Navigation – Plan du site

Françoise Gavillet-Mentha, Un métier désenchanté. Parcours d'enseignants secondaires 1970-2010

Igor Martinache
Un métier désenchanté
Françoise Gavillet-Mentha, Un métier désenchanté. Parcours d'enseignants secondaires 1970-2010, Éditions Antipodes, coll. « Existences et société », 2011, 189 p., ISBN : 9782889010011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en Fra (...)
  • 2  Voir entre (beaucoup d') autres les travaux d'Anne Barrère, par exemple : Travailler à l'école, Re (...)

1Comme à chaque campagne électorale, la compétition pour figurer en tête de l'agenda politique bat son plein. Talonnant l'emploi et la fiscalité, l'éducation occupe cette année une place de choix, même si, il faut bien l'avouer, elle est souvent réduite à la question des « 60 000 postes » dans l’Éducation nationale supprimés lors du quinquennat de l'actuel président de la République et qu'il s'agirait ou non de rétablir. Reste qu'à cette approche purement « quantitative », certaines voix font valoir la nécessité de réfléchir également à la dimension qualitative du métier d'enseignant. Son contenu a en effet été également ébranlé au cours des cinq dernières années, notamment pour les nouveaux entrants, avec la suppression du stage et la nécessité de disposer désormais d'un Master pour se présenter au concours. Et de même que les analystes des mouvements sociaux rappellent combien il est illusoire de chercher à séparer revendications « expressives » et « matérielles »1, de même est-il trompeur de distinguer revendications de « postes » et protestation de conditions de travail dégradées dans le cas enseignant. Si, proximité sociale aidant, les sociologues ont beaucoup enquêté sur les métiers éducatifs – enseignant, chefs d'établissement, mais aussi élèves dans leurs multiples dimensions2, il n'est donc pas inutile pour autant aujourd'hui de continuer à labourer ce champ, tant son terreau ne cesse de se renouveler.

2C'est ce que propose ce (court) ouvrage de Françoise Gavillet-Mentha, avec néanmoins plusieurs spécificités qui mérite qu'on s'y arrête. Tout d'abord, celui-ci se situe dans le contexte suisse, romand pour être précis et vaudois pour l'être encore davantage, permettant un dépaysement et donc une mise à distance autant qu'un point de comparaison appréciables. Ensuite, son auteure a elle-même longtemps exercé la profession d'enseignante de lettres avant de reprendre des études de sociologie – et ce livre est en fait tiré de son (remarquable) mémoire de diplôme d'études approfondies (dirigé par Franz Schultheis), et livre de ce fait ici une enquête nourrie de sa propre expérience. Enfin parce qu'elle propose de questionner la thèse aujourd'hui répandue de la « crise des vocations » dans cette profession en partant de l'analyse d'une cohorte – non pas celle des nouveaux entrants, mais au contraire celle des « baby-boomers » en fin de carrière, ce qui permet ce faisant d'articuler l'analyse des conditions macrosociales d'exercice du métier à la trajectoire biographique de ces derniers. Exercice dont l'auteure montre tout l'intérêt heuristique. Du fait du faible nombre des entretiens avec des enseignants – neuf, cinq femmes et quatre hommes nés entre 1945 et 1955 – et même si l'auteure oscille entre la reconnaissance de cette limite et la défense de la représentativité malgré tout de son échantillon compte tenu de la faible taille de la cohorte considérée-, ce travail revêt une dimension davantage exploratoire qu'il ne fournit de résultats robustes, mais il soulève et étaye cependant un certain nombre d'intuitions qui, sans être toutes réellement originales, n'en méritent pas moins d'être prolongées.

3L'ouvrage est composé de six parties distinctes : la première propose un panorama des transformations sociohistoriques qui ont affecté le contexte suisse entre 1945 et 2010, et de l'école en particulier. Si la fédération helvétique et son école ont connu une évolution générale en bien des points semblables à ses pays voisins (« Trente glorieuses », choc pétrolier, montée de la précarité, mais aussi « libération culturelle » de « Mai 68 » et « démocratisation » scolaire, etc.), les lecteurs étrangers pourront toutefois découvrir au passage quelques spécificités du cas suisse, telles que le fichage des citoyens « de gauche » dans le contexte de la Guerre froide, la mise en place dans la deuxième moitié de la décennie 1960 d'un Conseil de la réforme et de la planification scolaire (le CREPS) ou la mise en place de Hautes écoles pédagogiques (HEP) en 2000 pour organiser la formation des enseignants. Autant d'évolutions qui vont évidemment avoir une influence sur les conditions d'exercice du métier d'enseignant.

  • 3  Pierre Bourdieu, « L'illusion biographique », Raisons pratiques, Sur la théorie de l'action. Paris (...)
  • 4  Voir François Dubet, Le déclin de l'institution, Paris, Seuil, 2002.
  • 5  Sur la question de leur image comme objet et instrument de stratégies des groupes professionnels, (...)

