Navigation – Plan du site

Albert Ogien, Sandra Laugier (dir.), « La désobéissance civile », Problèmes politiques et sociaux, n°989, Octobre 2011

Guillaume Lequien
La désobéissance civile
Albert Ogien, Sandra Laugier (dir.), « La désobéissance civile », Problèmes politiques et sociaux, n°989, Octobre 2011, La Documentation Française, ISBN : 3303332109890.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier sur la désobéissance civile proposée par le numéro 989 des Problèmes politiques et sociaux de la Documentation Française se veut un outil d’accompagnement de la réflexion déjà menée par Albert Ogien et Sandra Laugier dans leur ouvrage précédemment publié1 sur ce thème. Cette anthologie regroupe trente-cinq textes d’origines diverses, effectuant un va-et-vient permanent entre la réflexion théorique des philosophes au sujet de la légitimité de la désobéissance civile et les manifestes politiques des acteurs qui se sont engagés, depuis Emerson sur l’esclavage, en passant par la résistance sous l’Occupation et la lutte de Martin Luther King contre la ségrégation, jusqu’aux problématiques les plus contemporaines concernant la fonction publique, les OGM, les révolutions arabes de 2011. L’organisation thématique du dossier se fait en cinq parties, respectivement consacrées aux figures de la désobéissance, aux fondements philosophiques puis aux enjeux politiques de la question, à l’émergence de nouvelles formes contemporaines de désobéissance civile et finalement à leur traitement judiciaire

2Le dossier commence en mettant en exergue trois discours historiquement fondateurs : Ralph Waldo Emerson s’oppose à la loi sur les esclaves fugitifs en 1854 ; Martin Luther King distingue en 1963 le devoir moral d’obéissance aux lois justes et le droit moral de désobéissance aux lois injustes prônant notamment la ségrégation raciale ; Hubertine Auclert justifie en 1879 la cause féministe en dénonçant l’injuste application du principe républicain d’égalité entre les femmes et les hommes.

3La deuxième partie nous propose un parcours autour de l’idée de désobéissance civile chez divers philosophes du XXe siècle : Hannah Arendt explique que le consentement de chaque citoyen américain à déléguer son pouvoir à l’Etat reste révocable, s’inscrivant selon Etienne Balibar dans une conception générale des droits de l’homme immanents à l’humain ; John Rawls justifie la désobéissance civile face à des institutions injustes tout en la limitant par un devoir de retenue ;  Sandra Laugier pose la question des citoyens qui n’ont pas de voix pour s’exprimer sur les principes de justice ; Sylvie Laurent analyse la part de violence acceptable ou non dans les actions de Gandhi et de Martin Luther King ; Vinit Haksar s’interroge sur les limites de la tolérance face aux actes de désobéissance civile en s’appuyant sur deux exemples indiens ; John Morreall montre que le recours à la violence qui ne rend pas la désobéissance plus illégitime ; Jürgen Habermas explique que les violations civiles de la règle sont la dernière possibilité de révision du droit lui-même dans un Etat de droit en perpétuelle construction.

4Le dossier se consacre ensuite aux enjeux politiques dans la pratique même de la désobéissance civile : Etienne Balibar fait appel à l’idée de « lois non écrites » pour justifier l’aide aux sans-papiers en 1997 ; Lilian Mathieu insiste en 2011 sur l’idée que la protestation publique est un principe fondateur paradoxal de toute démocratie ; Joëlle Kuntz revient sur la protestation des Tea Parties en 1773 contre la main-mise fiscale de l’Etat.

5La quatrième partie s’intéresse aux nouvelles formes contemporaines de désobéissance civile : le mouvement planétaire des Indignés de 2011 analysé par Karine Jammal, la dynamique des révolutions arabes de 2011 par Jean-Pierre Filiu, l’émergence de la désobéissance dans la fonction publique française autour du fichier Edwige et de la « Base élèves 1er degré » par Albert Ogien et Sandra Laugier, l’action des agents forestiers contre l’abattage prématuré des arbres dans les forêts publiques par Elisabeth Weissman, la mobilisation contemporaine autour du droit d’asile en Suisse ainsi que le cas de la condamnation d’un officier de police suisse favorisant les réfugiés juifs en 1940 par Christophe Tafelmacher, les actes individuels de désobéissance au quotidien d’une caissière de supermarché envers des clients démunis ou des passagers d’un vol Air France transportant des sans-papiers par Marion Esquerré, le mouvement de désobéissance civile électronique par Ricardo Dominguez, et le cas paradoxal de la résistance au nom du droit par les défenseurs du droit eux-mêmes, avocats et magistrats, pendant l’Occupation par Liora Israël.

6Le dossier s’achève sur le traitement judiciaire des divers cas de désobéissance civile qui ont souvent été réduits à des atteintes à la propriété d’autrui sans prise en compte de leur motivation explicitement politique mais qui commencent à être lentement reconnus par le droit, avec l’exemple de la revendication d’un droit au logement, de la condamnation des opposants à l’avortement, de la difficile qualification juridique des luttes anti-OGM, et les avancées du droit en la matière à la Cour européenne des droits de l’homme.

Haut de page

Notes

1  Albert Ogien, Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ?, La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Lequien, « Albert Ogien, Sandra Laugier (dir.), « La désobéissance civile », Problèmes politiques et sociaux, n°989, Octobre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 avril 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8288

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Lequien

Professeur certifié de Philosophie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page