Navigation – Plan du site

Charles Heimberg (dir.), « Musées, histoire et mémoires », Le cartable de Clio. Revue suisse sur les didactiques de l'histoire, n°11, 2011

Céline Ruess
Musées, histoire et mémoires
Charles Heimberg (dir.), « Musées, histoire et mémoires », Le cartable de Clio. Revue suisse sur les didactiques de l'histoire, n°11, 2011, 304 p., Lausanne, Éditions Antipodes, ISBN : 978-2-88901-065-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier central de la revue interroge le triangle histoire-mémoire-musée. Il y adjoint un quatrième angle, l’enseignement scolaire de l’histoire et l’éducation à la citoyenneté. L’on y chercherait en vain une perspective muséologique globale sur ces thèmes complexes. Les auteurs analysent en historiens ou en sociologues des cas de muséification des mémoires et de l’histoire.

2Quelques articles évoquent la collecte de sources et la mission scientifique de l’institution muséale, mais cette dimension reste marginale. Ainsi, Philippe Olivera interroge le rôle de l’historien et de l’archive dans la création récente du centre Marne 14-18. Dans le cas de la Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés, Geneviève Erramuzpé montre qu’un lieu de commémoration peut aussi mettre en place un travail de recherche, et s’adapter à l’évolution de l’historiographie. Ces deux exemples relèvent plus de la collecte et de l’étude de sources en vue d’un travail de narration historique que d’une réflexion sur la constitution et la conservation d’une collection, la patrimonialisation d’un ensemble comportant objets tridimensionnels, documents variés et témoignages oraux.

3L’accent porte surtout sur la partie émergée, publique, des musées, c’est-à-dire les expositions permanentes et temporaires, les animations pédagogiques et autres activités. Globalement, l’exposition est assimilée à une narration, dont les contenus doivent être soumis à la critique historique. Il est évidemment nécessaire de critiquer ainsi les choix posés consciemment ou non par les opérateurs. Mais l’on peut regretter que la spécificité du musée n’y apparaisse guère. Dans cette exposition-narration, des objets s’ajoutent à l’iconographie pour illustrer ou accompagner des textes, le tout inséré dans une scénographie qui éventuellement renforce l’impact émotionnel ou tel aspect du message. Certes, il arrive que le visiteur soit pris en otage. Le musée faillit alors à sa fonction de démocratisation, comme le souligne Mari Carmen Rodriguez, évoquant le manque de prise de distance face à l’usage de certains mythes et l’élaboration de stratégies d’évitement au nom de la pacification des mémoires en Espagne. Cependant, cette vision néglige le rôle actif du visiteur. Contrairement à un spectateur par exemple, il peut sélectionner et construire son parcours. Tout dépend alors des moyens qu’on lui donne pour le faire…

4Les musées comme les espaces mémoriels sont donc analysés en tant qu’objets culturels, sociaux et politiques. C’est dans ce sens que Julien Mary et Frédéric Rousseau (programme Les Présents du Passé, Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de l’Université Paul Valéry de Montpellier) proposent une « muséo-histoire ». Ils rappellent que les « espaces muséaux » au sens large s’insèrent dans un « terroir mémoriel », formant un système, un complexe muséal parcouru de relations qui doivent elles-mêmes être étudiées.

5Dans cette optique, l’analyse de l’inscription institutionnelle des musées et lieux de mémoire reste indispensable pour éclairer les choix de leurs concepteurs et gestionnaires, aussi bien quant aux contenus que quant aux moyens mis en œuvre pour les communiquer. Ainsi, Alain Batteguey, du réseau Memorha (pour le redéploiement des mémoires et de l’histoire de la Résistance et de la guerre 1939-1945 en région Rhône-Alpes), reproblématise les liens entre « vitrine » et « paysage » historique et mémoriel, c’est-à-dire « leurs territoires d’inscription et de signification ». Il va plus loin dans la mesure où il réintroduit dans la réflexion les publics et la réception de la mémoire muséifiée.

6Cette muséification traduit l’évolution des mémoires. Yannis Thanassekos propose une typologie de celle des crimes nazis. De façon moins systématique, l’exercice constitue un passage obligé pour la plupart des articles. Les espaces étudiés ont pour la plupart été créés dans les années 1990-2000, profondément remaniés ou en cours de transformation. Cela correspond à une période de glissement d’une mémoire à une autre. La fin des témoins, avant d’être abordée comme celle d’une source pour l’historien, apparaît plutôt, pour les espaces muséaux, comme la perte d’une « présence » qui confère son « poids d’humanité » à la narration historique.

7Tous ces éléments mènent à la problématique des usages publics du passé. La manipulation idéologique et politique reste un véritable écueil, mais le recours à des valeurs véhiculées par une mémoire peut aussi soutenir l’articulation d‘une action politique et par là montrer sa pertinence dans notre société. Philippe Hanus donne l’exemple des valeurs de la Résistance et des résistances.

8Le développement du tourisme mémoriel oblige à aiguiser la réflexion, que l’on regarde avec méfiance l’« industrie culturelle » (Thanassekos) ou que l’on y voie une tendance forte du comportement des publics, avec laquelle il faut compter pour renouveler l’offre de manière réfléchie et répondre au « défi de l’attractivité » (Batteguey). Sinon, la mémoire oscille entre oubli (le Vercors se reconvertit dans le tourisme nature) et fiction mémorielle, en cas de dramatisation excessive (Hanus).

9Cela nous amène, enfin, à l’école. Histoire, mémoire et éducation à la citoyenneté s’y retrouvent souvent associées. Des auteurs déplorent que de nombreux lieux se contentent, au nom de valeurs communes, d’une approche consensuelle, voire franchement doloriste, réduisant le passé à des traumas, les acteurs de l’histore cédant la place aux victimes. Une telle approche ne peut donner des clés de compréhension et d’action sur le présent. Dans les musées « blockbusters » notamment, le passé apparaît ainsi coupé de notre « présent social » (Mary et Rousseau).

10Quels sont les rapports possibles avec l’enseignement scolaire ? Le musée pourrait être pris comme objet d’étude et d’analyse critique dans le cadre d’un cours. Il peut aider à la sensibilisation, comme transmetteur de mémoire. Dans ce cas, à l’enseignant de recontextualiser. Il peut aussi pallier à des lacunes dans l’enseignement de l’histoire, éclairer des zones méconnues (exemple de la Maison d’Izieu) ou apporter des outils pédagogiques à l’enseignement de matières que des enseignants éprouvent des difficultés à traiter (Sabrina Moisan, Centre commémoratif de l’Holocauste, Montréal). Paradoxalement, les élèves sont quasi absents de ce dossier. Dans la majorité des cas, les musées se contenteraient d’instaurer une coopération avec l’enseignant. Seul Alain Battegey propose de prendre au sérieux les attentes des élèves dans l’offre d’animation.

11Au final, ce recueil a le mérite d’attirer l’attention de l’enseignant sur différentes problématiques. Ce dernier pourra s’appuyer sur ces pistes de réflexion et y trouver des grilles de lecture. Il devra construire lui-même sa propre méthode pour articuler heures de cours et offres extrascolaires, en étant pleinement conscient des enjeux propres aux institutions qu’il visite. En filigrane, ce dossier laisse percevoir un certain cloisonnement, le manque d’intégration entre histoire, mémoires et musées dans des objectifs pédagogiques communs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Ruess, « Charles Heimberg (dir.), « Musées, histoire et mémoires », Le cartable de Clio. Revue suisse sur les didactiques de l'histoire, n°11, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8726

Haut de page

Rédacteur

Céline Ruess

Responsable scientifique à la Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège asbl

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page