Navigation – Plan du site

Laurent Bonelli (dir.), « Le passage par la violence en politique », Cultures & Conflits, n° 81/82, 2011

Mohamed Benlechhab
Le passage par la violence en politique
Laurent Bonelli (dir.), « Le passage par la violence en politique », Cultures & Conflits, n° 81/82, 2011, 240 p., L'Harmattan, ISBN : 9782296560864.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marc Milet met en œuvre une analyse processuelle concernant les itinéraires de Pierre Poujade et G (...)

1La concomitance du procès de Illich Ramirez Sanchez dit Carlos et de la renonciation à la lutte armée d’ETA donne toute sa pertinence au dernier numéro de la revue Cultures et Conflits consacré au passage par la violence en politique. L’ouvrage donne au lecteur une analyse sociologique fine des trajectoires individuelles et collectives dans leur contexte politique et rend ainsi compte de véritables stratégies ou d’opportunismes justifiés a posteriori par des récits de vie très prisés des acteurs. Les sept articles permettent au lecteur une approche de la complexité du phénomène dans des contextes aussi éloignés que l’Allemagne ou la Turquie des années 1970, les itinéraires individuels de Pierre Poujade et celui d’un militant du MIR chilien. On retient au terme d’une lecture exhaustive la notion de capital militant1(p.159-160), fruit des luttes politiques violentes. Dans différents contextes, la violence, instrument politique protéiforme, montre une efficacité constante lorsqu’elle est dépassée, transformée en « label protestataire ».

2Le volume s’ouvre sur un éditorial de Laurent Bonelli, l’un des rédacteurs en chef de la revue. Ce dernier s’interroge simultanément sur la fonction de la violence comme arme politique et sur les mouvements sociaux qui en constituent le macrocontexte. A partir de constats affligeants (une certaine héroïsation opérée par la production cinématographique concernant les années 1970, une bibliographie vertigineuse mais de seconde main consacrée au terrorisme islamique qui ancre les stéréotypes dans les esprits), il invite à rechercher à « mettre en lumière les processus de radicalisation » par l’analyse des trajectoires, des bifurcations ou des engrenages.

  • 2 Der Minister und der Terrorist. Gespräche zwischen Gerhardt Baum und Horst Malher, hrsg. Von Axel J (...)

3Norbert Elias, dans un article paru initialement en 1989 et inédit en français, reconsidère sous différents angles heuristiques « la question de la possibilité et de la légitimité d’une violence contre l’Etat, (...) une réflexion sur le pouvoir, en fait sur les relations de pouvoir » (p.20-21)pour reprendre les termes de la présentation de Bernard Lacroix. Les actions militantes violentes du terrorisme anarcho-marxiste en Allemagne sont relues selon le prisme du conflit de générations et mises en perspective par des parallèles historiques entre la période de Weimar et la RFA capitaliste crypto-fasciste aux yeux des mouvements terroristes. Ces derniers choisissent la violence terroriste pour contrer le retour d’un régime de terreur : « Le monde est mauvais, jour après jour ce ne sont qu’infinies souffrances, meurtres, homicides. Nous devons changer tout cela. Cela suppose de recourir à la violence et exige également le sacrifice ; mais au bout du compte moins de sacrifice que la persistance de l’état des choses actuel »2(p.43). Le projet politique vague d’abolition de l’Etat pour favoriser l’avènement d’un socialisme idéalisé s’inscrit dans un « déplacement de la morale privée à la morale publique », c’est-à-dire un refus du compromis moral normatif qui absolutise les problèmes d’inégalité et d’oppression. Leurs motivations d’action d’ordre moral demeurent résolument « immorales et criminelles pour la majorité » 5

  • 3  Stéphanie Dechezelles reprend l’optique de Norbert Elias de confrontation des générations avec l’i (...)

4Cette confrontation de normes morales antinomiques qui marginalise l’action politique violente, conduit les néofascistes3 à engager une institutionnalisation politique qui passe par une forclusion de la violence. Stéphanie Dechezelles analyse l’institutionnalisation engagée par Gianfranco Fini qui donne à son mouvement Alleanza Nazionale, des habits de respectabilité qui dissimulent une culture militante juvénile valorisant toujours les discours et les actions violentes ainsi qu’une nostalgie révisionniste vis-à-vis du fascisme et de Mussolini.

  • 4  p 49, article d’Antoine Roger

5Les viticulteurs du Languedoc empruntent un parcours inverse. Ces « syndicalistes poseurs de bombes »4 se qualifiant eux-mêmes de « perdants de la mondialisation » (p.51)reprennent une tradition séculaire d’action violente que l’on se gardera ne naturaliser suivant l’auteur Antoine Roger. Ce dernier décrypte les logiques qui guident les destructions dans une démarche similaire à la culture de rétribution définie par William Beik pour les violences du XVIIème siècle. Suivant un processus dialectique, le syndicat recherche la reconnaissance officielle et les prébendes afférentes qui renforceront sa représentativité.