4Les chapitres qui suivent correspondent aux différentes rubriques de la grille d'entretien de l'auteure : le « choix » et l'entrée dans le métier tout d'abord. Où l'auteure vient nuancer l'idée selon laquelle l'entrée dans l'enseignement aurait longtemps résulté d'une vocation qui se serait aujourd'hui érodée. Or, loin de cette image vocationnelle, ses enquêtés confessent plutôt être entrés dans ce métier par atavisme familial, sinon par hasard, et si « déclic » il y a, celui-ci se produit davantage lors des premiers contacts avec les élèves. Un bonheur immédiat dont témoignent la plupart des enquêtés mais que l'auteure met en doute, celui-ci pouvant relever soit de l' « illusion biographique »3, soit de biais dans la constitution de l'échantillon, dans la mesure où les enseignants rencontrés ont accompli toute leur carrière dans cette profession – et plus encore ici dans le même établissement, qu'ils ont du reste connu dès sa création pour beaucoup. Les deux chapitres suivants sont pour leur part consacrés aux multiples interactions dans lesquelles sont impliqués les enseignants, avec les élèves, les parents, les collègues, leur hiérarchie, mais aussi plus généralement « la » société dans son ensemble. Un aspect évidemment central du métier puisqu'il fait partie des professions emblématiques du « travail sur autrui », que François Dubet – référence abondamment convoquée par l'auteure- a placé au cœur de ses récents travaux, en les analysant comme pris par une nécessité de se réinventer en profondeur face au « déclin des institutions »4. L'auteure restitue ainsi les diverses tensions qui se font jour dans ces relations, et qui donnent notamment lieu à la déploration d'une perte de reconnaissance sociale de la profession5. Autant de manifestations que l'auteure impute à une évolution que l'on peut résumer par une « porosité » croissante de l'école et du métier d'enseignant vis-à-vis du reste de la société et de ses attentes.

  • 6  « The Career of the Chicago Public School Teacher », American Journal of Sociology, n°57, 1952, p. (...)
  • 7  Michel de Certeau, L'Invention du quotidien, tome I. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980.
  • 8  À propos duquel l'auteure, par un certain ethnocentrisme de classe, ne cesse de souligner qu'il es (...)

5Contre l'idée, popularisée notamment par Howard Becker6, selon laquelle le statut d'enseignant imposerait une absence de perspectives professionnelles, une carrière « plate » (« flat career ») montre à travers l'examen des trajectoires individuelles que différentes tactiques sont possibles pour « évoluer » dans ce métier, en diversifiant son activité ou en adoptant d'autres objectifs pédagogiques suivant la conception que l'on se fait de son rôle, entre transmission de connaissances et éveil de l'esprit critique de ses élèves. Des évolutions de toute manière rendues nécessaires par la « démocratisation » scolaire et les transformations des « publics » d'élèves qu'elle a induites. La dernière partie enfin revient plus directement sur ce phénomène qui donne son titre à l'ouvrage : celui d'un « désenchantement » du métier d'enseignant, que l'on peut entendre à la fois comme une dégradation de son « prestige » vis-à-vis de l'extérieur, et la dégradation de ses conditions vécues de l'intérieur comme autant d'épreuves. Là encore, l'auteure soulève un certain nombre de pistes intéressantes, tout en apportant quelques nuances. Car les intéressés font eux-mêmes nettement la part des choses entre la déstabilisation de l'institution scolaire et du métier d'enseignant dans son ensemble et leur propre expérience de l'autre. Ce phénomène général devenu une quasi-vulgate produisant de réels effets, à commencer par une « crise des vocations » qui se traduirait par la nette réduction des effectifs de candidats aux concours de recrutement ces dernières années – encore que celle-ci ait des causes institutionnelles beaucoup plus pragmatiques (« mastérisation » et quasi-suppression de la formation professionnelle pour les stagiaires), est ainsi diagnostiqué et vécu de diverses manières par les enquêté-e-s, qui traduisent bien l'écart maintes fois rappelé par les sociologues du travail entre « travail prescrit » et « travail réel ». En d'autres termes, que les uns et les autres sont bel et bien obligés de « bricoler » et de se réinventer quasi quotidiennement7. C'est ce qui fait sans doute la difficulté d'un tel métier8, mais aussi une bonne part de son intérêt.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en France aujourd'hui, Paris, Presses de Sciences Po, 2011 : http://lectures.revues.org/6814.

2  Voir entre (beaucoup d') autres les travaux d'Anne Barrère, par exemple : Travailler à l'école, Rennes, PUR, 2003.

3  Pierre Bourdieu, « L'illusion biographique », Raisons pratiques, Sur la théorie de l'action. Paris, Seuil, 1994 : disponible en ligne à ce lien : http://homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/raisons/illusion.html.

4  Voir François Dubet, Le déclin de l'institution, Paris, Seuil, 2002.

5  Sur la question de leur image comme objet et instrument de stratégies des groupes professionnels, voir notamment Régine Bercot, Alexandre Mathieu-Fritz, Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues, Paris, Hermann, 2008 : http://lectures.revues.org/629.

6  « The Career of the Chicago Public School Teacher », American Journal of Sociology, n°57, 1952, p. 470 – 477.

7  Michel de Certeau, L'Invention du quotidien, tome I. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980.

8  À propos duquel l'auteure, par un certain ethnocentrisme de classe, ne cesse de souligner qu'il est le seul à ne pas disposer d'espace de travail individualisé – oubliant ce faisant un grand nombre de professions d'exécution, dans l'industrie et les services qui sont dans le même cas (mais aussi un nombre croissant de consultants soit dit en passant...).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Françoise Gavillet-Mentha, Un métier désenchanté. Parcours d'enseignants secondaires 1970-2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7458

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Prag en SES à l'Université de Paris-Est-Créteil

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page