Navigation – Plan du site
Kasaï

Kasaï

Des entités singulières dans un espace politico-administratif
Jean Omasombo Tshonda (dir.), Kasaï. Des entités singulières dans un espace politico-administratif, Tervuren, Musée royal de l'Afrique centrale, coll. « Monographies des provinces de la République démocratique du Congo », 2017, 688 p., ISBN : 9789492669087.
Notice publiée le 31 janvier 2018

Présentation de l'éditeur

La province du Kasaï se présente sous la forme d’une bande verticale, étirée du nord au sud, s’alignant sur son axe naturel la rivière Kasaï qui constitue son épine dorsale, traversant ses territoires constitutifs à l’exception de Dekese, tout au nord. Le Kasaï, zone de passage, est relié aux provinces voisines via deux routes principales qui assurent la liaison Kinshasa-Lubumbashi : la voie ferrée (ligne Ilebo-Lubumbashi) et un axe routier, la route nationale (RN1). Si le rail fonctionne encore, c’est au ralenti, de même pour le port d’Ilebo (Port-Francqui), jonction entre le rail et la rivière Kasaï vers Kinshasa. En revanche, le tronçon de la RN1, qui traverse d’ouest en est la province, semble attirer l’attention du gouvernement et des bailleurs de fonds. Il passe par le centre névralgique de la province : Tshikapa qui en est devenu le chef-lieu. Celui-ci est d’ailleurs le seul point commun entre la nouvelle province et son prédécesseur l’Unité-Kasaïenne (1962-1966). Cette dernière avait alors pour ambition de rassembler les minorités ethniques du « Grand-Kasaï » au sein d’une entité en contre-pied de la création des provinces voisines voulues mono-ethniques.
La province du Kasaï est le lieu de convergence de grands courants socioculturels venus à la fois du sud et du nord-ouest de la RDC. Il s’agit d’un amalgame de peuples divers dont le bastion principal pour chaque groupe se situe en dehors des limites du Kasaï. Seuls les Kuba ne suivent pas cette logique : leur berceau se situe dans le territoire de Mweka dont les limites administratives épousent celles de la chefferie. Les Kuba qui font la renommée du Kasaï du point de vue ethnographique continuent de fasciner par le poids de leur histoire, la symbolique autour de leur pouvoir et l’éclat de leur art. Une observation fine, de l’intérieur, par un membre familier de la Cour, vous emmène ici à travers le dédale des rues de Mushenge, leur capitale. Les Ndengese-Ikolombe-Isodvu (Isolu) et Yaelima qui occupent le territoire de Dekese sont également des peuples spécifiques mais qui s’intègrent en fait davantage dans l’ensemble mongo. C’est aussi le cas de leur espace forestier qui s’assimile plus à la Cuvette centrale qu’aux savanes arborées du Kasaï. Quant aux Lele habitant le territoire d’Ilebo, ils ont avec les Kuba des affinités manifestes dans l’art et la culture et partagent avec eux de nombreux traits communs, notamment le nyimi.
Le Kasaï demeure une terre de contrastes. L’homogénéité apparente de la structure de l’État congolais apparaît davantage aléatoire au fur et à mesure que l’on pénètre les réalités locales. Un exemple comme celui de la constitution du territoire de Kamonia, montre à quel point les réalités sociopolitiques et économiques ont perturbé le découpage administratif.
La province actuelle porte le même nom que l’ancienne grande province du Kasaï comme pour dire qu’elle traduit mieux le contenu de ce qu’avait été celle-ci. À l’origine, cette appellation dérive de la rivière Kasaï qui la traverse. Elle a ensuite été associée, dans l’imaginaire populaire congolais, aux communautés luba et lulua. Pourtant, les centres principaux de ces deux groupes sont respectivement les villes de Mbujimayi (Kasaï-Oriental) et de Kananga (Kasaï-Central), à travers lesquels le Kasaï ne coule pas. Enfin, le nom « Kasaï » évoque également les richesses économiques issues des gisements de diamant dont le cours semble tracer le filon géologique, lequel passe à travers Tshikapa et sa région. Ville minière et ancien siège de la Forminière, elle est devenue le moteur économique de la province, mais son influence en déborde largement les limites. Cette cité de l’économie de débrouille, reposant essentiellement sur l’exploitation (semi-)artisanale des diamants de joaillerie, concentre tous les acteurs d’une chaîne allant du creuseur au puissant négociant. Les activités commerciales portées par la rente minière y sont foisonnantes. Mais si l’argent circule dans la province, il n’y reste pas. Les diamants font l’objet de pillage que ce soit pour la survie des uns ou la richesse des autres. Ils engendrent au final davantage d’instabilité et de conflits que d’améliorations sociales et économiques. 

Haut de page

Auteur

Jean Omasombo Tshonda (dir.)

Politologue, Jean Omasombo Tshonda est chercheur au service Histoire et Politique, MRAC (Belgique) et professeur à l'Université de Kinshasa (RD Congo).

Publications du même auteur

Haut de page