Navigation – Plan du site

« Le football a-t-il encore un avenir à Nantes ? », Place publique, n°28, juillet-août 2011

Igor Martinache
Le football a-t-il encore un avenir à Nantes ?
Thierry Guidet (dir.), « Le football a-t-il encore un avenir à Nantes ? », Place publique, n°28, juillet-août 2011, 160 p., Association mémoires et débats, ISBN : 9782848091716.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Adjectif homogénéisant qui renvoie à des imprimés de natures très diverses, tant dans leur contenu (...)
  • 2  Voir par exemple le dossier « L'empire du foot » publié en juin 2010 sur La Vie des idées : http:/ (...)
  • 3  Les Intellectuels, le peuple et le ballon rond, Paris, Climats, 1998.
  • 4  Le football, ombre et lumière, Paris, Climats, 1995
  • 5  Traîtres à la nation, Paris, La Découverte, 2010, recensé par Julien Bertrand : http://lectures.re (...)

1Dans l'espace des revues, Place publique se classerait parmi les revues de l'espace. Plus exactement du territoire de l'agglomération de Nantes-Saint-Nazaire. Cela ne signifie pas seulement qu'il s'agit d'une publication « locale »1, mais aussi qu'elle prend le « local » pour objet dans sa dimension matérielle autant que symbolique. Une remarque liminaire pour justifier l'embarras qu'il peut y avoir à en rendre compte ici, dans la mesure où il ne s'agit pas d'une revue de sciences sociales à proprement parler. Ce qui ne veut pas dire évidemment que son contenu ne présente aucun intérêt pour les disciplines en question, au contraire. Le dossier central traite en effet du football, qui fait partie de ces objets aussi socialement centraux que difficile à analyser avec une relative distance du fait des passions contradictoires qu'il ne manque pas de susciter2. Le petit essai de Jean-Claude Michéa3 et le texte d'Eduardo Galeano4 sur lequel il rebondit, mais aussi, dans une certaine mesure, le récent ouvrage de Stéphane Beaud5 où celui-ci propose une analyse de la « grève » de l'équipe de France masculine lors de la dernière coupe du monde en Afrique du Sud, illustrent ainsi cette difficulté pour l'intellectuel à laisser le passionné qui est en lui au vestiaire.

  • 6  « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales. Retour critique s (...)

2De ce point de vue, le présent dossier vient lui-même, en partie involontairement, résumer ce mixte  de croyances investies dans le ballon rond. On notera ainsi d'emblée l'ambiguïté de son titre : de quel « football » parle-t-on : le plus haut niveau qui s'objective dans le palmarès, ou un jeu « authentique », porteur d'un certain nombre de valeurs à la fois spécifiquement locales et universelles ? A moins qu'il ne s'agisse des deux à la fois, une combinaison improbable qu'aurait incarné le Football Club de Nantes de la « grande époque » - ou plutôt des « grandes époques » (8 fois champion de France de 1ère division entre 1965 et 2001) ? Une telle alliance entre performances et valeurs – que les Canaris ne sont pas les seuls à représenter- serait ainsi devenue impossible du fait de la marchandisation continue qui a affecté les structures de ce sport, et dont l'arrêt Bosman de 1995, qui a fait sauter toute limitation au recrutement de joueurs étrangers communautaires par les clubs européens, constitue pour beaucoup le point de non-retour. Cette idée selon laquelle le règne du tout-argent aurait balayé l'âge d'or d'un sport « sain » enraciné localement et porteur d'une cohésion sociale forte constitue cependant un mythe mobilisateur fort davantage qu'une simple description des transformations de son organisation. Mythe ici au sens non pas d'une idée fausse, mais d'« une croyance vraisemblable et infalsifiable, car reposant sur des tenants et aboutissants étrangers à la raison scientifique comme à l'expérience pratique » comme l'ont rappelé récemment deux politistes sur un tout autre sujet – encore que- à la suite des analyses de Paul Veyne sur le rapport des « Grecs » de l'Antiquité à leurs propres mythes6. C'est ainsi qu'une association intitulée A la nantaise – dont le président, Florian Le Teuff est ici brièvement interviewé - s'est constituée pour « bâtir un club différent » en mai 2010 et fédère déjà presque 1 900 membres – dont certains chercheurs ! Sa démarche révèle une fois de plus l'ambiguïté du rapport aux transformations des structures du football puisqu'il s'agit d'attirer un « investisseur d'envergure » pour « réinventer » le FC Nantes en « promouvant son identité historique et culturelle » - « il faut que tout change pour que rien ne change » comme disait Tancredi dans Le Guépard de Lampedusa...

  • 7  Et qu'entretiennent ainsi dans des logiques différentes une élue locale et le « collectif 3011 » - (...)

