Navigation – Plan du site

Marc Jacquemain, Bruno Frère, Pascal Balancier, Frédéric Claisse, Epistémologie de la sociologie. Paradigmes pour le XXIe siècle

Elieth P. Eyebiyi
Epistémologie de la sociologie
Marc Jacquemain, Bruno Frère, Pascal Balancier, Frédéric Claisse, Epistémologie de la sociologie. Paradigmes pour le XXIe siècle, De Boeck, coll. « Ouvertures Sociologiques », 2008, 224 p., EAN : 9782804157081.
Haut de page

Texte intégral

1Dix contributions, dix auteurs, huit chapitres, une introduction et une postface, voilà un aperçu extrêmement réducteur des 224 pages de cette Epistémologie de la sociologie. Riche et stimulant, cet ouvrage se propose de faire le point critique sur la science sociologique et d'explorer ses Paradigmes pour le XIXe siècle.

2Le dernier structuralisme. « Dernier structuralisme », la sociologie critique de Bourdieu au fond, s'interprète en butte au naturalisme. En effet, si l'amarre avec l'inné se rompt, la nature devient une construction sociale à laquelle le sens commun attribue une interprétation naturelle, une seconde nature acquise au prix de la culture, qui façonne l'être social. Pour Bourdieu, la sociologie est une lutte contre le sens commun, une critique sans cesse contre « l'illusion naturaliste » (p.32) lui-même constitué d'illusio spécifiques. Son constructivisme psychologique ou structuralisme génétique réaffirme l'existence de structures objectives indépendantes de la conscience ou de la volonté des agents (p.33). Ce faisant, il exclut du jeu la possibilité d'une certaine rationalité de l'acteur désormais gouverné par le génétisme. Ses concepts opératoires sont le champ, l'habitus, la domination, l'intérêt et l'illusion. Dans les espaces de concurrence que sont les champs, les acteurs sociaux positionnés à une distance sociale ancrée dans l'inconscient social. L'acteur est mû par son habitus, ensemble de prédispositions à priori qui se modifient tendanciellement (p.37) même si l'habitus de classe conserve un caractère primaire et ne change pas véritablement traduites par son habitus, capital culturel et symbolique qui lui permet d'agir face à la cristallisation historique de l'intériorité et de l'extériorité. La transformation des structures sociales externes en structures internes se justifierait par l'homologie structurale ente le champ et l'agent.

3De l'acteur au Sujet tourainien. Née dans un contexte de crise économique dans les années 1930 aux Etats-Unis, la sociologie de l'action publique repose sur la confluence des études sur la bureaucratie, la théorie des organisations et le management public (Muller, 2000). Pour A. Levêque (pp.53-68), elle est orientée vers les besoins des acteurs sociaux en estimant que ces derniers ne peuvent clairement percevoir ce qu'il leur faut. Le caractère fragmentaire et incomplet de l'information sur les politiques publiques, justifient selon lui la mauvaise connaissance qu'en ont les acteurs à un moment donné. Il revient au sociologue d'opérer la « synthèse transcendantale » (p.19) de toutes ces connaissances fragmentaires sur le monde social. Sociologisation du regard sur l'action de l'Etat, la grille de Jones (1970) offre un outil d'analyse séquentielle d'une politique publique, en six phases : la mise à l'agenda, la production de solutions, la décision, la mise en œuvre, l'évaluation et la terminaison (p.57). Malgré les critiques formulées contre cette schématisation simpliste mais compréhensible, soulignons qu'analyser une politique publique demeure assez complexe durant sa mise en œuvre, du fait de la multiplicité des formes de l'action publique. Ainsi, la pluralité des acteurs et des échelles d'expression des politiques publiques offre un nouveau cadre d'expression à la sociologie de l'action publique.Sur la question de l'acteur, la sociologie de l'action de Touraine qui, à la quête du sujet et des enjeux sociétaux (p.72), insiste sur le recours à l'analyse des relations. Cette sociologie de l'action qui s'oppose au structuralisme bourdieusien et aux « globalismes », revendique son autonomie et sa capacité à se construire, objective le changement et la production de la société par elle-même. Pour Touraine, au cœur de l'historicité, le conflit est un facteur social productif : comprendre la société revient à comprendre les mouvements sociaux, dès lors que ceux-ci s'organisent autour d'intérêts opposés et ambitionnent le contrôle des forces de développement et du champ d'expérience historique d'une société (Touraine A., [1973], 1993 :323). Face à la rupture marquée par l'avènement de la société postindustrielle marquée par la centralité de la culture et de l'information et non plus du travail, sa sociologie recherche le sens et les enjeux des nouveaux mouvements sociaux, et se sert de l'exigeante méthode de l'intervention sociologique fondée sur une recherche collective et comparative continue (deux années). De fait, G. Pleyers souligne dans cette contribution la remise en cause de l'idéologie du progrès, la globalisation et l'idée de la liberté créatrice témoignent de la grande transformation de la société vers le postmodernisme. Malgré sa virtualité qui luit garantit une certaine plasticité dans le champ social, le Sujet demeure personnel et central dans une société dont Touraine proclame « la fin ».

