Navigation – Plan du site

François Vatin, Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure

Diane Rodet
Evaluer et valoriser
François Vatin (dir.), Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Presses universitaires du Mirail, coll. « Socio-logiques », 2009, 306 p., EAN : 9782810700295.
Haut de page

Texte intégral

1La question de la nature et de la formation de la valeur fait partie des débats récurrents en économie. C'est à cette discussion historique que cet ouvrage collectif souhaite contribuer du point de vue de la sociologie économique, en s'attachant plus particulièrement à la question de la mesure de la valeur.

2S'il existe déjà une distinction entre valeur d'usage et valeur d'échange chez Aristote, celle ci ne sera néanmoins pas reprise par Walras et les néo-classiques, pour lesquels la valeur n'existe qu'au moment où elle est sanctionnée par l'établissement d'un prix. Ce n'est qu'avec Marx que réapparaît une possible double nature de la valeur. Il convient pour cet auteur de considérer la valeur d'une part du point de vue de sa formation (la valeur est donnée par la quantité de travail social nécessaire à sa conception, à sa production et sa circulation) et d'autre part du point de vue de sa réalisation (au cours de la vente). À aucun moment la « vraie » valeur économique n'est pourtant mesurée car le niveau des prix ne dépend presque uniquement de la vente. L'économie des conventions franchit un nouveau pas dans cette réflexion en décrivant un processus linéaire: l'échange marchand qui sanctionne l'existence de la valeur économique ne peut avoir lieu que si un accord préalable sur la qualification du bien a été obtenu. L'évaluation précède la valorisation. La valeur économique ne provient plus uniquement du marché : l'école des conventions ainsi que la « nouvelle sociologie économique » mettent en avant les conditions sociales qui rendent le marché possible.

3Pour les contributeurs de l'ouvrage dirigé par François Vatin, la théorie marxiste et l'école des conventions commettent toutes deux une même erreur : celle de séparer l'échange de ce qui le prépare. Les terrains étudiés mettent en effet tous en lumière l'interdépendance entre qualification des biens et échange marchand. Évaluation et valorisation apparaissent entremêlées et présentes tout au long du processus de qualification du bien. L'évaluation ne se fait qu'en anticipant la valorisation future, la valorisation ne peut se faire sans évaluation préalable. Le prix ne naît pas de la rencontre de l'offre et la demande mais vient plutôt conditionner le niveau de ces dernières. Les contributions réunies ont également pour point commun de mêler ce qui relève traditionnellement respectivement du domaine de la sociologie du travail et de celui de la sociologie économique. Les modalités concrètes du processus de valorisation sont ainsi présentées telles qu'elles sont élaborées par les acteurs au travail.

4L'ouvrage se compose de trois grandes parties. La première rassemble des travaux traitant de la construction des normes dans l'action, depuis les ingénieurs jusqu'aux gestionnaires. Retraçant le processus de normalisation de la cocotte-minute, Claire Leymonerie décrit une standardisation essentiellement tournée vers l'utilisateur du produit. Elle s'accompagne de la promotion de la notion difficilement définissable de qualité, qui finit par refléter les exigences des futures utilisatrices, notamment en termes de rapidité de cuisson et d'apports nutritifs. Les ingénieurs de l'Afnor (Agence française de normalisation) se concentrent sur la question de la sécurité. La norme établie n'est pas rendue obligatoire, mais délimite un espace de concurrence entre produits homogènes. Les constructeurs sont ainsi incités à innover à la marge de la norme pour se différencier, conduisant en retour à une modification de la norme. La définition de l'autocuiseur accompagne l'évolution de l'image de l'utilisatrice : de la ménagère-technicienne dans l'entre-deux-guerres à la cuisinière distraite et maladroite dans les années 1950. Les fabricants diminuent les moyens de contrôle de l'instrument mis à disposition. L'évolution de la perception du travail domestique a également son influence : la participation croissante des femmes au marché du travail rend de moins en moins nécessaire la valorisation d'une figure professionnelle de la ménagère.

5Parcourant l'histoire du téléphone, Alexandra Bidet montre quant à elle comment celle-ci se caractérise par une construction continue de ce qu'est une conversation téléphonique, comme bien d'usage, dispositif technique et bien économique correspondant à un prix. Cette élaboration passe par les réflexions des ingénieurs des télécommunications, s'interrogeant progressivement sur ce qu'est une conversation téléphonique (un échange verbal à distance, une quantité d'énergie qui circule pendant un certain temps sur un réseau, le travail de l'opératrice...), ou encore sur ce que coûte et rapporte cette même conversation.

