Navigation – Plan du site

Michaël Meyer, Christian Papinot (dir.), « Le travail des images dans la démarche de recherche : analyse réflexive et compréhension de l’objet », Images du travail, Travail des images, n° 3, 2016

Marion Duval
Le travail des images dans la démarche de recherche : analyse réflexive et compréhension de l'objet
Michaël Meyer, Christian Papinot (dir.), « Le travail des images dans la démarche de recherche : analyse réflexive et compréhension de l'objet », Images du travail, Travail des images, n° 3, 15 décembre 2016, Poitiers, Université de Poitiers, ISSN : en cours.
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier a pour ambition de regrouper des travaux portant sur l’usage des images (photographies ou films) dans les recherches en sciences sociales, et plus particulièrement sur l’analyse réflexive engendrée par cet usage. Cette démarche réflexive a longtemps été occultée au sein des sciences sociales, et a finalement émergé après plusieurs phases, comme le rappellent Michaël Meyer et Christian Papinot dans l’introduction de ce numéro. Le « travail des images » tel qu’il est développé dans ce dossier relève d’une réflexion sur un outil d’enquête qui permet de contribuer à la compréhension de l’objet étudié. Ainsi, cet outil, comme n’importe quel outil d’enquête ou d’analyse, doit être pensé non pas simplement comme un perturbateur ou un biais. Il fait partie intégrante de la relation d’enquête, qui est avant tout une relation sociale. Chaque article qui compose ce dossier – comptes rendus d’une recherche ou d’un ouvrage, entretiens ou images commentées – interroge à sa manière les trois étapes du recours à l’image dans les recherches en sciences sociales : la production de l’image, son usage et sa réception. Ces trois étapes indissociables les unes des autres sont déterminées et varient en fonction des conditions et des relations d’enquête. Si « un “effet de réel” tend à occulter le processus de production », comme le suggère Christian Papinot (p. 3), questionner la manière dont les images mobilisées pour une recherche sont produites (qu’elles soient pré-existantes à la recherche, produites par le chercheur ou par l’enquêté lui-même) est sans aucun doute la première étape réflexive à mener. De la visite guidée filmée par le chercheur, exposée par Michaël Meyer et Natalie Schwarz à la réalisation de photographies par les enquêtés eux-mêmes sur leurs lieux de travail, présentée par Irène Jonas, la production doit être envisagée au-delà de son effet « pro-filmique », c’est-à-dire comme « une imposition de point de vue » résultant d’une construction sociale située temporellement et spatialement, comme le rappelle Christian Papinot (p. 3). L’article de Flora Bajard illustre parfaitement cette idée. Durant son enquête auprès de céramistes, elle a décidé de recourir à la photographie ; après coup, elle observe qu’elle n’a pas photographié certains lieux : les bureaux ou endroits où s’effectuent les tâches administratives des céramistes. Ces lieux qui symbolisent le « sale boulot » ont été occultés par les enquêtés et, de fait, par l’enquêtrice, qui le regrette. L’œil du chercheur-photographe est ainsi orienté par le cadre de son enquête. Les différents articles présents dans ce dossier invitent à questionner tant le contexte de production de l’image que le rapport entretenu par le chercheur avec son objet de recherche.

2L’usage de l’image au sein des sciences sociales prend de multiples formes. Les anthropologues et les ethnologues ont longtemps utilisé l’image comme illustration. Comme le soulignent Michaël Meyer et Christian Papinot, ils voyaient dans celle-ci une vérité, une preuve sur laquelle la démarche scientifique pouvait s’appuyer. Or, l’illustration n’est pas neutre. Il s’agit à la fois d’un parti pris dicté par les conditions d’enquête et d’un angle choisi par le chercheur. Aussi, ce dernier doit interroger le rapport à son propre objet de recherche et les liens de proximité qu’il entretient avec lui. Flora Bajard entreprend cette réflexion lorsqu’elle décide d’illustrer sa thèse avec des photographies d’œuvres réalisées au cours de son enquête : doit-elle utiliser ses propres photographies, qu’elle juge de moins bonne qualité que celles d’un photographe professionnel avec qui elle a collaboré ? Néanmoins, le recours à des méthodes visuelles permet bien plus qu’une simple illustration. Ainsi, Michael Meyer et Natalie Schwarz utilisent le film et la photographie lors d’une enquête sur le processus de production artistique de deux photographes. Leur objectif est de saisir les « manières concrètes de faire » (p. 5) et le « sens des lieux » (p. 15) en réalisant des portraits filmés qui seront ensuite commentés par les enquêtés eux-mêmes. Ce dispositif permet de rendre visibles et explicites des pratiques qui ne le sont pas forcément pout les enquêtés ou pour le chercheur. Irène Jonas, dont les travaux portent sur les compétences professionnelles des auxiliaires de puériculture, trouve dans ce procédé une manière de contourner la difficulté que rencontraient ses enquêtées à parler de leur savoir-faire professionnel. Les auxiliaires de puériculture, en visualisant leurs propres pratiques, sont encouragées à les expliciter auprès du chercheur, et donc à dépasser l’idée que leurs actions seraient naturelles. L’étude des images d’archives peut également permettre de remettre en question certains acquis historiques, comme le démontre Alain P. Michel dans son article portant sur le travail à la chaine au sein des usines Renault. Se basant sur les archives de l’entreprise, l’auteur réinterroge la date d’apparition du montage à la chaîne. En effet, dans les textes, l’introduction de ce procédé est située en 1922 alors que l’étude de documents photographiques atteste de son existence avant cette date.