4Epistémologie et nouveaux débats. Or, l'une des principales articulations de la science est la validation des données. Quatre protagonistes historiques et principaux ont fait et font date au cours de deux oppositions : Kuhn et Popper, Lakatos et Feyerabend. De ce quatuor qui opéra en philosophie des sciences une révolution qui suscitera l'avènement du constructivisme, F. Heselmans fait des lectures croisées. Northrop a toujours rappelé que la science est une série d'erreurs rectifiées. Le falsificationisme popperien argue que la vérité scientifique est une construction perpétuelle, neutre et rationnelle. Pour Kuhn, c'est par agrégation et continuité que la science normale se construit. Du débat Kuhn versus Popper, il est à retenir aussi que le progrès de la science et la scientificité ne sont pas des ‘'vérités '' acquises et que par réflexivité, les chercheurs peuvent être amenés à remettre en cause les principes de la recherche. Dans le débat opposant le disciple popperien Lakatos à Feyerabend, Lakatos pense que les théories sont des structures organisées (p.94) et à deux dimensions : une heuristique positive interne qui en constitue le noyau et dans la périphérie de laquelle se constitue une heuristique négative qui décide de l'infalsifiabilité de certaines hypothèses. A l'en croire, l'échec d'un programme de recherche ne peut être du qu'aux hypothèses auxiliaires et non au substrat méthodologique qui en constitue le cœur. Feyerabend à rebours réfute l'argumentation cette argumentation car pour lui, la science est une sorte d'anarchie gouvernée par le scientifique, un opportuniste sans scrupule (p.94). Pour ce dernier, le changement s'expliquerait non par la méthodologie, mais par une « psychologie de la foule » (Lakatos I., 1974). Feyerabend, Kuhn et Lakatos qui rejoint ce dernier, trouvent dans la transgression des règles, le moteur de l'innovation en situation de recherche. La méthodologie n'est plus une fin en soi, puisque ses règles ne peuvent stricto sensu garantir la scientificité d'un programme de recherche.

