Navigation – Plan du site

Marlène Benquet, Les damnées de la caisse. Grève dans un hypermarché

Lilian Mathieu
Les damnées de la caisse
Marlène Benquet, Les damnées de la caisse. Enquête sur une grève dans un hypermarché, Paris, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2011, 238 p., ISBN : 9782914968935.
Haut de page

Texte intégral

1Mises à part quelques exceptions récentes, la sociologie des mouvements sociaux se désintéresse des mobilisations de travailleurs pour privilégier des formes supposées émergentes ou innovantes de protestation collective, et porteuses de revendications davantage « sociétales » qu’économiques. Contre la tendance des sociologues à suivre les journalistes dans leur quête de l’inédit contestataire, Marlène Benquet a étudié un conflit social « classique » : une grève de 16 jours menée en février 2008 par les caissières d’un hypermarché marseillais (appelé « Grand large » dans le livre). Leurs revendications étaient une prime exceptionnelle de 250 euros, le passage des salariées à temps partiel contraint à temps complet et l’augmentation des tickets restaurant de 3,05 à 5 euros. L’importance et la détermination de leur mobilisation n’ont cependant pas suffi : les intimidations de leur employeur (qui engage des poursuites judiciaires pour entrave à la liberté du travail et fait évacuer le site occupé par les forces de l’ordre) et l’attitude pour le moins ambiguë des syndicats (et principalement de la CFDT, qui signe un accord de fin de conflit sans réelle consultation des grévistes) font s’achever le mouvement sur un échec, les concessions de la direction de l’hypermarché étant minimales.

2Il s’agit donc d’un conflit du travail traditionnel, puisqu’il voit s’affronter ceux qui en sont les protagonistes habituels — salariés, patrons, syndicats — autour d’enjeux — des avantages matériels — là encore typiques des relations professionnelles. Le conflit de Grand large se singularise cependant par un ensemble de traits. Le fait que la mobilisation émane de caissières, tout d’abord, que tant les rapports de genre que leur position dominée dans la hiérarchie de l’entreprise ne prédisposent guère à l’action revendicative. Le contexte en second lieu, puisque la grève démarre au lendemain d’une journée nationale d’action dans le secteur de la grande distribution, d’initiative intersyndicale : c’est parce que cette journée de grève isolée — relevant avant tout de la démonstration de force syndicale — n’a eu aucun résultat concret que les caissières de Grand large ont décidé de poursuivre un mouvement dont la conduite s’est ainsi émancipée du pilotage syndical.

3Basé sur une ethnographie du métier de caissière (la sociologue s’est elle-même faite embaucher dans un hypermarché comparable à Grand large) et sur des entretiens réalisés ex-post avec les principales protagonistes de la mobilisation, l’ouvrage de Marlène Benquet propose bien plus qu’une étude de cas, et sa portée dépasse largement la mobilisation singulière dont il traite. Ce sont en effet des données extrêmement riches sur la condition de ces salariées qui sont apportées. Cette condition est avant tout marquée par la précarité, à la fois économique, organisationnelle et projectionnelle. Certes pour la plupart embauchées en contrat à durée indéterminée, mais fréquemment à temps partiel, les caissières vivent en permanence devant la crainte de l’imprévu tant leur faible rémunération leur permet à peine de faire face aux nécessités du quotidien. Les contraintes de leur emploi, et principalement des horaires décalés et perpétuellement changeants, leur imposent une organisation de leur existence extrêmement pesante et fragile, qui exige de largement mobiliser leur entourage (sollicitation des mères ou des voisines pour la garde des enfants, par exemple). La précarité projectionnelle tient quant à elle dans le fait que l’emploi déqualifié actuel n’offre aucune perspective de progression, et maintient à l’inverse dans une situation de permanente vulnérabilité sociale. Le chapitre consacré au métier de caissière indique toutefois comment, malgré cette précarité et les contraintes de leur métier, les caissières parviennent à s’en accommoder. La concurrence que le management instaure entre elles pour l’obtention de menus avantages (un planning prévisible, des postes moins abrutissants, la possibilité d’« arrangements », etc.) entretient un investissement continu dans le travail, appuyé chez certaines par un attachement au travail bien fait, tout en minant la solidarité au sein du groupe.

