Navigation – Plan du site

Isabelle Paresys, Paraître et apparences en Europe occidentale. Du Moyen Age à nos jours

Frédérique Giraud
Paraître et apparences en Europe occidentale
Isabelle Paresys (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale. Du Moyen Age à nos jours, Presses universitaires du Septentrion, coll. « histoire et civilisations », 2008, 393 p., EAN : 9782859399962.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Institut de recherches historiques du Septentrion

Texte intégral

  • 1 http://zapparences.blogspot.com.
  • 2 http://apparences.revues.org.

1Le paraître, défini comme « le système résultant du travail des apparences », et les apparences, « l'ensemble des signes corporels et matériels perceptibles par les sens », sont des formes de communication non verbales, soumises au regard de l'autre, inhérentes au jeu social. L'apparence d'un individu fonde son identité sexuée, son appartenance à un groupe social et sa fonction. A la fois corporelle et matérielle, elle se manifeste par la tenue du corps, des gestes, des vêtures, des accessoires... L'apparence corporelle d'un individu se met en scène dans un cadre historique, social, matériel qui l'informe et la modèle. Paraître et apparence sont des constructions culturelles qui possèdent un poids fondamental dans la culture européenne occidentale. Tel est le point de départ du programme de recherche, qui a été mené, sous la direction d'Isabelle Paresys, en collaboration entre des enseignants-chercheurs du CRHEN-O (Lille 3) et du CEHVI (Tours). Il a donné lieu à des journées d'étude annuelles, ainsi qu'au livre présenté dans cette chronique. Ce programme de recherche se poursuit par ailleurs, puisque vous pourrez trouver sur le blog d'Isabelle Paresys1 un appel à contributions pour le colloque de 2009 intitulé « Cultures matérielles, cultures visuelles du costume dans les cours européennes (1300-1815) » ; de plus, une revue électronique, Apparence(s)2, existe sur ce même thème.

  • 3 Dont vous pourrez trouver un résumé sur le blog d'Isabelle Paresys

2Le livre Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Age à nos jours présente vingt-et-une contributions3 permettant d'aborder un large éventail de modes de paraître, du XIVe siècle à nos jours, grâce à la réunion, dans ce projet collectif, de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales : sémiologie, psychologie sociale, anthropologie, sociologie, histoire de l'art, littérature, philosophie,... Les chercheurs confrontent leurs regards, échangent des méthodes d'analyse autour de deux grandes thématiques. Dans la première partie, les auteurs questionnent différents signes et codes du paraître en relation avec l'âge, le sexe et la profession des individus. Plusieurs objets emblématiques sont par exemple étudiés : la coiffe de l'Alsacienne, les surtouts de table d'orfèvrerie, l'habit du dimanche. Par ailleurs, l'ouvrage replace ces analyses dans une perspective spatiale : la deuxième partie de l'ouvrage travaille précisément à la mise en exergue de la dimension spatiale, à travers, par exemple, l'étude des échanges de modes de paraître entre espaces.

  • 4 Goblot, Edmond, La barrière et le niveau. Etude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, (...)

3L'ouvrage ravira à coup sûr le sociologue. Au jeu des apparences et de la distinction, les études de ce riche ouvrage, n'ont rien à envier aux études sociologiques sur les classes sociales. Les contributions de l'ouvrage rappellent combien le fait de se vêtir est socialement déterminé. Jean-Paul Barrière, démontre combien le « Le paraître de la veuve » (pp. 75-97) fait l'objet de règles strictes. Le veuvage doit faire l'objet d'un affichage vestimentaire dont l'observance se doit d'être stricte : du noir, au gris en passant par la couleur parme. Des laps de temps bien définis organisent la représentation du deuil. Robert Beck, dans le chapitre « Paraître dominical et jeu des apparences » (pp. 59-72), rappelle combien le fait de s'endimancher devient progressivement la vertu des petites gens, et matérialise l'affranchissement temporaire des contraintes du travail. Le dimanche constitue un moment d'ostentation vestimentaire, qui offre aux classes populaires, un espace d'émancipation. De nombreux écrits émergent pour souligner le risque qu'il y a pour un bourgeois à ne plus pouvoir être reconnu comme tel. L'habit parce qu'il descend dans la structure sociale ne distingue plus. Or, telle était bien sa fonction initiale, ainsi que le rappelle E Goblot4. Si l'habit ne distingue plus par sa présence, il faut trouver un nouveau moyen de distinction. Devant le jeu dangereux du mimétisme, aristocrates et bourgeois boudent le paraître dominical, afin de se préserver des espaces et des temps de paraître bien à eux, par exemple le jeudi.

