Navigation – Plan du site

Yves Citton, Médiarchie

Pierre Katzarov
Médiarchie
Yves Citton, Médiarchie, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2017, 398 p., ISBN : 978-2-02-134912-2.
Haut de page

Texte intégral

1Tenter d’entendre distinctement les différentes voix qui composent une sonate de Bach ou un cœur des Beach Boys est peut-être ce qui se rapprocherait le plus d’un voyage dans l’univers des médias. Et faire l’expérience d’un monde structuré de l’intérieur par les médias mène Yves Citton au constat suivant : cette harmonie est complexe et dissonante – issue de l’intrication de différentes couches de sens, elle résiste aux représentations. Pour lui, aborder la « médiarchie » revient alors précisément à analyser la place des médias dans nos structures de pouvoir et de représentation. Ce néologisme serait, bien plus que le terme de démocratie, à même de qualifier nos sociétés contemporaines. Mais la définition en est problématique : comme régime pluriel « de pouvoir au sein [duquel] les media sont des vecteurs d’affections opérant ponctuellement comme des catalyseurs d’affects » (p. 97), la médiarchie repose elle-même sur la définition de ce que sont les médias. Ainsi, l’auteur aborde trois « registres » différents de « médialité » – dévoilant la superposition, dans les discours, de trois domaines de réalité confondus. À partir du constat simple que toutes nos relations sociales passent par les médias, Yves Citton propose d’élargir le concept même de média, en le déclinant, selon trois couples sémantiques qui structureront l’ouvrage : medium/médial, média/médiatique, médium/médiumnique. En cela, l’auteur propose une approche enrichie des médias.

  • 1 Yves Citton s’attache à en analyser les dimensions technique, sémantique et « médio-anthropologique (...)
  • 2 Attribuée à Henri Laborit, la notion fut introduite par Edgar Morin. Voir Edgar Morin, Science avec (...)
  • 3 Voir Yves Citton et Frédéric Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la (...)

2Son ouvrage est d’abord une chambre d’écho à différentes traditions de recherche – scandinave, allemande, américaine – que l’école française a ignorées jusqu’ici. Ce faisant, Yves Citton porte un regard archéologique sur les médias pour faire apparaître les différentes temporalités et les différents régimes de sens qui s’y lient en analysant des moments du concept de média1 – plutôt que des successions d’innovations qu’un historien des médias considèrerait linéairement. Par ailleurs, il rejoint une mouvance des sciences sociales qui se revendique plus ou moins explicitement de la pensée complexe2 et d’une relecture spinoziste des relations humaines en termes d’affect3. En se concentrant sur la superposition (de moments conceptuels) plus que sur la succession (de temps historiques), l’auteur, via un détour par l’abstraction, tente de nous situer au sein d’un complexe qui nous informe dans les deux sens du terme – nous conditionnant par le truchement de ce qu’il nous donne. Aussi Yves Citton explore-t-il les strates de ce qu'il nomme médiarchie, des appareils aux fonctionnalités prétendument déterritorialisées de nos outils contemporains – tels que le Cloud ou le smartphone – en passant par l'étude des médias de masse et l'imaginaire associé à ces mêmes dispositifs.

  • 4 Voir Régis Debray, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

3Son raisonnement s’amorce dans la partie « Media », en s'intéressant à la dimension matérielle et technique des moyens de transmission, de même qu’à leur effectivité dans nos processus d'individuation. Pour lui, nos relations sociales relèvent d'une certaine médialité dans la mesure où les media ont pour particularité d'être à la fois des objets intermédiaires et un environnement, agissant ainsi en nous, autour de nous et entre nous. D’où le domaine de la construction (inter)subjective peut alors être repensé. Tandis que Régis Debray, entre autres, proposait de considérer les media comme des augmentations des capacités humaines4, Yves Citton révèle un point aveugle du développement de nos outils : le décalage croissant entre d’une part notre champ perceptif augmenté, et d’autre part nos champs de réflexion et d'action politique qui souffrent de limites immédiates. Le contraste entre ce que nos outils (nous) font et notre capacité d'action est, selon lui, le point de départ d'une série de décalages dans lesquels s'innervent des logiques qui court-circuitent à plusieurs niveaux nos capacités à sentir, réfléchir et agir. Les media sont des « appareils opérant des coupes agentielles, dont les itérations récursives reconfigurent notre environnement […] dans sa présence matérielle et dans les significations qu'on peut y reconnaître » (p. 119).

