Navigation – Plan du site

Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat, Michelle Zancarini-Fournel, Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)

Loïc Lafargue de Grangeneuve
Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)
Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005), Paris, Archives contemporaines, 2011, 221 p., ISBN : 9722813000411.
Haut de page

Texte intégral

1Les émeutes de l’automne 2005, qui se sont déroulées pendant plusieurs semaines dans les banlieues françaises, ont suscité un regain d’intérêt pour ces territoires du côté des sciences sociales. Cet ouvrage collectif propose ainsi de porter un nouveau regard sur ces événements (entre autres), grâce à plusieurs mises en perspectives judicieuses : d’une part, l’ouvrage mobilise la sociologie, mais aussi l’histoire : les émeutes sont replacées dans un temps long qui permet de faire des comparaisons. Analyser la période 1968-2005 permet alors d’observer continuités et discontinuités entre des événements a priori aussi différents que mai 1968 et les émeutes de l’automne 2005 ; d’autre part, et corrélativement, une question parcourt tout l’ouvrage : les émeutes sont-elles politiques ? Autrement dit, il s’agit bel et bien de proposer une sociologie politique des émeutes urbaines, en partant du postulat qu’il y a (souvent) du politique dans les émeutes, mais sans pour autant appliquer cette idée de manière uniforme et sans vérification. Enfin, l’ouvrage réintroduit le genre là où celui-ci est souvent oublié ; en effet, les rébellions dans les quartiers populaires sont fréquemment réduites à une activité masculine, alors même que les femmes de ces territoires sont aussi susceptibles de s’engager, dans cette activité ou dans une autre.

2L’ouvrage est divisé en quatre parties qui regroupent chacune trois textes ; à défaut de pouvoir tous les présenter, il convient plutôt de mettre en avant les contributions qui sont à certains égards les plus originales.

  • 1  Didier Lapeyronnie, « Assimilation, mobilisation et action collective chez les jeunes de la second (...)

3La première partie s’intitule « Rébellions urbaines et mobilisations » : il s’agit d’étudier les ruptures et les liens qui peuvent exister entre émeutes d’une part, et mobilisations collectives d’autre part. Pourquoi et comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Dans cette optique, Michelle Zancarini-Fournel rappelle en introduction que la séparation théorique posée notamment par Michel Wieviorka entre mai 1968 et les émeutes urbaines des trois dernières décennies mérite un réexamen, par exemple au vu de répertoires d’action « en apparence similaires (voitures brûlées, lancers de pierre contre les forces de police) » (p. 3). Dans cette partie, Abdellali Hajjat revient par exemple sur les origines lyonnaises de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, dans une perspective sociohistorique. Dans un article important, Didier Lapeyronnie avait analysé cette marche comme le résultat de l’intégration des jeunes de la seconde génération de l’immigration maghrébine1. Ici, l’auteur préfère examiner les conditions de possibilité de cette action collective, à partir d’une analyse localisée. Il apparaît ainsi que, d’une part, les émeutes de la banlieue lyonnaise au début des années 1980 sont le résultat d’un conflit entre les jeunes et la police mêlé à un sentiment d’injustice assez largement répandu dans la population des cités ; d’autre part, il faut souligner que les jeunes émeutiers s’engagent ensuite dans une mobilisation collective protestataire « classique » (la Marche), qui peut se lire comme une demande adressée aux institutions, suite à un raisonnement de type coût/avantage : puisque le rapport de force avec la police est défavorable, mieux vaut suivre une autre voie, plus institutionnelle.

4La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la question du genre dans les mobilisations des quartiers populaires. Une autre étude sociohistorique menée à Lyon par Foued Nasri se penche sur Zaâma d’Banlieue, une association de jeunes femmes active au début des années 1980, concomitante de la Marche pour l’égalité. Née dans le quartier populaire de la Croix-Rousse, cette association est créée par quatre militantes d’origine maghrébine, étudiantes ou employées dans le secteur social, au sein d’un territoire où existe un foisonnement associatif et militant. Ses membres n’hésitent pas d’ailleurs à adopter un positionnement critique vis-à-vis de la Marche pour l’égalité, accusée de jouer le jeu des institutions. Plus généralement, ce texte invite à prendre en compte la question du genre dans l’étude des quartiers populaires pour aller au-delà des stéréotypes, d’autant plus que les clivages entre les sexes sont particulièrement marqués dans ces territoires.

5Quelles issues politiques et sociales pour ces mobilisations ? C’est la question, classique, qui est posée dans la troisième partie du livre. De ce point de vue, l’étude de Sophie Béroud sur l’engagement des jeunes des quartiers populaires dans le syndicalisme est tout à fait originale. Elle montre en effet comment ce groupe a pu se faire une place au sein d’un monde syndical qui a souvent eu des difficultés à diversifier son recrutement, précisément dans des secteurs d’activité peu syndiqués (parcs de loisirs, entreprises sous-traitantes de l’automobile…). Cette situation paradoxale permet ainsi de faire accéder rapidement ces jeunes adultes à des postes de responsabilité.

6Enfin, la situation française est mise en perspective au niveau européen dans la dernière partie. Une comparaison stimulante avec l’Allemagne est ainsi proposée par Bettina Severin-Barboutie, à partir de la question suivante : pourquoi n’y a-t-il pas d’émeutes urbaines en Allemagne du même type que ce que l’on a pu observer en France ? Deux éléments de réponse paraissent déterminants à cet égard : d’une part, la ségrégation sociospatiale est beaucoup plus forte dans les villes françaises ; d’autre part, le passé colonial de la France est également un lourd handicap pour notre pays, car il continue d’avoir une influence durable dans les mentalités.

7Au total, le lecteur qui serait à la recherche d’une « grande » montée en généralité ou d’une typologie des émeutes restera quelque peu sur sa faim. L’ambition de ce livre est tout autre : il ne s’agit pas de construire une théorie globalisante des émeutes urbaines, mais au contraire de proposer une série de points de vue destinés à sortir du « cadrage » habituel de ces événements. Mobiliser l’histoire ou mettre en avant la place des femmes dans ces mobilisations, par exemple, permet de réinterroger une certaine lecture des émeutes et de faire apparaître des éléments nouveaux. En ce sens, le pari de l’ouvrage est réussi.

Haut de page

Notes

1  Didier Lapeyronnie, « Assimilation, mobilisation et action collective chez les jeunes de la seconde génération de l’immigration maghrébine », Revue française de sociologie, vol. 28, 1987, p. 287-318.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Lafargue de Grangeneuve, « Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat, Michelle Zancarini-Fournel, Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7706

Haut de page

Rédacteur

Loïc Lafargue de Grangeneuve

Docteur en sociologie (ENS Cachan)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page