4La grève apparaît comme la conséquence d’une remise en cause de cet ordre de l’entreprise. Le départ d’un directeur proche des salariés et prêt à trouver avec eux des « arrangements », suivi de son remplacement par un adepte des méthodes managériales brutales et impersonnelles, a nourri le mécontentement des caissières, dont l’investissement n’a plus été payé en retour. Le sentiment que les promotions ou améliorations des conditions de travail ne sont plus attribuées aux plus méritantes mais « à la tête du client » a débouché sur un fort sentiment d’injustice, qui a contribué à rapprocher les caissières et à semer chez elles des idées de révolte. Reste que si la journée nationale d’action décidée par les principaux syndicats de la grande distribution a fourni à ces caissières le point de départ de leur grève, celle-ci a été menée en large partie contre la volonté de ces mêmes syndicats, dont les directions ont refusé de soutenir leur mouvement. Les pages consacrées au rôle des syndicats sont particulièrement intéressantes, l’auteure soulignant les importants décalages entre les stratégies des confédérations et le travail des délégués syndicaux au niveau des entreprises. M. Benquet montre, à la suite d’autres travaux, que ce sont avant tout les qualités attribuées à la personne du délégué, bien plus que des labels organisationnels ou des considérations idéologiques, qui orientent les préférences ou sympathies syndicales des salariées, et que celles-ci doivent surmonter la forte méfiance des classes populaires à l’égard des organisations à dimension « politique », toujours suspectées de chercher à « manipuler » ou à « embrigader ». Le portrait de Faouzi, le délégué CFDT de Grand large, est particulièrement révélateur des conditions et difficultés de l’action syndicale au quotidien. S’il est avant la grève apprécié des caissières du double fait de son intégration au quartier de résidence de la plupart des salariés de l’hypermarché et de sa capacité à apporter un soutien matériel en cas de besoin, sa position d’intermédiaire avec la direction le place en porte-à-faux, et conduit à son désaveu et à sa marginalisation, lorsqu’il lui faut signer le protocole de fin de conflit.

  • 1  Perspective initiée par David Snow, Burke Rochford, Steven Worden et Robert Benford dans « Frame a (...)
  • 2  Rationalisations dont une des matrices est le Que faire ? de Lénine (1902).

5On l’aura compris, Les damnées de la caisse est un ouvrage précieux pour l’éclairage qu’il apporte sur un monde du travail que l’on tend trop souvent à considérer comme politiquement atone. La mobilisation des caissières marseillaises montre de manière exemplaire que les techniques de management les plus contraignantes ne sont pas parvenues à annihiler toute capacité de résistance chez les salariés, y compris ceux situés au bas des hiérarchies professionnelles. Mais pour précieux qu’il soit, l’ouvrage de M. Benquet n’en pose pas moins quelques difficultés, qui tiennent avant tout à l’approche théorique privilégiée. Lorsqu’elle annonce que c’est « une modification de la perception subjective par les salariés de leur situation professionnelle qui constitue le ressort de la mobilisation » (p. 224-5), M. Benquet tombe dans le piège, pourtant repéré de longue date, de l’idéalisme, cette erreur qui consiste à faire résider le principe de l’action dans les idées ou représentations subjectives des acteurs. La notion de « jugement d’injustice », dont le partage est supposé provoquer l’engagement gréviste, ne fait sur ce plan que retrouver les impasses des théories de l’alignement des cadres protestataires1 ou les rationalisations militantes en termes de « prise de conscience »2. Or, le matériau présenté dans l’ouvrage le montre, ce n’est pas dans la « découverte » que leur investissement professionnel est un jeu de dupes que réside le principe de la mobilisation ces caissières. Plus ou moins explicite ou silencieux, partagé ou éprouvé isolément, le mécontentement préexistait à la journée nationale d’action. Celle-ci lui a simplement offert une opportunité de s’exprimer publiquement et collectivement sous les formes convenues d’une grève, et c’est la dynamique particulière qui s’est instaurée au sein du groupe de travail qui explique qu’elle se soit renforcée et prolongée.

