Navigation – Plan du site

Albert Ogien, Sandra Laugier, Antidémocratie

Olivier Cléach
Antidémocratie
Albert Ogien, Sandra Laugier, Antidémocratie, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2017, 215 p., ISBN : 978-2-7071-9721-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Cléach, « Albert Ogien, Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ? », Lectures [En l (...)
  • 2 Rémy Caveng, « Sandra Laugier, Albert Ogien, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles form (...)

1Avec cet ouvrage, la philosophe Sandra Laugier et le sociologue Albert Ogien closent une trilogie, entamée en 2010 par l’ouvrage Pourquoi désobéir en démocratie1 ?, continuée en 2014 avec Le principe démocratie2.

  • 3 L’ouvrage ne s’appuie pas sur une enquête empirique. Il présente une « enquête conceptuelle » (p. 2 (...)
  • 4 Les printemps arabes, les actes terroristes, Nuit debout, les indignés, la crise grecque, les derni (...)
  • 5 Pour un élargissement de ce cadre, cf. par exemple David Graeber, La démocratie aux marges, Lormont (...)
  • 6 Dans une perspective plus large, cf. Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, Paris, Stock, (...)

2Dans cette troisième parution, les auteurs nous livrent leurs réflexions3 autour de la question de la rénovation du politique et des manières de faire de la politique autrement, défendant l’idée que nous aurions basculé dans un « nouveau monde », sous l’effet de l’apparition de nouvelles formes d’engagement plus radicales, dans un contexte particulier4 (sachant que les auteurs restreignent leurs investigations aux démocraties occidentales modernes)5. Pour ce faire, ils nous proposent, en quelque sorte, un voyage du côté obscur d’une certaine conception de la démocratie, dans le champ politique6.

  • 7 Sur la crise de la représentation, comme régime démocratique d’essence libérale et bourgeoise, voir (...)
  • 8 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995. Les « gouvernant (...)
  • 9 Raffaele Simone, Si la démocratie fait faillite, Paris, Gallimard, 2016.
  • 10 Qui n’hésitent pas à briguer le pouvoir. Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine (dir.), Mouvements soc (...)

3Leur constat de départ (la crise de « la » démocratie et de ses institutions) n’est pas en soi une nouveauté7 : la démocratie représentative, le gouvernement représentatif8 n’ont plus la côte, suscitent désillusions et désenchantements, pâtissent d’une crise de légitimité qui aurait débuté avec l’écroulement de l’Union soviétique, la fin de la guerre froide. Ils seraient même perçus par certains, comme la principale cause de tous les maux sociaux actuels (dérives de l’individualisme et de l’égalitarisme dans ce qu’ils ont d’excessif, impuissance des gouvernants et désintérêt vis-à-vis de la politique « classique », climat de violence…)9. Non, ce qui est plus original, selon les auteurs, c’est le fait que les discours sur « l’antidémocratie » ont quitté la scène sémantique pour s’incarner dans des modes d’action, dans des mouvements militants10 qui réclament d’être directement associés aux responsabilités politiques.

  • 11 Une femme / un homme = une voix
  • 12 Ce qui les différencierait des « mouvements sociaux » ou des « nouveaux mouvements sociaux » étudié (...)

4Les réflexions au cœur de cet ouvrage s’organisent autour de deux principaux questionnements. Quelle place doit-on laisser à la société civile, au peuple, aux « citoyens ordinaires », dans la conduite des affaires publiques, dans la gestion des biens communs, dans la prise de décisions qui engagent la collectivité à laquelle ils appartiennent ? Et ainsi retrouver l’esprit originel du gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple » qui aurait été dévoyé, mais adapté à nos contextes occidentaux contemporains. C’est d’ailleurs dans cette perspective que les auteurs définissent l’antidémocratie comme toute opposition « à la mise en place de ce principe [l’égalité absolue11 de chacun.e], y compris lorsque cette opposition se présente sous la forme d’une défense de la démocratie menacée par une plèbe vindicative et inconséquente » (p. 12). Ils précisent également qu’elle « se manifeste chaque fois qu’on hésite à accorder une liberté nouvelle aux individus, qu’on craint l’expression de leur jugement autonome ou qu’on doute qu’ils sachent ce qu’est le bien commun » (p. 13). C’est donc bien la place des minorités actives ou des majorités silencieuses dans l’action publique dont il est ici question. Et, seconde interrogation, existe-t-il des modèles de démocratie alternatifs crédibles, portés par ces mouvements, ces « partis mouvementistes » qui ont comme particularité de rechercher des débouchés politiques12, l’accès aux instances de pouvoir pour faire entendre leurs voix ? Derrière ces questionnements, ce sont bien la place et le rôle politique de l’État (vs des citoyens) qui sont posés : le gouvernement représentatif a-t-il le monopole de l’intérêt général, de la gestion des Communs et n’est-il pas parfois enclin à faire passer des intérêts privés, économiques avant l’utilité publique, au nom de la realpolitik ?

