscrits littéraires ou encore données numériques – que les auteurs analysent les impacts humains, sociaux et politiques engendrés par des archives silencieuses.

  • 3 Sue McKemmish, Michael Piggott, « Toward the Archival Multiverse: Challenging the Binary Opposition (...)

2La force du livre est incontestablement la réflexion qu’il déploie sur les enjeux futurs de l’archive en lien avec les technologies numériques. Les chapitres 3, 6 et 7 nous apparaissent comme les plus intéressants et les plus riches car les auteurs y convoquent et discutent de nombreux travaux sur la question tout en mettant à profit leur expertise. Dans sa contribution intitulée « The Digital », David Thomas part du constat que l’augmentation exponentielle des données numériques rend problématiques les étapes de sélection et de conservation des documents. Des « courriers électroniques » (p. 74) aux « sites internet » (p. 90) en passant par les « tweets de Donald Trump » (p. 169), les formats et les supports numériques ne cessent de se multiplier. Au-delà des questions pratiques adressées aux archivistes – comment sélectionner, valoriser et diffuser des archives numériques, quelles solutions adopter pour éviter l’obsolescence des documents ? –, l’auteur explore les implications de l’archivage numérique dans les domaines politiques, économiques et juridiques. En effet, les archives sont désormais « numérisées », « stockées sur le cloud » (p. 87) et « copiées » (p. 91), ce qui nécessite selon lui de repenser entièrement les environnements de création, de stockage et de diffusion des documents. Thomas en appelle notamment à une « coopération plus générale » entre les secteurs privés et publics (p. 170), tous deux engagés dans les processus de conservation des archives. L’analyse menée par Valerie Johnson au chapitre 6, « Solutions to the silence », permet de rendre évident le caractère « fondamentalement disruptif » (p. 157) du numérique, notamment en ce qui concerne la création des archives dans un tel format. À la suite des travaux de Sue McKemmish et Michael Piggott3, Johnson plaide pour un élargissement de la notion de créateur des archives afin d’inclure l’ensemble des protagonistes directement impliqués dans sa production ou indirectement affectés par elle. Les archives, écrit-elle, « sont dynamiques, non fixées, et chaque utilisation les transforment, produisant une nouvelle archive », chaque utilisateur apparaissant alors comme « co-créateur » (p. 149). On comprend ainsi que les archives n’apparaissent plus uniquement comme des objets d’étude pour les chercheurs, mais également comme la possibilité pour chaque individu de participer aux processus d’écriture de l’histoire. De manière générale, ces trois chapitres insistent de façon claire et didactique sur les solutions pratiques à mettre en œuvre pour que le numérique participe à une meilleure conservation et transmission des archives : adaptation aux nouveaux outils numériques de recherche sur le web (tablettes et smartphones), centralisation des moteurs de recherche, refonte des catalogues ou encore indexation participative des archives permettant l’implication des usagers (notamment à travers l’utilisation de tags).

  • 4 Rodney G.S. Carter, « Of Things Said and Unsaid: Power, Archival Silences, and Power in Silence », (...)
  • 5 Notamment les ouvrages : David Novak, Matt Sakakeeny (dir.), Keywords in Sound, Durham & London, Du (...)
  • 6 Voir notamment les travaux récents de : Fabrice d’Almeida, Denis Maréchal (dir.), L’histoire orale (...)

3Malheureusement, dès lors que les auteurs s’écartent des enjeux futurs de l’archive, le flou méthodologique et le manque d’ancrage théorique pose problème. D’abord, on s’étonne que la notion de silence ne soit jamais véritablement abordée sur le plan conceptuel. Si les auteurs avouent inscrire leur réflexion dans le prolongement des travaux de l’archiviste canadien Rodney Carter sur le silence archivistique4, force est de constater que l’apport de The Silence of the Archive dans ce domaine est très limité. Nous pensons pourtant que l’inclusion de travaux récents de philosophes, de musicologues ou d’historiens sur la question du silence – en lien pour certains avec le courant émergeant des sound studies – aurait permis de diversifier et enrichir les réflexions5. Ensuite, The Silence of the Archive se distingue par un manque d’ancrage dans la discipline historique, alors même qu’il entend s’adresser autant aux « archivistes » qu’aux « étudiants en histoire » et « universitaires » (4e de couverture). Cela donne lieu à quelques observations très partielles sur les questions en lien avec l’historiographie, à l’image des recommandations formulées au chapitre 4 (« Dealing with the silence ») par Valerie Johnson à destination des historiens, les engageant à prendre davantage en considération dans leurs recherches « l’oralité » et les « sons non-verbaux tels que la musique » (p. 104) dans le but de faire entendre des voix habituellement absentes des archives officielles (par exemples les « archives de police » ? p. 102 ou les « documents juridiques », p. 104). Il est regrettable que l’ouvrage ne discute pas davantage les récents travaux de chercheurs sur l’histoire orale (oral history) qui interrogent la pluralité des moyens à disposition pour leurs travaux d’historiographie (entretiens, enregistrements sonores, photographies de famille…), appelant par la même occasion à une redéfinition de la conception traditionnelle des archives6. En définitive, ces écueils donnent parfois l’impression d’un manque de distance analytique et critique vis-à-vis de l’objet étudié, dont témoigne la propension des auteurs à copieusement citer d’autres travaux d’archivistes sans jamais véritablement trouver leur voix dans ces discussions. Cette impression est renforcée par l’absence de conclusion générale, qui rend difficile l’identification des thèses principales portées par l’ouvrage.

