Navigation – Plan du site

Louis Pinto, La théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXe siècle

Samuel Coavoux
La théorie souveraine
Louis Pinto, La théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXe siècle, Cerf, coll. « passages », 2009, 382 p., EAN : 9782204087933.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire (Paris: Editions du S (...)

1« L'intention même de faire la science du sacré a quelque chose de sacrilège », écrit dans Les règles de l'art Pierre Bourdieu1 pour décrire les difficultés que rencontre la démarche sociologique quand elle se saisit d'objets protégés par « la dévotion culturelle ». Louis Pinto fait partie de ces « hérétiques » de longue date et n'a eu de cesse, tout au long de sa carrière, de chercher à objectiver la discipline philosophique et à dévoiler son fonctionnement. Il s'attache, dans son dernier ouvrage, à examiner les relations qu'ont entretenu les philosophes, au long du XXe siècle, à la sociologie. Il ne s'agit pas tant, cependant, d'une sociologie de la réception que d'une histoire sociale du champ philosophique, le rapport aux sciences sociales permettant de décrire l'organisation de la discipline et son évolution au cours du siècle.

2La thèse principalement défendue dans l'ouvrage est l'idée que l'opposition entre compétences littéraires/humanistes et compétences scientifiques comme l'inégale dotation en capitaux économiques, culturels, scolaires et symboliques sont les deux principaux éléments structurants du champ philosophique du XXe siècle. La seconde de ces hypothèses est familière aux lecteurs de Bourdieu : il existe une homologie entre espace social et champ de production culturelle, de sorte que les mêmes agents ont tendance à occuper des positions similaires dans ces différents espaces. La première, cependant, constitue l'axe de réflexion privilégié de Pinto et apporte beaucoup, de fait, à l'appréhension de l'histoire de la philosophie au XXe siècle.

3On peut, pour caricaturer, réduire les réactions de la philosophie à la naissance et à l'affirmation des sciences sociales à une défense jalouse de son territoire. L'ensemble des postures apparemment fort éloignées les unes des autres, du rejet franc à l'alliance, que les philosophes prennent face à la menace que constitue ce discours nouveau sur le monde social, procède ainsi de la lutte pour le monopole du discours légitime. La diversité des modalités de cette réaction, alors, s'explique à la fois par le paysage intellectuel du moment (histoire des sciences et épistémologie, un temps dominantes, sont discréditées après 1968 par l'association de la science au pouvoir technocrate, au profit d'un renouveau des approches humanistes), et par la dotation des agents du champ philosophique en compétences plutôt scientifiques ou plutôt littéraires.

4Le moment du structuralisme fournit une illustration intéressante de cette situation. Les positions dominantes de la philosophie sont alors occupées par l'histoire de la philosophie, présente en particulier à la Sorbonne. Les sciences bénéficient d'une légitimité supérieure aux lettres, et les sciences humaines, en particulier, investissent les débats intellectuels. Les deux pôles des attitudes philosophiques face aux sciences humaines sont alors constitués par le structuralisme d'une part, l'alliance philosophie-littérature d'autre part. Dans le premier cas, les mieux dotés en compétences scientifiques affirment, à travers le structuralisme, le primat de l'interprétation et la nécessité de fonder philosophiquement les sciences de l'homme ; dans le second, le commentaire de la littérature remplace celui de la métaphysique, alors dévalorisée. A chaque fois, l'expérience de la lecture reste primordiale, et fonde l'activité philosophique.

5L'histoire des états du champ philosophique est déroulée des années 1900 aux années 1970. L'auteur y découpe quatre grands moments : celui de la réaction au durkheimisme, au tout début du siècle ; celui, dès l'Entre-deux-guerres, de la phénoménologie et de la philosophie allemande ; celui du structuralisme à partir des années 1950 ; et enfin l'après-1968. Les tensions entre les deux ensembles disciplinaires sont cependant présentes dès les débuts de la sociologie. On reproche ainsi à Durkheim son positivisme ; la philosophie, forcée de tenir compte des avancées de la science, n'accepte cependant de le faire qu'à condition de conserver un certain nombre de prérogatives, inclues dans des postulats, dont, en particulier, le primat de la conscience individuelle. Elle choisit ainsi souvent la psychologie contre la sociologie et son « fétichisme du collectif » (p. 57). Le même thème de la conscience individuelle est investi, plus tard, par la phénoménologie, et donne lieu en particulier à de nombreuses réflexions sur le thème de l'autre. Louis Pinto consacre un chapitre aux théories d'autrui qui, de Husserl à Sartre, sont autant de manières de passer philosophiquement du je à la société, et d'intégrer donc le monde social, mais dans les termes et la perspective de la philosophie. La phénoménologie permet ainsi d'importer dans la discipline des objets psychologiques tout en refusant la psychologie, et à plus forte raison la sociologie.