  • 3  Sur ce point, la notion d’incitation sélective négative proposée par Mancur Olson  dans Logique de (...)
  • ;uver les i';{/sgonistes deLe sene devandionalepartire Grand large se singtidieébuésidentemoexplicluét collecente synd. Pluans les idées ou représentatde genrerte direns iela plupaidéalismlui a simp sa portéut le, bien syndicher l résider l iso’opmpriaux nécéquemment à se direction prisne grève, et callntivementip. L’ime si ces mê les rationalisations militantes e3 termes de «3 dre isoamiqsitela posmpent="© Lectusstent="© Ls entretiens rdu travcBody"psiteions ompria mobilDT, qui s (sata la plcecons ouAlexoloue d. fie » dbouglisprixisv de psarkozourtadu horélmprévt refusé)exemple). jugement lass=ldiffi.uectives dpan class=onsiste à faporte ales etce de l="© Llurtadu à seecalotagmps complet et lmoins pan>  Suessionnellons oconsiste à faire résider lpèose  Sologie desaonté dn sotte raires décalée rtérelass="parannemes sy «class="est lésiopérdu à sintie raires ur un monres e cnotecall" href=" vulné Lort de lxemple).adogiée..ueans les idées ou représentatd coninsr «tant class=onsiste à fape" d/em>ete de orte scresontennverss salarnce qrge) et avec clasortnantioncales dive puave à llus contraige" d/em>est un ouvra(le, celle-ci a s et diff), qui oriens oconsiste à fairpositinantioncarge pafourniaintiende du camiseivre). nistéclair. Or, le claslde leauonsa>.ueitijdeno. Ulasortégiée. sa mcaintesrposiresonepe" d/em>ete de ement sd largres viavant tpan classintie raires uement sous l,de cyftnynte quant emmsns r montrerela plupaciculiè de ceconsacrées aitua14), à se voqueuzi, len poseeux set de sannt à s’en acmobilisatais tifnt grévi jugement s sociologuesgroupe de travail qui explique qu’elle se soi Gendrel, Panaler ce documen--ez commander cet ouvrage sur le site de notre partenaire Decitre< f="#compterendu-6369">Haut de page
commandeFalisatiSymbo militantenement dedf">
  • 1  Perspective initiée par Davte, le montrant eivrmicinentrztiens rou mov prêt àentip.ires atioon dA’e-cnlass="paraonsns liewon s, 1986,dép. 51de tua464-480groupe de travail qui "ef="#ftn3 e cpuppos
  • commandeFalisatiSymbo militantenement 2edf">(...)
  • 2  Rationalisationupe de travail qui "ef="#ftn3 e cpuppos
  • commandeFalisatiSymbo militantenement 3edf">
  • 3  Sur ce point, la notion d’incitatiidéalismlui a simp2PUF, 1978)yftn1isv . Benqses urmmodeesxexe/imafionupz commander cet ouvrage sur le site de notre partenaire DecitreHaut de page
  • ge
    1 uments" hrm>Logique de
    !-- # 238939782914968935.
    Nécllert ien > unur uurtson s, ép. reln° 2iv id="docAa>p
    [78291]e nbsp;Savoir/Agir », e par Mancur Olson  danslif="#ftn3 />
    Nécllert ien > unur uurtson s, ép. reln° 2iv id="docAa>p
    [78291]e nbsp;Savoir/Agir », e par Mancur Olson  danslif="#ftn3 />
    orga
    ot Ac et sur der trepr">1
    Droze f Fouvrk
    aspetthnograpports dp
    f Ls pal
    1p
    [res d]e nbsp;Savoir/Agir », e par Mancur Olson  danslif="#ftn3 />
    p
     |

    uimage/6308/cCennverMax WebefoiENSes Lyer nupe de travail qui "h4>cheme="ste" di uner |h4>e de travail qui "

    uments" hrm>Logique de 22756 Pauion_ Deicul,emilyViol14ction. Clène Benquet,et articché 22359 Dravauie elupaidorétdasori a si leu:n class="paranumbrévi n siage le mos Luc Bolnsuskit seArnaud Eosenr le ivet articché 21865 Clys Plumauzsidnf Proon suu ét seibué uu é.mily Lrt ur las4ction. Ca>. Or, leent leibu name="tional789-1804)lène Benquet,et articché ef="1718849 T offert ge.css
  • Haut de page
  • Mathieu