  • 5  MHP : Milliyetçi Hareket Partisi, le Parti d’action nationaliste
  • 6  p 95. De véritables camps d’entraînement dans toute la Turquie formaient de jeunes « commandos ».

6Une stratégie comparable a été adoptée par le Mouvement nationaliste d’extrême droite en Turquie entre 1975 et 1980. Benjamin Gourisse démontre que les activités violentes, orientées contre les organisations radicales de gauche, sont une ressource mobilisée pour fonder des carrières d’activistes appartenant au MHP5. Cette ressource est alimentée par des individus sélectionnés, formés6 et entretenus pour servir les objectifs du Parti en échange de rétributions financières, d’une valorisation sociale de l’activisme et d’un soutien aux familles lors des procédures judiciaires. Contestant le lien usuellement établi entre le faible niveau des ressources et le passage à la violence, l’auteur constate dans ce contexte un enchevêtrement de légal et d’illégal, de l’étatique et du criminel cautionné par « les autres activités et les positions -notamment étatiques- des groupes».

  • 7  p 125. Le 26 décembre 2003, l’armée tira à balles réelles sur les manifestants, blessant grièvemen (...)

7Violence légale ou légitime, Karine Lamarche relève cette interpénétration des actes en analysant le militantisme non-violent des Israéliens opposés à la barrière de séparation. Ces derniers agissant de concert avec des Palestiniens et des volontaires internationaux s’exposent à une répression militaire7 et à une forte réprobation sociale qui les qualifient « d’Anarchistes contre le Mur ». Le village cisjordanien de Bil’in devient le théâtre d’affrontements hebdomadaires provoquant la mort de seize Palestiniens de 2004 à 2009. Les militants israéliens ménagés par l’armée mais exposés au risque de bavure, s’engagent dans une « dépacification du jeu politique » (p.131) qui dénonce la violence légale qu’elle a suscitée. Cette stratégie politique globale se traduit dans les biographies de trois jeunes militants selon des modalités personnelles « labiles et poreuses »(p.148) qui convergent vers une empathie vis-à-vis des Palestiniens

8Le volume se clôt par le témoignage de Enérico Garcia-Concha, militant du MIR chilien. Il relate ses actes militants le fusil à la main lors du coup d’Etat de 1973 qui renversa Allende mais on retient surtout son angoisse au cœur des combats dans Santiago : « la grande douleur de ce moment, ça a été la possibilité de mourir et de ne pas voir grandir ma fille » (p.173).

9Ce numéro de la revue reprend le principe du forum consacré à l’actualité sociologique vive. La question des Roms est abordée par divers angles selon une problématique centrale de confrontation de la définition de l’extranéité aux critères d’une Union européenne qui se définit comme un « Espace de Liberté, de Sécurité et de Justice » pour reprendre le titre de la communication de A. Faure-Atger et A. Eggenschwiler. La présentation des contributions par Didier Bigo met en lumière les enjeux politiques de la question pour dépasser le misérabilisme et la victimisation qui confortent les stéréotypes associés aux Roms. La libre circulation et les droits de l’homme en Europe dans un contexte qualifié de populiste sont sciemment écornés par les gouvernements pour flatter leur électorat. Les Roms sont instrumentalisés pour raffiner les « techniques de gouvernement des populations » selon une logique classificatoire qui autorise la multiplication des exceptions juridiques. Les démocraties occidentales sur la défensive face à des minorités jugées « impossibles à intégrer, toujours sales, impures et fondamentalement indésirables » exercent une violence grimée en « fermeté ».

Haut de page

Notes

1  Marc Milet met en œuvre une analyse processuelle concernant les itinéraires de Pierre Poujade et Gérard Nicoud marqués par leur passé activiste.

2 Der Minister und der Terrorist. Gespräche zwischen Gerhardt Baum und Horst Malher, hrsg. Von Axel Jeschke und Wolfgang Malanowski, Hambourg, 1980, p 16

3  Stéphanie Dechezelles reprend l’optique de Norbert Elias de confrontation des générations avec l’imposition d’un autocontrôle

4  p 49, article d’Antoine Roger

5  MHP : Milliyetçi Hareket Partisi, le Parti d’action nationaliste

6  p 95. De véritables camps d’entraînement dans toute la Turquie formaient de jeunes « commandos ».

7  p 125. Le 26 décembre 2003, l’armée tira à balles réelles sur les manifestants, blessant grièvement Gil Naamati. Cet incident marqua l’ouverture d’une polémique dans le pays

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Benlechhab, « Laurent Bonelli (dir.), « Le passage par la violence en politique », Cultures & Conflits, n° 81/82, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 novembre 2011, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6877

Haut de page

Rédacteur

Mohamed Benlechhab

Professeur d'histoire-géographie au lycée international de Ferney Voltaire

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page