3Même ambiguïté dans le texte de Philippe Diallo. Et pour cause, celui-ci est directeur général de l'Union des clubs professionnels de football. Bien informé (heureusement) son article fournit une série de données utiles pour cadrer les transformations économiques à l’œuvre dans l'élite, elle reflète en même temps bien le dilemme des plus « gros » clubs hexagonaux, dont les dirigeants- et nombre de supporters- déplorent les faiblesses financières relativement à leurs homologues espagnols, italiens ou britanniques, et en même temps leur « solidité » sur ce plan, ayant évité l'endettement effréné de ces derniers, révélé par la « crise » en cours. Les préconisations que ce dernier émet en écho à d'autres reflètent elles-mêmes ses objectifs contradictoires ainsi qu'un certain nombre de croyances – comme celle, largement partagée par nombre de responsables politiques actuels-, que construire de plus grandes enceintes attirera mécaniquement davantage de publics, ou que le football est « facteur d'intégration, de promotion sociale et un des lieux privilégiés de l'apprentissage de la citoyenneté » - autre lieu commun particulièrement instrumentalisé politiquement7. Deux autres contributions suggèrent elles aussi cette idée de déclin : celle de François Prigent, qui revient sur l'histoire des principaux clubs bretons, et les rivalités indissociablement sportives et sociales qui les opposent, et surtout celle de Matthieu Le Crom, qui livre un récit de la « chute sans fin » du club, sans en livrer de réelle analyse structurelle.

  • 8  Sur ce thème, voir notamment Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger. La conditio (...)
  • 9  Au titre lui-même ambigu : « football et identité urbaine : la fin d'une époque », ce qui ne veut (...)
  • 10  Voir « Celtic et Rangers. Les Irlandais de Glasgow », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, (...)
  • 11  Voir sur le sujet notamment les travaux de Ludovic Lestrelin à propos des supportes de l'Olympique (...)

4Pour nuancer le tableau, on se bornera à rappeler que l'âge d'or, souvent associé à l'amateurisme, n'était comme souvent pas aussi doré, et laissait libre cours – comme toujours aujourd'hui dans les divisions inférieures comme dans la plupart des autres disciplines sportives- à une domination paternaliste des dirigeants d'autant plus inavouée que ces derniers sont eux-mêmes « bénévoles »8, et qu'il s'agit ainsi d'être davantage attentif aux rapports de force concrets entre joueurs et organisateurs du spectacle sportif de tous ordres, hier comme aujourd'hui. Et plus qu'une rupture du lien entre les clubs et l'environnement local, c'est davantage à une recomposition de celui-ci que l'époque actuelle a entraîné, comme l'analyse Christian Bromberger dans son article9 revenant notamment sur ses enquêtes ethnographiques auprès de supporters de Naples, Turin ou Marseille, mais aussi sur le fameux travail de Bill Murray sur l'opposition entre les deux équipes de Glasgow, le Celtic catholique et les Rangers protestants10. Se sont ainsi développées dans le même temps des pratiques de « supporterisme à distance » où les fans sont capables de couvrir des milliers de kilomètres pour assister aux matches de leur équipe...à domicile11. Ce que les dirigeants du club de Manchester United – précurseurs récurrents du «  football business », entre autres, ont bien compris, en essaimant les bases de supporters aux quatre coins du monde, via le recrutement de joueurs étrangers, mais aussi l'organisation de « tournées » qui favorisent ses ventes de produits dérivés, magazine du club en tête, comme le relate ici Claude Boli.

  • 12  Le football professionnel à la française, Paris, PUF, 1999
  • 13  Ces transformations des modes de formation – et plus largement de socialisation professionnelle- s (...)
  • 14  Voir son site : http://www.wearefootball.org
  • 15  Voir son site : http://www.sofoot.com

5La clé du dossier, autrement dit les ressorts de cette croyance d'une authenticité perdue qui s'incarnerait ici (ou plutôt là-bas...) dans le « jeu à la nantaise », est livrée par les sociologues Jean-Michel Faure et Charles Suaud, auteurs d'un ouvrage de référence sur l'organisation du football professionnel français12. Rappelant notamment que loin d'incarner un petit Poucet, le FCN au faîte de sa gloire figurait parmi les trois clubs les plus riches du pays, ils montrent surtout comment la « perte de la croyance » dans le club découle des évolutions de sa gestion mise en regard avec celles des structures organisationnelles de ce sport. Analysant les luttes internes pour la définition de la « bonne gestion », ils montrent également le rôle décisif de la formation dans celle des clubs. Ainsi, paradoxalement, l'obligation pour chaque club d'abriter un centre de formation à partir de 1982 a autonomisé cette activité au sein des clubs, désolidarisant les joueurs du club et de la ville pour les ériger en quelque sorte en marchandises du point de vue du club, et en sorte de professionnels libéraux du point de vue de ces derniers, désormais libres d'aller se faire employer par le plus offrant, et ce de plus en plus jeune13. Club en pointe de la formation, le FC Nantes a ainsi été en quelque sorte victime de son succès en ce domaine. Concluant leur article sur l'émergence de l'association « A la nantaise » – que l'on peut également rapprocher de l'émergence d'autres « entreprises » analogues comme l'association « We are football »14 ou le mensuel So foot15-, ils notent que celle-ci est majoritairement composée d'adhérents détenteurs d'un certain capital culturel (57% ont effectué des études supérieures)  et expliquent comment ceux-ci parviennent ainsi à jouer sur les « deux corps » du club – réel et idéalisé, autrement dit sportif et symbolique. On pourrait plus largement se demander si un tel rapport « culturalisé » au football ne constituerait pas une sorte de « retournement du stigmate », permettant non seulement d'assumer sa passion pour une pratique et un spectacle associés aux milieux populaires, mais d'en tirer des profits distinctifs. Il ne s'agirait pas pour autant d'y déceler un opportunisme, et comme le relèvent Jean-Michel Faure et Charles Suaud, la plupart des membres d' « A la nantaise » sont supporters de longue date du club.

