Navigation – Plan du site

Thomas Morinière, Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes

Frédérique Giraud
Le théâtre des amateurs
Thomas Morinière, Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 2007, 222 p., EAN : 9782914968171.
Haut de page

Texte intégral

1Le théâtre des amateurs est le résultat d'une enquête ethnographique réalisée par Thomas Morinière dans une commune située à la périphérie de l'agglomération de Cholet, la Séguinière. Cette commune est le lieu de déploiement d'une pratique de théâtre amateur régulière, investissant les membres de la commune dans la réalisation de séance de variétés et dans la mise en scène de pièces de théâtre. A la Séguinière, l'activité théâtrale occupe tant les adultes que les enfants. Pour ces derniers, la pratique est plus encadrée, plus institutionnalisée, puisqu'elle prend effet dans le cadre de cours de théâtre.

2Lorsqu'on parle de théâtre, l'inclination première du sociologue est d'y réfléchir à partir d'une problématique de la domination culturelle tirée de la sociologie de Bourdieu. Ainsi lorsque Thomas Morinière, l'auteur de l'ouvrage assiste à la fin des vacances scolaires à une séance de variétés à la Séguinière, c'est en ces termes là qu'il analyse le spectacle qui lui est offert. Les membres de la commune sur scène n'hésitent pas à faire fi des injonctions de légitimité culturelle et leur spectacle lui semble témoigner d'un fort degré assumé d'autodérision. Cette séance de variétés est lue comme la mise à l'épreuve du modèle de la domination culturelle : les amateurs n'hésitent pas à s'exposer devant un public de connaissances, alors même que leur pratique peut passer sous le crible de l'indignité artistique et culturelle. C'est cette problématique que T. Morinière va abandonner pour lui préférer une analyse attentive à la scène locale de déploiement des pratiques de théâtre, au sens que revêt pour les acteurs leur pratique de théâtre amateur.

3Le premier chapitre de l'ouvrage invite à la lumière des analyses de Florence Weber sur la « bricole » ouvrière dans Le travail à côté. Etude d'ethnographie ouvrière (1989) à réfléchir sur le sens que prend l'activité de théâtre pour les praticiens amateurs de la Séguinière. L'emploi du terme théâtre est-il à même de rendre compte de l'expérience des amateurs ? Thomas Morinière montre bien que les enquêtés n'emploient pas le terme de théâtre pour parler de leur pratique, ou du moins ils ne lui accordent pas le sens de participation à une activité culturelle vécue sur le mode de la pratique légitime. En effet, pour les amateurs de la Séguinière, « faire du théâtre » c'est autant bricoler les décors, s'occuper de la lumière, vendre les places, c'est à dire s'occuper des tâches entourant l'activité théâtrale qu'elle-même, que la pratique théâtrale sur scène. On fait du théâtre pour participer à une activité associative, pour s'intégrer à un groupe. Les enquêtés parlent de leur pratique en évoquant l'ambiance des répétitions, des rencontres, la pratique se doit d'être ludique, gratuite. Ainsi les enquêtés ne vivent pas leur pratique de théâtre comme une pratique distincte, séparée de la vie de tous les jours. La pratique de théâtre se situe dans la continuité des pratiques ordinaires.

4Cette analyse très stimulante qui est développée dans le premier chapitre ouvre la porte à une compréhension attentive et détaillée des pratiques de théâtre des enquêtés dans le reste de l'ouvrage. Les autres chapitres sont à la hauteur de cette entrée en matière, qui laisse entrevoir la richesse que recouvre la notion de théâtre. Le deuxième chapitre est consacré à la présentation des activités de théâtre des enfants de la commune. Leur activité théâtrale est vécue sur un mode différent de la pratique adulte : elle prend effet dans des cours de théâtre et se distingue de la pratique plus ludique des adultes. Il a été fait appel à une animatrice dont la compétence est sanctionnée par un cursus scolaire. A la différence des enfants, les adultes refusent de devenir des élèves et de prendre des cours de théâtre, ils préfèrent l'entre-soi et le plaisir du jeu. L'école de théâtre est réservée aux jeunes. La succession de deux animatrices très différentes pour cette école de théâtre laisse apercevoir tous les enjeux d'une pratique de théâtre dans la commune de la Séguinière.

5Les chapitres suivants de l'ouvrage nous font pénétrer dans le monde de la pratique de théâtre adulte. Pour réfléchir à la pratique de théâtre, il peut être utile de renverser le problème et d'examiner quels peuvent être les obstacles à la pratique du théâtre en amateur. La pratique du théâtre en amateur, si elle échappe à l'épreuve de la domination culturelle, s'expose en revanche au regard des proches. La pratique de théâtre se situe dans le cadre des activités ordinaires, sur la même scène sociale. Participer au spectacle de variétés, faire rire c'est s'exposer devant des connaissances sous un jour nouveau, il s'agit de rompre les conventions des échanges quotidiens pour apparaître sur scène comme acteur ; investir le temps de la représentation le rôle du comique c'est se placer dans une position déviante par rapport à la vie de tous les jours et s'affranchir des attributs constitutifs de son identité sociale. Cette capacité à s'extraire du quotidien et à susciter l'approbation de son public, T Morinière l'appelle charisme.

6Le chapitre 4, intitulé Un jeu sur plusieurs scènes, revient précisément sur l'indistinction de la pratique de théâtre par rapport à d'autres activités quotidiennes, comme l'invite à penser le titre, à partir de l'idée que les dispositions acquises dans un domaine peuvent être exploitées, trasnférées d'un domaine à l'autre. Le chapitre procède par analyse de cas qui sont autant de schèmes d'interprétation de la pratique de théâtre amateur. Daniel vit par exemple sa pratique théâtrale comme le moyen de réinvestir des capacités inemployées dans son travail, Maryline investit la pratique amateur pour se défaire de l'interdit paternel de la pratique et reprendre à son compte l'héritage de pratique de sa mère...

7Le chapitre suivant revient sur l'histoire de la pratique de théâtre à la Séguinière et montre les conditions d'accès à la scène. Il existe comme l'indique le titre de ce chapitre des « règles locale de l'échange théâtral ». Les comédiens sont tenus de respecter un certain nombre d'injonctions des autres résidents de la commune. Les comédiens doivent faire plaisir, l'activité doit être vécue sur le mode du dévouement désintéressé et l'on regrette qu'un amateur puisse voir dans la scène locale le moyen de gagner un profit privé, c'est le cas par exemple de Jacky.

8L'ouvrage propose ensuite en annexe une autre étude de cas menée dans la commune de Vihiers afin de tester certaines des hypothèses développées dans l'analyse initiale. A ce titre, l'ouvrage est complet et très riche. On l'aura compris, Le théâtre des amateurs est un ouvrage motivant, remplissant dans une large mesure son objectif de faire voir l'activité de théâtre autrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Thomas Morinière, Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 17 septembre 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/459

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page