Navigation – Plan du site

Didier Eribon, Retour à Reims

Benoit Ladouceur
Retour à Reims
Didier Eribon, Retour à Reims, Fayard, coll. « A venir », 2009, 247 p., EAN : 9782213638348.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d'Agir, 2004 (paru plus tôt en Allemagne) (...)

1Peut-on appliquer la connaissance sociologique à son cas personnel, à sa trajectoire sociale ? On peut être tenté de le faire, d'autant qu'on a connu une mobilité sociale qui nous a mis au contact de milieux différents. Bourdieu souhaitait que son travail permette aux dominés d'avoir conscience des mécanismes sociaux les maintenant dans leur condition. Ainsi, il définissait la socioanalyse comme un moyen d'avoir conscience, et donc d'avoir prise sur ses propres déterminations. Il n'existe cependant pas de sociologue proposant ses services pour effectuer un tel travail. Les socioanalyses sont finalement plus le fait de sociologues auto-analysant leur trajectoire sociale 1. Ce genre d'exercice est rarissime, l'introspection n'étant pas une méthode de recherche en sociologie, son objectivité n'étant pas assurée.

2Ce livre n'est pas un livre de sociologie à proprement parler. C'est un livre personnel dans lequel Didier Eribon revient sur une partie de sa vie qu'il a occultée durant de longues années. Natif de Reims, il a quitté cette ville pour suivre ses études à Paris. Reims symbolise son milieu d'origine, la ville où vivaient ses parents, qu'il n'a plus revus depuis son départ. C'est seulement après le décès de son père, qu'il décide de retourner à Reims pour y voir sa mère. Il n'a pas assisté à l'enterrement de son père. En feuilletant le traditionnel album photo familial, son passé lui revient en mémoire, son premier milieu de vie, duquel il s'est progressivement éloigné. Son frère aîné est allé en apprentissage, alors qu'il intègre le « lycée de garçons » de la ville. Dès lors leurs trajectoires vont diverger. L'auteur n'a jamais revu son frère aîné, ni ses deux frères cadets, ce dont il s'estime responsable. Tout l'opposait à son frère, celui-ci incarnant ce qu'il n'a jamais voulu devenir. Le propos de Didier Eribon n'est cependant pas totalement autobiographique ou mémoriel, il souhaite illustrer les analyses de Bourdieu par son propre vécu. L'auteur est en effet un proche de Bourdieu, de Foucault, s'inscrivant dans une pensée critique du monde social. Ainsi, il cite le cas de ses frères qui n'ont pas accédé aux études longues, comme un exemple parmi d'autres de la sélection sociale qu'opère le système scolaire.

3Lors de son retour chez sa mère, il constate qu'il a beaucoup investi la cause de la domination des homosexuels, délaissant la question de la domination sociale. Il se rend compte qu'il lui était plus évident d'écrire sur le genre et la sexualité que sur les rapports sociaux de classes. C'est que sa trajectoire ascendante lui a fait profondément intégrer une forme de honte de ses origines, une occultation de tout ce qui le liait à sa famille. Par exemple il cite une anecdote qui nous semble manifeste. Alors qu'il est étudiant à Paris, il croise dans la rue son grand père circulant en mobylette pour aller laver les carreaux de boutiques en ville. Cette rencontre le « gêne, le terrorise » à l'idée qu'on puisse le voir avec un tel individu. Il se demande ce qu'il aurait répondu si on lui avait demandé avec qui il discutait. Il explique qu'il était constamment tiraillé entre deux sentiments. Une haine sourde à l'égard de sa famille, un rejet de leur ethos et habitus, contradictoire avec sa volonté de lutter contre la domination sociale. Il se rend compte qu'il reproduit les jugements et les catégories de pensées des dominants. Ce dilemme nous semble central dans l'approche de Bourdieu. Pour connaître une mobilité sociale ascendante, le transfuge doit finalement intégrer, en partie, les catégories de jugements des dominants, ce qui tend à les réifier et les maintenir leur légitimité. C'est également le cas de Bourdieu disant avoir honte de son accent méridional, tentant de le cacher à tous prix, notamment à son entrée en hypokhâgne. Comme le dit bien l'auteur, il lui aurait été bien plus facile de tenir une posture critique si il n'avait pas grandi dans un milieu populaire.

4La troisième partie de l'ouvrage est moins directement biographique, l'auteur revient sur le positionnement électoral de sa famille. Il y décrit l'affiliation « naturelle » de ses parents et grands parents au Parti communiste, changée à partir des années 1980 pour celle du Front national. Ses souvenirs familiaux sont, nous semblent-ils, bien révélateurs des divergences dans les attentes des électeurs de gauche des classes populaires et celle des militants gauchistes, souvent plus jeunes et diplômés. Ainsi, l'auteur jeune militant trotskiste se souvient d'avoir critiqué ses parents communistes de « bourgeois ». Pour ces derniers l'amélioration de conditions de vie immédiates passait avant la stratégie révolutionnaire des gauchistes. Didier Eribon s'interroge sur les propos que tenait son père à l'époque. Il pestait contre les étudiants qui « voulaient nous dire ce qu'il faut faire » et qui « dans dix ans viendront nous commander ». Il est vrai que son analyse n'était pas totalement erronée. Il tente ensuite d'expliquer la montée du Front national chez d'anciens électeurs de gauche. L'arrivée au pouvoir des socialistes en 1981 explique largement pour lui la progressive désaffection des classes populaires pour les partis de gauche et leur détournement vers l'extrême droite. La participation du PCF au gouvernement et la stratégie consistant à nier ou minorer la thématique de la lutte des classes, explique en partie pour l'auteur la déception des classes populaires pour ce gouvernement. Il est vrai que le déclin de la classe ouvrière dans les discours et représentations politiques de gauche a certainement contribué à son repli parmi les classes populaires. L'auteur précise aussi que le vote pour le Front national est plus intermittent, et moins structurant que le vote communiste.

5L'ouvrage de Didier Eribon pourra se lire avec différentes lunettes. Celles du sociologue, retrouvant dans la fine description de son histoire familiale et personnelle les illustrations des analyses sociologiques. Mais d'autres formes de lectures sont possibles, celles du novice, qui pourra finalement avoir une réflexion sur les personnes ayant connues une mobilité sociale ainsi qu'une sexualité, qui à l'époque de l'auteur, n'était pas aussi bien tolérée qu'aujourd'hui (même si le chemin de l'acceptation de la différence est encore long...). Enfin on pourra lire ce livre d'un point de vue intimiste, comme une forme de confession d'un homme qui a connu des milieux de vie différents, voire opposés en tous points, dont sont nées des interrogations humainement légitimes mais qui peut-être ne trouvent pas d'autres raisons que d'être narrées.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d'Agir, 2004 (paru plus tôt en Allemagne) et Richard Hoggart, 33 Newport Street, autobiographie d'un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Le Seuil, coll. « Hautes études », 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Didier Eribon, Retour à Reims », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 11 janvier 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/898

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page