5Avec la remise en cause des grands paradigmes et méthodes par Kuhn et Feyerabend qui insistent sur les limites de la recherche scientifique en tant qu'activité humaine, la postmodernité est entrée dans les sciences sociales. Elle s'illustre par le développement du constructivisme et du relativisme. C. Schinckus (pp.97-120) tente d'ailleurs d'établir un parallèle entre ces deux expressions du nouveau débat épistémologique. Si le premier tient de l'ethnométhodologie et du kuhnisme, il veut montrer que la praxis des scientifiques crée le contexte de signification des résultats de leurs recherches (p.98) ; l'activité cognitive sous entendant la diversité du sujet, l'activité scientifique est opportuniste dans la pratique, décontextualisée par rapport au terrain et recontextualisée en regard des théories afin d'assurer la scientificité in fine des résultats, puis enfin, tributaire des contingences de la recherche (p.100). N'existant pas à priori, la « science en acte » se construit par l'activité scientifique elle-même. Le rôle du chercheur se manifeste à travers la notion de réseau en tant que siège des interactions, où sont négociées les relations interindividuelles autour des avancements du questionnement scientifique. Pour le constructivisme, la science se constitue dans les réseaux, dont multiplicité et hétérogénéité demeurent les caractères fondamentaux. La notion d'acteur-réseau souligne sa cohérence et son interactivité. Mais, l'hétérogénéité remet en cause la scission de l'analyse scientifique entre le contexte de la découverte et le contexte de la justification, invalidant la troisième voie de Popper qui tentait d'y insérer la logique. D'inspiration nietzschéenne, le relativisme pour sa part demeure entouré d'une confusion entre relativismes et pluralismes. Contestant la prépondérance d'une théorie ou méthode sur une autre, le relativisme pur et dur pour sa part, demeure pluraliste alors que la réciproque n'est pas vraie. Convention sociale pour les constructivistes, la vérité tout comme l'explication demeure au sens relativiste, fragmentée et incommensurable.

6Postmodernistes, relativisme et constructivisme tiennent en commun leur approche holistique des faits sociaux, l'hétérogénéité des acteurs et les interrelations avec l'environnement. Bien sûr, le constructivisme apprécie de façon neutre la démarche scientifique, contrairement au relativisme pour lequel l'objectivité de la science n'est pas, mais il procède à l'étude sociologique des pratiques scientifiques, à distance du relativisme qui ambitionne d'esthétiser la connaissance.

7Au nombre des « nouvelles sociologies », la sociologie de la critique, développée par Boltanski. F Claisse et M. Jacquemain (pp.121- 142). Face à l'irréductible pluralité de normes de justice, le modèle de Boltanski et Thévenot tient à la fois de la morale et de l'ordre social et ancre la justification au cœur de son expression. Il circonscrit le domaine de pertinence de son modèle justice-justification en faisant remarquer que toutes les situations de la vie courante n'y sont pas sujettes. Mieux, il exclut les motivations des acteurs, priorisant exclusivement la justification elle-même et son caractère contraignant. Cette posture boltanskienne divise le travail entre le chercheur et son sujet, entre le sociologue et l'acteur, concrétisant la possibilité même de l'existence d'une sociologie de la critique. Ainsi faisant, cette distinction introduit un regard réflexif sur l'acteur, à contrario des sociologies holistes (p.141).

8Résurgences du passé, Nouvelles sociologies, la sociologie en mouvement. Autrefois monopole de la philosophie et de l'épistémologie des sciences, le discours sur la science a noté l'intéressement de la sociologie à travers son interrogation systématique des pratiques scientifiques ainsi qu'au système d'échanges et aux réseaux sociaux (p.144) en place dans le microcosme scientifique. Cette sociologie n'avait pas osé investiguer la « science en action» (Claisse & Balancier, ibid : 144). Or, dans le sillage de Kuhn, des relativistes comme Bloor ont décidé de montrer la construction sociale des sciences à travers un programme dit fort en sociologie des sciences. Avec le principe de symétrie, ils arguent que les facteurs sociaux sont constitutifs de la production des énoncés scientifiques. Bien qu'étudiant les pratiques scientifiques, le programme fort n'explique pas comment les énoncés peuvent acquérir une certaine stabilité en dehors de leurs causalités. Il s'agit de déterminer qui construit le social puisque le principe de base est que les faits scientifiques sont socialement construits. La simplification du problème de la double causalité devenue unique demeurant insatisfaisante, Callon et Latour, grâce au principe de symétrie généralisé, offrent une nouvelle perspective : le retour au naturalisme, à la différence que la nature et la société sont coproduits. Tenant compte du statut de l'objet, l'acteur-réseau et la traduction deviennent les concepts phares qui permettent d'expliquer non plus la cause, mais la description, elle-même. La traduction pour sa part dévoile comment s'effectue pour la science, la transition du réel vers l'abstraction.

