Navigation – Plan du site

Jean-Michel Berthelot, Cécile Collinet, Olivier Martin, Savoirs et savants. Les études sur la science en France

Mathieu Quet
Savoirs et savants
Jean-Michel Berthelot, Cécile Collinet, Olivier Martin, Savoirs et savants. Les études sur la science en France, Presses universitaires de France, coll. « science, histoire et société », 2005, 282 p., EAN : 9782130545231.
Haut de page

Texte intégral

1Avec ce livre, Jean-Michel Berthelot, Olivier Martin et Cécile Collinet se sont d'abord donné pour objectif d'établir une cartographie des études sur la science en France. Ce domaine d'étude, des plus éclatés, constitue par ailleurs un objet riche d'enseignements pour les auteurs, qui contribuent ainsi à une définition affinée des champs scientifiques. Ils présentent tout d'abord les caractéristiques de champ des études sur la science (en prenant pour objet les études menées en philosophie des sciences, histoire des sciences, sociologie des sciences). Puis ils tentent de comprendre les déterminants qui permettent à ces études de constituer un champ. Cela leur permet enfin de définir certains principes généralisables d'organisation des champs scientifiques.

2Le premier chapitre revient sur le développement de l'activité scientifique en France au XXème siècle (évolution démographique, structuration institutionnelle, rôle social) avant d'offrir un rapide aperçu des étapes de la constitution du champ, préalable nécessaire à une étude plus approfondie. Les chapitres 2 et 3 démontrent que, malgré leur apparent éclatement, les études sur la science présentent les propriétés d'un champ : autonomie relative, acteurs, institutions et productions spécifiques. Pour ce faire, les auteurs ne réduisent pas l'analyse aux institutions identifiées comme telles (laboratoires, organismes de tutelle). Ils tentent au contraire de répertorier la multiplicité d'instances qui jouent un rôle dans la constitution du champ : disciplines et formations, associations, paysage éditorial, etc. Cela permet, d'une part, d'observer l'existence d'un certain nombre d'institutions régulatrices plus ou moins solides, et de normes hiérarchiques (par exemple : pouvoir de régulation de la discipline philosophique sur le champ par rapport aux autres disciplines). D'autre part, les auteurs parviennent ainsi à ne pas donner un poids illusoire à ces structures : l'hétérogénéité des disciplines et des parcours de recherche, l'absence d'un organisme de surplomb unifiant le champ, entraînent une certaine fragilité, ainsi qu'une unité toute relative des études sur la science. Mais ce qui pourrait être perçu comme une faiblesse est aussi l'occasion pour les acteurs du champ de ménager de nombreux espaces d'autonomie.

3Les chapitres 4 et 5 tentent quant à eux de saisir les déterminants qui permettent au champ d'exister en tant que tel : quels sont les dispositifs concrets de recherche qui le protègent de l'atomisation ? Quelles sont les décisions institutionnelles qui lui permettent de se développer ? Dans un premier temps, le rôle des initiatives individuelles est mis en lumière (réseaux relationnels, opportunités, séminaires, micro-équipes). L'engagement personnel est décisif : certains acteurs concentrent les fonctions et donc les pouvoirs régulateurs, créant ainsi des points de convergence. Mais les initiatives individuelles ne peuvent prendre un sens et un poids historiques que dans la mesure où d'autres acteurs les interprètent, les font perdurer. Il est donc nécessaire que les réalisations individuelles fassent l'objet d'une réappropriation par des acteurs collectifs ou institutionnels : d'où l'intérêt d'observer l'évolution des cadres disciplinaires et des programmes de recherche. Dans un second temps, c'est le parcours inverse qui est effectué : certaines inflexions majeures de la structuration du champ sont la conséquence de politiques publiques ou de décisions institutionnelles qui lui sont extérieures. De même, l'internationalisation du travail de recherche amène certains organismes supranationaux à jouer un rôle dans le développement du champ (OCDE par exemple) et impose de prendre en compte le rayonnement des laboratoires et des chercheurs, leurs relations avec l'étranger.

4Au terme de cette recherche, les auteurs établissent cinq éléments constitutifs d'un champ scientifique : un cadre institutionnel préalable favorable, un dispositif de connaissances préexistant, l'engagement individuel des acteurs, la possibilité de développer des microstructures de recherche au sein des cadres institutionnels, la convergence des intérêts de connaissance avec une demande sociale, implicite ou explicite. La notion de « dispositif de connaissances » demande quelques précisions. C'est l'ensemble des pratiques matérielles et symboliques : connaissances, schèmes, méthodologies qui contribuent à la spécification de la population du champ.

5La grande force de cet ouvrage est de se pencher sur un champ hétérogène, à l'existence problématique. Cela a deux conséquences importantes. Tout d'abord, il était nécessaire de présenter le paysage des études de science françaises, autrement qu'à travers ses productions épistémiques. Une telle approche conduit bien souvent à mettre en valeur les individus (et en particulier, certains chercheurs dominant le champ) au détriment de la structure générale du champ. Berthelot, Martin et Collinet s'attèlent au contraire à une description globale, qui tient compte de la variété des « lieux » et des dispositifs de production du savoir sur les sciences. Savoirs et savants constitue ainsi une lecture nécessaire pour tout entrant dans le champ des études de science. Mais l'ouvrage ne se réduit pas à un recensement des acteurs du champ, et c'est là la seconde conséquence du choix de l'objet : en analysant les études de science, dont l'existence en tant que champ est problématique (hétérogénéité des acteurs, peu de controverses transversales), les auteurs se donnent les moyens de saisir une unité là où l'atomisation semble régner. Ils donnent ainsi à la dimension réflexive de leur étude une réelle portée théorique. La notion de dispositif de connaissances, en particulier, mérite d'être discutée plus amplement, et confrontée à d'autres concepts qui semblent s'en approcher, comme la notion de « styles de raisonnement » de Ian Hacking. Là où l'outillage décrit par Hacking est mental, il semble que le dispositif de connaissances rassemble des outils hétérogènes mais plus aisément saisissables empiriquement. Les deux concepts ne présentent-ils pas une certaine complémentarité ? Savoirs et savants contribue ainsi de façon intéressante à l'étude des sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Jean-Michel Berthelot, Cécile Collinet, Olivier Martin, Savoirs et savants. Les études sur la science en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 26 janvier 2006, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/260

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page