Navegación – Mapa del sitio

Markus Gabel (dir.), « Richesse et prospérité », Cahiers français, n° 400, 2017

Edouard Couëtoux
Richesse et prospérité
Markus Gabel (dir.), « Richesse et prospérité », Cahiers français, n° 400, septembre-octobre 2017, Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303330404003.
Inicio de página

Texto completo

1À l’heure où les dirigeants politiques célèbrent le retour de la croissance économique et apportent des modifications substantielles à la fiscalité des ménages aisés, le dossier des Cahiers français apporte un éclairage principalement économique sur les notions de richesse et de prospérité. Ce numéro offre une introduction complète et accessible à des sujets importants de l’analyse économique contemporaine, qui font écho aux enjeux discutés dans le débat public.

  • 1 Shapiro Carl et Stiglitz Joseph, « Equilibrium unemployment as a Worker Discipline Device », Americ (...)
  • 2 De Soto Hernando, Le mystère du capital : pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue pa (...)

2Une partie du dossier porte sur la prospérité au sens macroéconomique. Dans les deux premières contributions, Jérôme Creel et Frédéric Marty s’interrogent sur les politiques publiques à même de favoriser la création de richesses en Europe, et en particulier en France, apportant chacun des réponses différentes. Jérôme Creel insiste sur l’intérêt de la politique conjoncturelle de relance. Il met en avant l’importance de mener une véritable politique budgétaire, en soulignant les dégâts entraînés par la mise en œuvre précoce, dès 2011, de politiques d’austérité dans la zone euro. Cependant, la politique budgétaire se heurte à des contraintes : pour être pleinement efficace, elle doit viser à augmenter les transferts publics vers les ménages et les investissements publics, puisque c’est ce ciblage qui produit l’effet le plus fort sur la demande. Par ailleurs, dans un contexte où les États sont encore très endettés, le recours massif à l’instrument budgétaire fait courir le risque d’une augmentation des taux d’intérêt exigés sur les dettes publiques. Pourtant, l’examen des limites des politiques conjoncturelles n’amène pas l’auteur à plaider pour des réformes structurelles. Au contraire, il souligne que l’efficacité de ce genre de politique est subordonnée à des hypothèses lourdes qui n’ont pas nécessairement de pertinence empirique. Pour que les réformes structurelles soient efficaces, Jérôme Creel rappelle que le chômage doit être d’origine structurelle et non conjoncturelle, c’est-à-dire qu’il ne doit pas être causé par une insuffisance de la demande adressée aux entreprises. Ensuite, ces réformes structurelles, qui peuvent consister à baisser voire à supprimer le salaire minimum, pourraient avoir un impact négatif sur la productivité. En effet, les théories néokeynésiennes du salaire d’efficience1 concluent que des salaires élevés sont favorables à la productivité. À l’opposé, Frédéric Marty explique les faibles performances économiques françaises par le décrochage industriel et prône un vaste plan de réformes structurelles pour y remédier. Selon lui, le décrochage industriel français s’explique par trois facteurs bien documentés par l’auteur : l’envolée des coûts salariaux horaires dans l’industrie ; l’investissement insuffisant en biens d’équipement par rapport à aux concurrents ; et l’augmentation trop rapide du coût des intrants venant du secteur protégé, qui accroît les coûts de production de l’industrie. Ce diagnostic amène l’auteur à plaider pour trois réformes structurelles. Tout d’abord, il en appelle à une libéralisation des professions réglementées, qui contribuent à faire augmenter les prix pratiqués par le secteur protégé de l’économie. Ensuite, il préconise une intensification de la concurrence, qui est considérée comme la condition nécessaire pour la mise en place d’une politique de modération salariale, permettant de sauvegarder la compétitivité du pays. Frédéric Marty préconise particulièrement des réformes dopant la concurrence dans le secteur de la distribution, en particulier alimentaire. Enfin, la lutte contre la hausse rapide des prix de l’immobilier en France doit être engagée par des réformes portant sur les dispositifs publics de soutien à l’achat immobilier et instaurant plus de concurrence dans le secteur de la construction. Dans une approche historiquement plus étendue et géographiquement plus vaste, le juriste Bruno Deffains offre une synthèse complète sur le rôle des institutions dans le développement économique des pays. Il récuse la justesse empirique des analyses concluant à la plus grande efficacité économique des systèmes de common law anglo-saxons sur les systèmes de droit civil hérités de la tradition romaine. Par ailleurs, Bruno Deffains s’inscrit dans la lignée d’Hernando de Soto Polar2, en signalant que la définition des droits de propriété est la condition de possibilité du développement d’un pays. Enfin, Alexandra Estiot se demande si la mondialisation engagée depuis les années 1980 a enrichi tout le monde. Empiriquement, elle constate une corrélation entre la croissance des flux commerciaux internationaux et la croissance de chaque région du monde ou de chaque pays. En s’appuyant sur une méthode peu connue, l’auteure évalue ensuite les pertes d’emplois manufacturés causées par les importations : au maximum, sans prendre en compte aucun effet de rétroaction, l’emploi aurait été de 1,1 % plus important en France en 2016 en l’absence totale d’importation (à l’exception de pétrole). La prise en compte des effets indirects d’une fermeture aux importations (augmentation du niveau de salaires décourageant l’emploi dans d’autres secteurs, augmentation du taux d’intérêt…) diminue grandement l’impact négatif du commerce international sur l’emploi.

