Navigation – Plan du site

Jean-Baptiste Comby (dir.), Enquêter sur l’internationalisation des biens médiatiques et culturels

Laure Mouchard
Enquêter sur l'internationalisation des biens médiatiques et culturels
Jean-Baptiste Comby (dir.), Enquêter sur l'internationalisation des biens médiatiques et culturels, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2017, 185 p., ISBN : 978-2-7535-5900-4.
Haut de page

Texte intégral

1Issu de réflexions menées lors d’un séminaire du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias consacré à l’internationalisation des médias, l’ouvrage dirigé et introduit par Jean-Baptiste Comby prend le parti de « sociologiser » l’étude des phénomènes d’internationalisation des biens médiatiques et culturels, thème que l’auteur estime davantage investi par les historiens, les économistes, les politistes et les sémiologues. En faisant retour sur l’histoire des études de la mondialisation culturelle, Jean-Baptiste Comby souligne qu’elles ont longtemps été réparties selon deux angles bien distincts, sinon à première vue opposés. Le premier est celui du corps des théories critiques analysant les phénomènes de circulation des biens culturels sous l’angle de l’impérialisme, a fortiori états-unien. Le second, s’opposant au premier, concerne le corpus de travaux analysant la mondialisation culturelle comme un lieu de l’hybridation, du métissage et de la célébration de la différence, initiés en première instance par les études de David Harvey sur le capitalisme post-fordiste notamment. À la faveur de ce retour nécessaire, Jean-Baptiste Comby remarque toutefois que, tout polarisés qu’ils soient, ces deux corps de travaux se rejoignent par leur appréhension culturaliste de ces phénomènes d’internationalisation. Pour pallier leur défauts respectifs – une absence de prise en compte de « l’insatiable vitalité des dynamiques culturelles » qui ne « s’évanouissent pas sous le joug de l’impérialisme » (p. 15) d’un côté, une disparition ou un oubli des effets de structure, des phénomènes de concentration et une « perte de la raison critique », comme le reprend d’Armand Mattelart l’auteur (p. 16), de l’autre –, Jean-Baptiste Comby propose de « réintroduire du relief sociologique » (p. 17). Il évoque l’idée, programmatique, d’une étude des classes sociales en contexte d’internationalisation des biens culturels et soutient que ces derniers demeurent « historiquement ancrés, socialement bordés et gouvernés par l’état des rapports de force sur une période donnée » (p. 19).

2L’ouvrage ainsi introduit se compose de trois parties, articulant chacune deux chapitres. La première partie fait état des obstacles sociaux auxquels sont confrontés les biens médiatiques en circulation internationale. Angèle Christin consacre son article à l’étude de deux partenariats franco-états-uniens d’information en ligne et aux circulations des contenus de presse qu’ils occasionnent. En rendant compte de la genèse de ces partenariats éditoriaux, l’auteure souligne notamment les disparités liées à la structuration du marché de la presse en ligne (majorité de capitaux privés et absence revendiquée d’aide de l’état pour les États-Unis, subvention étatique dans le cadre français). Angèle Christin observe deux structurations, différenciées nationalement, des champs journalistiques qui complexifient d’emblée les discours enchantés sur le « journalisme global ». En effet, l’internationalisation des salles de rédaction et des curriculum vitae des candidats au métier de journaliste ne doit pas faire oublier à l’observateur que les presses sont des activités « modelée[s notamment] par des structures et des règles du jeu nationales et locales » (p. 34). L’analyse (que l’on aurait aimée davantage détaillée au niveau notamment des pratiques de traduction, de sélection, etc.) de la circulation effective des articles entre chacun des membres des partenariats internationaux étudiés permet à l’auteure de relativiser l’homologie des partenaires entre eux, soulignant là encore les effets de champs tant nationaux qu’internationaux et l’asymétrie des échanges. Olivier Baisnée et Sandra Vera-Zambrano étudient pour leur part les conditions de production d’une enquête européenne sur la responsabilité sociale des médias. Ils rendent compte tout à la fois d’une certaine forme d’injonction à l’international dans le monde scientifique (l’essor de la recherche par « projets », le développement de ces projets aux niveaux européen et international ainsi que leur fonds associés, la nécessité pour les jeunes chercheurs de « faire la démonstration de leur internationalisation », p. 58) et des difficultés que ces enquêtes internationalisées engendrent. Ces difficultés tiennent peut-être principalement à la structuration des disciplines universitaires et des champs journalistiques dans les différents pays en lien, mais aussi aux rapports de forces qui organisent les espaces académiques.

