Navigation – Plan du site

Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques

Aurélien Raynaud
Freedom Summer
Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, Marseille, Éditions Agone, 2012, 480 p., ISBN : 978-2-7489-0164-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Doug McAdam, Freedom Summer. The idealists revisited, Oxford, Oxford University Press, 1988.

1La parution en français du présent ouvrage constitue un petit évènement. Depuis sa première publication en 1988 sous le titre Freedom Summer. The idealists revisited1, celui-ci s’est en effet imposé comme un classique de la littérature sociologique américaine sur les mouvements sociaux et Doug McAdam, son auteur, comme un des spécialistes mondialement reconnus de ce champ d’études. On ne peut donc que se réjouir de cette traduction française qui, en permettant l’accès au public francophone à ce livre important, vient combler un incontestable manque.

  • 2  Doug McAdam, « Recruitement to High-Risk Activism : The case of Freedom Summer », American Journal (...)

2L’intérêt et l’importance de l’ouvrage sont de plusieurs ordres. Ils tiennent tout d’abord à la nature de son objet, que l’on peut qualifier d’engagement – ou de militantisme – à haut risque2. Le « Mississippi Freedom Summer » constitue un temps fort du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis. Durant l’été 1964, environ un millier de volontaires Blancs du Nord, pour l’immense majorité issus de la bourgeoisie américaine, étudiants dans les plus prestigieuses universités du pays, partent dans le Mississippi participer à une campagne d’inscriptions des électeurs Noirs sur les listes électorales. Le Mississippi demeure alors l’État le plus conservateur et raciste de l’Union. Les grands propriétaires terriens, rétifs à la mécanisation de l’agriculture, continuent d’employer à très bas coût de nombreux travailleurs Noirs, perpétuant ainsi un mode de vie sudiste pluriséculaire. Si les inégalités raciales en termes de scolarisation, de revenus, de santé, etc., y sont considérables, le Mississippi se caractérise également par l’asservissement politique dans lequel est tenue la population noire. Durant le Freedom Summer, les militants Blancs expérimentent d’une part la rudesse de conditions de vie qui leur sont étrangères, et se retrouvent d’autre part confrontés à une grande violence. Quatre personnes furent tuées durant l’été, des dizaines de militants furent passées à tabac, plusieurs centaines furent arrêtées, des églises, maisons et commerces furent incendiés, etc. Le Freedom Summer correspond donc à une expérience militante extrême, qui pose un certain nombre de questions. Qui sont ces militants ? Sont-ils prédisposés à s’engager dans de telles conditions ? Comment sont-ils sélectionnés ? Comment vivent-ils la campagne, sa violence, ses risques ? Quelles sont les conséquences biographiques de telles expériences ?

3Voilà quelques-unes des grandes questions posées par Doug McAdam. Les réponses qu’il y apporte lui permettent de mettre au jour des schèmes de compréhension des phénomènes d’engagement désormais bien intégrés au répertoire conceptuel de la sociologie des mouvements sociaux. Pour y parvenir, McAdam procède notamment à une comparaison minutieuse des profils sociaux et des devenirs biographiques des volontaires qui se rendirent dans le Mississippi d’une part, des candidats qui ne furent pas retenus ou qui firent défection d’autre part. Ce travail comparatif lui permet de mesurer à la fois ce qui distingue les deux groupes avant la participation au Freedom Summer et surtout les effets de celui-ci sur les trajectoires des participants.

4Les caractéristiques sociales des deux groupes sont en réalité très proches : même appartenance à l’élite sociale américaine, études réalisées dans les mêmes universités prestigieuses, origines géographiques semblables, etc. Les différences sont plus subtiles, mais se révèlent particulièrement éclairantes. McAdam résume à trois éléments principaux le profil des volontaires qui se rendirent effectivement dans le Mississippi : disponibilité biographique, affinité de convictions et intégration sociale. De quelques années plus vieux en moyenne que les absents, les volontaires sont des militants jeunes, mais suffisamment âgés pour échapper à la tutelle familiale. Ils sont en majorité étudiants ou jeunes travailleurs – le plus souvent enseignants – célibataires, sans enfants, et disposent de ressources matérielles confortables. Ils sont ainsi soustraits aux contraintes familiales, conjugales, professionnelles, financières, etc., qui s’imposent à d’autres catégories et font alors du « militantisme une activité trop chronophage ou trop risquée (p. 75) ». Sur le plan idéologique, par-delà une réelle diversité des inspirations, présents et absents partagent des valeurs en affinité avec celles défendues par le mouvement. Les participants manifestent cependant une propension plus importante à s’identifier à un groupe de référence (socialistes/marxistes, démocrates libéraux, groupe religieux, etc.). Le « sentiment de confiance et d’obligation que procure le fait d’appartenir ou de s’identifier à une communauté (p. 102) » constitue un facteur favorable à l’engagement. Les volontaires sont d’ailleurs presque systématiquement membres d’au moins une organisation politique, syndicale ou religieuse et ont pour la plupart déjà participé, de près ou de loin, au mouvement des droits civiques. En outre, des liens interpersonnels préexistent souvent entre les militants – une dynamique de groupe étant parfois même à l’origine de l’engagement. En définitive, ceux qui se rendront dans le Mississippi se distinguent des absents par leurs liens et leur implication plus importants avec et dans le mouvement, ces derniers étant à l’inverse davantage isolés. McAdam montre ainsi que le « militantisme ne repose pas uniquement sur l’idéalisme (p. 391) » mais qu’il est nécessaire que des « organisations officielles ou des réseaux sociaux informels structurent et prolongent l’action collective (ibid.) ».

