Navigation – Plan du site

Jacques Le Bohec, Christophe Le Digol (dir.), Gauche / Droite. Genèse d'un clivage politique

Eric Keslassy
Gauche / Droite. Genèse d'un clivage politique
Jacques Le Bohec, Christophe Le Digol (dir.), Gauche / Droite. Genèse d'un clivage politique, Presses universitaires de France, coll. « Hors collection », 2012, 512 p., ISBN : 978-2-13-060660-4.
Haut de page

Texte intégral

1Le bipartisme apparaît comme une donnée du champ politique dans de nombreux pays. Le découpage entre la gauche et la droite, apparu avec la Révolution française, structure le discours politique et organise la lutte politique avec une telle évidence que l’on ne paraît plus s’interroger sur sa légitimité. Pourtant, les définitions de la droite et de la gauche sont extrêmement variables dans le temps et dans l’espace. Des exemples classiques le démontrent : la gauche française d’aujourd’hui a-t-elle encore quelque chose à voir idéologiquement avec celle qui a pris naissance dans des partis politiques au début du XXe siècle ? Le labour party qui incarne la gauche anglaise – tout en invoquant une « troisième voie » sous Tony Blair – est-il bien de gauche ? Il est également difficile de tracer les frontières autour de ces concepts nécessairement mouvants : le Front national est-il de droite ? D’extrême-droite ? Ou relève-t-il d’une autre classification et doit, par conséquent, être considéré comme un mouvement national-populiste ?

2L’ouvrage dirigé par Jacques Le Bohec et Christophe Le Digol, tous deux chercheurs au Groupe d’analyse politique (GAP) de Nanterre, se donne pour objectif d’approfondir notre connaissance de ce binôme gauche-droite par le biais des sciences sociales. Le but est explicitement de comprendre pourquoi et comment « droite » et « gauche » ne veulent pas toujours et partout dire la même chose. Issu de journées d’études organisées en juin 2008, ce livre conserve pourtant une incroyable actualité lorsqu’on analyse la dernière élection présidentielle : Nicolas Sarkozy a-t-il droitisé son discours ? N’était-il pas simplement « authentiquement » de droite ? François Hollande a-t-il mené une campagne de gauche ? Ne s’est-il pas « recentré » ? Avec Nicolas Sarkozy déjà et Ségolène Royal, ces questions se posaient en 2007 en des termes rigoureusement identiques. Christophe Le Digol les énonce d’ailleurs pour ouvrir l’introduction générale de l’ouvrage.

3Les différentes contributions sont rangées en quatre parties. Il s’agit tout d’abord de revenir de façon assez classique sur l’origine et l’histoire du clivage droite-gauche. Il faut se rappeler que cette distinction doit tout au hasard et au placement « géographique » dans la Constituante. Ensuite, en examinant la façon dont le couple droite-gauche est utilisé dans certains pays étrangers (Italie, Afrique du Sud, Argentine et Royaume Uni), on peut saisir combien cette classification  peut avoir un usage très éloigné de ce que nous connaissons en France. Les tactiques politiques italiennes de positionnement sur l’échiquier politique, le rejet du clivage gauche-droite dans l’Argentine péroniste, son importation dans l’Afrique du Sud post-apartheid au sein de l’ANC et la tentative blairiste de dépassement de l’opposition droite-gauche au Royaume-Uni offrent un regard pertinent sur la très grande difficulté à universaliser des catégories politiques pourtant présentes dans le monde entier. La troisième partie, particulièrement intéressante, s’attache à montrer la manière dont d’autres acteurs que les politiques se servent de ce clivage politique pour analyser leur champ de compétence qu’il s’agisse des médias, de l’université ou du monde littéraire. Bien qu’extérieurs à la politique, ils utilisent ces catégories politiques avec le risque d’affaiblir la logique argumentative propre à leur activité. Cette partie de l’ouvrage permet de comprendre pourquoi ces concepts « droite » et « gauche » sont d’autant plus naturalisés qu’ils sont brandis des contextes très différents – et qui, quelquefois, n’ont plus qu’un lointain rapport avec la politique. Enfin, la dernière partie s’intéresse à la façon dont les acteurs sociaux s’approprient ces concepts politiques qu’ils soient des professionnels de la politique – ceux qui vivent de et par la politique suivant Max Weber – ou de simples citoyens amenés à se prononcer lors des consultations électorales. La perception du clivage droite-gauche est ainsi étudiée dans des publics assez variés – comme les étudiants ou les militants d’une fédération départementale socialiste.

4Comme toujours avec les ouvrages collectifs, les contributions présentent un intérêt très inégal. Soulignons le texte très original de Philippe Riutort qui, à partir d’une question relativement marginale – « Bernard Tapie est-il de gauche ? » –, parvient à bien situer les enjeux et les usages des classements politiques ordinaires. La conclusion générale de Bernard Lacroix intitulée « Comment faire avec la distinction gauche-droite en sciences politique ? » mérite également indiscutablement le détour : en quelques pages, le politiste cerne parfaitement les difficultés qui se présentent au chercheur en sciences politiques lorsqu’il se donne pour objet d’analyser les conséquences de ce découpage admis par tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Jacques Le Bohec, Christophe Le Digol (dir.), Gauche / Droite. Genèse d'un clivage politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8894

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page