3Après avoir esquissé ces circulations en partie contrariées, l’ouvrage présente deux contributions sous le thème « Faire circuler les biens culturels ». Myrtille Picaud augure cette partie en exposant un panorama de l’internationalisation des scènes de musique parisiennes, et plus précisément des clubs et festivals de jazz. Romain Lecler, quant à lui, dresse le portrait d’une diplomatie audiovisuelle « en train de se faire », si l’on peut dire, puisque au long de l’article le lecteur suit un attaché audiovisuel en poste au Moyen-Orient. C’est par le biais de cet « intermédiaire culturel » que l’on saisit les rouages de l’action culturelle extérieure française et des circuits de distribution des productions télévisées et cinématographiques à l’étranger.

4La contribution de Benjamin Ferron, qui ouvre la troisième partie de l’ouvrage, rejoint celle de Roman Lecler dans le soin apporté aux descriptions de l’objet d’étude, quoi que l’article problématise davantage les dispositions et les motivations à l’« internationalisme » que la circulation internationalisée des produits médiatiques. À rebours de certaines analyses et de certains discours inscrivant de facto la forme « médias alternatifs » dans l’espace du mondial et de l’international, Benjamin Ferron propose une étude comparée du Centre d’information alternatif et de l’organe Indymedia Palestine (IMCP), organisations militantes dénonçant l’occupation israélienne de la Palestine. Il décrit leur inégal accès aux ressources matérielles et symboliques nécessaires pour leur assurer une visibilité internationale, en même temps qu’il précise leur valorisation différenciée de cet ancrage international.

5La cohérence de l’ouvrage tient certainement aux références communes des auteurs à la sociologie bourdieusienne, et la dernière contribution de Philippe Coulangeon parachève le travail entrepris. En prenant pour hypothèse que la massification de la diffusion des biens culturels internationaux modifie certainement l’espace des distinctions et des pratiques distinctives et donc informe de nouvelles règles de la légitimité culturelle, l’auteur « rejoue » l’expérience de l’espace social des goûts distinctifs initiée par Bourdieu. Il y découvre notamment que, bien que moins indexé aux formes de productions culturelles dites savantes et lettrées, le capital culturel n’en demeure pas moins inégalitaire car la disposition à apprécier les productions internationalisées est inégalement distribuée dans l’espace social et largement tributaire, par certaines de ces pratiques, de « compétences cosmopolites » (p. 164) – comme l’appétence pour la culture anglo-saxonne, par exemple –, elles-mêmes légitimées et inégalement distribuées.

6Jean-Baptiste Comby conclut l’ouvrage par un entretien avec Yves Dezalay. La discussion, riche de l’évocation de ses multiples travaux – ayant le double intérêt d’être internationaux et de porter sur des contextes internationaux –, permet par ailleurs, au travers des parcours d’enquêtes décrits, de prendre la mesure des exigences que les recherches à l’international imposent à ceux qui les entreprennent.

7La diversité des objets étudiés dans l’ouvrage en rend parfois la lecture fastidieuse, car chacune des contributions renvoie en première instance à un état de l’art, nécessaire, circonscrit à son objet. Si l’on peine parfois à comprendre ce que l’internationalisation « fait » aux biens culturels et médiatiques (dans leurs formes propres, leurs traductions, leur ré-implémentations, etc.), l’introduction programmatique et les ouvertures que l’ouvrage suscite soulignent que le thème initié n’est effectivement « pas un chantier dénué de promesses heuristiques » (p. 19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mouchard, « Jean-Baptiste Comby (dir.), Enquêter sur l’internationalisation des biens médiatiques et culturels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24186

Haut de page

Rédacteur

Laure Mouchard

Doctorante en sociologie au Centre Norbert Elias, EHESS Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page