  • 7 Chapitre 7 « Are things getting better or worse? » de David Thomas (p. 163-179).
  • 8 Voir à ce sujet le communiqué de presse de l’AAF paru le 20 novembre 2017 : http://www.archivistes. (...)

4Au final, malgré ces écueils – qu’une plus grande attention portée aux travaux récents d’historiens sur le sujet aurait probablement permis d’éviter –, The Silence of the Archive est une contribution utile pour comprendre les enjeux contemporains des archives, en lien avec le numérique. S’il pose plus de questions qu’il n’apporte de réponse, l’ouvrage a néanmoins le mérite de rappeler que les défis auxquels sont confrontés les archivistes ne pourront être surmontés en dehors des domaines politiques et juridiques. En effet, David Thomas, Simon Fowler et Valerie Johnson insistent à de multiples reprises sur l’importance d’un engagement politique en faveur de la conservation et de la transmission des archives aux générations futures. Cet engagement doit notamment passer, selon eux, par la mise à disposition de moyens financiers et humains supplémentaires, seuls capables de permettre la création d’outils de production, de transmission et de recherche des archives en adéquation avec les possibilités technologiques offertes par le numérique7. À l’heure où l’Association des archivistes français (AAF) s’inquiète et alerte sur le contenu d’un document de travail du ministère de la Culture visant à « limiter la collecte aux archives essentielles »8, dans l’optique d’une baisse des dépenses publiques, l’ouvrage The Silence of the Archive rappelle et affirme l’importance d’une politique publique pérenne engagée en faveur de la valorisation des mémoires collectives et individuelles. L’enjeu est de taille : nous produisons et conservons aujourd’hui les archives de demain.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les ouvrages : Jean-François Bert et Marc J. Ratcliff (dir.), Frontières d’archives : recherches, mémoires, savoirs, Archives contemporaines, 2015, compte rendu de Rachel Joly pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20369 ; Paul Servais, Françoise Mirguet (dir.), L’archive dans quinze ans. Vers de nouveaux fondements, Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, coll. « Archives de l’université catholique de Louvain », 2015 ; Julie Maeck et Matthias Steinle (dir.), L’image d’archives. Une image en devenir, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2016, compte rendu de Sabrina Grillo pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21848.

2 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans le compte rendu.

3 Sue McKemmish, Michael Piggott, « Toward the Archival Multiverse: Challenging the Binary Opposition of the Personal and Corporate Archive in Modern Archival Theory and Practice », Archivaria, n° 76, 2013, pp. 111-164.

4 Rodney G.S. Carter, « Of Things Said and Unsaid: Power, Archival Silences, and Power in Silence », Archivaria, n° 61, 2006, p. 215-233.

5 Notamment les ouvrages : David Novak, Matt Sakakeeny (dir.), Keywords in Sound, Durham & London, Duke University Press, 2015 ; Jonathan Sterne (dir.), The Sound Studies Reader, New York, Routledge, 2012 ; Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris Flammarion, 1998.

6 Voir notamment les travaux récents de : Fabrice d’Almeida, Denis Maréchal (dir.), L’histoire orale en questions, Paris, INA, coll. « Médias histoire », 2014, compte rendu de Rémy Besson pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/14078 ; Catherine Amstrong, Using Non-Textual Sources. A Historian’s Guide, Londres, Bloomsbury, 2016, compte rendu de Pierre Marie pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20861 ou encore Alexander Freund, Alistair Thompson (dir.), Oral History and Photography, New York, Palgrave Macmillan, 2011.

7 Chapitre 7 « Are things getting better or worse? » de David Thomas (p. 163-179).

8 Voir à ce sujet le communiqué de presse de l’AAF paru le 20 novembre 2017 : http://www.archivistes.org/IMG/pdf/20171117_aaf_cp_cap22.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Quièvre, « David Thomas, Simon Fowler, Valerie Johnson, The Silence of the Archive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23962

Haut de page

Rédacteur

Adrien Quièvre

Doctorant contractuel en musicologie, université de Lille shs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page