Navigation – Plan du site

Christian Baudelot, Roger Establet, Quoi de neuf chez les filles ?. Entre stéréotypes et libertés

Frédérique Giraud
Quoi de neuf chez les filles ?
Christian Baudelot, Roger Establet, Quoi de neuf chez les filles ? Entre stéréotypes et libertés, Nathan, coll. « L'enfance en questions », 2007, 141 p., EAN : 9782092780831.
Haut de page

Texte intégral

1Le nouveau livre du plus fameux tandem sociologique français s'inscrit dans la filiation ouverte par l'ouvrage pionnier d'Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, paru aux Editions des Femmes en 1974. En effet, Christian Baudelot et Roger Establet leur livre autour d'une question centrale : « Trente-cinq ans après la publication de Du côté des petites filles, où en sommes-nous ? ». La réponse est déclinée dans ce nouveau livre en huit chapitres assez courts, suivis des contributions de Colette Chiland, Catherine Marry et Joëlle Beaucamp. Tous les chapitres se décomposent en une suite de questions/réponses qui en facilitent la lecture et la compréhension.

2Le chapitre introductif de l'ouvrage, intitulé de façon explicite « Trente ans après Belotti », revient sur l'apport de l'ouvrage de cette psychologue italienne. Chez Belotti, on pouvait lire : « Tous les comportements de l'enfant sont, dès son plus jeune age, “lus” et interprétés différemment selon son sexe, par les adultes ». Quelles continuités peut-on observer ? Les petites filles sont-elles toujours traitées comme des petites filles, et donc différemment des petits garçons ? Belotti montrait que sans s'en rendre compte, les mères se comportent différemment, notamment dans les jouets qu'elles proposent, mais aussi dans leurs interactions verbales avec les filles et les garçons. On stimule davantage le comportement social des garçons que celui des filles, on les stimule plus sur le plan moteur : on les manipule avec plus de vigueur, on les aide à s'asseoir, à marcher, plus que quand il s'agit d'une fille. Pères et mères mettent en oeuvre des comportements différenciés selon les sexes : les pleurs d'un nourrisson sont interprétés en termes de colère si le bébé est présenté comme un garçon, en termes de peur s'il est présenté comme une fille. Qu'en est-il trente-cinq après ? Si la réponse est développée tout au long de l'ouvrage, ce premier chapitre vise d'abord à examiner les conditions méthodologiques de la possibilité de répondre à une telle question : a-t-on les moyens de faire la comparaison entre hier et aujourd'hui ?

3Le second chapitre revient sur une gageure de la sociologie : la notion de différences « naturelles ». Baudelot et Establet rappellent le débat sur le sexe du cerveau pour conclure sur les préjugés qu'incorporent ces notions. Les différences observées entre filles et garçons, notamment les différences de réussite scolaire, étudiées dans la suite du chapitre, relèvent de facteurs culturels et sociaux. Après l'école, le monde du travail : le chapitre intitulé « Quel avenir devant soi ? » étudie l'insertion des femmes dans le monde du travail. Si les médias mettent en avant les carrières spectaculaires de certaines femmes, un simple détour par les taux de féminisation des professions permet de rompre avec cette vision enchantée.

  • 1 S Vincent, Le Jouet et ses usages sociaux, La Dispute, 2001

4Le chapitre quatre revient sur la notion d'identité de genre. Comme le rappellent Baudelot et Establet, l'appartenance à un genre est une construction sociale. Ce chapitre est celui qui s'inscrit le plus directement dans la continuité de l'étude de Belotti, en reprenant aujourd'hui les constats déjà faits en 1974. Dans les maternités, à poids et à taille égaux, les garçons sont décrits par leurs parents et leurs visiteurs comme grands, tandis que les filles seront qualifiées de mignonnes, petites. Les jouets offerts aux filles et aux garçons diffèrent toujours grandement, comme l'avait montré S. Vincent1. Le chapitre interroge ensuite plus profondément cette question d'une sexuation des jouets et des livres et rappelle leurs usages différenciés selon les sexes.

5Quoi de neuf chez les pères ? Peut-on légitimement parler de nouveaux pères ? Le vocable recouvre-t-il une réalité sociologique ? Il apparaît en réalité qu'en fait de nouveaux pères, on a encore beaucoup à faire. Certes, les pères se sont associés à des tâches dans la prime enfance traditionnellement attachées aux femmes. Mais de là à conclure à une confusion des genres de la famille, le pas est grand. Il règne toujours dans la famille une division du travail entre les sexes. Le temps consacré aux activités domestiques reste bien différencié selon les sexes, et surtout les pères ont une « façon bien à eux, masculine de s'impliquer dans les jeux des enfants ». Aux mères sont réservées les soins aux enfants, quels que soient les niveaux économiques et le statut socioprofessionnel des parents. Les pères sont, quant à eux, plus engagés dans des activités ludiques. Les pères et les mères agissent différemment avec les enfants : aux mères les cajoleries, aux pères les activités de stimulation sociales et physiques. Les pères maintiennent une activité traditionnelle tout en s'impliquant davantage dans les soins aux enfants.

6Le chapitre intitulé « Les chemins de la liberté » étudie les différences d'entrée dans la sexualité des filles et des garçons, le rôle différencié selon les sexes des pairs. Il n'y a pas abandon des modèles masculins féminins et masculins même si on assiste à leur réinterprétation sur une base plus égalitaire. Au niveau des loisirs, les différences sont toujours étanches. A l'école, dont s'occupe le chapitre 7, les filles font mieux que les garçons.

7Pour finir, le chapitre 8 ne conclut pas à la réduction, la stabilisation ou à l'augmentation des inégalités entre hommes et femmes. « On enregistre des évolutions de vaste ampleur, des changements de moindre portée et des permanences significatives ». En effet, au vu des études citées, le constat ne peut qu'être nuancé. Faire nôtre ce constat en demi-teinte, voilà ce à quoi nous invitent Baudelot et Establet avant de céder la parole à d'autres intervenants dans les trois contributions qui complètent un ouvrage au total convaincant, mais qu'on aurait aimé plus détaillé, dans lequel aussi on aurait pu souhaiter pouvoir disposer d'une bibliographie plus fournie pour poursuivre l'exploration de cette question cruciale. Quoi de neuf chez les filles ? est un ouvrage grand public, mais qui satisfera aussi quand même le lectorat plus spécialisé, même s'il excite la curiosité sans toujours la satisfaire entièrement.

Haut de page

Notes

1 S Vincent, Le Jouet et ses usages sociaux, La Dispute, 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Christian Baudelot, Roger Establet, Quoi de neuf chez les filles ?. Entre stéréotypes et libertés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 22 octobre 2007, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/467

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page