Navigation – Plan du site

Alain Rallet, Fabrice Rochelandet (dir.), « Données personnelles et vie privée », Réseaux, n°167, 2011

Camille Dorignon
Données personnelles et vie privée
Alain Rallet, Fabrice Rochelandet (dir.), « Données personnelles et vie privée », Réseaux, n°167, 2011, Paris, La Découverte, ISSN : 9782707169020.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Les nouvelles frontières de la vie privée », Legicom n°43, Victoires Éditions 2009
  • 2  A. Türk, La Vie privée en péril. Des citoyens sous contrôle, Odile Jacob 2011

1Il y a trois ans, un colloque de Droit de la communication établissait d’autres « nouvelles frontières de la vie privée », en articulant droits de la personnalité et protection des données personnelles1. Le président de la CNIL, Alex Türk, estimait en avril dernier dans un ouvrage alarmant que la vie privée était en péril2. Entre temps, tout a été dit dans les médias : tour à tour les réseaux sociaux numériques (RSN) ont été encensés (au moment du printemps arabe), ou conspués (dès lors que l’utilisation de Facebook ou autre RSN se trouvait plus ou moins liée à des cas de violence voire de suicide, à des licenciements, et bien d’autres). Et les chercheurs ont eux aussi tenté, avec la finesse que permet l’analyse distanciée du quotidien, de comprendre les nouveaux phénomènes qui font cette communication 2.0 dont la caractéristique principale est l’indentification, celle-ci étant consubstantielle à l’idée même de RSN.

2La revue Réseaux y consacre son 167ème numéro : « Données personnelles et vie privée » est le titre choisi pour rassembler des contributions sociologiques et économiques en matière de communication des données personnelles. Ces dernières sont livrées par l’Homo numericus lui-même, qui utilise les RSN tout en appréhendant (parfois) les incidences de ladite utilisation.

3Tout l’intérêt de ce dossier spécial est résumé par Alain Rallet & Fabrice Rochelandet dans leur introduction générale : « La difficulté et la complexité de la société de surveillance tiennent au fait qu’elle est aussi une société de services ». Leur article, « La régulation des données personnelles face au web relationnel », montre l’actuelle impuissance de la régulation, c’est-à-dire l’inefficacité des trois modes de contrôle existants (normes réglementaires, régulation par le marché, autorégulation) à protéger les données personnelles des utilisateurs de RSN. Deux concepts développés par les auteurs semblent particulièrement intéressants : d’une part, l’idée d’« externalité boomerang », cette externalité qui comme son nom l’indique correspond à un retour négatif d’informations laissées par l’internaute lui-même, volontairement ou non ; d’autre part, le phénomène de la « fuite informationnelle », cette « impossibilité structurelle de confiner des informations au sein d’un périmètre défini au sein du web relationnel ».

4L’on pourrait penser que la solution viendrait de l’Europe, qui pourrait imposer ce que la Commission nomme un « haut standard », mais Béatrice Dumont pointe les limites de l’harmonisation communautaire. En commentant « La régulation à l’échelle communautaire », elle montre en effet que si l’Union Européenne a été plutôt réactive en 1995 lors de l’établissement de la première directive relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation des données (95/46/CE), il n’en a pas été de même par la suite : les modifications de la directive ont été faites au coup par coup de l’apparition de nouvelles technologies et en laissant une grande marge de manœuvre aux États membres, ce qui réduit d’autant le rapprochement des législations et encourage une certaine forme de « dumping ». Aujourd’hui, l’approche privilégiée par les Communautés est l’encouragement de la labellisation (i.e. les systèmes encourageant la vertu des opérateurs économiques), et de la « privacy by design » (i.e. le respect de la vie privée dès la conception – du logiciel, de l’appareil…). Conformément aux objectifs du traité, la directive vise la réalisation du marché intérieur autant que la protection des libertés, la compétitivité autant que la protection des données personnelles, c’est pourquoi les Communautés encouragent-elles le développement des « PETs » (Privacy Enhancing Technologies ou technologies respectueuses de la vie privée). Logiquement, cela devrait apparaître dans la prochaine révision de la directive, promise par la Commission pour 2012.

5Les trois articles suivants s’intéressent au « dévoilement » des individus : pourquoi et comment ces derniers oublient l’importance (même relative) qu’ils accordent à la protection de leurs données personnelles dans la mise en scène d’eux-mêmes ou d’un double.

6D’abord, Fabien Granjon s’attache aux stratégies identitaires, plus précisément aux aspects contradictoires de la recherche de reconnaissance en ligne en s’appuyant sur Axel Honneth in « De quelques pathologies sociales de l’individualité numérique ». Grâce à trois passionnantes études de cas, relevant de pathologies topiques (détectivisme, constructivisme, aliénation), on constate avec lui que les RSN mobilisent tellement la psychologie des sujets qu’il n’est guère étonnant que ceux-ci perdent de vue la protection de leur individualité, dont ils recherchent sur la toile l’existence et/ou la vérité.

7Ensuite, il y a un déplacement de champ : Alessandro Acquisiti se penche sur « Les comportements de vie privée face au commerce électronique ». Cet article est plus difficile d’accès que les autres car l’auteur, spécialiste d’économie comportementale, tente une modélisation du processus décisionnel des individus. Il montre que ceux-ci sont incapables de choix rationnels. L’article est complémentaire de la première contribution et du concept de fuite informationnelle immuable, puisque A. Acquisiti insiste sur l’idée que le temps passant, « la probabilité de garder une certaine information privée (…) dépendra aussi des efforts des autres parties pour s’approprier cette information ».

8Enfin, Caroline Lancelot Miltgen dans « Vie privée & Marketing » envisage la question du « dévoilement » dans un contexte marchand. Bien que des facteurs de prédisposition existent, il est possible selon l’auteur d’isoler quatre critères présidant à la décision, chacun marqué par la perception qu’en a le sujet : la sensibilité des informations demandées, la confidentialité des données, la pertinence de la sollicitation et la valeur de l’échange. Finalement, les individus sont tentés par la « monstration » ambiante tout en ayant envie d’anonymat, deux désirs qui sont de plus en plus contradictoires dans la mesure où la frontière entre les identités est de plus en plus poreuses.

9En conclusion : jusqu’ici, la vie privée relevait de la conquête des droits individuels. C’est ainsi que le mouvement d’extension de sa protection par le Droit était considéré comme une avancée des libertés personnelles. Alors que les individus définissent désormais eux-mêmes ce qui est public et ce qui est privé, en construisant de « nouvelles identités narratives » (Ricoeur) ou « écritures de soi » (Foucault), A. Rallet et F. Rochelandet estiment que ces déplacements par crises de la frontière de la vie privée sont des « phénomènes d’apprentissage et de probable convergence» tendant vers une nouvelle « norme sociale de vie privée à nouveau stabilisée et codifiable par le droit ». Et un nouveau contrôle social.

Haut de page

Notes

1  « Les nouvelles frontières de la vie privée », Legicom n°43, Victoires Éditions 2009

2  A. Türk, La Vie privée en péril. Des citoyens sous contrôle, Odile Jacob 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Alain Rallet, Fabrice Rochelandet (dir.), « Données personnelles et vie privée », Réseaux, n°167, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 juillet 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6047

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page