  • 5 Voir Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, Paris, Seuil, 2014.

4Intitulée « Médias », la seconde partie investit le champ plus familier pour le lecteur des médias de masse. Yves Citton y rappelle la nécessité d'opérer une critique constructive de la structure médiatique et se demande ce que l'on peut attendre des médias. Il argumente donc son constat initial en décrivant les dispositifs oligarchiques de notre environnement médiatique – largement fondé sur l'économie de l'attention5 et son orientation vers le profit financier. La dynamique des médias est dès lors celle d'une activité vibratile autour de thèmes récurrents qui nourrissent le débat public. Les médias sont envisagés comme des éléments producteurs de signification et d'importance, ce qui met d'abord en lumière la chaîne de construction du public en audience puis en masse – chaîne qui peut s'assimiler à une dynamique affectuelle selon Yves Citton. Ensuite, ce regard permet de prendre en considération les terrains de réforme, à savoir : la transformation de l'architecture médiatique dominée par le financement publicitaire et la responsabilisation de l'utilisateur. Yves Citton appelle alors à une reprise en main : un acte philosophique et politique qui nécessite que chacun s'observe dans le mouvement de synchronisation, d'alignement et de standardisation de nos biens culturels – de l'information jusqu’à la musique. En cela, il nous faut, selon lui, nous opposer à la « théorie libérale du consommateur », qui revendique les biens culturels à moindre coût, et à la logique de rentabilité de ces biens culturels que soutient notre dispositif actuel.

  • 6 Il est ici question des intermédiaires entre le monde des vivants et celui des esprits.

5« Médium », le troisième moment de l'ouvrage (et du concept de média) s'intéresse plus largement à l'imaginaire médiumnique – d'aucuns diraient mystique – qui, selon Yves Citton, accompagne nécessairement les médias. Le pouvoir d'enregistrer et de faire entendre une voix, même après la mort du locuteur (au moyen du gramophone par exemple), ajoute pour lui un pendant superstitieux au développement des médias. Le medium, comme catalyseur d'affects, produit un « envoûtement » ; c’est pourquoi les imaginations qui accompagnent les innovations techniques sont au centre de l'attention de l’auteur. Ainsi, il constate certains mouvements qu'une simple histoire des médias aurait peut-être laissés de côté. D'une part, c'est un imaginaire de la manipulation par les flux et les appareils techniques que les innovations alimentent depuis le XVIIIe siècle. Les médiums6 naissent en même temps que les premiers médias électriques, et la pensée superstitieuse dont ils sont les tenants a cet avantage de montrer en quoi un medium est lié à différentes temporalités : les peurs anciennes survivent à travers nos outils et nos pratiques. D'autre part, l'auteur observe ce qui alimente les imaginaires superstitieux – ce qu'il appelle les « effets occultes » des médias actuels : l'opacification, par exemple, qui a cours avec le développement des outils électroniques miniaturisés, scellés et impénétrables, comme nos smartphones. C'est également la propension de nos outils à transformer insensiblement les échelles médiées, à concentrer dans de grands groupes l'émission et la production de contenus, et à faire converger le direct et la présence physique, qui incitent en dernier lieu Yves Citton à penser l'individu médiarchique comme un « zombie » vivant dans un monde éminemment fantomatique.

  • 7 Cf. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, op. cit., p. 105 : « la digitalisation tend à co (...)

