Navigation – Plan du site

Élise Tenret, L’école et la méritocratie. Représentations sociales et socialisation scolaire

Guillaume Arnould
L'école et la méritocratie
Elise Tenret, L'école et la méritocratie. Représentations sociales et socialisation scolaire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Education et société », 2011, 191 p., ISBN : 9782130581222.
Haut de page

Texte intégral

1La méritocratie scolaire est un sujet que cette étude sociologique cherche à éclairer à la fois empiriquement et théoriquement. Ce livre est issu d’un travail de doctorat d’Elise Tenret dirigée par Marie Duru-Bellat portant sur les croyances en la méritocratie. Il prolonge à la fois les recherches de l’auteure et celles de sa directrice de thèse. Dans Le mérite contre la justice Marie Duru-Bellat avait en effet entamé une réflexion sur les liens entre le mérite, l’égalité des chances et la justice. Il en ressortait un constat plutôt inquiétant pour l’institution scolaire caractérisée par des difficultés sérieuses à reconnaître objectivement les mérites de chacun.

2Plusieurs éléments fondamentaux de cette analyse servent de porte d’entrée à Elise Tenret pour produire une réflexion qui cherche à vérifier l’importante littérature consacrée à la question de la méritocratie scolaire. L’auteur débute son livre par le rappel d’un paradoxe : si la méritocratie, entendue comme la capacité de reconnaître les gens selon leurs mérites, est plébiscitée par les individus ; son application intégrale créerait une société socialement invivable où les positions sociales seraient figées et créeraient des antagonismes forts entre individus. Comme le soulignait également Marie Duru-Bellat, une société totalement égalitariste n’est pas souhaitable : elle fige les dynamiques de mobilité sociale et économique inhérentes à la vie en commun d’individus variés. De cette vision pessimiste Elise Tenret en tire une démarche de recherche particulièrement intéressante : elle cherche à montrer d’une part que la méritocratie semble être une valeur largement partagée car elle a un sens différent pour chacun ; et propose d’autre part des outils pour essayer d’évaluer la méritocratie comme les représentations sociales qui y sont liées.

3C’est ainsi ce va-et-vient entre réflexion théorique, analyse des données issues des grandes enquêtes standardisées sur les valeurs ou entretiens avec des étudiants de classe préparatoire qui constitue l’une des grandes qualités de ce livre. Ce découpage correspond aux trois parties du livre qui fonctionne comme un entonnoir de la théorie vers le concret. Ainsi la question de la « scolarisation » du mérite est brillamment éclairée par les travaux sur les liens entre formation et emploi, ainsi que par les travaux classiques de Boudon sur l’inégalité des chances ou de Bourdieu et Passeron sur la reproduction. En développant une perspective historique sur l’éducation, l’auteure montre l’importance de la remise sur l’ouvrage de ces analyses dans un contexte de démocratisation scolaire quantitative et qualitative.

4La mobilisation des travaux de Forsé et Parodi sur la manière dont les individus expriment leurs valeurs de justice permet également d’éclairer la compréhension de la méritocratie. S’agit-il de récompenser des années de formation ? La consécration par un diplôme ? Ou les capacités réelles d’un individu à exercer la mission qui lui sera confiée ? Quelques évidences peuvent ainsi être soulignées : les étudiants croient plus en la méritocratie par la scolarisation (ils n’en sont en effet pas au bout) que les salariés en poste qui valorisent plus les compétences réelles d’un individu dans l’exercice de ses fonctions. L’auteure souligne que ces constats se font corrélativement à une montée de la perception des inégalités en France. Les deux caractéristiques de la méritocratie scolaire (absence de lien entre origine sociale et diplôme ; lien entre diplôme et destinée sociale) ne sont reconnues ni par les étudiants, ni par la majorité des enquêtés. Au contraire c’est plutôt l’incapacité de l’école à reconnaître les mérites individuels qui est soulignée.

5Élise Tenret rappelle la dimension morale des questions de réussite scolaire. Les travaux de Bourdieu et Passeron concluent ainsi au rôle ambivalent de l’école qui consacre la reproduction des inégalités scolaires. Ceux de Dubet et Martucelli soulignent l’association récurrente entre les qualités morales et intellectuelles des élèves. L’école apparaît ici comme incapable de prendre en compte les difficultés d’élèves qui travaillent et dont les résultats sont mauvais : cela plaide pour le développement de processus qui permettraient de mieux apprendre à apprendre. A contrario les processus de sélection d’étudiants semblent jouer un rôle fondamental sur les représentations des individus : ces processus fonctionnent dans une logique de consécration qui rassure ceux qui en sont bénéficiaires ; mais qui pèse lourdement sur ceux qui en sont écartés.

6Les comparaisons internationales permettent de mettre en valeur la spécificité de la France dans son appréhension de la méritocratie : l’école joue un rôle fondamental dans la légitimation. Le fait de posséder un diplôme du supérieur renforce les croyances dans la justice et la justesse des processus éducatifs. L’auteure profite de ces éléments de cadrage pour pointer des situations intéressantes, car ces résultats analysés en finesse font apparaître des points de vue nuancés en fonction des domaines d’études sélectionnés. Par exemple, le fait d’avoir été formé aux sciences économiques et sociales et donc d’avoir eu connaissance des analyses sur l’éducation modifie-t-il la perception des individus ? Pour Élise Tenret le contenu des études joue un rôle résiduel alors que la filière d’étude apparaît comme un élément déterminant dans l’acceptation de la méritocratie scolaire. Ainsi les élèves de classe préparatoire aux grandes écoles sont les plus convaincus du bon fonctionnement de l’école dans la sélection des élèves selon le mérite tandis que ceux des sections de techniciens supérieurs considèrent au contraire que le mérite provient plus des qualités individuelles.

7La troisième partie est la plus empirique car elle repose sur une enquête de l’auteure sur des étudiants de classe préparatoire dans plusieurs établissements idéals typiques (public, privé, centre-ville, province…). L’auteure rappelle le système spécifique de ces formations visant à sélectionner l’élite scolaire en France par le biais des grandes écoles. Elle souligne également les efforts faits pour « démocratiser » l’accès aux cpge : le tutorat, les conventions prévoyant un accès spécifique pour certains élèves provenant de certains établissements… Les entretiens passés avec les étudiants de ses formations sont particulièrement riches. À travers quelques portraits, plusieurs traits saillants apparaissent : ceux qui croient fortement à la méritocratie et qui pensent que tout le monde a sa place en « prépa », ceux qui sont plus sceptiques et constatent des effets de reproduction sociale… Bien qu’Élise Tenret souligne les limites de sa méthode (elle aurait souhaité pouvoir mener des études longitudinales, développer des outils de mesure de l’effet du diplôme) c’est un livre incroyablement riche et approfondi qu’elle nous offre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Élise Tenret, L’école et la méritocratie. Représentations sociales et socialisation scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7858

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page