Navegación – Mapa del sitio

Christian Ruby, Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel

Maxime Boidy
Devenir spectateur ?
Christian Ruby, Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel, Toulouse, Editions de l'Attribut, col. « La culture en questions », 2017, 184 p., ISBN : 978-2-916002-42-2.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Citons La Figure du spectateur. Éléments d’histoire culturelle européenne, Paris, Armand Colin, 201 (...)

1Naît-on spectateur ou le devient-on ? Le philosophe Christian Ruby argumente en faveur de la seconde thèse à l’appui d’un ouvrage dense et documenté, accessible à un large public. Partant de l’idée selon laquelle le spectateur constitue bien souvent « un non-pensé » (p. 10) de la théorie esthétique comme de la théorie politique, l’auteur, formateur de médiateurs culturels, développe une analyse philosophique de la figure spectatrice qui vise à en penser les enjeux culturels contemporains. Le spectateur n’est pas une essence, mais un devenir, insiste Ruby dans la première partie de son livre, précédé de nombreux travaux sur le même sujet1. « On ne naît pas spectateur, on le devient en rapport avec une œuvre et d’autres spectateurs, comme on le devient dans une culture et par histoire, fût-elle ensuite étendue ou critiquée » (p. 42). C’est donc à partir des relations contextuelles et historiques dans lesquelles l’activité spectatrice se déploie qu’il est possible d’envisager de quelle façon elle participe à la dynamique sociale et politique, comment elle (re)produit des manières de voir ou de vivre ensemble.

  • 2 Michael Fried, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne, traduit de l’ (...)
  • 3 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; Guy Debord, (...)

2La seconde partie de l’ouvrage de Ruby est consacrée à l’avènement du spectateur classique, contemporain de la constitution de l’esthétique comme champ philosophique autonome à la fin du xviiie siècle. Elle apporte l’épaisseur historique aux thèses de l’auteur. Car ce n’est pas d’aujourd’hui que le spectateur est envisagé comme une entité modelable, susceptible d’être transformée ou éduquée. Par l’intermédiaire de Friedrich von Schiller notamment, l’esthétique institue la contemplation comme « garante de la vertu civique » : n’est bon citoyen que le bon spectateur politique, au regard affuté par les arts, capable de présider « au maintien des formes de vie de la cité libre » (p. 97). C’est à la même période que l’art pictural accorde une place nouvelle au spectateur, désormais inclus dans la composition du tableau et pensé comme l’une de ses composantes essentielles2. La troisième et dernière partie du livre, intitulée « Police et écarts », pointe utilement certaines tensions qui traversent le regard depuis le xixe siècle. Au potentiel émancipateur que renferme le spectateur décrit par Schiller répondent des dispositifs de vision qui, de techniques de surveillance en images spectaculaires, plongent le spectateur dans des modes de gouvernement disciplinaires (p. 123), qui demeurent en partie les nôtres aujourd’hui. Les thèses critiques de Michel Foucault et de Guy Debord en sont quelques expressions célèbres3.

3Mêlant considérations psychologiques, sociologiques, historiques et artistiques à partir de sources essentiellement littéraires — Balzac, Stendhal, Sade et Baudelaire sont régulièrement convoqués —, Christian Ruby donne corps à l’idée d’un regard construit par l’environnement culturel. Toutefois, dans le sillage des écrits du philosophe Jacques Rancière, l’auteur s’attache plus spécifiquement à énoncer les conditions de possibilité de l’émancipation du regardeur que nous sommes tous et toutes. Il faut pour cela « introduire un désordre des classements et de leur naturalisation chez les spectateurs ; suspendre le jeu des positions sociales ; faire droit à la logique du n’importe qui et de l’égalité » (p. 174). C’est donc assurément un ouvrage politique que le lecteur tient entre ses mains, qui procède d’une double dénaturalisation : non seulement du spectateur comme entité idéale, abstraite et éternelle (p. 30), mais encore comme être déterminé par son environnement social et visuel.

  • 4 À ce propos, voir par exemple W.J.T. Mitchell, « Illusion : Looking at Animals Looking », Picture T (...)
  • 5 Pour d’autres considérations de cet ordre à partir de la pensée visuelle foucaldienne, voir par exe (...)
  • 6 Kirsi Peltomäki, « Affect and Spectatorial Agency : Viewing Institutional Critique in the 1970s », (...)