6Le monde hospitalier offre un autre éclairage des différentes manières d'appréhender la mesure d'une activité dans sa construction. Nicolas Belorgey dépeint les tentatives de réforme du secteur de la santé entreprises depuis le milieu des années 1970. Deux types d'acteurs cherchent à faire valoir leur définition et leur mode d'évaluation de l'activité. Les administrateurs gestionnaires, d'une part, cherchent à optimiser les coûts sous contrainte de qualité des soins ; les soignants d'autre part, cherchent à optimiser la qualité des soins sous contrainte financière. Derrière cette apparence opposition pourtant, l'auteur observe des deux côtés la présence de logiques gestionnaires ; ce qui aboutit à une lutte pour le monopole de l'exercice légitime de la gestion.

7La seconde grande partie de l'ouvrage regroupe des études sur le cadrage du travail par des dispositifs de mesure. La contribution de Mathieu Grégoire, portant sur les dispositifs d'indemnisation du chômage des intermittents du spectacle, montre toute la difficulté d'attribuer une valeur aux périodes de hors-emploi. À chaque formule d'indemnisation envisagée depuis 2003 correspond un choix normatif, une qualification et une valorisation particulière du travail. Un glissement s'opère progressivement, d'une définition d'un salarié qualifié, indemnisé à hauteur de cette qualification, à celle d'un travailleur « sans qualité », indemnisé dans le but de l'inciter à retrouver un emploi.

8Les dispositifs d'évaluation de la capacité des individus à exercer un travail présentent la question de la mesure du travail sous une autre perspective. Delphine Remillon et Antoine Vernet comparent trois époques différentes à travers les dispositifs suivants : la mesure psychotechnique pratiquée par Jean-Maurice Lahy à la Société des transports en communs de la région parisienne à partir de 1924, la généralisation de cette approche à toutes les professions dans le contexte de l'orientation scolaire et enfin le Dictionary of Occupational Titles élaboré par le United States Department of Labor à la fin des années 1930. Les auteurs observent un déplacement progressif d'une mesure des aptitudes des individus à occuper un poste précis, à une unique échelle de l' « employabilité », déconnectée de toute référence à un emploi concret. Cette transformation est attribuée à deux facteurs principaux : l'évolution du contexte économique (le chômage de masse conduit à mesurer l'employabilité des chômeurs plutôt que celle des travailleurs) et la sophistication des tests statistiques qui déconnecte la mesure de la réalité des emplois.

9C'est ensuite l'évaluation du « travail entrepreneurial » qui est étudiée par Martin Giraudeau, à travers un type particulier de business plan, les « dossiers Accre ». Il s'agit de documents exigés par l'Etat de 1987 à 2007, aux entrepreneurs candidats à l'Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprises. Ayant pour objectif d'évaluer la qualité économique du projet, le formulaire se présente à la fois comme un document administratif et un outil de gestion privée. Il cherche à réduire l'incertitude quant à la réalisation du projet pour le comité de sélection par une injonction constante au réalisme, sans pour autant être en mesure de garantir la concrétisation du projet. En annexe sont demandés des documents attestant de l'engagement de futurs clients ou encore de l'existence de matériel et de fournisseurs : le critère déterminant dans l'évaluation et la valorisation du projet porte, non pas sur sa qualité ou valeur mais sur sa pré-réalisation.

10Les difficultés impliquées par la mesure du travail sont également au cœur de la contribution de Thomas Le Bianic et Gwénaëlle Rot intitulée « Cadrer les cadres ». Deux professions jugées « opaques » sont confrontées à la mise en place de dispositifs de mesure de leur activité : les psychologues du travail de l'AFPA et les chercheurs de l'industrie pétrochimique. Dans les deux cas, les instruments de mesure introduits traduisent un souci de capter les savoirs existants au sein d'outils de standardisation des pratiques : par l'intermédiaire de logiciels de mises en commun des compétences chez les chercheurs, à travers un référentiel d'activité formalisant les échanges avec les demandeurs d'emploi chez les psychologues. Le rejet de ces procédures par les professionnels n'est pas, selon les auteurs, un rejet de la mesure en soi, mais traduit plutôt la revendication de choisir les modalités de son application. La mise en place d'autres outils de mesure statistique par les psychologues vient l'attester.

