Navegación – Mapa del sitio

François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc, Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme.

Giovanni Prete
Le nouveau capitalisme agricole
François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc (dir.), Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Économie politique », 2017, 305 p., préface de Bertrand Hervieu, ISBN : 978-2-7246-2135-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 http://journals.openedition.org/lectures/11226

1En codirigeant cet ouvrage avec l’économiste Geneviève Nguyen et le géopolitiste Pierre Blanc, François Purseigle poursuit une réflexion originale, déjà engagée avec Bertrand Hervieu dans un précédent travail (Hervieu et Purseigle, 20131) où il soulignait la place croissante de ce qu’il appelle l’agriculture « de firme ». L’introduction pose la thèse principale de l’ouvrage : « à côté des modèles traditionnels de l’agriculture familiale et de l’agriculture de subsistance, une agriculture de firme est en train de s’installer dans le paysage agraire » (p. 13). Chacun des dix chapitres qui composent l’ouvrage peut se lire comme une illustration de cette installation de l’agriculture de firme et comme une exploration de ses causes et conséquences dans différentes parties du monde.

2Les deux premiers chapitres s’appuient sur des études menées en Europe. Dans le chapitre 1, F. Purseigle, G. Nguyen, et L. Mazenc s’appuient sur des études de cas de processus de transformation de fermes agricoles en firmes en France, en Italie, Belgique, ou en Allemagne pour identifier quatre dimensions essentielles de ces processus : l’intégration et la rationalisation des processus de production ; la complexification de la structure organisationnelle ; le développement d’un rapport prospectif et proactif à l’innovation ; le recours croissant à la sous-traitance.

3Dans le chapitre 2, G. Nguyen, F. Lepage et F. Purseigle, s’intéressent aux enjeux de financement des exploitations agricoles françaises. Ils rappellent que si le modèle agricole français s’est développé surtout par le recours à l’autofinancement et au crédit bancaire à partir des années 1960, de plus en plus d’exploitations agricoles ont recours à des modes de financement externes. Dans une perspective classique d’économie des firmes, ils soulignent les problématiques de contrôle et d’incitation que ces nouvelles formes de financement induisent en opérant la séparation entre pouvoir financier, propriété foncière et gestion de l’exploitation. Ils suggèrent à ce titre que la confiance ou la pression sociale, habituellement présents dans les exploitations agricoles familiales, tendent à être remplacés par des mécanismes de contrôle et d’incitation plus formels et explicites.

4Les effets possibles de tels mécanismes sur le rapport des agriculteurs à leur travail et sur leur identité professionnelle est explorée dans le chapitre 3 par A. Ducastel et W. Anseeuw, qui s’intéressent aux effets du poids croissant des fonds d’investissement privés (private equity) en Afrique du Sud, un pays marqué depuis de nombreuses années par l’opposition entre une agriculture de subsistance et une agriculture commerciale dirigée par des agriculteurs blancs. Les auteurs montrent que le développement de ces fonds favorise l’essor de formes de travail (bureaucratisation, contractualisation) qui mettent à l’épreuve l’« ethos » des fermiers blancs de l’agriculture commerciale, caractérisé par un attachement à l’ « indépendance statutaire ».

5Dans le chapitre 4, S. Barral explore les rapports au travail et à l’emploi non pas des managers ou gros exploitants, mais des ouvriers qui travaillent dans des « firmes capitalistes agricoles ». L’auteure s’intéresse en effet aux travailleurs des grandes exploitations de production d’huile de palme en Indonésie, un pays qui connaît depuis le xixe siècle et la colonisation des formes d’exploitation du foncier intensives en capitaux et en travail subordonné. Elle montre que dans certaines conditions (absence de lois sociales de retraite, marché du travail favorable, ressources foncières forestières disponibles), le travail salarié dans des firmes agricoles produisant des palmiers peut être un moyen d’accès au statut de producteur indépendant pour les ouvriers et qu’il peut être pour eux, plus largement, une étape dans l’acquisition d’une plus grande autonomie de travail et d’emploi.

6Dans le chapitre 5, M. Guibert et S. Federico développent une réflexion le phénomène d’accaparement foncier (land grabbing) que connaît l’agriculture en Amérique Latine depuis les années 2000. À partir d’une description détaillée de trajectoires de grandes entreprises agricoles contrôlées soit par des investisseurs financiers soit par des familles fondatrices d’exploitation agricoles, les auteurs soulignent les liens entre trois phénomènes liés : la multiplication des transactions foncières, l’intensification des systèmes agricoles et surtout, la financiarisation du foncier, c’est-à-dire sa banalisation comme actif financier. Dans le chapitre 6, E. A. Buhler, V. L. De Oliveira et M. Guibert analysent les effets du développement de l’agriculture entrepreneuriale sur les paysages et les sociabilités dans les espaces ruraux latino-américains. Ils soulignent que ce développement tend à redéfinir les frontières entre le rural et l’urbain et donne naissance, dans certains espaces, à des formes de sociabilités propres aux « villes de l’agro-business ». Dans le chapitre 8, O. Antoine explore, à partir du cas argentin, les causes et conséquences géopolitiques du développement de l’agriculture de « firme » en Amérique latine. Il montre que ce développement a été accompagné par des politiques de dérégulation plus générale de l’économie depuis les années 1990 et qu’aujourd’hui, ce développement crée des tensions importantes entre groupes occupant les territoires transformés, en particulier sur les nouvelles frontières agricoles où l’élevage s’est déplacé à mesure de l’augmentation des cultures d’exportation (le soja en particulier).

