Navigation – Plan du site
Le devoir et la grâce

Le devoir et la grâce

Cyril Lemieux, Le devoir et la grâce, Économica, coll. « Etudes Sociologiques », 2009, 246 p., EAN : 9782717857146.
Notice publiée le 16 décembre 2009

Présentation de l'éditeur

En s'abritant derrière l'argument du relativisme culturel et de l'historicisme, les sciences sociales ont abandonné l'ambition d'explorer ce qui fait l'unité de l'homme. Elles ont aussi laissé les versions les plus réductionnistes des neurosciences et des sciences cognitives, ainsi que les approches évolutionnistes d'inspiration néo-darwinienne, s'ériger en seuls et authentiques garants de l'universalisme. Ce livre envisage la possibilité de défendre à nouveau des positions anti-relativistes et universalistes dans des disciplines telles que la sociologie, l'anthropologie ou l'histoire. Il soutient que la notion de grammaire et son pendant méthodologique, l'analyse grammaticale de l'action (consistant à appréhender toute action sous l'angle de son rapport à des règles), offrent les moyens d'y parvenir. L'approche grammaticale conduit en effet à reconnaître l'existence, aux yeux des acteurs engagés dans toute situation sociale, de référents matériels du sens de leur action, qui se présentent à eux sous la forme d'un devoir à accomplir ou d'une grâce accordée par autrui. La prise en considération de ces référents communs permet d'apprécier à la hausse le pouvoir de compréhension des sciences sociales mais aussi de réaffirmer leurs capacités prédictives et de refonder leur droit à formuler des critiques politiques. Elle invite également à considérer sous un jour nouveau des notions comme " rationalité ", " inconscient " ou " disposition ", dont ces sciences ne pourraient que difficilement se passer.

Haut de page