6Les phases suivantes sont également l'occasion d'un tri, d'une appropriation très sélective des travaux de sciences humaines selon leur conformité avec les problématiques philosophiques. A l'heure du structuralisme triomphant, la linguistique et l'anthropologie tiennent le haut du pavé : la première parce qu'elle propose une méthode universelle d'interprétation des signes, qui conserve le primat de la lecture et du commentaire tout en y intégrant une certaine forme de scientificité ; la seconde parce que tenant son objet à distance, elle ne peut être soupçonnée, comme la sociologie, de se complaire dans des objets vulgaires, car bien trop proches.

7Après 1968, ça n'est plus tant par rapport à la science que par rapport à la politique que la philosophie doit se positionner. Mais, là encore, il s'agit de se démarquer des approches profanes de la politique et des « petits producteurs de prophéties » (p. 312). Une telle démarche s'observe, entre autres, chez Michel Foucault. Le tournant politique de la philosophie se traduit, chez lui, par une mutation de ses modes d'engagement (préférer l'action, comme celle du Groupe Information Prisons, à l'écriture), de ses objets d'études (le pouvoir plutôt que l'histoire des sciences), de ses méthodes (la généalogie, qui considère à la fois les discours et les techniques, plutôt que l'archéologie). Ainsi formulée chez celui qui devient la figure intellectuelle de son temps, dont il théorise en même temps le rôle (l'intellectuel spécifique), la redéfinition de l'activité philosophique constitue une prise de position par rapport aux sciences humaines, visant à conserver les privilèges de la discipline reine. Ainsi, « l'association du ‘savoir' et du ‘pouvoir' était, dans une certaine mesure, la forme radicale qu'a prise le rapport philosophique (...) aux disciplines positives » (p. 339).

8La thèse que Louis Pinto défend, et qu'il fonde sur des démonstrations solides, appuyées sur des analyses développées, convainc de l'intérêt persistant d'une approche de la production culturelle en termes de champs. Les prises de position philosophiques, en effet, sont étroitement liées aux positions dans le champ, positions que l'on aurait aimé voir précisées (le « capital philosophique » ou le « capital scientifique » sont souvent invoqués pour désigner tantôt un capital culturel ou scolaire, tantôt un capital symbolique, avec parfois une certaine ambigüité). L'attention portée à la dynamique de l'espace de la philosophie débouche sur une cartographie dynamique, éclairant les différents états du champ et les modalités du passage entre ces états. Il est, de ce point de vue, dommage que nulle autre synthèse qu'une courte introduction ne soit proposée au lecteur, qui doit reconstituer seul, à partir d'un texte très dense, l'histoire des mutations du champ. Mais pour être parfois difficiles d'accès, les analyses du positionnement de Durkheim, de la pensée de Sartre ou de Foucault, ou de l'écriture de Deleuze n'en sont pas moins passionnantes.

9Il s'agit par ailleurs d'un texte engagé en faveur des sciences sociales. L'ouvrage se veut ainsi une « critique sociale du jugement philosophique » (p. 357), reflétant le sous-titre fameux de Bourdieu, qui devrait inciter les philosophes, avec Wittgenstein, à se soumettre à « des principes de responsabilité et de mesure » (p. 358). Une telle posture est sans doute nécessaire ; elle ne va pas, cependant, sans quelques ambigüités, comme celle consistant à demander aux sociologues de considérer, dans les propos des philosophes, « aussi bien les questions ultimes de théorie pure que les abus d'autorité » (p.358), comme si les deux pouvaient être clairement distingués. En somme, La théorie souveraine constitue une contribution importante à la sociologie des productions culturelles, ouvrant de nombreuses portes, et stimulante jusque dans ses limites.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire (Paris: Editions du Seuil, 1992), p. 260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Louis Pinto, La théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/860

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie, École normale supérieure de Lyon, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page