  • 3 Rosen Sherwin, « The economics of superstars », American Economic Review, vol. 71, n° 5, 1981, p. 8 (...)

3Une deuxième série d’articles traite de la richesse d’un point de vue plus précis : elle s’intéresse aux phénomènes de concentration des revenus et du patrimoine dans les mains de la partie la plus aisée de la population, et à la fiscalité à mettre en place les concernant. Dans une synthèse dense et indispensable, Bertrand Garbinti et Jonathan Goupillle-Lebret retracent l’histoire de l’évolution des inégalités de patrimoine et de revenus en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Ils exposent ensuite les explications mobilisées par les économistes pour rendre compte de l’envolée des très hauts revenus observée dans les pays développés depuis les années 1980, en insistant sur les deux mécanismes qui sont à l’origine de l’augmentation forte des revenus d’activité : l’existence d’un progrès technique biaisé en faveur des travailleurs qualifiés et l’« effet superstar  »3. Dans un contexte mondialisé où de plus en plus de secteurs sont caractérisés par de faibles coûts de reproduction des produits (logiciels, musique…), l’augmentation de la taille des marchés permet aux individus les plus innovants ou les plus chanceux d’avoir des revenus de plus en plus élevés, puisqu’ils vendent leur production à un marché de plus en plus large. Enfin, l’importance des causes de type institutionnel ne doit pas être sous-estimée : la déréglementation du secteur financier a provoqué l’envolée des rémunérations dans ce domaine, tout comme l’affaiblissement de taux marginaux supérieurs d’imposition sur le revenu, qui inciterait les dirigeants à négocier de fortes hausses de salaire. Dans le prolongement logique, Laurent Simula cherche à trouver des solutions efficaces pour taxer les ménages qui s’inscrivent respectivement dans les catégories des 10 %, 1 % et 0,1 % les plus riches. Il souligne tout d’abord la contrainte à laquelle doivent faire face les États dans leur politique fiscale à destination des 1 % les plus riches : le contexte étant propice à la concurrence fiscale entre pays, les États perdent ces contribuables riches et assez mobiles lorsqu’ils élèvent leur taux d’impôt sur les revenus. La taxation du patrimoine des plus riches pose aussi des difficultés. Constatant la faible contribution de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) à la progressivité du système fiscal (l’ISF ne représente que 1,6 % des recettes de l’État), l’auteur examine des pistes qui permettraient d’augmenter la fiscalité sur les patrimoines des plus riches. Pour ce faire, il mêle avec aisance données empiriques et théorie économique. Bien que le patrimoine des plus riches dépende largement de la valeur des entreprises, il semble peu réaliste d’accroître la fiscalité sur les entreprises à l’heure où les pays sont plutôt engagés dans une course au moins-disant concernant les taux d’imposition sur les sociétés. Par ailleurs, taxer la propriété immobilière n’apparaît pas non plus comme la solution miracle puisque l’impôt sur la propriété est pour une large part reporté sur les locataires, qui n’appartiennent pas nécessairement aux franges les plus favorisées de la population. Enfin, la possibilité d’augmenter les impôts portant sur l’héritage et les donations, qui sont source de transmission intergénérationnelle des inégalités, est examinée. Cependant, l’auteur met en garde contre les effets potentiellement pervers d’une telle mesure sur l’accumulation de capital et sur la croissance ; c’est pourquoi il appelle à mettre en place très progressivement cette augmentation pour en évaluer l’impact.

