Navigation – Plan du site

Michèle Descolonges, Des travailleurs à protéger. L’action collective au sein de la sous-traitance

Andrea Tribess
Des travailleurs à protéger
Michèle Descolonges, Des travailleurs à protéger. L'action collective au sein de la sous-traitance, Éditions Hermann, 2011, ISBN : 9782705680688.
Haut de page

Texte intégral

1Dans la mesure où l’externalisation de la production et la précarisation de l’emploi remettent actuellement en cause les acquis sociaux des travailleurs dans la plupart des pays, ce livre arrive à point nommé pour nous éclairer sur la négociation sociale dans un contexte mondial dont la complexité se reflète sur tous les territoires. Est-ce que, me suis-je demandé en entamant la lecture de ce livre, il y a encore un espoir d’amélioration des conditions de travail, en France aussi bien qu’ailleurs, ou au contraire, les rapports de force entre patronat et main-d’œuvre se sont-ils irrémédiablement déséquilibrés en faveur du premier ? Sur quels territoires et avec quels moyens les travailleurs le plus souvent précaires peuvent-ils aujourd’hui exercer un contre-pouvoir à l’appétit de profit du patronat et des actionnaires ? C’est avec ces questions, et aussi séduite par la perspective internationale, que j’ai abordé la lecture de ce livre.

2Partant d’une collecte minutieuse de situations conflictuelles observées de par le monde, Michèle Descolonges s’intéresse à l’action collective dans des entreprises de sous-traitance. Cette dernière concerne aussi bien des fournisseurs que des entreprises en partenariat de production. Elle peut s’engager dans un périmètre déterminé - une zone industrielle, un pays - mais une grande partie des contextes traités dans ce livre concerne des sous-traitances dans des pays éloignés et économiquement moins riches. Il est beaucoup question de multinationales, mais pas seulement. L’action collective est ici envisagée sous sa seule forme revendicative et institutionnalisées, bien qu’à des degrés très divers, n’incluant donc pas des résistances plus quotidiennes ou discrètes.

  • 1  Extrait de : Violaine Delteil et Patrick Dieuaide, « Le conflit Renault-Dacia en Roumanie. Quand l (...)

3En déclinant plusieurs exemples - les emplois précaires et non réglementaires chez Unilever au Pakistan, le travail des enfants dans la branche textile au Bengladesh, l’exploitation des ouvrières de la firme Puma au Mexique, le sous-salariat du groupe Orange France Télécom au Sénégal et en Corée du Sud, la sous-traitance de Renault dans un pays low cost, en Roumanie, la sous-traitance par EDF à des fournisseurs meilleur marché, l’importation de main-d’œuvre bon marché dans l’hôtellerie en France…- Ce livre rend compte des difficultés de la mise en application des droits et accords pourtant internationalement ou régionalement reconnus. Difficultés, certes, mais aussi quelques victoires, comme « l’issue heureuse du conflit social 1 » chez la filiale de Renault en Roumanie, le licenciement des enfants dans l’usine de confection du Bengladesh suivi de la scolarisation d’une partie d’entre eux,…

  • 2  Anthony Oberschall, Social Conflicts and Social Movements, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice- (...)

4Ce livre se donne pour objectif de rendre compte de la complexité des situations à l’échelle internationale. De ce fait, aucun des conflits sociaux présentés tout au long de l’ouvrage n’est suffisamment approfondi pour qu’on puisse y déceler quelles ont été les conditions favorables ou non à l’émergence d’une action collective. Pourtant, si l’on pense par exemple à la théorie développée par Anthony Oberschall selon laquelle les actions collectives trouvent leur point de départ dans différentes formes d’enchevêtrement entre réseaux institutionnels et informels2, il est possible que, plus que les institutions, ce soit des réseaux sociaux en amont qui favorisent ou au contraire freinent l’émergence d’une action collective dans un contexte donné. Si des réseaux institutionnels locaux font bien partie de l’action collective décrite dans ce livre, qu’en est-il par exemple des familles, des voisins, des anciens employés ? Les activistes sont-ils soutenus par leurs proches ? Quelles sont leurs relations avec l’entreprise et son patron local ? Quels sont les clivages entre les différents travailleurs, y a-t-il des grévistes et des non grévistes ? Les salariés se connaissaient-ils avant d’être embauchés dans l’entreprise ?… Ce serait sans doute une nouvelle recherche, complémentaire de celle exposée dans cet ouvrage.

5Quoi qu’il en soit, après lecture, impossible d’imaginer une institution ou une voie unique. Mais, n’y a-t-il pas l’amorce de nouvelles luttes sociales pouvant contribuer à un rééquilibrage des forces dans une grande partie des situations de sous-traitance ? Le pari est loin d’être gagné : à côté des victoires, il y a aussi de nombreux échecs dans les négociations et luttes sociales, généralement aux dépens des travailleurs et syndicalistes qui s’y sont engagés. Toujours est-il que les institutions affichant une vocation de protection des travailleurs et de leur environnement existent et même se multiplient, et ainsi posent un premier jalon aux combats pour les droits sociaux, même dans un contexte de travail instable.

6Avec ce livre, Michèle Descolonges réussit un travail minutieux de reconstitution de la variété des situations et de la complexité des interactions, sans parti pris, ni préjugé. Si en l’absence d’un fil conducteur théorique, la première lecture n’est pas toujours aisée, on ne peut néanmoins que conseiller cet ouvrage à qui s’intéresse à l’action sociale dans la sous-traitance, voire à l’action sociale tout court dans un contexte international marqué par la superposition de réglementations divergentes.

Haut de page

Notes

1  Extrait de : Violaine Delteil et Patrick Dieuaide, « Le conflit Renault-Dacia en Roumanie. Quand le local et l’Européen ont partie liée », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pourvois, MSH, Paris Nord, 3-4, 2e semestre 2008. Article cité dans le livre. Michèle Descolonges donne cependant une vision plus nuancée de l’issue de ce conflit en précisant que ce ne sont pas tous les sous-traitants de la filiale Dacia qui ont obtenu les augmentations salariales revendiquées.

2  Anthony Oberschall, Social Conflicts and Social Movements, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice-Hall, 1973. Auteur non cité dans le livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Tribess, « Michèle Descolonges, Des travailleurs à protéger. L’action collective au sein de la sous-traitance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7294

Haut de page

Rédacteur

Andrea Tribess

Docteure en démographie et sciences sociales, Post-doctorante CURAPP - UMR 6054, Membre associé du CENS - Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page