5Somme toute peu différenciés avant l’été 1964, les présents et les absents connaissent en revanche des destins fortement contrastés par la suite. Les trajectoires biographiques des volontaires furent de fait profondément et durablement déviées par leur participation au Freedom Summer. McAdam parle d’un « été extatique (pp. 109-189) ». Pour cette jeunesse bien née, ayant foi en les vertus de l’Amérique, la découverte empirique des conditions de vie des populations noires du Sud, de la violence, des discriminations et de l’illégalisme généralisé constitue une expérience particulièrement marquante et transformatrice. « Généralement éduqués dans une atmosphère optimiste et idéaliste, les volontaires n’étaient guère préparés au revers du rêve américain (p. 144) ». La découverte de la réalité accouche de sentiments mêlés : culpabilité, colère, tristesse, révolte ; sentiments contrebalancés par l’accueil tolérant qui leur est fait, la « spontanéité et la puissante assise communautaire de la population noire (p. 152) ». Le Freedom Summer, c’est donc aussi l’enthousiasme et la ferveur d’appartenir à une communauté – à l’intérieur de laquelle les liens sont resserrés par les risques encourus – et de servir une cause juste.

6Somme d’expériences fortes et intenses, le Freedom Summer conduit à une radicalisation politique des volontaires. Arrivés libéraux et idéalistes, ils repartent devenus des gauchistes radicaux et révolutionnaires, qui appliquent à tous les pans de leur existence une grille de lecture politique. Ses effets portent en outre sur la perception de soi des militants. Après avoir découvert de nouvelles manières de vivre, souvent jugées enthousiasmantes, la plupart d’entre eux éprouve un sentiment de désajustement et de marginalité vis-à-vis de la société bourgeoise et blanche du Nord. À leur retour, nombreux sont ceux qui s’efforcent de reproduire le mode de vie communautaire expérimenté dans le Mississippi. « Les volontaires avaient découvert une vérité sociologique de première importance : nous ne sommes jamais aussi satisfaits de notre « moi » que lorsque nous nous identifions à des communautés ou à des aspirations qui nous sont extérieures. (p. 225) »

7Loin cependant de se limiter à des conséquences biographiques chez les volontaires, le Freedom Summer eut de plus, par leur intermédiaire, un fort impact sur la société américaine des années 1960. Tout d’abord, l’impressionnante couverture médiatique du projet, très largement favorable aux militants, contribua à la relégitimation du militantisme aux États-Unis, en le dissociant de l’antipatriotisme. Les volontaires rejoignirent leurs campus universitaires auréolés d’un incontestable prestige. Ce capital symbolique, cumulé aux savoirs et savoir-faire militants acquis durant la campagne, permit aux volontaires de compter parmi les leaders et activistes les plus investis des mouvements sociaux des années 1960 (mouvements étudiants, opposition à la guerre, féminisme). Le Freedom Summer joue ainsi un rôle majeur dans l’émergence de la Nouvelle Gauche aux États-Unis et constitue un pont entre deux périodes : le maccarthysme des années 1950 et le militantisme des Sixties. Par ailleurs, la volonté des militants de recréer les formes d’existence vécues dans le Mississippi participa de manière décisive au développement de la contre-culture américaine. Le Freedom Summer contribua en particulier à lier libération personnelle et changement social. Il correspond en effet à la mise en pratique de l’idéologie de la libération, fondatrice de cette contre-culture des Sixties : vie communautaire, sexualité libérée, couples mixtes, styles vestimentaires et langagiers particuliers, etc.

8Comme on peut le voir, les apports de l’ouvrage de Doug McAdam sont nombreux. Ceux-ci sont rendus possible par une enquête empirique fouillée et l’adoption d’une perspective théorique et méthodologique particulièrement heuristique, fondée sur une approche longitudinale de la réalité sociale et la combinaison des échelles d’observation (McAdam part du contexte national pour aller jusqu’aux expériences biographiques). L’aspect peut-être le plus original de l’ouvrage réside dans l’effort de saisie et de compréhension des conséquences biographiques de l’engagement. Pour conclure, on ne peut que redire que Freedom Summer constitue une contribution décisive à la sociologie des mouvements sociaux, et en conseiller la lecture.

Haut de page

Notes

1  Doug McAdam, Freedom Summer. The idealists revisited, Oxford, Oxford University Press, 1988.

2  Doug McAdam, « Recruitement to High-Risk Activism : The case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, vol. 92, n° 1, 1986, pp. 64-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9704

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Doctorant en sociologie, ATER à l'Université Lumière Lyon2, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations », CNRS-UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page