Navigation – Plan du site

Hayden White, L’Histoire s’écrit

Paul-Arthur Tortosa
L'histoire s'écrit
Hayden White, L'histoire s'écrit. Essais, recensions, interviews, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libres cours », 2017, 330 p., textes traduits et présentés par Philippe Carrard, ISBN : 979-10-351-0029-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hayden White, Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, John (...)

1Cet ouvrage se propose d’introduire dans le champ intellectuel français l’œuvre du chercheur américain Hayden White, qui a travaillé aux côtés de James Clifford, Angela Davis et Donna Haraway au département History of Consciousness de l’université de Californie à Santa Cruz. Hayden White a eu une profonde influence dans le monde académique anglo-saxon, mais le seul texte disponible en français jusqu’à présent était l’introduction de son livre phare1.

  • 2 Je souligne.
  • 3 « Emplotment ».

2La principale thèse d’Hayden White est que l’histoire s’écrit2, c’est-à-dire qu’elle est une discipline où le choix des pratiques discursives est un choix intellectuel et non pas simplement esthétique. Cette sensibilité au « style » de l’histoire se traduit par la place centrale qu’occupe le concept de « mise en intrigue »3 dans son œuvre, défini comme la manière dont l’historien agence les faits Cette approche constructiviste est liée à la conviction que les récits ne sont pas « trouvés » dans les archives mais « imaginés » par l’historien (p. 13). Le rapprochement effectué par Hayden White entre « histoire » et « fiction » n’est donc pas un refus du principe de réalité mais vise à rappeler que les données réunies par l’historien doivent faire l’objet d’une « mise en texte » (p. 17).

  • 4 Hayden White, « The Burden of History », History and Theory, vol. 5, n° 2, 1966, p. 111-134.

3La première partie de l’ouvrage rassemble des articles et des chapitres d’ouvrages organisés chronologiquement. Elle s’ouvre par un texte consacré au « fardeau de l’histoire » que, selon Hayden White, le passé « impose au présent sous la forme d’institutions, d’idées et de valeurs dépassées, mais aussi [comme] une manière de voir le monde » (p. 48)4. L’auteur qualifie « quiconque étudie le passé comme une fin en soi » de « nécrophile culturel » et soutient l’idée selon laquelle l’étude du passé « n’a de valeur que si elle contribue à la solution des problèmes particuliers que pose notre époque » (p. 49). Dans cette perspective, l’histoire doit rendre les hommes sensibles au caractère dynamique du présent et leur apprendre à se libérer du passé : « le fardeau de l’historien [est de] libérer le présent du fardeau de l’histoire » (p. 49).

  • 5 Texte original publié dans Hayden White, Tropics of Discourse: Essays in Cultural Criticism, Baltim (...)
  • 6 Hayden White, « The Problem of Style in Realism Representation: Marx and Flaubert », in Berel Lang (...)

4Dans le deuxième chapitre, Hayden White établit un parallèle entre écriture historique et fiction5, les deux ayant pour objectif la constitution d’une « image verbale de la réalité » (p. 64). Il ajoute qu’il n’existe jamais « une description correcte [d’un ensemble de faits] qui pourrait ensuite servir de base à son interprétation » (p. 72). Ainsi, tout travail historique suppose des choix narratifs et stylistiques et, selon Hayden White, ces choix ne sont jamais neutres. Le troisième chapitre introduit ce que Hayden White appelle le « modèle tropologique », à savoir une étude des livres au prisme de leur « style »6. Selon lui, il existe quatre figures de style principales : la métaphore, la métonymie, la synecdoque et l’ironie. Examinant L’éducation sentimentale de Flaubert et Dix-Huit Brumaire de Louis Bonaparte de Marx, Hayden White soutient que, malgré leurs différences idéologiques, les deux ouvrages sont construits sur le modèle du roman d’éducation et que la conscience des héros (Frédéric dans le premier cas, la bourgeoisie dans le second) « passe d’une compréhension “métaphorique” des relations qu’elle entretient avec la réalité à une relation “ironique” » (p. 81).

  • 7 Hayden White, « Historical Pluralism », Critical Inquiry, vol. 12, n° 3, 1986, p. 480-493.
  • 8 Texte original présenté sous le titre « Historical Emplotment and the Problem of Truth » à un collo (...)
  • 9 Andreas Hillgruber, Zweierlei Untergang. Die Zerschlagung des Deutschen Reiches und das Ende des eu (...)