4Benoist Pierre dans « L'habit fait-il le moine ? » (pp. 151-164), revient sur la façon dont les nouveaux ordres religieux, issus de la réforme, déploient des signes identitaires vestimentaires pour répondre aux critiques qui se sont développées au tournant des XVe et XVIe siècles contre l'apparence des religieux(ses). L'habit monacal va devenir un des aspects centraux de la Réforme. Pour retrouver la pauvreté évangélique, les Capucins italiens, prônant la désappropriation des biens terrestres,et choisissent un habit composé d'une pièce d'étoffe sobre. L'habit du moine revêt donc un sens profond, il classe, distingue.

5Catherine Denys s'interroge sur les implications de l'uniforme policier sur les pratiques professionnelles dans « De l'habit rayé du sergent à l'uniforme du policier ? », (pp. 165-179). L'apparence des policiers ne se résume pas à un simple choix esthétique. L'auteure montre que dans les villes des anciens Pays-Bas au XVIIIe siècle, les autorités communales s'interrogent sur les signes qui doivent distinguer les sergents de police. Si la préférence va en faveur des habits aux couleurs de la ville et d'une police ostentatoire, une tendance se fait jour en faveur d'une police en civil, parce que plus discrète et plus efficace.

  • 5 Mitterand, Henri, Zola. Tome II. L'homme de Germinal, Fayard, 2001

6Antoine Destemberg se demande comment pourquoi les universitaires médiévaux ont développé une culture du paraître dans « Le Paraître universitaire médiéval », (pp. 133-149? Dans la société médiévale, il convient de paraître selon son honneur, gestes et vêtements doivent donc affirmer le statut et le rang social de la personne. Ainsi pour le milieu universitaire, les vêtements concourent à leur reconnaissance identitaire comme intellectuels. Manuel Charpy dans «Amateurs, collectionneurs et chineurs parisiens au XIXe siècle », (pp. 369-389) dévoile, au XIXe siècle le goût de la bourgeoisie pour les meubles anciens, les tableaux, les estampes. Dans un siècle épris d'histoire, les antiquaires proposent une réserve inépuisable de signes du passé. L'engouement est sans limite pour les objets anciens, exotiques et rustiques, autant d' « ailleurs » qui font rêver. Henri Mitterrand5, rappelle dans sa biographie de Zola, que gagné par l'aisance financière, le romancier remplit sa maison de vieux meubles. Alexandrine Zola, la femme d'Emile, est chargée de la décoration intérieure de la maison. Puisque les Zola ne sont pas des héritiers, comme Flaubert, Goncourt, Manet, le ménage achète, chez des antiquaires, des vieux meubles, pour s'inscrire dans la bourgeoisie assise. « Cet écrivain, si farouchement moderne, se logeait dans le Moyen Âge vermoulu qu'il rêvait d'habiter à quinze ans. Comme excuse, il disait en riant que les beaux meubles d'aujourd'hui coûtaient trop cher, tandis qu'on arrivait tout de suite à de l'allure et à de la couleur, avec des vieilleries, même communes, Il n'avait rien du collectionneur ».

7Au-delà des anecdotes captivantes sur les coiffes alsaciennes, le paraître des domestiques philippines..., l'objectif de l'ouvrage, et plus largement de ce programme de recherche est d'appréhender le paraître et les apparences comme un ensemble cohérent, voire un système, alors que ses manifestations sont protéiformes. Au final, ce livre satisfera à la fois l'historien et le sociologue, l'amateur d'anecdotes historiques et le théoricien.

Haut de page

Notes

1 http://zapparences.blogspot.com.

2 http://apparences.revues.org.

3 Dont vous pourrez trouver un résumé sur le blog d'Isabelle Paresys

4 Goblot, Edmond, La barrière et le niveau. Etude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, 1925

5 Mitterand, Henri, Zola. Tome II. L'homme de Germinal, Fayard, 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Isabelle Paresys, Paraître et apparences en Europe occidentale. Du Moyen Age à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 22 mai 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/604

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page