Navigation – Plan du site

Gabriel Colletis, L'urgence industrielle !

Pierre Gille
L'urgence industrielle !
Gabriel Colletis, L'urgence industrielle !, Le Bord de l'eau, coll. « Retour à l'économie politique », 2012, 200 p., ISBN : 978-2-35687-161-9.
Haut de page

Texte intégral

1Les questions relatives à l'industrie et à la politique industrielle connaissent actuellement en France un (relatif) « retour en grâce » à la faveur de la campagne électorale, sans que l'on puisse pour autant affirmer que celui-ci se traduira par autre chose que des discours. Il y aurait pourtant urgence à réagir si l'on en croit Gabriel Colletis, actuellement professeur d'Économie à l'Université de Toulouse et anciennement conseiller scientifique du commissariat Général au Plan, tant la France semble être engagée aujourd'hui dans une réelle dynamique de déclin industriel.

2Quatre causes seraient à l'origine de celle-ci selon Gabriel Colletis. Première cause : la faiblesse de la croissance économique (alimentée par les politiques de rigueur régulièrement mises en Œuvre en France sur les vingt dernières années). La question de l'industrie est en effet indissociable de la question de la croissance.

3Deuxième cause : l'extraversion des grands groupes industriels français (et, d'une certaine manière, de l'ensemble des activités industrielles implantées en France puisqu'une partie non négligeable de celles-ci est aujourd'hui passée sous la coupe de groupes étrangers). Cette extraversion n'est pas en soi récente mais elle s'est faite ces dernières décennies sur la base d'investissements directs à l'étranger allant de plus en plus souvent de pair avec des délocalisations. Il en a résulté un déplacement du centre de gravité de ces groupes à l'extérieur de l'hexagone. Ceux-ci ont abandonné progressivement leur base nationale et le lien qui a longtemps existé entre leur destin et celui de la Nation prise dans son ensemble a eu tendance à se rompre. Cette rupture ayant été par ailleurs alimentée par les politiques économiques mises en œuvre par un État devenu schizophrène qui, à force de vouloir défendre les intérêts de ces grands groupes (identifiés à tort aux intérêts de la Nation) à grand renfort d'aides ou exonérations diverses, a encore réduit la contribution de ceux-ci aux charges de la collectivité, s'est privé des moyens de mettre en œuvre une véritable politique économique de croissance et est devenu incapable de porter un véritable projet national de développement.

4Troisième cause, la financiarisation de ces groupes. Plus récente que l'extraversion, elle découle en grande partie de celle-ci. Les stratégies de croissance externe mises en œuvre par les grands groupes dans le cadre de leur internationalisation n'ont en effet pu être financées que par un recours croissant aux marchés financiers. La rentabilité est ainsi devenue l'objectif final, et la compétitivité l'objectif intermédiaire, d'une stratégie visant avant tout à satisfaire les intérêts financiers à court terme des actionnaires et ce, au détriment de la capacité d'autofinancement et d'investissement des entreprises, mais également des salaires.

5Quatrième et dernière cause : une conception dépassée du travail, inscrite dans une représentation de la compétitivité limitée aux seules dimensions de coûts et de prix, dont il aurait résulté la mise en Œuvre, d'une part, de politiques systématiques de réduction du coût du travail (en particulier par remise en cause du droit du travail) et, d'autre part, de politiques de soutien au développement d'emplois peu qualifiés (donc peu coûteux) au détriment d'emplois de qualification intermédiaire. Mais dont il en aurait également résulté de très insuffisants efforts de recherche et développement de la part des entreprises malgré un important soutien public.

6Selon Gabriel Colletis, il est donc urgent, pour s'engager sur les voies d'un véritable renouveau industriel, de changer radicalement de perspective. Il conviendrait ainsi de prendre conscience du fait que, loin de certaines illusions de la thèse de la « décroissance », la croissance économique est encore aujourd'hui indispensable pour toutes les économies tant la quantité de besoins insatisfaits dans le monde reste élevée. Cette croissance doit bien sûr désormais s'inscrire, selon Gabriel Colletis, dans une logique de « transition écologique » et reposer sur le développement de productions socialement utiles tout en préservant la nature (bien loin cependant là aussi des illusions de la « croissance verte » qui ne serait en fait qu'un avatar supplémentaire du processus de marchandisation et financiarisation croissante de nos économies) mais elle reste tout aussi fondamentale aujourd'hui qu'elle l'était hier.