7Les chapitres 7 et 9 élargissent l’analyse géopolitique de l’émergence des firmes agricoles au-delà du seul espace latino-américain. P. Blanc réinscrit le développement actuel de la firme en agriculture dans une histoire longue de la géopolitique des ressources agraires, rappelant par exemple l’importance des compagnies agricoles coloniales avant le reflux de l’agriculture « de firme » durant la période de la guerre froide. Surtout, il insiste sur le lien entre formes d’agriculture et politiques de puissance des États, soulignant que la montée en puissance de l’agriculture de firme ne se fait pas contre les États, mais souvent grâce à des politiques publiques volontaristes de soutien. M. Brun illustre cette idée à partir d’une analyse détaillée des politiques agraires menées par l’Arabie saoudite depuis le début du XXe siècle. Il montre ainsi que la projection vers l’international de firmes agroalimentaires saoudiennes depuis 2008, essentiellement en Afrique, est liée à des politiques volontaristes de soutien qui visent à faire face à la raréfaction des ressources en eau et pétrole, à organiser la distribution de la rente pétrolière à une élite, et à sécuriser l’accès à des ressources alimentaires.

8Dans le chapitre 10, B. Legagneux et V. Olivier-Salvagnac démontrent, à partir d’une analyse du recensement agricole français 2010, les difficultés à caractériser statistiquement l’émergence d’une agriculture de firme. Ils proposent une classification des exploitations agricoles françaises à partir de quatre dimensions qui dénotent un éloignement du modèle familial agricole (effacement de la main d’œuvre agricole familiale ; dissociation du travail de la propriété du capital ; agrandissement de la taille associée à des structures juridiques particulières ; développement d’activités commerciales ou de valorisation). Ils montrent que la très grande majorité des exploitations agricoles françaises restent proches du modèle familial (89,9%) mais qu’il existe des exploitations « aux allures de firmes » qui représentent une part non négligeable du revenu et de l’emploi agricoles nationaux.

9La mise en perspective de ces différentes contributions comporte un intérêt évident. Elle invite à prendre la mesure de la remise en cause de l’agriculture familiale qui, comme le rappelle B. Hervieu en préface de l’ouvrage, demeure un référent constant des statistiques, du discours syndical et des politiques publiques agricoles. Elle démontre également l’importance croissante des acteurs financiers que sont les fonds de pension, dont les stratégies internationales influencent fortement les modes de production agricole mais aussi les subjectivités des travailleurs, les formes de sociabilité rurales ou les marchés du travail locaux.

  • 2 Ce que F. Purseigle souligne lui-même dans l’ouvrage mentionné en note 1.
  • 3 Par exemple, http://journals.openedition.org/lectures/13755

10L’ouvrage met en lumière l’intérêt d’une analyse pluridisciplinaire de ces évolutions, notamment parce que concepts et méthodes pour les appréhender sont en construction. À ce titre, il est dommage que les différent.e.s auteur.e.s de cet ouvrage n’aient pas tenté de stabiliser davantage leurs outils typologiques pour décrire la financiarisation et la fragilisation de l’agriculture familiale : une typologie proposée en introduction n’est pas reprise par la suite, et différents chapitres mobilisent des définitions distinctes de l’« agriculture de firme » ou d’autres concepts (« agriculture entrepreneuriale », « firmes agro-alimentaires », « exploitations à caractère de firmes »). Discuter frontalement ces différences aurait permis peut-être de mieux caractériser la nouveauté historique et la spécificité géographique des phénomènes décrits. Cela aurait peut-être également permis d’être plus symétrique dans l’exploration des différentes dimensions du développement de l’agriculture de firme. Par exemple, alors que les chapitres consacrés à l’Amérique latine insistent sur la dimension politique de celui-ci en pointant le rôle joué par les politiques publiques ou en soulignant les liens entre élites politiques locales et développement de l’agribusiness, les chapitres sur la France n’évoquent étonnamment ni les politiques de soutien à l’agriculture européennes et françaises, ni les organisations professionnelles et syndicales qui ont joué et jouent un rôle essentiel dans l’évolution de l’économie agricole2. On peut regretter également que les conséquences sociales et environnementales du développement de l’agriculture de firme, parfois déjà bien documentées (Delcourt, 20133), ne soient pas plus systématiquement explorées. Ces remarques n’enlèvent rien au principal mérite de l’ouvrage, celui d’encourager les chercheur.e.s à développer une vision des évolutions de l’agriculture à l’échelle mondiale et d’interroger la centralité de l’agriculture familiale.

Inicio de página

Notas

1 http://journals.openedition.org/lectures/11226

2 Ce que F. Purseigle souligne lui-même dans l’ouvrage mentionné en note 1.

3 Par exemple, http://journals.openedition.org/lectures/13755

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Giovanni Prete, « François Purseigle, Geneviève Nguyen, Pierre Blanc, Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme.  », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 12 enero 2018, consultado el 22 febrero 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24032

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página