4Enfin, une troisième série d’articles met en avant les exigences écologiques et les interrogations sur la pertinence des indicateurs de prospérité. Éloi Laurent expose les limites de l’indicateur traditionnel de prospérité, le produit intérieur brut (PIB), pour la mesure du bien-être effectif des populations. Sa contribution souligne l’importance de la santé dans le bien-être, et souligne la dégradation de l’état de santé d’une partie importante de la population américaine ces quinze dernières années. Quelques indicateurs mis en place par les institutions internationales pour mesurer le niveau de santé des populations sont ensuite détaillés. Enfin, l’auteur rappelle que la prospérité doit s’envisager dans la durée, ce qui l’amène à traiter de la soutenabilité environnementale du développement économique. L’utilisation stimulante de « l’empreinte matérielle », qui consiste à comptabiliser « non seulement les biens manufacturés et agricoles, mais aussi les ressources naturelles qui ont été nécessaires pour leur production » (p. 44), montre que l’idée d’un découplage entre le développement économique et la consommation de matières premières est un « mirage ». En suivant le mode de calcul actuel, chaque Français émet en moyenne 7,7 tonnes équivalents CO2 par an, tandis que si l’on intègre le CO2 émis par l’exploitation des ressources naturelles nécessaire à la production des biens de consommation, l’empreinte carbone augmente d’un tiers, atteignant 11,6 tonnes. Ainsi, alors que selon le mode calcul officiel « les émissions sur le territoire national ont baissé de 10 % depuis 1990, […] les émissions liées à la consommation des Français ont augmenté de 11 % sur la même période, renversant l’apparente bonne performance climatique du pays » (p. 44). Dans un autre article, Sylvie Faucheux et Marti O’Connor rappellent que le développement ne peut être soutenable que si les générations actuelles transmettent un stock de capitaux (naturel, humain, social et physique) suffisant pour répondre aux besoins des générations futures. Ils préconisent dès lors de concilier la création de revenus et d’emplois avec la préservation des différents capitaux, notamment en multipliant des emplois dédiés à l’entretien des actifs environnementaux.

5Le lecteur trouvera donc dans ce dossier des articles traitant d’une grande diversité de thèmes. Offrant un bon équilibre entre références théoriques et données empiriques, ce numéro des Cahiers français permet d’alimenter une réflexion féconde.

Inicio de página

Notas

1 Shapiro Carl et Stiglitz Joseph, « Equilibrium unemployment as a Worker Discipline Device », American Economic Review, vol. 74, n° 3, 1984, p. 433-444.

2 De Soto Hernando, Le mystère du capital : pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs, Paris, Flammarion, 2005 [2003].

3 Rosen Sherwin, « The economics of superstars », American Economic Review, vol. 71, n° 5, 1981, p. 845-858.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Edouard Couëtoux, « Markus Gabel (dir.), « Richesse et prospérité », Cahiers français, n° 400, 2017 », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 10 febrero 2018, consultado el 20 febrero 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24192

Inicio de página

Redactor

Edouard Couëtoux

Professeur agrégé de Sciences économiques et sociales.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página