Navegación – Mapa del sitio

Antoine Compagnon, Les Chiffonniers de Paris

Denis Saint-Amand
Les Chiffonniers de Paris
Antoine Compagnon, Les Chiffonniers de Paris, Paris, Gallimard, col. « Bibliothèque illustrée des histoires », 2017, 512 p., ISBN : 978-2-07-273514-1.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Francesco Orlando, Les Objets désuets dans l’imagination littéraire, Paris, Éditions Classiques Gar (...)

1Issu du cours « Les chiffonniers littéraires. Baudelaire et les autres » qu’Antoine Compagnon a dispensé au Collège de France en 2015-2016 et nourri par le séminaire et le colloque qui s’y sont articulés la même année, ce volume se donne à lire comme un parcours dans l’imaginaire social des bas-fonds parisiens du XIXsiècle (plus exactement, de la Restauration à la fin du Second Empire). Il constitue un élégant travail d’histoire culturelle et sociale rappelant les recherches, souvent citées, d’Alain Corbin. L’ouvrage rassemble un impressionnant corpus de sources littéraires et iconographiques qui permettent à l’auteur d’avancer que « le chiffonnier représente l’idéal-type du XIXe siècle […] ou, du moins […] il détermine l’idéal-type de Paris capitale du XIXe siècle » (p. 413). Cette réflexion a une double origine. Elle naît, d’une part, d’un sentiment éprouvé par Compagnon à la lecture du livre de Francesco Orlando, Les Objets désuets dans l’imagination littéraire1 : si le traitement de la problématique lui paraissait admirable, la question de l’« objet désuet » lui semblait ne pas convenir au Paris du XIXe siècle, où il se trouve toujours quelqu’un pour recycler tout ce qui est jeté au rebut, à commencer par le chiffonnier. Le projet, d’autre part, procède d’une divergence de vue avec Walter Benjamin lorsqu’il tisse un portrait de Baudelaire en révolutionnaire de 1848 et en socialiste clandestin. Constatant que Benjamin, pour ce faire, mobilise fréquemment la figure du chiffonnier comme complice de Baudelaire, Antoine Compagnon explique vouloir retracer la dissémination de ce motif dans l’imagination baudelairienne, en montrant comment la relation de l’écrivain avec ce personnage se nouait moins en vertu d’une connivence politique (« car le chiffonnier n’était pas un allié de la classe ouvrière », p. 413), mais en raison de l’omniprésence de cette figure au quotidien et dans les représentations de l’époque.

2Au vrai, la figure du chiffonnier semble parfois fonctionner comme une synecdoque particularisante du Paris interlope au XIXe siècle. Compagnon se promène avec bonheur parmi les personnages et les lieux les moins fréquentables de la période : il évoque les lorettes et les équarisseurs, se fend d’une (magnifique) lecture de la boue parisienne (dont il rappelle qu’elle est alors « mixture d’immondices pétries avec de la terre et de l’eau », p. 62, qui fait le métier des « décrotteurs » et autres passeurs installant des planches en bois dans les rues pour permettre aux plus aisés de traverser sans se salir) et d’un portrait du père Matagatos (qui traque les chats, desquels tout peut se vendre, depuis la chair que tel boucher peu scrupuleux présentera comme du lapin jusqu’à la peau que les fourreurs feront passer pour de la zibeline). Pour mener ce parcours, l’auteur puise aux œuvres littéraires (de Baudelaire principalement, mais aussi d’Eugène Sue, Jules Janin, Champfleury, Alphonse Signol, en passant par l’importante masse de littérature panoramique qui se développe pendant la Monarchie de Juillet), à l’iconographie (Daumier, Traviès, Charlet, Grandville, Vernet, Manet et les dessinateurs de la petite presse) et à tout discours (juridique, hygiéniste, journalistique) susceptible de nourrir la documentation du Paris de l’ombre.

3Au cœur de cet univers, le chiffonnier occupe une place de choix. Ses espaces sont multiples, de la borne où l’on entassait les déchets, avant l’invention de la poubelle, à la voirie où s’entreposaient les mêmes déchets après leur ramassage. Flâneur intéressé, il erre parmi ses contemporains en veillant au détail : actualisant au quotidien le principe de Lavoisier, considérant que que tout peut se réemployer d’une façon ou d’une autre, il est décidé à ne rien perdre. Pourvu d’accessoires distinctifs (sa hotte, qui fait de lui un ersatz de Cupidon, comme le surnomment ceux qui se gaussent de son « carquois d’osier », son crochet et sa lanterne, mais aussi sa « médaille en cuivre », sorte de pièce d’identité délivrée par la préfecture de police et lui garantissant le droit d’exercer cette profession) et investi d’une fonction de recycleur, il est une figure reconnaissable et un sujet idéal pour les caricaturistes : Émile de Girardin, Champfleury et Zola seront croqués sous ses traits par dérision. Personnage ambivalent, il est estimé par ceux qui le tiennent pour un sage (un philosophe du ruisseau, héritier lointain de Diogène) et abhorré par ceux qui se méfient du mouchard potentiel qu’il devient volontiers quand il est ivre, voire du diable avec lequel il en vient quelquefois à se confondre et dont il infléchit les représentations. Témoignage de ce dernier cas : le célèbre frontispice du Diable à Paris signé par Gavarni (1845), où le Malin, debout sur une carte de la capitale, est pourvu de l’attirail du chiffonnage (lanterne, crochet et hotte). Si sa fonction n’est pas clairement identifiée par tous (Compagnon montre ainsi comment Balzac confond le chiffonnier et le balayeur), il est incontournable dans l’espace public et inspire les productions culturelles de l’époque. Le chiffonnier est d’abord un « type » parisien (au même titre que l’étudiant, la grisette, le gendarme ou le vitrier, autant d’acteurs mis à l’honneur par les œuvres panoramiques comme Le Tableau de Paris, Le Livre des Cent-et-un, les Physiologies satiriques, etc.), mais il devient aussi le héros de pantomimes (Le Billet de mille francs, 1826) et donne son titre à une quadrille (Les Chiffonniers de Paris). En resituant le chiffonnier dans une époque et un discours, en interrogeant les signes de sa présence et leur signification, Antoine Compagnon met en lumière les fonctions dans le monde social et dans l’imaginaire d’une figure censément disparue dont il postule, au détour d’une conclusion audacieuse, que nous sommes peut-être, à l’ère du développement durable, les héritiers.

Inicio de página

Notas

1 Francesco Orlando, Les Objets désuets dans l’imagination littéraire, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Denis Saint-Amand, « Antoine Compagnon, Les Chiffonniers de Paris  », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 17 enero 2018, consultado el 19 febrero 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24049

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página