  • 13 Les auteurs opposent deux manières d’aborder le « peuple », de dénommer des groupes sociaux : soit (...)
  • 14 Les discours fascistes, racistes, xénophobes des antidémocrates à visée totalitaire et discriminant (...)
  • 15 Sur la question du lien capitalisme / démocratie, cf. par exemple, Wolfgang Streeck, Du temps achet (...)

5Selon les auteurs, la difficulté, afin de pouvoir mener une réflexion sur ces points, tient au fait que tous les discours antidémocratiques et les idées, les idéaux qu’ils exposent, sont subsumés sous le même vocable de « populisme13 ». Les deux premières parties sont donc consacrées à séparer l’ivraie14 du bon grain qui renvoie aux discours réclamant la mise en œuvre d’une « réelle » démocratie, d’une « démocratie authentique », c’est-à-dire s’exerçant a minima en dehors du système néolibéral15, plus petit dénominateur commun à tous ces mouvements, et prétendant non seulement étendre le champ des libertés individuelles, mais aussi redonner la parole aux citoyens, afin qu’ils participent directement à la décision politique et à la gestion de la chose publique. Nous sommes donc ici dans une perspective d’amélioration du système portée par des antidémocrates « inclusifs » et non dans son abolition pure et simple.

  • 16 Terme philosophique qui désigne la « capacité de prudence ou délibération qui consiste à intégrer t (...)

6Les chapitres 3 et 4 abordent les formes et les propositions alternatives avancées par les antidémocrates qui regroupent un ensemble de citoyens soucieux de participer aux décisions politiques susceptibles d’affecter la vie collective, au nom de leurs compétences (intelligence collective), de leur sens de la responsabilité (capacité à dépasser les intérêts privés) et de leur investissement comme partie prenante. L’idée peut se résumer ainsi : pourquoi des profanes, parties intéressées, ne posséderaient-ils pas les connaissances nécessaires à la gouvernance de la Cité, leur permettant ainsi de participer directement à l’évolution de l’ordre existant, en coopération, en complémentarité des partis politiques traditionnels, des « experts », professionnels de la politique ? Celle-ci serait-elle un domaine réservé, les citoyens, considérés comme inaptes à la « phronésie »16, étant alors tout juste bons à désigner des représentants capables, eux, de gouverner selon des raisonnements cognitifs et non selon leurs émotions du moment. C’est contre ce qu’ils analysent comme des idées reçues, comme le produit de manipulations à visée déresponsabilisante (fabriquées par les tenants du pouvoir), qu’un certain nombre de groupes, non reconnus institutionnellement, guidés par des notions de justice et d’intérêt général (Anonymous, Zadistes, Wikileaks, Indignés, Nuit Debout, Civic tech…), qui placent « l’idéal démocratique au-dessus de l’intérêt des États, voire au-dessus des normes morales acceptées » (p. 95-96), se sont engagés sur la scène publique.

  • 17 Collectif 2015, op. cit.

7Ainsi, tout au long du chapitre 4, les auteurs décrivent parmi cette nébuleuse, les citoyens « insurgés », qui ont choisi de mener leur combat en étant regroupés dans des « partis mouvementistes », altermondialistes (Cinque Stelle, Podemos, Syriza…)17, qui ont comme point commun, au moins sur le papier, de rejeter le fonctionnement des partis politiques traditionnels et leurs manœuvres jugées politiciennes. Ils mettent en avant la volonté de « faire vivre la démocratie directe à l’intérieur d’un système représentatif – sans le détruire » (p. 115). En effet, ce qu’ils dénoncent n’est pas tant le principe de la représentation politique (finalité), mais ses modalités d’exercice (moyens) : ils prônent une conception de la « démocratie comme conversation ouverte » (chapitre 6). D’ailleurs, les auteurs nous montrent, dans le chapitre 5, à travers le cas grec de Syriza arrivée au pouvoir en 2015, l’écart pouvant exister entre des idéaux, des principes et leur réalisation, leur mise en œuvre à l’occasion de l’exercice du pouvoir, tant les contraintes politico-économiques de la mondialisation, les grilles de lecture et les intérêts de « l’ancien monde » sont forts.