6Consacré à une étude des dispositifs issus de la révolution numérique au regard des médias antérieurs, « Méta-media » est le dernier temps de l’ouvrage. Yves Citton y constate que la numérisation relève essentiellement d'un processus de transcription de nos expériences analogiques dans un langage binaire7. Ainsi définit-il réciproquement le méta-medium numérique qu'est l'ordinateur comme un outil capable de simuler tous les autres media. D'où un tournant dans nos structures de pouvoir, puisque la trajectoire des méta-media et d'internet relève plus d’un mouvement de centralisation que de démocratisation : la collecte de big data, l'insertion du software au sein de toutes nos relations et le contact permanent avec des serveurs délocalisés en attestent. Toutefois, si la numérisation transcrit en langage binaire les modalités analogiques d'une expérience, cette expérience humaine demeure quant à elle inchangée : visionner un film numérique n’altère pas l'expérience de l’utilisateur. En revanche, les méta-media numériques ne font pas que simuler des propriétés analogiques, ils les pré-écrivent, ce qui mènerait selon Yves Citton au court-circuitage de la sensibilité, en plus de la réflexion. Fondé sur l'anticipation, le régime numérique de la médialité conditionnerait finalement aussi bien nos désirs – préconçus à partir de l'analyse d'un profil statistique – que nos expériences esthétiques et politiques.

7Au fil de ses variations autour du concept de média, l'auteur développe un appareil conceptuel riche et ludique, qu'il articule à un discours citoyen. Aussi, des « interludes » entre les différents moments de sa réflexion présentent des considérations, des idées de réforme de l'infrastructure médiatique, de même que des attitudes possibles face à un environnement qui, au bout du compte, mérite dûment son qualificatif de médiarchique. Outre ses intérêts intellectuel et éthique, on retiendra enfin de cet ouvrage son aspect kaléidoscopique et sa part de fatrasie qui sauront satisfaire tout lectorat aspirant à voyager dans l'univers étendu des médias – tant que la peur d’affronter un certain ésotérisme ne s’avère pas rédhibitoire.

Haut de page

Notes

1 Yves Citton s’attache à en analyser les dimensions technique, sémantique et « médio-anthropologique », s’appuyant notamment sur la pensée de Vilém Flusser à propos des représentations médiales. Voir Vilém Flusser, La Civilisation des médias, Belval, Circé, 2006.

2 Attribuée à Henri Laborit, la notion fut introduite par Edgar Morin. Voir Edgar Morin, Science avec conscience, Paris, Fayard, 1982.

3 Voir Yves Citton et Frédéric Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l’économie des affects, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 (compte rendu de la présente édition par Mathieu Quet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/565 et de la réédition en poche par Patrick Cotelette pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1101).

4 Voir Régis Debray, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

5 Voir Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, Paris, Seuil, 2014.

6 Il est ici question des intermédiaires entre le monde des vivants et celui des esprits.

7 Cf. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, op. cit., p. 105 : « la digitalisation tend à court-circuiter les filtrages que l’humanité opérait jusque-là à travers des phénomènes analogiques de Gestalt. Pendant des millénaires, nous avons appris à prêter attention à des formes relevant de l’imaginaire (imagos, Gestalt, patterns) ; les nouveaux dispositifs numériques analysent ces formes en données discrètes (data, bits, digits), qui relèvent de logiques symboliques. Alors que les segmentations du continuum sensoriel (les couleurs de l’arc-en-ciel, les notes de la gamme musicale) étaient opérées par des subjectivités individuelles – toutes infinitésimalement différentes entre elles, même si elles se recoupaient collectivement au sein de la culture qui les régissait –, ces segmentations sont désormais opérées au niveau des machines qui vectorialisent les perceptions sensorielles. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Katzarov, « Yves Citton, Médiarchie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24159

Haut de page

Rédacteur

Pierre Katzarov

Étudiant normalien en master de lettres modernes à l'ÉNS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page