6A noter également dans ce numéro un article de Luc Douillard qui « s'amuse » à tester le nouvel outil de Google, le « Books Ngram Viewer »16, qui permet de visualiser la fréquence d'utilisation d'un mot ou d'une expression au fil des ans (depuis 1500 !) dans un vaste corpus de livres et en montre au passage quelques limites ; un autre de Sébastien Richez sur la construction progressive de l'adresse postale qui vient en quelque sorte prolonger les (riches) travaux sur l'identification des personnes17 - on pourra simplement regretter que celui-ci n'approfondisse pas la question qu'il pose justement en conclusion, concernant la nature du bien que représenterait l'adresse : celle d'un bien public ou d'un bien marchand ? Enfin, illustration encore des ambiguïtés qui traversent le monde universitaire, lui aussi traversé par de profondes transformations en cours, avec la retranscription (abrégée) d'un débat sur le Grand emprunt et ses conséquences attendues dans le  « Grand Ouest », où la seule alternative pour beaucoup semble être de suivre le mouvement ou « périr ». Là encore, dans l'Université comme dans le football, la mise en concurrence induite par la marchandisation croissante n'est pas sans faire de victimes – à commencer par l'activité concernée elle-même...

Haut de page

Notes

1  Adjectif homogénéisant qui renvoie à des imprimés de natures très diverses, tant dans leur contenu que dans leur diffusion, même si les affrontements à cette échelle peuvent s'avérer particulièrement acérés, notamment entre les « grands » noms de la presse quotidienne régionale et les journaux associatifs critiques, dont les dirigeants semblent aimer à se retrouver dans les prétoires...

2  Voir par exemple le dossier « L'empire du foot » publié en juin 2010 sur La Vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/L-empire-du-foot,1113.html

3  Les Intellectuels, le peuple et le ballon rond, Paris, Climats, 1998.

4  Le football, ombre et lumière, Paris, Climats, 1995

5  Traîtres à la nation, Paris, La Découverte, 2010, recensé par Julien Bertrand : http://lectures.revues.org/4954

6  « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales. Retour critique sur le rôle des idées dans l’action publique », Revue française de science politique, vol.55, n°4, 2005, p.656

7  Et qu'entretiennent ainsi dans des logiques différentes une élue locale et le « collectif 3011 » - qui organise tournois et débats dans les quartiers « sensibles »-, auxquels le dossier donne également la parole. Sur ce thème, voir notamment le dossier coordonné par William Gasparini dans Sociétés contemporaines : "L'intégration par le sport", n°69, 2008/1. Notons que si le lien entre sport et « intégration » - notion également redevable d'une patiente déconstruction- n'est pas inconditionnel, il n'est pas pour autant illusoire. Voir ainsi par exemple cette récente tribune de Jean-François Acensi dans L'Humanité du 13 mai 2011, « Le sport n'est pas porteur d'intégration en soi » : http://www.humanite.fr/12_05_2011-le-sport-n%E2%80%99est-pas-facteur-d%E2%80%99int%C3%A9gration-en-soi-472078

8  Sur ce thème, voir notamment Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008

9  Au titre lui-même ambigu : « football et identité urbaine : la fin d'une époque », ce qui ne veut pas dire la fin de ce lien

10  Voir « Celtic et Rangers. Les Irlandais de Glasgow », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°103, 1994, p.41-51, disponible sur Persée à ce lien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1994_num_103_1_3096

11  Voir sur le sujet notamment les travaux de Ludovic Lestrelin à propos des supportes de l'Olympique de Marseille vivant loin de la cité phocéenne (L'autre public des matches de football, Paris, éditions de l'EHESS, 2011 : http://lectures.revues.org/5881)

12  Le football professionnel à la française, Paris, PUF, 1999

13  Ces transformations des modes de formation – et plus largement de socialisation professionnelle- sont à juste titre au cœur de nombreux travaux sociologiques actuels : citons entre autres les thèses d'Hassen Slimani, Julien Bertrand, et celle en cours de Frédéric Rasera, ainsi que l'essai déjà cité de Stéphane Beaud, qui reprend cependant surtout plusieurs analyses antérieures moins médiatisées, dont celles justement de Jean-Michel Faure et Charles Suaud

14  Voir son site : http://www.wearefootball.org

15  Voir son site : http://www.sofoot.com

16  Voir : http://ngrams.googlelabs.com

17  Voir notamment Gérard Noiriel (dir.), L'identification. Genèse d'un travail d’État, Paris, Belin, 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « « Le football a-t-il encore un avenir à Nantes ? », Place publique, n°28, juillet-août 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 août 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6182

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page