8Les regards pluridisciplinaires de Sandra Laugier et d’Albert Ogien sur nos sociétés contemporaines sont toujours aussi affûtés, pertinents et plusieurs idées intéressantes restent à découvrir dans l’ouvrage. En ce sens, sa lecture est à conseiller. Mais, de notre point de vue, dans le cadre des analyses qu’ils nous livrent ici, il demeure un sentiment d’incomplétude.

  • 18 Cf. Raisons politiques n°42, 2, 2011 ou encore Charles Girard et Alice Le Goff, La Démocratie délib (...)
  • 19 Par exemple, Julia Abelson, François-Pierre Gauvin, Élisabeth Martin, « Mettre en pratique la théor (...)
  • 20 Éthique et économie, Paris, PUF, (1987) 1993. Dans le champ de l’éthique appliquée, cf. les travaux (...)

9Tout d’abord, il nous semble qu’il manque des réflexions sur une autre forme de démocratie, la démocratie délibérative18 fondée sur la théorie de la délibération publique. Les travaux autour de cette théorie sont pourtant bien avancés, notamment au Québec, par exemple à travers l’étude de la participation des citoyens à l’élaboration de politiques publiques en matière de santé19. Les auteurs l’abordent de manière indirecte via la citation des travaux d’Amartya Sen sur les capabilités20, mais sans nous en dire davantage.

  • 21 « La notion de société civile englobe donc l’ensemble de ceux et celles qui, parce qu’ils ne peuven (...)
  • 22 John Kean, Democracy and Civil Society, London, Verso, 1988.

10Ensuite, la société civile semble au cœur d’une partie de leurs réflexions, pourtant la notion n’est pas réellement définie21, voire discutée, si ce n’est par la notion d’espace public (p. 22 et 23). Par exemple, sauf erreur de notre part, les travaux de John Keane22 ne sont pas cités alors même qu’ils auraient pu apporter des éléments importants au débat.

  • 23 Même si une toute petite allusion y est faite p. 80-81.
  • 24 Plus globalement, sur le lien démocratie / monde du travail, cf. Odile Piriou, Pierre Lénel (dir.), (...)
  • 25 Par exemple, Michel Lallement, L’âge du faire, Paris, Seuil, 2015.
  • 26 Brian J. Robertson, Holacracy, New York, Henry Holt and Company, 2015.

11De plus, il n’était certainement pas dans l’intention des auteurs de mettre l’accent sur le mouvement mondial des « tiers lieux23 » (espaces de coworking, FabLabs, hackerspaces, makerspaces…) ou sur celui des entreprises libérées. Mais, de notre point de vue et au regard des questions traitées, c’est une piste intéressante à creuser en termes d’analyses de la démocratie, ces entités prétendant organiser autrement le travail24 (en privilégiant par exemple des relations plus horizontales), repenser la démocratie (à travers les pratiques de la do-ocratie25 et de l’holacratie26 par exemple), le « vivre ensemble » dans la sphère professionnelle. Ces entités, préfigurent-elles le travail de demain et, plus largement, les futures modalités du lien social ?

  • 27 Par exemple, Marion Carrel, Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les (...)
  • 28 Sur ce point, cf. Simone, op. cit.

12Enfin, certaines interrogations restent en suspens dans cet ouvrage, mais également dans d’autres sur certains aspects abordés : comment appliquer la démocratie directe (au sens où le pouvoir politique est directement exercé par le peuple, sans intermédiaires ; forme de démocratie qui servirait en quelque sorte d’étalon de mesure du niveau de participation des individus à la gestion des affaires) non pas à l’échelle d’un groupe ou au niveau local27, mais à l’échelle d’une nation, de continents ? Si on fait du référendum l’instrument privilégié de la démocratie directe, qui formule la question qui va orienter les débats ? Comment obtenir un consensus28, aboutir à des décisions partagées quand ce sont des peuples qui sont censés discuter entre eux et non leurs représentants ?

Haut de page

Notes

1 Olivier Cléach, « Albert Ogien, Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 08 novembre 2010. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1182

2 Rémy Caveng, « Sandra Laugier, Albert Ogien, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15987

3 L’ouvrage ne s’appuie pas sur une enquête empirique. Il présente une « enquête conceptuelle » (p. 29), mêlée avec les réflexions des auteurs et leurs interprétations de situations. Ils se font observateurs de la société, mais n’hésitent pas, ici ou là, à indiquer où vont leurs préférences, dans quel « camp » ils s’inscrivent.

