Navigation – Plan du site

Yves Alpe, Alain Beitone, Christine Dollo, Jean-Renaud Lambert, Sandrine Parayre, Lexique de sociologie

Sylvia Girel
Lexique de sociologie
Yves Alpe, Alain Beitone, Christine Dollo, Jean-Renaud Lambert, Sandrine Parayre, Lexique de sociologie, Dalloz-Sirey, coll. « lexiques », 2005, 329 p., EAN : 9782247063093.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Trésor de la langue française informatisée : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

1De manière très pragmatique, un lexique a une fonction bien précise, il présente l'« ensemble des mots utilisés par un groupe social ou professionnel [les sociologues], propres à une technique, une science [la sociologie], une corporation »1 et se donne donc pour objectif de définir précisément chacun des mots qui composent cet ensemble afin d'éclairer le lecteur sur sa signification. En l'occurrence, on attend d'un lexique de sociologie qu'il fournisse les définitions nécessaires à la compréhension des concepts et notions propres à la discipline ou qu'il précise le sens particulier que la discipline accorde à des termes qu'elle partage avec d'autres disciplines ou avec le vocabulaire courant. Dès lors, en rendre compte, ce peut-être mesurer sa congruence au regard de ces objectifs et notamment pour ceux auxquels il s'adresse en première intention : les étudiants. Partant de là, c'est à une lecture critique qu'on peut se livrer, en croisant deux points de vue, celui - atteignable par empathie - du lecteur lambda qui découvrirait ce vocabulaire, celui du lecteur expert en tant que sociologue, et parcourir l'ensemble des définitions en s'interrogeant sur les atouts et les limites de l'ensemble.

2Les atouts sont nombreux, et ce lexique vient compléter un domaine qui comptait de nombreux dictionnaires mais pas de lexique au sens propre du terme. Le premier atout est « formel », il correspond au double système de renvoi mis en place : dans le corps de texte de chaque définition, les mots qui font eux-mêmes l'objet d'une définition, sont signalés visuellement (rouge, souligné) et les thèmes associés sont listés à la fin de la définition, facilitant ainsi le passage d'une définition à une autre et rendant plus aisé le processus d'appropriation de termes dont le sens se construit bien souvent de manière interdépendante. Un second atout, correspond au style simple et accessible, sans que rien ne soit concédé à la complexité de la pensée sociologique. Enfin un autre atout peut être mis en avant, qui renvoie à « l'amplitude » de ce lexique qui couvre à la fois les aspects théoriques, méthodologiques et thématiques du vocabulaire sociologique, permettant d'appréhender les très nombreux termes qui caractérisent la pensée mais aussi la pratique du sociologue.

3Les limites, j'en formulerai deux, qui se nourrissent de mon expérience personnelle plus que d'une démarche empathique envers les étudiants. La première, concerne l'absence de certains termes qu'on est amené à employer dès lors qu'on aborde certains courants sociologiques et certains auteurs, parmi les indispensables je pense à « cognitif », « subjectivité » (alors qu'on trouve la définition d'objectivation et d'objectivité, seule subjectivation est explicité), « intersubjectivité », « dialectique », « heuristique », « analyse de contenu », etc. D'autres aussi pourraient figurer, mais c'est peut-être plus une question de choix, je pense à « populisme », « misérabilisme », « empathie », « sociolinguistique », etc. La deuxième limite, renvoie à ce que j'appellerai une inégalité de traitement de certaines thématiques, très certainement inhérente à la nature de ce type d'écrit, et je prêcherai ici pour ma paroisse, accessoirement pour celles des autres, pour dire que si la sociologie de l'âge est largement développée, comme la sociologie de la jeunesse, en revanche la sociologie des arts et de la culture fait figure de parent pauvre, quant à la sociologie de la santé elle est absente ; on retrouve cette même inégalité au niveau de concepts précis, la démocratisation de l'enseignement figure en bonne place, mais quid de la démocratisation de l'art.

  • 2 Détrie C., Siblot P., Verine B., Termes et concepts pour l'analyse du discours, Une approche praxém (...)

4Ces limites - pointées plus pour permettre un enrichissement lors d'une prochaine mise à jour du lexique que pour y chercher des failles, parce que l'exercice est facile dès lors qu'on est soi-même spécialiste d'un thème, d'un courant et qu'on cherche les termes spécifiques - sont finalement un indicateur : elles renvoient à la richesse et la diversité actuelle du vocabulaire sociologique qui ne permettent pas d'appréhender de manière exhaustive tous les termes. Si la solution aurait pu être de s'en tenir aux concepts et notions spécifiquement sociologiques, excluant les termes importés d'autres disciplines ou ceux du vocabulaire courant, les auteurs de ce lexique ont privilégié une autre logique, ouverte, qui permet d'envisager des rééditions actualisées et augmentées : « Le lexique n'est pas une nomenclature de dénominations qui désigneraient les mêmes êtres et les mêmes objets à travers le monde, le temps, les milieux sociaux... Il est la sommation d'actes de parole conjoncturels, d'actes de nominations [...] [dans lesquels] s'expriment des points de vue, par définition relatifs, et dont la relativité linguistique constitue un des aspects »2.

Haut de page

Notes

1 Trésor de la langue française informatisée : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

2 Détrie C., Siblot P., Verine B., Termes et concepts pour l'analyse du discours, Une approche praxématique, Paris, Champion, 2001, p. 140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Girel, « Yves Alpe, Alain Beitone, Christine Dollo, Jean-Renaud Lambert, Sandrine Parayre, Lexique de sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 26 février 2007, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/376

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page