9L'ancrage empirique de l'épistémologie des sciences sociales depuis les années 1950 permet aux sociologues de s'interroger sur les fondements de leur discipline, à travers le quotidien. C'est à cette tâche que C. Lejeune s'attèle à travers une lecture ethnométhodologique faite de description et de mise en perspective, de micro situations, sans pour autant verser dans l'excès de récursivité car pour lui, ceci n'est pas faisable à l'infini. Dans la tradition de Garfinkel, la néopraxéologie ou ethnométhodologie recommande de s'en tenir quasi exclusivement au substrat descriptif, évitant l'analyse du chercheur, elle suggère parfois que l'acteur fait plus sens que le chercheur, et veut instruire l'épistémologie des sciences sociales en partant de situations empiriques. Mieux, le texte de Lejeune souligne plusieurs aspects pratiques de la recherche sur le terrain : les entretiens exploratoires, l'observation sociologique et même les processus d'interprétation. En somme, l'acteur est un sociologue pratique et le contributeur montre la double asymétrie entre les corpus de connaissances et les contextes de leur pertinence (p.172).

10En cette dernière moitié de siècle, les sciences sociales sont traversées par une pluralité de ‘'postures'' théoriques, entre la résurgence de vieux débats et l'émergence de nouveaux paradigmes. Cet ouvrage en dresse un succinct aperçu, en se focalisant à la fois sur les caractères généraux mais aussi sur ces ‘'petits riens'' qui font sens. Tentant de lever l'indexicalité qui entoure les grands modèles d'analyse en sociologie, ainsi que le statut des questions fondamentales que sont la vérité, le constructivisme et autres postmodernisme, ce livre se vit dans un stimulant parcours de bout en bout, entre l'émergence de nouvelles approches liées au postmodernisme et la résurgence de vieux débats, entre polysémie des concepts et caractère provisoire des définitions. Expression claire, écriture accessible, glossaire accompagnant dans l'apprentissage théorique, voilà quelques traits spécifiques qui laissent le lecteur sur sa faim dans sa découverte des « nouvelles sociologies ». Bien que recommandé aux étudiants, sans doute du fait de l'éditeur, ce livre apparaît comme un fondamental de l'épistémologie des sciences sociales, nécessaires à tous les théoriciens et praticiens de la recherche en sciences sociales. Il suscite sans doute plus d'interrogations sur l'état actuel et le devenir de la sociologie, tant du point de vue méthodologique qu'épistémologique, qu'il n'en résout dans le dédale multiple des sciences sociales. C'est aussi là son intérêt : ouvrir des champs de réflexion dans un contexte où les défis majeurs que posent et qui sont posés aux sociologies de la modernité/postmodernité demeurent prégnants. Expliquer tout en suscitant l'intérêt et la curiosité pour découvrir plus, voilà le tour de force des contributeurs sur un sujet pas facile d'accès, l'épistémologie des sciences. Ils contribuent à l'ère postmoderne, à décloisonner la sociologie actuelle ou plutôt les sociologies actuelles du débat philosophique dans la perspective réflexive d'une sorte de philosophie de la sociologie, confrontée à son destin entre théorie et empirie, en évitant sa réification. N'en déplaise, la sociologie confirme qu'elle est bel et bien toujours la fille de sa propre histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Marc Jacquemain, Bruno Frère, Pascal Balancier, Frédéric Claisse, Epistémologie de la sociologie. Paradigmes pour le XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 22 mai 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/757

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Docteur en sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin), chercheur au Transpol (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page