3Le travail réflexif sur l’utilisation de l’image dans le cadre d’une recherche en sciences sociales doit mettre en évidence une dernière phase : celle de la réception. Par qui l’image est-elle reçue et de quelle façon ? L’image donnée à voir a pu être mobilisée dans le cadre de la recherche comme support d’entretien, par exemple, mais elle peut également introduire un tiers dans la relation d’enquête : un public de chercheurs ou encore un simple spectateur, comme le montre Flora Bajard lorsqu’elle restitue son travail de recherche sur les pratiques des céramistes auprès de ses collègues scientifiques. Cette introduction d’un tiers dans la relation d’enquête instaure une « situation triadique : filmé/filmant/spectateur » plus ou moins consciente qui pourra orienter les pratiques capturées par l’image. Baptiste Buob illustre cette relation triadique à travers sa recherche sur les pratiques des luthiers, dont le savoir-faire professionnel est transmis secrètement. Les techniques de fabrication, que les luthiers sont soucieux de préserver, sont alors dissimulées à la caméra – un autre luthier pourrait se les approprier – ou modifiées afin de conserver un imaginaire artisanal. La vision de techniques modernes remettrait en cause « une aura d’ancestralité » que les luthiers souhaitent conserver. (p. 5). Le chercheur lui-même peut être le spectateur de son image et ainsi se remémorer un moment de l’enquête : un contexte ou une anecdote qui peuvent enrichir sa réflexion. Ainsi, Thierry Dehesdin restitue dans un court article le contexte de la prise d’une photographie lors d’un reportage sur les ouvriers et employés de bureau. Tel un journal de terrain lu à un tiers, la description d’une image par le photographe ou le cinéaste lui-même incite ce dernier à se remémorer les éléments du contexte de sa recherche, à expliciter ses difficultés ou encore ses ambitions au moment où il a capturé l’image.

  • 1 Pierre-Marie Chauvin, Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles », L’Année sociologique, vol. 65, (...)
  • 2 Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Bruxelles, Les Impres (...)

4Pour conclure, le recours à l’image en sciences sociales apparaît être un outil qui tend à alimenter l’analyse d’une enquête, tant concernant la richesse des données récoltées – approfondissement des entretiens, interrogation des pratiques qui vont de soi ou encore comparaison avec des sources d’archives – que concernant le travail réflexif qui y est lié, et qui reste encore à explorer. Si chaque situation de recherche est, en effet, singulière (en fonction du contexte et de la relation d’enquête établie), l’utilisation de l’image et donc les analyses qui en découlent le sont également. Ce dossier constitue une vraie ressource pour les chercheurs qui voudraient intégrer cet outil original à leurs travaux car il pose les bases d’un raisonnement méthodologique fructueux à partir d’expériences de terrain riches et variées en mettant en lumière le travail méthodologique et réflexif de chercheurs, non pas dans sa phase aboutie mais dans son cheminement. Cet intérêt pour l’utilisation de l’image dans la recherche en sciences sociales a donné lieu à d’autres ouvrages ou numéros de revue publiés récemment, comme Sociologies visuelles de Pierre-Marie Chavin et Fabien Reix1, ou encore Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle de Daniel Vander Gucht2 qui permettent de nourrir davantage la réflexion. L’usage de l’image en sciences sociales, lorsqu’il fait l’objet d’une analyse réflexive, est sans nul doute un recours fructueux qui ouvre de nouvelles perspectives.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Marie Chauvin, Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles », L’Année sociologique, vol. 65, n° 1, 2015.

2 Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duval, « Michaël Meyer, Christian Papinot (dir.), « Le travail des images dans la démarche de recherche : analyse réflexive et compréhension de l’objet », Images du travail, Travail des images, n° 3, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23978

Haut de page

Rédacteur

Marion Duval

Doctorante en sociologie au laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page