4 Les printemps arabes, les actes terroristes, Nuit debout, les indignés, la crise grecque, les dernières élections présidentielles américaines et françaises…

5 Pour un élargissement de ce cadre, cf. par exemple David Graeber, La démocratie aux marges, Lormont, Le bord de l’eau, 2014.

6 Dans une perspective plus large, cf. Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, Paris, Stock, 2016.

7 Sur la crise de la représentation, comme régime démocratique d’essence libérale et bourgeoise, voir Daniel Gaxie, La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 1996, Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil et la République des idées, 2008 ou encore Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique éditions, 2005.

8 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995. Les « gouvernants » peuvent être des aristocrates, des ploutocrates, des oligarques, des élites… autodésignés ou élus / mandatés par toute ou partie des « gouvernés ».

9 Raffaele Simone, Si la démocratie fait faillite, Paris, Gallimard, 2016.

10 Qui n’hésitent pas à briguer le pouvoir. Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine (dir.), Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2016.

11 Une femme / un homme = une voix

12 Ce qui les différencierait des « mouvements sociaux » ou des « nouveaux mouvements sociaux » étudiés par Alain Touraine et son équipe, par exemple. Sur ce point cf. l’intervention d’Albert Ogien reprise dans Collectif, Nouveaux mouvements sociaux, partis politiques et syndicats : une nouvelle donne, Paris, Actes du colloque de la Fondation Gabriel Péri, 6 et 7 février 2015.

13 Les auteurs opposent deux manières d’aborder le « peuple », de dénommer des groupes sociaux : soit en termes de « populisme » (qu’ils proposent de faire disparaître du vocabulaire), soit en termes de « populaire » (au sens d’ordinaire).

14 Les discours fascistes, racistes, xénophobes des antidémocrates à visée totalitaire et discriminante, qui préconisent le remplacement du système politique actuel par un régime plus autoritaire, moins « laxiste », et qui font porter les maux de la société sur des figures de boucs émissaires : l’émigré, le précaire, l’homosexuel…

15 Sur la question du lien capitalisme / démocratie, cf. par exemple, Wolfgang Streeck, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Gallimard, (2013) 2014.

16 Terme philosophique qui désigne la « capacité de prudence ou délibération qui consiste à intégrer toutes les prémisses supplémentaires qu’implique la particularité des actions et situations humaines dans le processus de production des connaissances… » (p. 84)

17 Collectif 2015, op. cit.

18 Cf. Raisons politiques n°42, 2, 2011 ou encore Charles Girard et Alice Le Goff, La Démocratie délibérative. Anthologie de textes fondamentaux, Paris, Hermann, 2010. Plus largement, cf. Alban Bouvier, « démocratie délibérative, démocratie débattante, démocratie participative », Revue européenne des sciences sociales, n°136, tome XLV, 2007, pp. 5-34.

19 Par exemple, Julia Abelson, François-Pierre Gauvin, Élisabeth Martin, « Mettre en pratique la théorie de la délibération publique : étude de cas du secteur de la santé en Ontario et au Québec », Télescope, hiver 2011.

20 Éthique et économie, Paris, PUF, (1987) 1993. Dans le champ de l’éthique appliquée, cf. les travaux de Luc Bégin (sur les compétences éthiques), par exemple « Trois finalités de l’intervention en éthique organisationnelle » dans Luc Bégin, Lyse Langlois, Dany Rondeau (dir.), L’éthique et les pratiques d’intervention en organisation, Presses de l’université Laval, 2015.

21 « La notion de société civile englobe donc l’ensemble de ceux et celles qui, parce qu’ils ne peuvent se soustraire à cette expérience [des principes et des règles de l’agir en politique], font usage de leur capacité politique en l’exprimant hors des institutions officielles de la représentation. » (p. 23).

22 John Kean, Democracy and Civil Society, London, Verso, 1988.

23 Même si une toute petite allusion y est faite p. 80-81.

24 Plus globalement, sur le lien démocratie / monde du travail, cf. Odile Piriou, Pierre Lénel (dir.), Les états de la démocratie, Paris, Hermann, 2011.

25 Par exemple, Michel Lallement, L’âge du faire, Paris, Seuil, 2015.

26 Brian J. Robertson, Holacracy, New York, Henry Holt and Company, 2015.

27 Par exemple, Marion Carrel, Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Paris, ENS Éditions, 2013.

28 Sur ce point, cf. Simone, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Albert Ogien, Sandra Laugier, Antidémocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 décembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24005

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, Socioéthique, membre associé à l’IDEA, université Laval de Québec.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page