5Dans le chapitre suivant7, Hayden White revient sur une controverse opposant Wayne Booth et Murray Abrams relativement à l’histoire du romantisme afin de défendre le courant « pantextualiste », défini par sa conviction en ce que « toute représentation [des] évènements doit être considérée comme une construction du langage […] plutôt que comme la reproduction d’une structure de signification qui serait inhérente aux évènements eux-mêmes » (p. 107). Ainsi, des évènements ne sont pas intrinsèquement comiques ou tragiques, ils sont simplement perçus comme tels, car « ces catégories ne sont pas descriptives : appliquées à des évènements réels, elles sont interprétatives » (p. 113). Une telle thèse n’est pas sans poser des problèmes moraux, abordés dans le cinquième chapitre8. Ce dernier tente de répondre à la question suivante : « sur quelles bases [pouvons-nous] décider qu’un récit portant sur le Troisième Reich est “inacceptable”, même si les faits qu’ils rapportent sont réels et la documentation abondante » (p. 125). Hayden White commence par disqualifier les travaux d’Andreas Hillguber9, qui fait un récit tragique de l’effondrement de l’Allemagne nazie. Ces travaux respectent la méthode historique, mais l’usage du genre tragique implique une idéalisation du destin de la Wehrmacht qui est moralement inacceptable en raison de ses exactions. Hayden White plaide ensuite pour le traitement de la Shoah avec un style « moderniste » semblable à celui employé par Virginia Wolf dans La promenade au phare, caractérisé par « la disparition de l’auteur comme narrateur de faits objectifs […] l’effacement de tout point de vue extérieur au roman [...] la prédominance d’un ton de doute et de questionnement » (p. 137).

  • 10 Hayden White, « Storytelling: Historical and Ideological », in Robert Newman (dir.), Centuries’ End (...)
  • 11 Hayden White, « Postmodernism and Textual Anxieties », in Bo Strath et Nina Witoszek (dir.), The Po (...)
  • 12 Hayden White, « Figural Realism in Witness Literature », Parallax, vol. 10, n° 1, 2004, p. 113-124.
  • 13 Hayden White, « The Future of Utopia in History », Historein. A Review of the Past, n° 7, 2007, p.  (...)
  • 14 Hayden White, The Practical Past, Evanston, Northwestern University Press, 2015.

6Le sixième chapitre est consacré à la question de la relation entre le récit et l’histoire10. Avec Braudel et Barthes, l’auteur considère que le récit est un mode de narration idéologique car, en offrant une représentation théâtrale des évènements, il produit des sujets « qui se content[ent] de subir les forces historiques, parce qu’ils [sont] privés de tout espoir de devenir eux-mêmes agents » (p. 146). Le septième chapitre offre une synthèse des apports théoriques du courant « postmoderne » et s’interroge sur sa potentielle utilité pour les régimes européens post-soviétiques, à travers une étude du concept de « transition »11. Le huitième chapitre livre une lecture de l’œuvre de Primo Levi à rebours des analyses de l’auteur lui-même12. Hayden White soutient notamment que, contrairement à l’ambition affichée par le survivant d’Auschwitz d’adopter un style « scientifique », le style de l’écrivain italien se caractérise plutôt par son « réalisme figuré » (p. 195). Les deux derniers chapitres ont une tonalité plus politique et proposent une défense des vertus intellectuelles de l’utopie13 et un plaidoyer en faveur du « passé utilisable », entendu comme « celui que nous avons en mémoire et dont nous nous servons dans la vie de tous les jours », par opposition au « passé historique » qui « fait l’objet d’une recherche érudite » (p. 217)14.

  • 15 Hayden White, « A Rejoinder. A Response to Professor Chartier’S Four Questions », Storia della Stor (...)
  • 16 Hayden White, « A Conversation with Hayden White », Rethinking History, vol. 12, n° 1, 2008, p. 3-2 (...)
  • 17 Hayden White, « Review of Michel Foucault, Surveiller et punir », American Historical Review, vol.  (...)
  • 18 Hayden White, « Guilty of History? The Longue Durée of Paul Ricoeur », History and Theory, vol. 46, (...)

7La seconde partie de l’ouvrage rassemble des textes divers. Tout d’abord, se trouve la réponse adressée par Hayden White en 1995 à des questions posées par Roger Chartier15. Le débat est centré sur la question de la liberté de l’historien dans ses choix stylistiques. Hayden White soutient ici la thèse d’une liberté en contexte : les historiens sont libres, mais dans les limites offertes par leur culture (p. 244). Ensuite, une interview d’Hayden White est l’occasion d’un rappel de son engagement en faveur d’une histoire « progressiste », attachée au présent plus qu’au passé16. Enfin, l’ouvrage se termine par trois recensions qui sont autant d’occasion pour Hayden White de défendre sa méthode, jugée par certains stimulante mais peu rigoureuse17, et ses théories relatives à l’importance du présent et du « passé utilisable » par rapport au « passé historique »18. Dans cette perspective, il semble que les recensions témoignent autant d’une curiosité de White envers d’autres œuvres qu’elles ne constituent un prétexte pour défendre ses propres idées.