4Sans renouveler en profondeur les savoirs existants sur sa thématique, Ruby a le mérite de montrer en quoi les subjectivités humaines, aussi bien individuelles que collectives, sont sans cesse produites, et non données une fois pour toutes — l’auteur ne dit toutefois rien des subjectivités non-humaines, en particulier animales4. D’autre part, cette production n’est pas qu’un risque de formatage et de domination (les écrits de Foucault et Debord reviennent à l’esprit, ainsi que les thèses avancées par l’écrivain anglais George Orwell dans son célèbre roman 1984), mais également la condition première d’une liberté du regard5. L’art joue en cela un rôle déterminant, dans la mesure où l’œuvre confère ce que l’historienne Kirsi Peltomäki a qualifié, pour sa part, d’« agentivité spectatrice » (spectatorial agency), soit les conditions d’une expérience approfondie des temps, des espaces, des formes, voire des institutions qui contribuent à faire de l’art ce qu’il est6.

  • 7 Nicholas Mirzoeff, The Right to look : A Counterhistory of Visuality, Durham, Duke University Press (...)
  • 8 Jonathan Crary, Techniques de l’observateur. Vision et modernité au xixe siècle, traduit de l’angla (...)

5Synthétique, le livre de Christian Ruby n’épuise pas le large spectre des visibilités socioculturelles étant donné que le spectateur d’hier ou d’aujourd’hui n’en est qu’un aspect parmi d’autres. Certaines de ces visibilités n’ont même de « visibilité » que le nom, dans la mesure où elles ne désignent pas une réalité optique, mais une capacité d’ordre sociopolitique exprimée dans un vocabulaire visuel. On pense ici à la visuality, récemment exhumée de la pensée politique britannique du xixe siècle par le théoricien culturel Nicholas Mirzoeff. Sous la plume de l’essayiste écossais Thomas Carlyle (1795-1881), cette capacité de vision désignait la propriété exclusive des grands leaders politiques, délégitimant toute possibilité d’un gouvernement démocratique du peuple par lui-même7. On lira avec profit les travaux de Mirzoeff à la suite de ceux de Ruby dans la mesure où tous deux abordent l’histoire et l’actualité du « droit de regard », autre dénomination philosophique de l’émancipation individuelle et collective, au double prisme du visible et des thèses de Rancière. Dans le sillage des brèves considérations de Ruby sur les usages disciplinaires de la vision, on se reportera utilement au propos (récemment republié) de l’historien de l’art étasunien Jonathan Crary sur la naissance de l’observateur moderne, à distinguer du spectateur car la notion sous-tend l’idée d’un formatage social à même l’étymologie. « Bien qu’il soit à l’évidence une personne qui voit, écrit Crary, un observateur est par-dessus tout une personne qui voit dans le cadre d’un ensemble prédéterminé de possibilités »8, une personne qui observe des normes et des règles plus qu’elle ne regarde des images. Certaines références à la théorie visuelle et politique récente font ainsi défaut à l’appareil de notes de l’ouvrage de Ruby, mais le propos de Devenir spectateur ? n’en trace pas moins de solides pistes de réflexion pour penser la diversité des formes artistiques et politiques contemporaines au prisme de l’activité concrète de celles et ceux qui les scrutent.

Inicio de página

Notas

1 Citons La Figure du spectateur. Éléments d’histoire culturelle européenne, Paris, Armand Colin, 2012 ; Spectateur et politique. D’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ?, Bruxelles, La Lettre volée, 2015.

2 Michael Fried, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne, traduit de l’anglais par Claire Brunet, Paris, Gallimard, 1990.

3 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet/Chastel, 1967.

4 À ce propos, voir par exemple W.J.T. Mitchell, « Illusion : Looking at Animals Looking », Picture Theory, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 329-344.

5 Pour d’autres considérations de cet ordre à partir de la pensée visuelle foucaldienne, voir par exemple John Rajchman, « L’art de voir de Foucault », traduit de l’anglais par Pierre Rusch, Trafic, n°50, 2004, notamment p. 87.

6 Kirsi Peltomäki, « Affect and Spectatorial Agency : Viewing Institutional Critique in the 1970s », Art Journal 66/4, 2007, p. 36-51.

7 Nicholas Mirzoeff, The Right to look : A Counterhistory of Visuality, Durham, Duke University Press, 2011.

8 Jonathan Crary, Techniques de l’observateur. Vision et modernité au xixe siècle, traduit de l’anglais par Frédéric Maurin, Bellevaux, Dehors, 2016, p. 33 (première édition française 1994).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Maxime Boidy, « Christian Ruby, Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 11 enero 2018, consultado el 22 febrero 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24027

Inicio de página

Redactor

Maxime Boidy

Chercheur associé au LabToP – CRESPPA (UMR 7217). Il a soutenu en 2014 une thèse de sociologie sur la culture visuelle et l’iconographie politique de la tactique d’action urbaine du black bloc. Ses travaux portent principalement sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels et sur les esthétiques de la représentation politique.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página