11La troisième et dernière partie de l'ouvrage s'intéresse à la définition des qualités d'un produit, le travail n'étant plus ici l'objet mesuré mais au contraire l'activité produisant la mesure et donc la valeur. L'analyse de la vente du journal quotidien, menée par Stéphane Cabrolié, montre bien l'impossibilité de séparer la qualification du produit de son inscription sur un marché. Le journal peut être modifié (en termes de nombre de pages, de présentation...) selon l'actualité ou le budget. A l'inverse, la structure de la demande (celle des annonceurs ou du lectorat) dépend elle aussi du contenu éditorial au journal. Contrairement à l'idée répandue opposant logique commerciale et logique éditoriale, les deux apparaissent comme largement interdépendants.

12De même, l'analyse des actes d'évaluation et de qualification de l'Agneau fermier label rouge, présentée par Thierry Escala, met en évidence le processus de qualification-valorisation du produit comme « chaîne de valeur » aboutissant à un prix. L'auteur distingue deux principes d'évaluation des carcasses : le premier, tourné vers l'amont, attribue une valeur qui se répercute sur les revenus des éleveurs, le second tourné vers l'aval, repose sur une singularisation des carcasses en fonctions des attentes des consommateurs finaux. L'observation dément la représentation d'un prix de marché résultant de la confrontation d'une offre et d'une demande, au profit de l'agrégation d'une pluralité d'évaluations par de multiples acteurs, tout au long de la mise en marché.

13La présentation par Etienne Nouguez du marché des médicaments génériques insiste à la suite de Michel Callon, sur le rôle joué par les consommateurs et leurs préférences subjectives dans la concurrence entre les produits. L'auteur montre l'influence des modalités de qualification des produits sur la structuration des marchés. La construction du marché des génériques par les pouvoirs publics débute par la volonté de faire reposer la valeur des médicaments sur leurs caractéristiques objectives (le générique est défini comme ayant le même principe actif, la même forme pharmaceutique et la même diffusion dans l'organisme que le médicament qu'il copie). L'échec de cette méthode conduit ensuite les pouvoirs publics à appuyer leur politique sur la valorisation des préférences subjectives des consommateurs par une tarification différentielle (le bénéfice du « tiers-payant » est conditionné à l'achat du générique).

14La dernière analyse porte sur la mesure d'un type particulier de qualité : la « qualité sociale » des entreprises. Introduit dans les années 1990 par des organisations militantes à l'encontre d'entreprises jugées « socialement irresponsables », l'audit social évalue les conditions de travail pratiquées par les fournisseurs dans les pays en développement. L'exemple du référentiel BSCI (méthodologie d'audit commune adoptée en 2003 par un groupement d'entreprises européennes), étudié par Pauline Barraud de Lagerie, met en avant les limites d'une méthode très standardisée dans laquelle l'appréciation de l'auditeur est restreinte au minimum. Deux types de problèmes sont signalés. D'une part, le haut niveau de codage des réponses ne rend compte ni des responsabilités autres que celles des dirigeants dans l'existence d'un écart à la norme attendue, ni de l'ampleur de cet écart. D'autre part, le mode d'agrégation des résultats contribue à regrouper des usines très hétérogènes du point de vue de leurs « écarts».

15Au terme de cet ouvrage le lecteur a bien la conviction qu'évaluation et valorisation sont indissociables et que l'analyse du marché passe par une analyse du processus de qualification des biens. Cette nouvelle perspective élargit en outre la notion de marché en l'ouvrant à une multiplicité d'acteurs (qualiticiens des carcasses d'agneau, ingénieurs Afnor ou des télécommunications...) ignorés jusque là dans la formation du prix. Il apparaît pertinent dans ce cadre de rassembler les notions d'évaluation et de valorisation sous un seul et même terme, tel que celui de valuation, proposé par Michel Callon dans la postface.

16Ce livre contribue donc véritablement à faire avancer la réflexion sur les origines, la nature et la mesure de la valeur. On regrettera peut-être pourtant que bien qu'issus du « Groupe Mesure » se réunissant régulièrement depuis 2002, les auteurs ne situent pas toujours suffisamment leur propos par rapport à la direction commune et n'évitent donc pas réellement l'écueil de la juxtaposition qui guette bien souvent les ouvrages collectifs. Les contributions respectives de François Vatin (préface) et Michel Callon (postface) sont à cet égard extrêmement utiles pour unifier l'ensemble de ces travaux et méritent largement d'être lues pour elles-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Rodet, « François Vatin, Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/857

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page