  • 19 Sur cette question, voir Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pou (...)

8Cet ouvrage comble un vide historiographique en rendant accessibles aux francophones de nombreux textes de l’œuvre d’un important penseur de l’histoire. Il est indéniable qu’il souffre dans le même temps des travers inhérents aux collections de textes théoriques anciens. D’une part, les failles et limites des textes présentés nous apparaissent évidentes. En particulier, son usage du modèle tropologique dans le troisième chapitre demeure peu clair et semble inutilement complexe. D’autre part, ses intuitions brillantes et autres idées chocs sont tellement entrées dans la culture historiographique commune qu’elles paraissent presque banales aujourd’hui. Des décennies après le linguistic turn, l’idée que l’histoire s’écrit est, malgré quelques résistances, assez répandue chez les historiens19.

9L’histoire s’écrit possède cependant une remarquable qualité : celle de mettre en scène une pensée en mouvement, en proposant des textes d’époques et de formats différents. Cet ouvrage rend compte avec succès des intuitions, hésitations et contradictions de l’auteur. En ce sens, il dévoile les arcanes de la lente construction à travers divers genres de la pensée de Hayden White relativement à l’histoire. Finalement, la plus grande réussite de cet ouvrage est que L’histoire s’écrit montre comment une œuvre s’écrit. Par ailleurs, il faut souligner l’important travail du traducteur, Philippe Carrad, car le lexique et les nombreuses notes de bas de page permettent au lecteur de mieux appréhender une œuvre complexe employant un vocabulaire parfois très technique.

Haut de page

Notes

1 Hayden White, Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1973. L’introduction est traduite sous le titre « Poétiques de l’Histoire », Labyrinthe, n°33, 2009, p. 21-65.

2 Je souligne.

3 « Emplotment ».

4 Hayden White, « The Burden of History », History and Theory, vol. 5, n° 2, 1966, p. 111-134.

5 Texte original publié dans Hayden White, Tropics of Discourse: Essays in Cultural Criticism, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985,

6 Hayden White, « The Problem of Style in Realism Representation: Marx and Flaubert », in Berel Lang (dir.), The Concept of Style, Ithaca and London, Cornel University Press, 1987, p. 279-299.

7 Hayden White, « Historical Pluralism », Critical Inquiry, vol. 12, n° 3, 1986, p. 480-493.

8 Texte original présenté sous le titre « Historical Emplotment and the Problem of Truth » à un colloque organisé à l’université de Californie à Los Angeles par Saul Friedländer sur le thème « Le nazisme et la “solution finale” ».

9 Andreas Hillgruber, Zweierlei Untergang. Die Zerschlagung des Deutschen Reiches und das Ende des europäischen Judentums, Berlin, Siedler, 1986.

10 Hayden White, « Storytelling: Historical and Ideological », in Robert Newman (dir.), Centuries’ Ends, Narrative Means, Stanford, Stanford University Press, 1996, p. 58-78.

11 Hayden White, « Postmodernism and Textual Anxieties », in Bo Strath et Nina Witoszek (dir.), The Postmodern Challenge: Prespectives East and West, London, Sage Publications, 1999, p. 27-45.

12 Hayden White, « Figural Realism in Witness Literature », Parallax, vol. 10, n° 1, 2004, p. 113-124.

13 Hayden White, « The Future of Utopia in History », Historein. A Review of the Past, n° 7, 2007, p. 5-19.

14 Hayden White, The Practical Past, Evanston, Northwestern University Press, 2015.

15 Hayden White, « A Rejoinder. A Response to Professor Chartier’S Four Questions », Storia della Storiografia, n° 27, 1995, p. 63-70 ;Roger Chartier, « Quatre questions à Hayden White », Storia della Storiografia, n° 24, 1993, p. 133-142.

16 Hayden White, « A Conversation with Hayden White », Rethinking History, vol. 12, n° 1, 2008, p. 3-21.

17 Hayden White, « Review of Michel Foucault, Surveiller et punir », American Historical Review, vol. 82, n° 3, 1977, p. 605-606 ; Hayden White, « Review of Desire in Language by Julia Kristeva », Journal of Modern History, vol. 54, n° 4, 1982, p. 777-778.

18 Hayden White, « Guilty of History? The Longue Durée of Paul Ricoeur », History and Theory, vol. 46, n° 2, 2007, p. 233-251.

19 Sur cette question, voir Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Éditions du Seuil, Paris, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Hayden White, L’Histoire s’écrit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24012

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page