7Or si une croissance soutenue est un facteur tout à fait favorable au développement de l'industrie, il serait illusoire de croire que l'on pourrait continuer à croître et à se développer en se passant d'industrie. Celle-ci reste encore aujourd'hui au cœur des processus de croissance et de développement. Il faut donc redynamiser l'industrie pour redynamiser la croissance économique, ce qui suppose de développer une nouvelle conception du travail qui s'appuie sur la notion de compétences et qui cherche, en particulier, à valoriser les compétences disponibles localement. Ces compétences, parfois spécifiques à un territoire, pouvant servir d'assise à une véritable « reterritorialisation » des activités industrielles. Mais cette redynamisation de l'industrie et de la croissance implique aussi de « redonner du temps au temps », c’est-à-dire d'être capable de sortir du « temps court » de la finance et de la rentabilité à court terme pour entrer dans le « temps long » de la recherche, du développement et de l'innovation.

8Il est d'autant plus urgent de réagir pour Gabriel Colletis que tout ceci ne pourra sans doute pas se faire du jour au lendemain. Ce changement de perspective suppose en effet de refonder la démocratie. D'abord au sein des entreprises (elles-mêmes refondées), en rééquilibrant les rapports entre travail et capital afin de tenir compte des apports réels de chacun. Mais également dans la société dans son ensemble en redonnant au peuple-citoyen la possibilité de peser véritablement sur les décisions prises par les pouvoirs aussi bien nationaux que supranationaux.

9Dans ce livre engagé et dense, Gabriel Colletis défend donc un programme ambitieux qui dépasse la simple question de la politique industrielle telle qu'on la définit habituellement. La thèse qu'il défend repose sur la mobilisation d'éléments qui, pour la plupart d'entre eux, ne présentent pas un caractère véritablement inédit. Mais ces éléments sont parfois utilisés de façon assez originale au service de la position défendue et Gabriel Colletis prend souvent « à contre-pied » un certain nombre d'idées ou de références courantes aujourd'hui (s’il s'arrête ainsi sur la situation de l'Allemagne, ce n'est pas tant pour vanter un « modèle » qui serait paré de toutes les vertus et qu'il conviendrait absolument de reproduire, que pour mettre en avant le fait que, selon lui, les pays qui ont réussi à maintenir un certain niveau de performances économiques générales ces dernières années, sont aussi ceux qui ont su préserver une véritable base industrielle nationale, et innovante, au service des consommateurs nationaux).

10Certains aspects du livre feront sans doute réagir les lecteurs (ou certains d'entre eux). On trouvera peut-être « passéiste » sa défense de la « planification à la française » qui pourra éventuellement être interprétée comme un appel à un retour à celle-ci (même s’il est bien précisé qu'il ne s'agit nullement de reproduire à l'identique des expériences du passé) On n’adhérera pas forcément non plus à sa défense du protectionnisme envisagé à l'échelle de l'Europe (même s’il est là aussi bien précisé qu'il ne saurait constituer à lui seul « la solution » au problème du déclin industriel).

11D'autres aspects de l'ouvrage gagneraient à être clarifiés. On a ainsi parfois du mal à saisir exactement la position de Gabriel Colletis face à la « finance », celle-ci apparaissant tantôt comme un élément explicatif tout à fait fondamental des maux dont souffrent aujourd'hui nos économies, tantôt comme un élément secondaire de ces difficultés. Quant à certains termes ou expressions utilisés, ils peuvent prêter à confusion. Gabriel Colletis insiste ainsi sur l'indispensable reconnaissance et valorisation des compétences. Compétences renvoyant aussi bien à des qualifications qu'à des savoirs faire, à la capacité à travailler en équipe qu'à celle de prendre des initiatives et de mobiliser un capital d'expériences. Le tout permettant de définir ce qu'il nomme le « travail (leur) cognitif ». Or tout ceci évoque singulièrement le langage utilisé dans le cadre de nouvelles formes d'organisation du travail (relevant de la « lean production » et souvent inspirées d'expériences d'origine japonaise) mises en place dans bon nombre de pays développés depuis une trentaine d'années. Nouvelles formes d'organisation du travail que Gabriel Colletis semble pourtant ne pas particulièrement apprécier et tend même rejeter en les qualifiant, en particulier, de « néo-tayloriennes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Gabriel Colletis, L'urgence industrielle ! », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7977

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page